SIDI BEL ABBES : Les décharges sauvages REVIENNENT AU GALOP ?

« Impliquer les habitants dans les projets de leur quartier semble impossible, ou difficile à réaliser avec la mentalité des citoyens. Et pourtant, cela les concerne tous et l’objectif en est simple. C’est effrayant de ressentir l’impossibilité de réaliser, le nettoyage de son quartier, lorsqu’on voit un paysage honteux dans notre périmètre ». C’est à ne rien y comprendre, es-ce-que nos citoyens tiennent à demeurer dans l’incivisme, ou alors Nadif com et les autres concessionnaires de l’hygiène s’essoufflent au départ de leur mission. C’est inadmissible, une décharge à ciel ouvert en plein chantier du tramway de l’ex avenue de la gare de l’Etat, direction Sidi Djilali à proximité du marché informel du quartier de « Boulahia ». Une décharge qui n’existait pas auparavant et qui est laissé en cet endroit, sans être en mesure d’exiger de ces marchands de légume de contribuer, par leur propreté, si l’on voulait les laisser faire leur commerce illégal que l’on tolère, sans aucune compensation. Et d’inviter les habitants à ne pas profiter du marché pour jeter leur saleté, et le silence des uns, se mélange au populisme des autres et à l’indifférence caractérisée de certains. N’y a-t-il pas un délégué communal dans ce quartier ? Si Oui ou en sont ses missions, ces missions de l’incapacité qui s’accapare d’un mandat électoral pour être incapable de faire ce qu’il faut faire. ! C’est honteux M l’élu, nous sommes en été. C’est honteux, et tout le monde passe et fréquente ce trajet. C’est honteux !, que cela demeure éternellement et que l’on ne bouge pas le petit doigt. C’est honteux de savoir qu’il doit bien exister des comités de quartiers, qu’il s’agit bien du leur ou alors qui leur est mitoyen et de se taire. C’est honteux d’être incapable de canaliser ces comités de quartier pour les inviter à sensibiliser leurs citoyens ou la police de l’environnement… Ou bien changeons ces comités de quartier du travail impossible. Le principe: est simple, c’est de s’appuyer sur les compétences des habitants des quartiers défavorisés pour améliorer le bien-être de tous. Concrètement, des voisins peuvent faire du porte-à-porte pour expliquer les projets de la ville propre que nous désirons !, Quand à ceux qui parle de volontariat et qui ne sont pas capable de nettoyer devant leurs portes, je dirais tout simplement que c’est scandaleux. Je ne manquerais pas ceux qui se sont imposés au milieu de la cour, avec leur supposé savoir faire, avec la bénédiction volontaire des uns et des autres. Pourquoi n’a-t-on pas cessé le cinéma qui porte atteinte à ceux qui œuvrent ?- Il s’agit des piliers de la déception que l’on confirme, par l’acceptation de ceux qui ne sont même pas en mesure d’agir pour travailler leur quartiers, mais qui entre les végétaux et les murs de la nostalgie , certifient que les lamentations donnent des fruits…amers.
K.Benkhelouf


le 16 Juin 2015


Les commentaires sont fermés