Sun04222018

Last updateSat, 21 Apr 2018 10pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO

Régions Info

COLLOQUE INTERNATIONAL A L’UNIVERSITÉ ABDELHAMID IBN-BADIS : Les nouveaux médias et le système des valeurs en débat

La théorie de Abdelhamid Hadjiyate érudit Algérien et théoricien en communication intitulée ‘’Le déterminisme de la valeur morale des médias ou de l’information’’ (Value determinism theory) est devenue une matière d’investigation pour de nombreux chercheurs et scientifiques en sciences de l’information et de la communication. Dans le cadre d’une série de rencontres scientifiques inscrite dans son programme de l’année 2016, le département des sciences de l’information et de la communication a abrité les 07 et 08 décembre le quatrième colloque international à l’amphithéâtre ‘’Benchehida Mohamed’’ de l’université Abdelhamid Benbadis et auquel ont pris part de nombreux professeurs des médias dans les universités Algériennes et Arabes pour connaitre et analyser la théorie de ce savant en écriture. Cette rencontre a été une excellente opportunité de partages et d’échanges entre les différents intervenants d’une part et aussi une bonne occasion notamment pour les étudiants du cycle (LMD) en sciences de l’information et de la communication. L'université de Mostaganem est la première université qui organise ce genre de conférence sur la théorie du déterminisme de la valeur morale des médias ou de l'information. Le but de cette tradition scientifique est de fournir une occasion pour les professeurs et les chercheurs pour aborder plus profondément le sujet et de la mise à disposition d'un environnement scientifique approprié qui permet aux universitaires et aux étudiants inscrits en post graduation en particulier de bien maitriser le domaine de la recherche sur le système des valeurs et la théorisation académique des médias.

PIÈCES DE RECHANGE POUR VÉHICULES : La contrefaçon bat son plein et de l’escroquerie à la clé !

Le commerce de la pièce de rechange contrefaite pour tous types de véhicules qu’ils soient légers, lourds ou engins, à Mostaganem notamment au niveau des magasins faisant face au complexe sportif ‘’Commandant Farradj’’, bat son plein, sans que les services du commerce et les brigades de la répression des fraudes ne s’en mêlent pour éradiquer ce phénomène dont la quasi majorité de la pièce de rechange est commercialisés sans factures… !. Les propriétaires de véhicules toutes marques confondues (européennes, asiatiques ou autres) ne savent plus à quel saint se vouer pour se procurer une pièce dite d’origine. A défaut de s’approvisionner auprès des concessionnaires pour cause de fermeture, les automobilistes sont contraints de s’approcher des commerçants détaillants de la ville, mais au risque élevé de ne pas avoir la piève d’origine, et ce, malgré les assurances fournies par le vendeur, sachant d’avance qu’elles ne sont que des mensonges ! Les magasins de la pièce détachée suscités se sont spécialisés en violation de la loi, dans l’écoulement de la pièce de rechange appelée communément ‘’Chinoise’’ en termes simples ‘’contrefaites’’, sans être inquiétés le moins du monde par les services concernés. Certains commerçants véreux et sans aucun scrupule, vont jusqu’à vous convaincre que la pièce que vous demandez est d’origine et font tout pour que vous la preniez, mais une fois payée, aucune garantie ne vous est assurée.En effet, nous avons abordé un client chez un détaillant dans la même rue, qui venait d’être tout bonnement escroqué par ce dernier. Le client se présenta au magasin et sollicita un ‘’tachymètre’’ pour son véhicule de marque asiatique, il présenta le modèle d’origine retiré du véhicule. Quelques instants plus tard, le commerçant, et pour mettre le client en confiance, il lui annonça qu’il avait de la chance, car la pièce est d’origine, et qu’il ne pourrait la trouver ailleurs. Tout content, le client paya rubis sur l’ongle le prix exigé et partit voir son électricien-auto pour placer la pièce. Quelques instants plus tard, la pièce a été changée et place au test. Au bout d’un kilomètre seulement, la pièce achetée une demi-heure plus tôt, a lâché ! Vérification puis une autre à l’aide d’un scanner, aucun doute, la pièce n’est pas d’origine, c’est du ‘’chinois’’. La pièce fut remise au commerçant en lui expliquant qu’elle n’est pas d’origine, que c’est du pipo, mais grande fut la surprise du client, lorsque le vendeur lui signifia une fin de non recevoir, en refusant de reprendre la pièce et de ne pas le rembourser. Après moult tentatives, le client n’a pas eu d’autre choix que de quitter le lieu sans un mot, mais totalement désarçonné par le comportement odieux et irrespectueux du commerçant. Ceci, n’est qu’un exemple parmi tant d’autres où les automobilistes sont victimes d’arnaques et d’escroqueries de ce genre. A l’exception peut-être d’un certain nombre de revendeurs de la pièce de rechange qui se compte sur les doigts d’une main qui assurent à leurs clients la garantie d’au moins de reprendre la pièce en cas de problème, tous les autres font dans l’arnaque en écoulant de la pièce contrefaite. Leur tasse de thé, est le gain facile, ils ne s’amuseront jamais à s’approvisionner en pièces d’origines, ne se souciant guère de la vie des autres ! Pour rappel, plusieurs automobilistes, selon des informations recueillies auprès de ces derniers, ont eu des déboires avec la pièce contrefaite dont la durée de vie varie entre une minute et quelques semaines contrairement à la pièce d’origine qui dépasse pour certaines, les quatre voire cinq années de durée de vie. Les services de la Direction du Commerce, les brigades économiques des services compétents et la répression des fraudes sont interpellés à plus d’un titre pour éradiquer ce phénomène qu’est la contrefaçon, qui reste tout de même un facteur à l’origine des accidents de la route.

logements ruraux et RéSORPTION DE L’HABITAT PRéCAIRE : Cérémonie symbolique de remise des décisions de pré-affectation

Le wali de Mostaganem, M.Abdelwahid Temmar, accompagné du président de l’APW, M. Bouras El-Katroussi, et du SG de la wilaya de Mostaganem M.Bachir Far, a présidé ce jeudi 01 décembre 2016, une cérémonie de remise symbolique de plus de 10 décisions de pré-affectations sur les 916 programmées, aux bénéficiaires de logements ruraux et dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire (RHP) dont le taux d’avancement des travaux a atteint 60 %.Les bénéficiaires ont exprimé une grande joie lors de cette cérémonie, il est attendu que la remise des autres décisions aux bénéficiaires s’effectuera à partir de dimanche prochain au niveau des daïras concernées. Le chef de l’exécutif de wilaya a annoncé que 12.000 logements tous programmes confondus sont en cours de réalisation à travers l’ensemble des communes de la wilaya, appelant en ce sens les entreprises chargées de la construction à accélérer le rythme des travaux pour rattraper le retard enregistré dans certains programmes d’habitat. Pour sa part, la directrice du logement, Mme Fatiha Kessira, a annoncé que la wilaya de Mostaganem que sur les 916 logements objet de distribution, 836 logements entrent dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire (RHP à Mostaganem et 80 logements dans la cadre de l’habitat rural à travers 16 communes. S’agissant de l’habitat promotionnel aidé (LPA), il sera procédé à la distribution de 664 logements en fin d’année en cours et de 1.356 l’an prochain, selon la même responsable qui a ajouté que le retard enregistré sera rattrapé, sachant que le quota de la wilaya est de 2.390 logements. Par ailleurs, 200 logements de location vente (AADL) ont été attribués au mois de septembre, en plus du lancement des travaux de réalisation de 1.000 autres du même programme dont 600 à Stidia et 400 à Ouréah. La wilaya de Mostaganem va bénéficier d’un autre quota de 1625 logements qui sera distribué à la fin de Décembre 2016 et donc le nombre global de logements qui sera distribué en 2016, est de 9654 logements une action qui va éradiquer le problème du logement.

A L’ISSUE DE L’ORGANISATION DE DEUX ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX : Le Ministre Hadi Ould Ali et le wali Temmar félicitent le maire de Mostaganem

La ville de Mostaganem a connu en ce début d’automne 2016 deux événements sportifs internationaux qui ont suscité un engouement sans précédent chez les Mostaganémois et les invités en provenance de l’Etranger et de plusieurs wilayas du pays. Deux manifestations d’envergure mondiale que sont le tournoi international de tennis et le Concours International de Saut d’Obstacles qui ont transformé Mostaganem en une capitale mondiale du tennis et du cheval où l’élégance du pur sang arabe et du barbe a séduit les cavaliers les plus aguerris. Dans une lettre adressée au maire de Mostaganem M. Smain Abdelhamid, le Ministre de la Jeunesse et des Sports M. Hadi Ould Ali n’a pas manqué de remercier le premier magistrat de la ville pour l’intérêt accordé à l’organisation du Concours International de Saut d’Obstacles. Dans sa missive, le ministre écrit :’’ A l’issue de mon passage en votre commune lors de mon dernier déplacement dans la wilaya de Mostaganem, à l’occasion de l’ouverture, du Concours International de Saut d’Obstacles, je tiens à vous remercier pour la qualité de l’accueil qui m’a été réservé’’. Il ajoute :’’ Je vous remercie également pour l’intérêt que vous accordez personnellement ainsi que l’ensemble de votre Assemblée, au développement du secteur de la jeunesse et des Sports en votre commune’’, et le ministre de conclure :’’ Tout en vous souhaitant plein succès dans votre mission à la tête de l’APC, je vous pris de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma parfaite considération. Par ailleurs, le wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar n’a pas omis également d’adresser ses vives félicitations au maire de Mostaganem à l’issue de l’organisation impeccable du tournoi international de tennis qui s’est déroulé du 09 au 15 Octobre 2016 aux raquettes à la Salamandre et pour les efforts considérables consentis dans la préparation de ce grand événement. Le premier responsable de la wilaya se dit particulièrement satisfait des échos positifs rapportés par la presse audiovisuelle et écrite quant à la réussite totale de ce tournoi international. Le wali conclut sa lettre de félicitations :’’ Il m’est aussi agréable d’adresser mes remerciements à travers vous, à l’ensemble des travailleurs de votre commune qui se sont acquittés correctement des missions qui leur avaient été assignées pour la réussite de cette manifestation sportive de haut niveau’’.

CONVENTION ENTRE L’UNIVERSITÉ ET SAMSUNG C&T CORPORATION : Enjeux d’un partenariat scientifique gagnant-gagnantBeaucoup d’expériences ont démontré à travers le monde que la coopération entre l’université et le milieu économique est une alternative inconto

Beaucoup d’expériences ont démontré à travers le monde que la coopération entre l’université et le milieu économique est une alternative incontournable pour la création d’emplois et la mise à niveau concrétisées par le biais de la recherche surtout. Chez nous aussi, il est fait appel aux services des consultants et experts, à l’insertion professionnelle des étudiants dans le monde du travail et à la formation continue. Dans ce contexte, l’Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem étend son réseau au milieu économique à l’instar des autres universités du pays. Ainsi, dans l’après midi du lundi 28 novembre, à la faculté des Sciences et de la Technologie, une convention a été signée entre l’Université et Samsung C&T Corporation. Faut-il signaler que le Groupe Samsung est à Mostaganem pour la réalisation d’une centrale thermo électrique des plus importantes du pays soit d’une capacité de 1450 MW. Une fois réalisée cette centrale fournira à hauteur de 6% de l’énergie nationale. En cette occasion, le Recteur de l’université Abdelhamid Ibn-Badis de Mostaganem M. M.Belhakem, a mis en exergue l’importance d’un partenariat avec le milieu industriel. Il fait surtout allusion aux facteurs ‘’dynamisant le partenariat Université-Industrie’’ ; car pour lui, la coopération concerne l’ensemble des activités innovantes dont l’entreprise en a besoin pour augmenter sa productivité et sa compétitivité. L’épanouissement des rapports université-industrie favorise la valorisation du potentiel humain de l’entreprise. D’une manière générale, dira-t-il, il y a diverses formes de collaboration entre l’université et le monde économique, dont entre autres, l’intégration professionnelle soit l’employabilité des étudiants sortants, le regroupement de recherche et de développement, la formation continue par la mise en place d’une licence professionnelle. Le Recteur revient sur le développement des petites entreprises par le biais de la Maison de l’Entreprenariat comme projet phare de l’Université de Mostaganem. Le partenariat avec le milieu industriel va consolider les perspectives de la formation et élever le taux d’employabilité au profit des étudiants en fin de cycle. Les capacités en compétences humaines et équipements dont dispose l’université de Mostaganem consolideront très certainement cette démarche de partenariat. Une démarche que le wali, en sa qualité de premier responsable de la wilaya, encourage vivement. Il faut rappeler aussi qu’à travers cette politique de coopération, l’université œuvre pour donner aux étudiants, l’opportunité de prétendre à des emplois. M. Park Hong responsable du projet Samsung à Mostaganem, il s’est montré très confiant quant aux perspectives de formation attendues par cette coopération. Il espère que son Groupe, grâce à son expérience industrielle, puisse apporter de réels profits à la recherche dans le cadre de cette convention.

UNIVERSITÉ ABDELHAMID IBN-BADIS : Colloque international sur le pétrole et les énergies renouvelables

La Faculté des sciences économiques, commerciales et de gestion de l’Université Abdelhamid Ibn-Badis de Mostaganem organise aujourd'hui et demain, un colloque international dont le thème est : « Le pari des pays en développement sur les énergies renouvelables dans le contexte des fluctuations des prix du pétrole sur le marché mondial».Ce colloque conduit sous la présidence du Dr. Douah Belkacem, en présence du Recteur de l’université le professeur Belhakem Mustapha, désigné à l’occasion ‘’président d’honneur dudit colloque’’ ainsi que du Doyen de la faculté concernée, M. Brainis Abdelkader. L’Algérie pays exportateur de pétrole continue à subir les conséquences de sa dépendance à cette énergie. Certes, les réserves cumulées dans le cadre du Fond de Régulation des Recettes lui ont assuré une marge de manœuvre pour le court et le moyen terme, mais il lui serait difficile de s’épargner de l’effondrement de ses ressources budgétaires provoquant la baisse des niveaux d’investissement dans beaucoup de secteurs, donc l’incapacité à mobiliser les ressources nécessaires au financement de son développement à moyen et à long terme. Pourtant, cette situation n’est pas une première dans l’histoire des fluctuations des prix du baril dont les conséquences ont été subies par les pays exportateurs tels les chocs pétroliers qui ont déstabilisé leur développement. En effet, l’Algérie est naturellement privilégiée pour son ensoleillement, son vaste territoire avec des localités importantes très ventées à longueur d’année, où le temps d’insolation sur presque la quasi-totalité du territoire algérien excède 2500 heures par an et peut atteindre 3900 heures. Le potentiel solaire algérien est de 37 milliards m3, l’équivalent de 10 grands gisements de gaz naturel qui auraient été découverts au grand sud algérien. Ce colloque international qui compte plusieurs membres éminents en son comité scientifique est axé sur des points assez pointus de la recherche en ce domaine, comme la place des énergies renouvelables dans la politique énergétique de l’Algérie, le secteur du pétrole dans la stratégie de développement des pays en développement, et les énergies renouvelables dans la politique énergétique de l’Algérie.

Le président de l’ASSOCIATION DES DIABéTIQUES, «EL-AMEL», AU FORUM D’OUEST-INFO : Plus de 900 malades pris en charge

Dans le cadre du forum organisé par le Bureau d’Ouest-Info, et à l’occasion de la célébration de la journée mondiale du Diabète, nous avons reçu ce samedi 26 novembre 2016, M. Hamiti Ali, Président de l’Association des Diabétiques ‘’El-Amel’’ d’Ain-Tedles et le Docteur Belhamiti qui ont bien voulu répondre à notre invitation à l’effet de nous éclairer sur la situation des diabétiques et les difficultés rencontrées en matière d’approvisionnement en médicaments et de prise en charge des malades.Après les souhaits de bienvenues, la parole fut donnée à Mr Ali Hamiti Président de l’Association ‘’El-Amel’’, lequel a donné un aperçu exhaustif sur le rôle de l’association et de ses membres bénévoles qu’ils soient médecins, infirmiers, sympathisants ou autres. L’Association dira M. Hamiri est à caractère caritatif et socio-éducatif destinée aux patients diabétiques adultes et enfants. Elle est compose de deux commissions : la première traite du volet social, présidée par M.Ali Hamiti et la deuxième purement scientifique conduite par le Dr. Belhamiti Belkacem. Selon notre interlocuteur, le rôle de la commission sociale consiste à défendre les droits des malades, en leur facilitant la procédure d’acquisition de la carte ‘’Chiffa’’ ou la carte du tiers payant en agissant auprès des services de la Cnas, du service social de l’APC et les services de la Direction des affaires sociales et de la solidarité (DASS). Aussi, elle prête assistance aux diabétiques démunis dépourvus de couverture sociale, comme elle facilite l’accès aux soins ambulatoires auprès de l’ESPS et l’EPH en cas d’hospitalisation ou d’évacuation. Enfin, l’association organise des excursions pour les patients diabétiques. Concernant la commission scientifique présidée par le Dr. Belhamiti Belkacem, son rôle s’articule surtout autour de l’éducation thérapeutique du patient, qui reste le point nodal des objectifs de l’association, visant à donner au diabétique une meilleure connaissance de sa maladie et de ses complications et par conséquent une meilleure adhésion au traitement (Observance), considérant que le diabète est une maladie chronique à vie et que la patient doit-être un acteur dans l’obtention des résultats’’, selon le Dr. B.Belhamiti. Pour mieux éclairer nos lecteurs sur cette éducation thérapeutique, notre invité en praticien, dira qu’elle consiste à regrouper les malades entre eux, engendrant une forme de thérapie de groupe d’où l’expression ‘’ Je ne suis pas seul’’, combattant ainsi le déni de la maladie et la réticence vis-à-vis du traitement et surtout de l’insulinothérapie). Enchainant le Dr. Belhamiti ajoute :’’ Il faut expliquer au patient sa maladie, ainsi que son traitement dans le but d’améliorer l’observance et surtout un meilleur usage du lecteur de Glycémie et sur l’auto-surveillance glycémique. Comme il faut prévenir et corriger certaines complications aigues telles que la survenue des hypoglycémies et les complications concernant le pied diabétique. Expliquer aussi les sites et techniques d’injection et mode de conservation de l’insuline et enfin une meilleure compréhension sur l’alimentation équilibrée, et les apports glucidiques des différents aliments’’. En ce qui concerne le dépistage précoce de masse et de l’hypertension artérielle, le Dr. Belhamiti a expliqué :’’ Cette opération consiste à dépister dans la population générale, de nouveaux cas de diabétiques et d’hypertendus non encore reconnus.’’. Quant à la formation du personnel para médical dans l’éducation thérapeutique, l’association organise chaque année une journée de formation dont l’objectif primordial est d’inclure ce personnel dans le réseau d’éducation thérapeutique de l’association ‘’El-Amel’’. Dans ce contexte, il est utile de souligner que l’association ‘’El-Amel’’ reste un terrain pour les stages destinés aux étudiants en Sciences Infirmières. Pour cela, il existe une convention avec le département concerné de l’université Abdelhamid Ibn-Badis de Mostaganem, où l’association accueille à chaque promotion des étudiants dans la filière des sciences infirmières où ils auront accès aux différentes activités de l’association, de leur offrir une formation sur les différentes connaissances portant sur l’éducation du diabétique et surtout de les mettre en contact direct avec les patients dans leur milieu familial et social. Ainsi chaque étudiant aura deux malades à étudier et présentera à l’issue son rapport de stage en, fin d’année. Pour le président, l’association ‘’El-Amel’’, active tout le long de l’année sans répit en passant par l’organisation d’événement à l’occasion de la célébration des journées consacrées au diabète dont, ‘’Journée nationale du Diabète-23 Mars’’, ‘’ Journée paramédicale sur le Diabète’’, ‘’ Journée Mondiale de la Santé-07 Avril’’, ‘’Journée de l’Enfance’’, ‘’ Journée Diabète et Ramadhan’’, ‘’Journée Mondiale du Diabète- 14 Nov.’’, ainsi que les différentes participations aux événements nationaux. En dépit de tous les efforts consentis depuis 2010, et les 900 diabétiques pris en charge par l’Association ‘’El-Amel’’, celle-ci ne possède pas encore un local où elle pourra mener à bien sa mission. Pour ce faire le Président de l’Association El-Amel’’ d’Ain-Tedles et le Dr. Belhamiti Belkacem, lancent un appel pressant aux Autorités de la wilaya à l’effet de leur venir en aide pour l’octroi d’un local où ils puissent travailler sereinement et prendre en charge efficacement les 900 patients déclarés.

OPÉRATIONS DE DÉMOLITION DU VIEUX BÂTI : Les responsables interpellés pour prendre des mesures de sécurité

Plusieurs organes de presse ont déjà tiré la sonnette d’alarme en ce qui concerne les risques encourus par les passants au bas des immeubles du vieux bâti de la ville où des pans entiers de balcons s’écroulent de temps à autre provoquant souvent un mouvement de panique. Si les autorités de la wilaya ont pris conscience de la situation, il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, la menace est de plus en plus pesante notamment au niveau du quartier mythique de ‘’Derb’’. En effet, le cas du quartier ‘’Derb’’ est peut-être un peu particulier, puisqu’il s’agit-là et avant tout d’opérations de démolition décidées par les pouvoir publics concernant les habitations dont le degré de vétusté est très avancées et par conséquent, irrécupérables dans le cadre de la préservation du patrimoine culturel immatériel. La démolition de ces anciennes habitations ne va pas sans pas sans engendrer des risques majeurs pour les maisons adjacentes du fait qu’elles souvent, il se trouve, qu’elles sont soutenues par un même mur porteurs, sachant que ces anciennes bâtisses ont été érigées à l’époque sans piliers porteurs et des fondations moins solides que celles adoptées en notre temps.Les pelleteuses engagées dans la démolition n’observent pas généralement certaines mesures de sécurité qui sont de rigueur dans pareille entreprise et risquent au grand dam des occupants dont les habitations ne sont pas concernées par cette opération, de voir leurs murs s’effriter et leurs maisons s’écrouler comme des châteaux de carte. Aussi, il y a lieu d’attirer l’attention des autorités, selon, des riverains, sur des cas de malhonnêteté qui ont apparu dans le seul but de bénéficier de logements, alors qu’ils ne sont nullement propriétaires des lieux, encore moins des occupants, seulement des proches parents qui détiennent juste les clés des maîtres des lieux dont beaucoup habitent d’autres wilayas. Mais avec la complicité de certains agents, ils se font recenser au détriment de ceux qui en sont vraiment dans le besoin, et bénéficieront en toute quiétude de logements dans le cadre des opérations de recasement. Pour ce faire, les autorités sont interpellées d’une part à l’effet de prendre toutes les mesures nécessaires pour la sécurité des habitants du vieux bâti, et de mettre un terme à des dépassements constatés dans le recensement des familles dans le cadre du recasement. L’opération de démolition au niveau du quartier ‘’Derb’’ entreprises par d’anciens responsables, a été un total fiasco, sans aucune étude, ni concertation… Certaines maisons dont l’état de dégradation est tel, qu’il n’est même inapproprié de les démolir manuellement, cela présenterait des risques énormes. Ces responsables ont laissé une situation catastrophique derrière eux due à une très mauvaise gestion de la chose. Aussi, faut-il souligner, qu’à l’unanimité des riverains, ces derniers s’accordent à reconnaître que depuis l’arrivée du wali Temmar, le problème été pris à bras-le-corps. En urbaniste avisé, qui un atout majeur pour la wilaya, le chef de l’exécutif de la wilaya, a su gagner la confiance de la population, notamment les habitants occupants le vieux bâti. Pour mieux cerner le problème, l’équipe d’Ouest-Info s’est déplacée au quartier mythique de ‘’Derb’’ et plus précisément à la rue ‘’Abdellah’’ et la descente des sœurs où nos journalistes se sont approchés des riverains afin d’écouter leurs préoccupations et leurs inquiétudes sur la situation actuelle. Aussi, s'agissant des habitations dont les propriétaires sont absents, les membres du comité de quartier de ''Derb'' dont Monsieur Idriss Bey M'hamed membre du bureau fédéral et habitant du quartier, sont disposés à apporter leur contribution pour éclairer les autorités sur leur situation et sur celle de ceux qui habitent actuellement en France et veulent à tout prix bénéficier de logements en usant de certaines ruses! Par ailleurs, il est utile de souligner que les habitants du quartier vivent un calvaire, celui de la présence de délinquants, de la drogue et de la boissons, qui viennent se réfugier dans les bâtisses démolies partiellement où ils s’adonnent à des beuveries et créant un climat d’insécurité et de peur pour les riverains. Les habitants lancent un appel au wali à l’effet de mettre un terme à certains dépassements concernant le bénéfice des opérations de recasement d’une part et de tout mettre en œuvre à l’effet d’assurer une sécurité optimale des habitations non concernées par la démolition, et déclarent avoir une totale confiance en Monsieur le Wali quant à la prise en charge de leurs préoccupations.

le chef de daira sévit contre les dysfonctionnements du service de logement : Des responsables de cette structure, écartés

Et pourtant, la presse n’a cessé de tirer la sonnette d’alarme sur les dépassements constatés dans le traitement des dossiers de logements notamment ceux entrant dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire (RHP) et le favoritisme flagrant allant jusqu’à confectionner des listes de bénéficiaires sans passer par la commission d’étude des dossiers. Les représentants de la société civile ont pourtant, à travers la presse et d’autres canaux, dénoncé ces méthodes illégales, mais en vain… Si pour les dossiers concernant le logement social, les procédures règlementaires sont dans la majorité des cas, respectées, il n’en demeure pas moins qu’il n’est nullement le cas pour l’habitat précaire où des dépassements ont été soulevés du fait que la liste des bénéficiaires n’a jamais eu l’aval de la commission instaurée à cet effet. Certains avancent même qu’une commission ‘’parallèle’’ au niveau de la daïra prenait en charge le traitement des listes et en décider dans l’omerta. Aujourd’hui, l’ordre établi depuis des années, semble être bousculé par le nouveau chef de la daïra, selon nos sources. En effet, nous venons d’apprendre que certains responsables au niveau de la daïra viennent d’être définitivement écartés de la gestion du dossier du logement. Ainsi, la cheffe de service chargée de la saisie et du traitement des dossiers et l’agent chargé du classement et de la saisie des fiches d’enquêtes, viennent tout simplement d’être remerciés par le nouveau patron de la daïra. Lors de la réunion marathon tenue mardi dernier, le nouveau chef de la daïra, n’en revenait pas lorsqu’il s’est penché sur les procédures adoptées auparavant dans le traitement des dossiers. Selon notre source, il a été stupéfait d’entendre que la liste des bénéficiaires de logements dans le cadre de l’habitat précaire n’était pas soumise à la commission de traitement des dossiers instaurée par la loi et à aucun moment aux procédures règlementaires en application de la législation en vigueur. ‘’Deux agents de la daïra incarcérés pour corruption pour avoir promis à leurs clients des logements dans le cadre du ‘’R.H.P'' Aussi, faut-il rappeler que deux agents de la daïra ont été déjà poursuivis pour corruption et actuellement incarcérés à l’établissement pénitentiaire de Sidi Athmane. Ils ont été pris la main dans le sac (en flagrant délit) par la police à la suite de plaintes déposées à leur encontre par des citoyens demandeurs de logements. Pour le premier l’affaire date de moins d’une année et l’autre au cours de la semaine dernière. Par ailleurs, fort est de constater que ces méthodes de travail entretenues par d’anciens responsables de la daïra de Mostaganem, ont tendance à anéantir totalement les efforts consentis jusque-là par l’Autorité de wilaya en matière de logement dans le but de faire face à la demande sans cesse croissante, d’autant plus qu’il s’agit d’un secteur hautement stratégique qui relève d’une politique nationale menée tambours battants par le Gouvernement. En effet, au moment où des brigades d’enquêtes assermentées se démènent pour effectuer des enquêtes sociales les plus poussées et les plus justes possibles pour permettre à ceux qui sont réellement dans le besoin de bénéficier de logements décents, d’autres sillonnent les quartiers et les cités à la recherche de clients potentiels dans le cadre de l’habitat précaire sans aucune enquête sociale, ni étude par la commission de logement de la daïra. Ce sont des listes qui sont établies à l’abri des regards et des curieux sur une simple copie de la carte nationale d’identité, remise au pseudo représentant du quartier qui souvent n’a rien à voir avec cette opération, car, ne répondant pas aux critères requis, pour atterrir à la daïra ?!!. Plusieurs représentants de la société civile ont dénoncé avec vigueur à travers la presse et saisi les autorités compétentes, mais en vain… Le nouveau chef de daïra, selon notre source, semble prendre conscience de la gravité de la situation, il s’agit d’un champ miné qu’il faudrait traverser à l’aide d’un ‘’détecteur de mines’’. Lors de la réunion de la commission tenue la semaine dernière au niveau de la daïra, les quatre vérités ont été étalées sur la table, faisant réagir le nouveau chef de la daïra qui n’a pas hésité à exhiber devant les présents toute une panoplie de textes règlementaires et législatifs relatifs au fonctionnement de la commission de traitement des dossiers de logements en mettant en garde, selon toujours notre source, les responsables concernés qu’aucun dépassement ne sera toléré à l’avenir et que les listes des bénéficiaires de logements dans le cadre de l’habitat précaire (RHP) doivent être obligatoirement soumises à l’étude de la seule et unique commission de daïra officiellement reconnue par la loi. ‘’ Des bidonvilles démolis commencent à refaire surface au vu et au su des services concernés anéantissant ainsi tous les efforts des autorités de la wilaya’’ Plus grave encore, Après que des citoyens bénéficiaires de logements dans ce cadre, et qui ont quitté leurs masures pour prendre possession de leurs logements respectifs, les services de la daïra, n’ont pas suivi d’effet les instructions en matière de récupération des assiettes ainsi libérées, puisque certaines d’entre elles, viennent tout simplement d’être squattées après la démolition, et reconstruite avec du parpaing sans que les services concernés ne bougent le doigt. C’est ce qu’on appelle le retour à la case de départ ! Rien que ça ! Et pour l’illustration, nous citons un exemple édifiant, celui de la rue 07 à Tigditt (voir photo ci-contre). Cette manière de gérer ce dossier ne va pas sans démobiliser les enquêteurs des différentes brigades notamment celle Tigditt dont les membres consentent d’énormes efforts pour mener leurs enquêtes dans des conditions très difficiles et compliquées, nécessitant beaucoup de patience, de sagesse et de maitrise surtout sachant que les adresses ne sont pas souvent celles portées sur les dossiers. La question qui taraude aujourd’hui les esprits, pourquoi les autorités ne confient-elles pas les enquêtes aux mêmes brigades chargée du logement social, du fait qu’elles font un travail appréciable et ont l’avantage de connaitre les quartiers et les cités où elles évoluent et l’expérience du terrain. Ceci dit, cette nouvelle mission aura au mois le mérite de faciliter la tache à la commission de daïra de traiter les dossiers au même titre que ceux du social, et d’éviter d’autre part, certains dépassements constatés dans les attributions du précaire. La mauvaise gestion de ce dossier et l’omerta dont il a fait l’objet, ont fait que certaines pratiques tout aussi illégales qu’intolérables ont pris le dessus au grand dam en transgressant la loi, au grand des représentants de la société civile et des citoyens qui se trouvent réellement dans le besoin et qui patientent depuis des lustres. Si l’actuel wali, n’a pas hésité un seul moment d’affirmer à plusieurs occasions que le logement reste son cheval de bataille, il n’en demeure pas moins, qu’en sa qualité de premier responsable de la wilaya, il reste interpellé à plus d’un titre pour mettre fin à ces dépassements et de débusquer tous les opportunistes et les intrus auteurs de ces pratiques frauduleuses.
  • Mostaganem

    Lacinia vitae In ante ipsum Sed nec dapibus et orci dictumst. Vel lacus amet dictumst et sapien est ac Curabitur pellentesque ultrices. Feugiat convallis turpis massa ligula sagittis enim aliquet fringilla orci pretium. Ut Aenean Vestibulum suscipit eros pede et nibh laoreet Pellentesque mus. Aliquet ultrices dictumst justo justo tortor vitae nisl nec sem.

  • Oran

    Ipsum lorem Vestibulum Nam lacinia Curabitur euismod eu urna neque nibh. Donec elit Integer malesuada eros dolor Suspendisse id ornare tincidunt Morbi. Nisl libero ac fermentum vel sed laoreet justo tempus magna.

  • Tlemcen

    Feugiat convallis turpis massa ligula sagittis enim aliquet fringilla orci pretium. Ut Aenean Vestibulum suscipit eros pede et nibh laoreet Pellentesque mus. Aliquet ultrices dictumst justo justo tortor vitae nisl nec sem.

  • Saida

    Neque libero natoque Nunc egestas fermentum senectus mauris at metus Integer. Velit quis Sed Sed Nam felis sagittis a Mauris ac rutrum. Nulla et habitant et tellus ipsum lacinia ac hendrerit Sed ac. Fames pellentesque et Aenean et neque convallis.

  • relizane

    Ipsum lorem Vestibulum Nam lacinia Curabitur euismod eu urna neque nibh. Donec elit Integer malesuada eros dolor Suspendisse id ornare tincidunt Morbi. Nisl libero ac fermentum vel sed laoreet justo tempus magna.

  • Tiaret
  • Ain-Témouchent

    Ipsum lorem Vestibulum Nam lacinia Curabitur euismod eu urna neque nibh. Donec elit Integer malesuada eros dolor Suspendisse id ornare tincidunt Morbi. Nisl libero ac fermentum vel sed laoreet justo tempus magna.

  • MASCARA

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar