La rubrique de Mustapha Hassani

L’USMBA, ENCORE ET TOUJOURS,
AVEC SON PASSé HISTORIQUE

Par le canal du quotidien national d’information OUEST-INFO dirigé par HOUMAD Abdelaziz, notre rédacteur HASSANI Mustapha continue son travail de mémoire concernant l’historique de l’USMBA.Des hommes crédibles ont toujours constitué une force de mobilisation tout en renforçant le potentiel attractif de l’association.Nous demeurons une école ouverte à L’USMBA dans son caractère unificateur et notre action s’inscrit dans la grande ligne de ceux qui ont construit la prospérité de la ville.
sidi bel-abbes terre des champions
SIDI-BEL-ABBèS FIEF DES SPORTIFS
DE HAUT NIVEAU DEPUIS LONGTEMPS
Si la ville de Sidi-Bel-Abbes eut une grande notoriété dans les milieux sportifs d’Afrique du Nord, c’est au sport qu’elle le doit. Elle a été de tout temps le fief par excellence des sportifs de haut niveau.Citons l’épopée du Sporting Club Bel-Abbesien (SCBA) qui commence en 1922 par une victoire en finale du championnat d’Afrique du Nord, deuxième édition du challenge Louis RIVET contre le R.C.Philippeville battu quatre à un.Le 22 Mars 1925, deux joueurs de Bel-Abbes, André LIMINANA et Jean POZO sont sélectionnés dans l’équipe de France contre l’ITALIE. Avec BARDOT, ce sont les trois premiers Français d’Algérie internationaux.Le SCBA remporte la finale contre le Stade Gaulois de Tunis (2 buts à 0). En 1926, la série continue, SCBA 3 – SCTunis 0.La quintriple victoire des bleus et blancs en sept finales d’affilée restera inégalée dans le championnat d’AFN. Le SCBA n’abdique pas et sa section rugby remporte le championnat d’Algérie en 1928, 1932 et 1935.En boxe, il y a eu Marcel CERDAN né le 22 Juillet 1916 à la route d’Oran à Sidi-Bel-Abbes devenu champion du monde après sa victoire sur LAMOTTA. Il arriva à Bel-Abbes le 30 Octobre 1948 par la route. Après la halte enthousiaste de DETRIE (Sidi-Lahcen), il regagna sa maison natale, 78 Route d’Oran. La cérémonie officielle de l’hommage de la ville eut lieu à la place Carnot (1er Novembre 1954) pleine de monde.Un an plus tard, à un jour près, le 31 Octobre 1949, ce fut la catastrophe des Açores. Il était quatre heures de l’après-midi lorsque la terrible nouvelle se répandit en ville annonçant la mort de Marcel CERDAN, dans un accident d’avion. Beaucoup de Bel-Abbesiens se retrouvaient aussitôt devant sa maison natale. 24 heures plus tard, la route d’Oran devenait officiellement « Avenue Marcel CERDAN ».Hippisme : Du début du siècle dernier aux années 1950, des courses hippiques furent organisées par le syndicat agricole de Bel-Abbes sur l’hippodrome de la route de Sidi-Lahcen, (Ex Détrie). Des concours de sauts d’obstacles ont eu lieu où les membres de l’éperon Bel-Abbesien et les officiers de cavalerie s’affrontaient.Le Tennis Club Bel-Abbesien : dirigé par les présidents Charles RENAUD (1934-58), puis René CHANFREAU (1958-62) fut également le berceau tennistique de la ville.Sports Mécaniques : En 1904, le pionnier de l’automobile à Bel-Abbes, OTTO BUHRER accomplit le premier tour d’Oranie en une journée : les étapes étaient Tlemcen, Ain-Temouchent, Oran, Mostaganem, Mohammadia (Ex-Perrégaux), Mascara, Sfisef (Ex-Mercier Lacombe) et Bel-Abbes.En 1933, le club aéronautique de Bel-Abbes avec plus de mille membres, une quarantaine de pilotes, 23 avions était le premier de l’empire colonial. C’est à cette époque que la liaison ORANIE-DAHOMEY fut réalisée.
AUTRES CLUBS SPORTIFS BEL-ABBESIENS
⦁ La Jeunesse populaire (Président ROQUEFERER en 1930).
⦁ Le Racing Universitaire, emmené par MORIN, le professeur de gymnastique (RUBA).
⦁ El-Abbassia, le Football Club, l’Etoile sportive (ASBA), l’Union Sportive dont François MANCHON devient champion d’Oranie cycliste en 1942. Le Pédale Club Bel-Abbesien, la JFABA, les armes Bel-Abbésiennes en escrime et le Judo Club. Il existait aussi de nombreux clubs boulistes dans les faubourgs de la cité.U.S.M.B.A : Société omnisports fondée en 1933 : Football, Basket Ball, Hand Ball, Volley Ball (équipes masculines et féminines), Boxe, Haltérophilie, Culturisme, Cyclisme, Athlétisme, Cross, Boulisme.
C’éTAIT HIER…
FLASH-FOOT DU DIMANCHE 27 SEPTEMBRE 1970
USMBA – NAHD
Deb. G à D : SALHI-MEHDAD-KOUDACHE-MELLAH-MAHMOUD-ZOUBIR-SENNOUR-CHIBANE
Acc. G à D : CHEMLAL – BREIK – HAMRI – HENKOUCHE – FELLAH
Vous allez assister à la première rencontre officielle de la saison 1970-71 à Sidi-Bel-Abbes.Le comité directeur de l’USMBA vous souhaite la bienvenue et à cette occasion vous annonce succinctement ses projets présents et futurs concernant votre club. Tirant les enseignements de l’année écoulée, nous avons décidé la poursuite de la « politique des jeunes » en la renforçant et en lui donnant des dimensions nouvelles par la création d’une école de football, cette dernière sera dirigée par le professeur HAMZA aidé par les entraîneurs du club.Afin d’obtenir plus d’efficacité dans le rendement d’ensemble de l’équipe nous avons jugé bon d’incorporer un ou deux joueurs expérimentés qui, par leur exemple pourraient faire progresser l’ensemble de nos éléments. Cet apport proposé par le comité directeur, adopté par l’assemblée générale unanime sera nous sommes certains approuvé par tous les sportifs Bel-Abbesiens. Notre politique « de préparation » des jeunes pratiquée la saison dernière a été brutale et totale parce que imposée par des circonstances indépendantes de notre volonté (départ de neuf joueurs ainsi que l’entraîneur ZOUBA Hamid sollicité par le ministère de la jeunesse et des sports pour driver l’équipe nationale).Contrairement à ce qu’il était normal d’attendre d’une pareille situation, nous n’avons été ménagés ni par les journalistes, ni par les sportifs, ni par la ligue d’Oranie (commission des jeunes), cette dernière nous a fait jouer peu de matches en minimes, cadets et juniors.La coordination des efforts en faveur des jeunes entre la cellule de base qu’est le club et les instances dirigeantes du sport algérien est seule susceptible de faire progresser le sport de notre pays.Ceci dit, au seuil de cette nouvelle saison, nous adressons à tous nos supporters un appel aussi pressant que fraternel pour leur demander comme par le passé de veiller au bon déroulement des rencontres, dans un esprit sportif, en appuyant votre club tout en applaudissant les belles phases de jeu de la rencontre.Nous n’avons jamais douté de votre sportivité, ni de votre hospitalité, ni de votre maturité, par votre attitude et votre comportement cette année, dans les tribunes des stades, vous en donnerez la preuve.
LE MATCH
Dans quelques heures, Sidi-Bel-Abbes vivra une exceptionnelle ouverture de la saison de football 1970-71.Celle-ci ne ressemblera pas aux précédentes. Pourquoi ?.Tout d’abord, à cause du nouveau visage offensif du club Bel-Abbesien, pris en main par notre ami HENIA Hamadi qui n’a jamais oublié les trois saisons passées chez-nous.Ensuite ce nul d’Alger, un nul qui équivaut à une victoire, tant notre équipe a brillé fortement et selon la presse algéroise, elle a même malmené le MCAlger dans son fief. Et puis, il y a aussi ce nouveau visage offensif de l’USMBA, incarné par le réalisme d’un tandem de nouveaux venus, l’international tunisien KERRIT et l’inconnu Bouhadjarien CHEIKH ABED auteurs des deux buts de leur équipe. A l’image de ces deux recrues qui répondent si bien aux espoirs placés en eux par nos dirigeants lucides et appréciateurs, c’est donc sous le signe du punch que l’USMBA a les moyens d’attaquer sa saison et dans quelques heures son second adversaire, le NAHD.Cette paire de choc, une véritable force de frappe, faite pour marquer des buts a donné un réalisme certain à la ligne offensive supérieurement alimentée par un milieu de terrain qui, d’Alger a abattu un énorme travail, les indispensables ABDI Djilali et AMAR Ahmed.Devant le onze de VERNIER, face au NAHD, l’USMBA va pratiquer son vrai jeu, l’offensive à outrance pour confirmer le nul ramené d’Alger et démontrer que rien ne se fait au hasard.Sur ce terrain des trois frères AMAROUCHE, donc un match dense et serré où des deux côtés le succès est l’enjeu final.Les fidèles supporters de la Mekkerra encourageront aussi la défense, qui, autour de KHELLADI Kaddour et avec le juvénile concours de BENDIDA, SALHI et MEHDAD a sû si bien protéger la cage de MEZIANI.On viendra enfin en masse pour soutenir de tout son cœur l’équipe chère au Docteur HASSANI Abdelkader et la porter vers son premier succès de la saison.
MOHAMMED OTMANE-TANI 
UN GRAND SPORTIF, véritable ANIMATEUR
DE LA JEUNESSE
BEL-ABBESIENNE DES ANNEES 1960/70.
Comme tous les jeunes de sa génération, Mohammed OTMANE-TANI se faisait une certaine idée de l’USMBA, c’est le sentiment qui l’inspirait autant que la raison.Celui a suivi l’évolution du sport dans notre ville savait que l’avenir dépend de notre jeunesse qui doit jouer pleinement son rôle.Né le 17 janvier 1943 à Sidi-Bel-Abbès, Mohammed OTMANE-TANI après une bonne scolarité primaire, a fait ses études secondaires au collège moderne où il a obtenu son BEPC. Ensuite, il intégra l’entreprise d’électricité EGA où sa mission a nécessité beaucoup d’énergie et une mobilisation constante. Durant cette période, il a eu une responsabilité comme membre de l’union territoriale UGTA de Sidi-Bel-Abbès avec DRIDER Abdelkader. Dans cette structure, il était heureux d’avoir participé à relancer l’enthousiasme de cette activité syndicale. De 1963 à 1965, il était désigné membre de la délégation spéciale (Mairie) sous la présidence de BENGHAZY Cheikh. Dans cette instance, tout ce qu’il disait et faisait inspirait la confiance. Après l’indépendance du pays, sur le plan sportif, Mohammed OTMANE-TANI a fait partie du secrétariat de l’USMBA, chargé des sports collectifs. Il se trouvait à l’aise de travailler avec des dirigeants chevronnés. Il disait qu’il n’y a rien d’impossible à ceux qui veulent bien faire. Il a d’ailleurs bénéficié dans ce cadre de l’appui des responsables du club et notamment du Président, le Docteur HASSANI Abdelkader. MOHAMMED était entreprenant et suivait les matchs de toutes les disciplines et de toutes les catégories en football.Sous l’égide de la JFLN, lorsque Mr Abdelaziz BOUTEFLIKA était ministre de la jeunesse et des sports, Mohammed OTMANE -TANI a effectué de nombreux déplacements à l’étranger pour représenter l’Algérie dans le domaine sportif.Concernant l’équipe fanion, pour lui, toutes les rencontres disputées à Sidi-Bel-Abbès contenaient les ingrédients d’un évènement. Quand je présidais le comité des supporters, il était toujours à mes côtés et contrôlait banderoles, fanions, bonnets aux couleurs du club, il apportait son concours pour les feux de Bengale, oriflammes, tableau coloré que seul le football peut produire. Certains écrits sur les banderoles et les chants d’encouragements qui portent diverses connotations inspiraient nos fans. Ne dit-on pas que le foot est l’opium du peuple ? Sinon, comment expliquer cet engouement pour un match d’une heure et demie. Il n’a jamais raté un déplacement de l’équipe fanion. Il faut être vraiment un fanatique du sport pour traverser des milliers de Kilomètres, bravant la pluie en un temps de canard, recourant parfois à des moyens de locomotion dérisoires. La ville de Sidi-Bel-Abbès a été toujours représentative dans le domaine sportif et il convenait de coordonner l’action à tous les niveaux pour renforcer cet esprit. J’étais sûr que les dirigeants n’ont ménagé aucun effort dans ce sens.
LE MATCH DE COUPE USMBA – CRB EN MéMOIRE
L’USMBA a toujours trouvé les ressorts nécessaires pour montrer sa juste valeur. Elle avait de la vivacité, de la fougue et reste un grand club.Mohammed OTMANE-TANI garde en mémoire le fameux match de coupe de 1966 opposant à Oran l’USMBA au CRBelcourt.
Face au géant du football Algérien le CRB, se présentait une équipe Bel-Abbésienne au tableau de chasse vierge. Personne ne voulait s’aventurer à faire un pronostic mais Mohammed OTMANE-TANI a dit que la coupe ira à celui qui la voudra, des propos éclairés par l’expérience d’un connaisseur. Malgré le niveau diamétralement opposé, les deux formations partaient à chances égales. Le stade du 19 Juin 1965, pavoisé aux couleurs des deux prétendants et plein à craquer était paré pour cette fête footballistique. La partie s’est soldée sur un score nul (0 à 0) mais c’est le CRB qui s’est qualifié au tour suivant au bénéfice des corners (3 à 2). Entre la nonchalance de l’USMBA (division d’honneur) et le CRB (division nationale), dame coupe avait fait son choix.Dans son raisonnement, Mohammed OTMANE-TANI a enchaîné en ces termes : « l’organisation de l’USMBA a toujours bien fonctionné grâce à sa valeur collective et surtout individuelle. Pour la réussite d’une équipe, plusieurs facteurs entrent en jeu ; l’aspect physique, technico-tactique, moral, psychologique ainsi que le côté chance. Durant les années fastes de notre association, nos titulaires ont joué un rôle déterminant. Les internationaux Tunisiens HENIA, SASSI, LAHMAR, KERRIT, les marocains AMAR de Kenitra et HOCINE de l’USMaroc, les joueurs de l’équipe FLN tels ROUAI, ZOUBA, BEKHLOUFI, SOUKHANE, l’entraineur BOUMEZRAG, nos vedettes locales FELLAH, KHELLADI, les frères HACINI, LACARNE, SOUDANI, ZOUBIR, MAHMOUD, ACHOUR, BOUTAREG, HAMZA, HAMRI, BEKKAR, KOUDACHE, CHIBANE, ABDI I et II, AMAR Ahmed, SALHI, MEHDAD, SENNOUR, CHAIB, BREIK, KEFFIF, CHENITI, LASBER, BETTACHE, BELHADJ – BENAOUM, BABARIOU, BAHRI, MEZIANI, NOUAR, FREHA, SENHADJI, DIDENE, GOUASMI, PETIT MILOUD, BENKATLANE, BRIXI, HENKOUCHE, DEHIM, OUADI, NEGRE, BOUHADJAR, NOUNOU, TEDJ, KASMI, FERNAKDJI, BORSALI, SELLAM, BENYAHIA, MAGGI, DJANTI, et autres ont fait les beaux jours de l’USMBA.
UNE BRILLANTE CARRIèRE PROFESSIONNELLE
Le prestige de l’USMBA était tellement grand que souvent la formation de la Mekerra se trouvait épaulée ou aidée par des voix inconnues jusque là et qui ont sympathisé avec elle. Des Usmistes, des mouloudéens et des kabyles ont fait parler le grand tambour. Une chose est sûre, on sait se défouler dans nos tribunes. Mohammed OTMANE-TANI tenait à accorder une mention spéciale à nos supporters qui ont toujours conjugué leur fair-play avec celui des joueurs et des dirigeants. Puisse cet exemple servir à l’ensemble des équipes pour que nos compétitions se terminent avec un tel esprit. Signalons que notre animateur sportif était chef d’entreprise publique de construction mécanique de 1965 à 1973. Cela ne l’empêcha pas à faire chaque semaine le déplacement à Bel-Abbés. Comme, il avait tout pour séduire, Mohammed OTMANE-TANI est devenu consultant en investissements de 1973 à 1985 avant d’occuper la fonction d’entrepreneur privé en matériaux de construction. A partir d’Alger, il était persuadé que les bonnes volontés existent. Il pouvait quant à lui assurer les responsables de ce secteur d’un appui indéfectible pour l’ensemble des problèmes qu’ils avaient à surmonter dans ce cadre.
LA CAFéTéRIA D’ALGER : LE RENDEZ-VOUS DES SUPPORTERS DE L’USMBA
Depuis l’indépendance, pour les rencontres que l’USMBA devait disputer à Alger en coupe et en championnat contre le MCA, le CRB, l’USMA, le NAHD et le RCK, les supporters Bel-Abbésiens se rendaient en masse vers la capitale. Mais le lieu de rendez-vous était la CAFETERIA en plein centre à quelques pas de la place Maurice AUDIN et du tunnel des facultés.Parmi les figures marquantes qui résidaient dans cette belle ville, c’était surtout Mohammed OTMANE-TANI qui venait à l’encontre des sportifs de la Mekerra pour les accueillir et leur souhaiter la bienvenue. A l’intérieur du café et sur le large trottoir en face, nos fidèles sympathisants du club formaient une ambiance de fête avant de regagner le stade. Cet apport psychologique considéré comme le douzième homme par les joueurs était un véritable orchestre qui animait cet instant. Comme ce scénario se répétait à chaque occasion, cela démontre clairement que l’USMBA vivait déjà à l’ère du professionnalisme.Pour en revenir à Mohammed OTMANE-TANI qui est promoteur immobilier depuis 2010, nous gardons de lui le souvenir d’un brillant animateur de la scène sportive Bel-Abbésienne.
BOUTAOUS ABBES 
INTéGRITé, DEVOUEMENT ET DYNAMISME
La situation de l’USMBA n’a jamais laissé indifférent celui qui a porté sur ses épaules un lourd tribut d’un vécu historique très important qui se confond même avec une page de l’histoire glorieuse du club.
BOUTAOUS Abbès a eu la présence d’esprit de répondre à l’appel du Docteur HASSANI Abdelkader, président de l’USMBA pour faire fusionner le NCBA avec l’USMBA en 1964. On dit toujours que gouverner, c’est prévoir. En épousant l’idée très sage du patron du club phare de la Mekerra, nos joueurs qui étaient récalcitrants ont pû rejoindre les rangs de la composante unioniste. Et c’est aussi parce qu’il a vu juste que BOUTAOUS Abbés a mérité son poste qui lui convenait au sein du comité directeur. Il était temps de renouer, ressouder et sceller de manière indiscutable la famille sportive Bel-Abbésienne.
BOUATOUS Abbés évitait les contradictions avec les dirigeants et jouissait de la confiance de ces derniers. Il était attentif et sérieux dans son travail qu’il faisait avec le plus grand soin. Il avait la maîtrise dans tout ce qu’il entreprenait avec la sagesse et le rendement en plus. BOUATOUS Abbés a eu droit à son jubilé. Il avait regroupé son ancienne équipe l’EMBA, la sûreté de la wilaya où il a passé toute sa carrière professionnelle, Essaada et la formation du COUS universitaire. Un nombreux public a assisté à ces retrouvailles qui ont permis à des figures charismatiques de se retrouver autour d’un homme qui a consacré sa vie au service du sport. Il faut dire que le stade des 3 frères Amarouche fut le théâtre de ces rencontres avec tout ce beau monde pour venir saluer l’ex-gardien de but de l’étoile et membre du secrétariat général de l’USMBA. C’est également un élan de solidarité de la part du comité organisateur qui a trouvé un large écho pour cette concrète participation à ce jubilé avec ses moments forts empreints de sincérité et d’amitié.L’USMBA a toujours frappé à la bonne porte pour se reconstruire, comme son histoire en témoigne et il était de notre devoir d’approfondir la culture de la tolérance, de l’indulgence, de la fraternité et de la solidarité entre Bel-Abbésiens.


le 11 Juin 2015


Les commentaires sont fermés