Sat01202018

Last updateWed, 10 Jan 2018 3pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO

Régions Info

LES MEMBRES DE L’APW SUR LE TERRAIN : Des visites marathoniennes dans plus de 450 douars

Un programme de visites a été élaboré par l’Assemblée Populaire de Wilaya (APW) et exécuté depuis presque un mois touchant pratiquement à l’ensemble des douars de la wilayas. Des visites ponctuées par un travail d’évaluation sur la situation qui prévaut dans ces zones rurales et de lister les préoccupations des citoyens afin d’en débattre lors de la prochaine session de l’APW qui sera consacrée aux douars de la wilaya.Ainsi, plus de 450 entre douars et zones enclavées ont été visités par les membres de l’APW et à leur tête le président Bouras El-Ketroussi. Ce programme de visite qui a été décidé en commun accord avec le chef de l’exécutif de la wilaya s’inscrit dans le cadre d’une évaluation de la situation des populations rurales, lister les préoccupations et recenser les priorités afin de dégager les solutions idoines aux problèmes présentant une urgence et liés à l’amélioration de leur cadre de vie. Aussi, le but de ce programme est de sensibiliser les populations rurales sur l’importance de leur implication dans le développement de la wilaya, du fait qu’elles représentent une force de proposition appréciable. Ces populations sont les mieux placées dans l’identification des problèmes et les poser dans un cadre organisé. Cette démarche se veut également un élément précurseur dans le rapprochement entre l’administration et le citoyen. Pour ne pas revenir sur les premières visites effectuées, car la presse n’y était pas invitée pour des raisons que nous ignorons, nous allons nous contenter des trois dernières visites où l’équipe d’Ouest-Info était présente, effectuées dans les daïras d’Ain-Tedles, Sidi Ali et Kheireddine les 08,09 et 10 novembre 2016. La délégation conduite par le Président de l’APW, composée des membres des vice-présidents Hachelaf Laid et H’mamda Bendehiba, Meghalet Mohamed président de la commission de l’éducation, Blekhdar Charef, président de la commission de la santé et les membres Bekadouri Mohamed, Bendehiba Abdelkader et Kherbache Mohamed, et plusieurs directeurs de l’exécutif, a entamé la dernière étape de son périple par la daïra d’Ain-Tedles qui compte 81 douars. Au douar Ouled-Bouras, comptant plus de 4.000 habitants, relevant de la commune de Sour, les habitants ont soulevé le manque de l’éclairage rural qui reste insuffisant, en sollicitant la mise en place d’un poste de transformation électrique comme solution appropriée et durable. Le P.APW a montré toute sa disponibilité à une meilleure écoute afin de réussir la bataille du développement. Très serein, très prospectif dans ses versions, aussi de l’avenir, il sollicita la contribution de tous les partenaires pour une meilleure prise en charge des préoccupations. Durant cette visite de travail, un manque flagrant en matière de transport scolaire a été constaté, plus particulièrement à destination des douars relevant des communes de Sour et Oued-Elkheir. Les écoliers de ces zones enclavées souffrent en cette période d’hiver glacé, leur scolarisation est souvent perturbée en cette période notamment pour les enfants dont l’âge varie entre 08 et 12 ans inscrits en primaire. Aussi, un autre problème a été soulevé, celui du manque de chauffage au niveau de certaines écoles, ce qui ne va pas sans créer des difficultés aux petits élèves à suivre normalement leurs cours. Dans un cadre général, les représentants des comités des douars ont soulevé une dizaine de préoccupations ayant trait au volet social, comme le raccordement en gaz de naturel, l’extension du réseau d’assainissement, l’alimentation en eau potable, le revêtement des pistes carrossables et le bitumage des ruelles, l’élargissement des accès menant à leurs villages, la réhabilitation des salles de soins et des foyers de jeunes…etc. Pour répondre à ces préoccupations, l’APW s’est engagée à résoudre certains de ces problèmes, à savoir, la réhabilitation et l’aménagement des foyers de jeunes ainsi que la salle des soins. Comme elle prendra en charge le bitumage de la route. Quant aux problèmes du réseau d’assainissement, de gaz de ville, de l’élargissement et de revêtement des chemins communaux et l’alimentation en eau potable, le P/APW en concertation avec les directeurs de l’exécutif de wilaya présents, a promis d’engager les démarches nécessaires pour l’étude et le lancement des travaux dans les meilleurs délais afin de permettre aux habitants un meilleur cadre de vie. La dernière visite effectuée le jeudi 10 novembre 2016, à douar Sidi Fellag, le Président de l’APW, a relevé que le maire de Sayada ne répond pas aux attentes de ses concitoyens, plus particulièrement en matière de logement dont souffre une bonne partie des habitants.

SECTEUR DE LA SANTÉ ET DE LA POPULATION : ‘’Un saut qualitatif exceptionnel ces deux dernières années’’

‘’Le secteur de la santé à Mostaganem, a connu ces deux dernières années, un saut qualitatif exceptionnel’’, ce sont-là les déclarations de M. Abdelmalek Boudiaf Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, prononcées lors de la dernière visite de travail effectuée dans la wilaya de Mostaganem en date du 30 Octobre 2016, où il a posé la première pierre pour la réalisation d’un service de radiothérapie au niveau du futur CHU 240 lits de Kharrouba. En l’espace de cinq mois, entre le 02 juin et 30 octobre 2016, M. Boudiaf a effectué deux visites de travail à Mostaganem. C’est dire toute l’importance qu’accorde le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière à la capitale du Dahra. Le Ministre en personne reconnait que depuis ces deux dernières années le secteur de la santé à Mostaganem a connu un saut qualitatif exceptionnel. Dans sa déclaration à la presse, le Ministre a précisé :’’ Mostaganem dispose actuellement de sept (07) scanners, mais un seul radiologue. Soucieux de palier à ce déficit, nous avons décidé de créer au niveau du CHU un poste de chef de service en radiologie dont le concours sera ouvert avant la fin de l’année en cours’’. Pour ces raisons, le ministre a tenu à féliciter tous ceux qui ont contribué à cette avancée remarquable et delà, à affirmer : ‘’Ceci nous permettra à l’avenir de mettre à profit tous ces équipements ultramoderne, de haute technologie pour une meilleure prise en charge des malades, ce qui nous permet de dire par ailleurs, que nous avons relevé un changement radical par rapport à la situation qui prévalait il y a deux ans’’. Enchainant, M. Boudiaf a indiqué :’’ Nous félicitons les responsables du secteur de la santé de Mostaganem, et nous leur avons demandé de se tenir prêts pour la mise en œuvre de la nouvelle loi régissant le secteur de la santé, car celle-ci nécessitera des efforts colossaux du fait qu’il s’agira d’un changement radical dans le secteur’’. En ce sens, il précisera :’’ Nous œuvrons à travers cette nouvelle loi sur la santé, d’en faire un modèle tant en Afrique qu’au niveau mondial’’. ‘’ Boudiaf : ‘’ Le nouveau système de santé, sera un modèle pour le Maghreb et l’Afrique’’ Dans ce contexte, le Ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière a tenu à préciser que la nouvelle loi sur la santé n’a rien à voir avec ce qu’on a vécu jusque-là présent, elle apporte un changement radical dans la vision des choses, dans la gestion de la ressource humaine et dans la définition même de ce que seront les objectifs et les perspectives du secteur de la santé. Elle a été élaborée, selon le ministre, sur des bases scientifiques en tenant compte des paramètres universels dans le domaine et des différentes étapes qu’a connu le secteur de la santé en Algérie depuis l’ère coloniale, ce qui a permis d’identifier les vrais problèmes, selon M.Boudiaf. A ce titre, il assure :’’ A travers cette étude, nous avons identifié l’ensemble des problèmes du secteur, nous les avons abordés, et nous leur avons trouvé les solutions appropriées. Notre objectif et de hisser notre système de santé sur le podium à l’échelle régional et continental conformément aux instructions de Monsieur Le Président de la République’’. Aussi, dans ses explications, le ministre est allé encore plus loin en affirmant que la nouvelle loi comparativement au passé, elle a englobé plusieurs créneaux relevant du secteur de la santé. A titre d’exemple, M.Boudiaf citera l’industrie pharmaceutique qui n’existait nulle part dans les anciens textes, devenue aujourd’hui, un des piliers de l’économie de tout pays qui se respecte. Aussi il est question de la médecine gratuite. En effet, la nouvelle loi apporte dans les détails à travers 12 articles, toutes les garanties concernant la gratuité des soins. Et pour appuyer ses déclarations, le Ministre rassure :’’ Lors du dernier Conseil des Ministres où nous avions présenté le projet de la nouvelle sur la santé, Le Président de la République a insisté vivement sur la gratuité des soins, la préservation des acquis et l’accès à tous les citoyens algériens sans exception, à la gratuité des soins, donc, nous ne pouvons que nous féliciter de cette immense réalisation’’. Pour rappel, lors de son passage à l’EHS Mère-Enfant de ‘’Lalla Kheira’’ à Mostaganem, le Ministre a tenu à féliciter le personnel médical et paramédical, plus particulièrement le Directeur de la structure en question pour les conditions d’accueil et de prise en charge des parturientes. Aussi, le ministre a tenu à rappeler que Mostaganem dispose maintenant, indépendamment des anciennes structures hospitalières toujours opérationnelles, de trois nouveaux hôpitaux de 60 lits, et disposera dans peu de temps d’un CHU de 240 lits doté de services de radiothérapie et de radiologie. ’Création de 04 nouvelles Chefferies de services en prévision du nouveau CHU’’ Par ailleurs, le Dr. Friha Abdelghani nous a fait part de la formation de 18 résidents, ce qui est un grand pas vers une meilleure adaptation des structures internes et leur modernisation (04 en Chirurgie Générale, 06 en Anesthésie-Réanimation, 02 en Pneumologie, 02 en Anatomie, et 04 en Biologie Médicale), en sus de l’ouverture du concours pour 04 postes de Chefferies de services hospitalo-universitaires en Chirurgie Générale, Biologie Médicale, Médecine Interne et Radiologie. Aussi, indépendamment des 06 ambulances médicalisées, le Directeur de la santé et de la Population, a dans son agenda, le renforcement du secteur par trois nouvelles clino-mobiles qui viendront renforcer le système mis en place depuis plus d’une année. Il est utile de souligner par ailleurs, que la Direction de la santé et de la Population de la wilaya de Mostaganem, sans complaisance aucune, a pu, en l’espace de deux années seulement, d’atteindre plusieurs objectifs dont celui de la réalisation des projets inscrits. En effet, tous les projets ont été achevés. D’autres sont en cours de réalisation dont la situation des travaux a dépassé pratiquement les 75% à l’image du CHU 240 lits de Kharrouba, mettant fin ainsi à l’anarchie qui a sévi des années durant antérieurement à 2015. Ceci, démontre si besoin est, que le secteur de la santé a connu, comme l’a précisé le Ministre Boudiaf, un saut qualitatif exceptionnel, ces deux dernières années. A titre d’illustration, il suffit de revenir au rapport du DSP Dr. Friha Abdeghani, présenté lors de la première session de l’APW en janvier 2015, sous le titre ‘’ Entre réalités et Perspectives’’, où il a mis l’accent sur la feuille de route de 24 points du Ministre de la santé, les objectifs assignés et les perspectives afin de surmonter les difficultés dont le secteur de la santé était confronté. Aujourd’hui, force est de constater, que la situation a beaucoup évolué, pour ne pas dire radicalement changé. Le pragmatisme, le sérieux, la visibilité dans la gestion, les projections vers l’avenir, le travail méthodique et analytique, la réflexion scientifique, la concertation et l’implication de l’ensemble des acteurs de la santé à travers les briefings hebdomadaires, sont autant de facteurs qui ont été le fer de lance dans cette transformation profonde que subit le secteur de la santé à Mostaganem. Quelle Métamorphose !!! En effet, le secteur est passé d’un état de ‘’Comateux’’ vers celui du dynamisme et de la prospérité. Et c’est l’avis du Ministre Abdelmalek Boudiaf. Pour l’instant, seuls les secteurs de la santé et de la Population, des Ressources en Eau, qui caracolent en tête en matière de développement et d’amélioration des prestations. Viennent ensuite, celui du logement qui avance tant bien que mal, malgré les difficultés rencontrées sur le terrain. S’agissant des autres secteurs à l’image du Tourisme de l’Agriculture, de l’industrie, de l’énergie et de l’investissement, la wilaya de Mostaganem, en dépit des efforts et comparativement à d’autres wilayas de l’Ouest, à l’image de Tiaret et d’Ain-Temouchent, pour ne pas s’étaler à d‘autres régions du pays, se trouve en queue de peloton. Beaucoup reste à faire et la meilleure manière d’y arriver, c’est d’éviter les faux problèmes et de s’attaquer sans tarder aux réalités du terrain.

BOUDIAF EN VISITE DE TRAVAIL : Des services de radiologie et de radiothérapie pour le nouveau CHU 240 lits

M. Abdelmalek Boudiaf a effectué une visite de travail et d’inspection dimanche 30 octobre dans la wilaya de Mostaganem où il a eu à s’enquérir de la situation des travaux du nouvel hôpital 240 lits de Kharrouba, la pose de la première pierre du projet du service de radiothérapie, l’inauguration du Samu 27 et du service de la médecine du travail. Cette visite est programmée depuis le 02 juin 2016, date où le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière a effectué une première visite de travail. En effet, lors de cette visite, M. Boudiaf avait annoncé l’intégration au sein du nouvel hôpital 240 lits de Kharrouba un service de radiothérapie et dont les travaux ont été lancés au cours du mois de septembre dernier. Hier, le ministre a posé la première pierre de ce projet au grand soulagement de la population notamment les malades atteints de cancer qui n’auront plus à se déplacer dans une ou deux années vers la wilaya d’Oran pour des séances de radiothérapie. Ensuite le ministre, accompagné du wali Temmar et du Président de l’APW El-Ketroussi Bouras et du Directeur de la santé de la wilaya Dr. Abdelghani Friha s’est dirigé vers le service des urgences médico-chirurgicales (UMC) de Tigditt où il s’est enquis de l’état des lieux avant de procéder à l’inauguration du Samu 27 et d’un nouveau service de la médecine du travail. Visiblement satisfait des deux réalisations et constatant sur les lieux l’existence d’un espace suffisant, il a instruit les responsables locaux d’ériger un centre de transfusion sanguine qui sera d’un grand apport pour la wilaya et celles limitrophes. Puis le cortège ministériel a pris la direction de l’EHS mère-Enfant de ‘’Lalla Kheira’’ où il a eu à écouter les responsables sur les travaux lancés pour la réalisation d’une salle d’attente afin de désengorger le hall des urgences et le grand vestibule donnant accès à l’administration et aux étages supérieurs, deux principales entrées de l’établissement. Le ministre a longuement discuté avec le Directeur de l’EHS mère-Enfant, M. Hadj Rouabah, à qui il a donné des instructions sur le redéploiement du personnel médical et paramédical afin de répondre à la forte demande. En s’adressant à des femmes au niveau de l’accueil, le ministre a été surpris de les entendre dire, qu’elles arrivaient des wilayas de Sétif, Mascara et Relizane. Pour ce qui est du nouvel hôpital 240 lits, le ministre a précisé que la wilaya de Mostaganem dispose de sept (07) scanner avec la présence d’un seul radiologue, ce qui est anormal. Pour ce faire le ministre a affirmé à la presse :’’ Le grand hôpital de Mostaganem sera doté aussi d’un service de radiologie, un concours sera lancé incessamment pour le recrutement d’un chef de service radiologie’’, et d’ajouter :’’ Le secteur de la santé à Mostaganem a connu un saut qualitatif ces deux dernières années due à la nouvelle politique menée par le Gouvernement et son application sur le terrain, comme nous avons préconisé après que le wali ait formulé une demande d’extension de l’EHS Mère-Enfant, des cycles de formation pour le personnel paramédical au niveau du service de Gynécologie du nouvel hôpital une fois opérationnel’’.

PORTES OUVERTES A LA CNAS : Dernière ligne droite avant l’expiration du délai

La Direction de la Cnas de la wilaya de Mostaganem organise depuis hier dimanche 06 novembre 2016, des portes ouvertes dans le cadre de la campagne d’information et de sensibilisation menée depuis des mois dans le but d’inciter les employeurs et autres opérateurs économiques qui ne se sont pas encore manifestés, d’entreprendre les démarches nécessaires sans tarder, sachant que l’expiration du délai interviendra dans moins de 60 jours. Ces portes ouvertes organisées par la Cnas s’inscrivent dans la continuité dans le cadre de ce qui a été entrepris jusque-là et ce depuis juillet 2015. Elles se veulent aussi, une opportunité pour les ‘’récalcitrants’’ d’entamer dès à présent, les démarches pour régulariser leur situation vis-à-vis de la Caisse nationale des assurés sociaux en matière de cotisations et de recouvrement des créances qui se sont accumulées au fil des mois voire des années pour certains. Aussi, faut-il noter par ailleurs, que ces portes ouvertes interviennent au vu des résultats positifs obtenus dans le cadre de l’application des dispositions exceptionnelles contenues dans la Loi de Finances Complémentaire (LFC) 2015 et l’engouement suscité par les employeurs qui y ont adhéré massivement et qui continuent à affluer pour en bénéficier. En effet, des résultats qui ont permis au Ministère de tutelle et à la Direction Générale de prolonger le délai d’octroi d’échéanciers de paiement dans le cadre de l’article 57 de la LFC 2015, au 31 Décembre 2016. Chemin faisant, la prolongation a été accordée également au regard du nombre important d’employeurs qui ont exprimé le vœu de la reconduction de ces mesures pour leur permettre de régulariser leur situation et celle de leurs salariés vis-à-vis de la Cnas. Selon le sous-directeur des prestations de la Cnas de Mostaganem M.Djillali Djeriou, ‘’cette volonté s’inscrit pleinement dans la stratégie du secteur, issue des orientations du premier responsable Monsieur le Ministre du travail et de la Sécurité Sociale, conscient de l’impact positif de ces dispositions de facilitation et leur rôle sur la relance économique du pays’’. Lors de cette première journée, une rencontre-débat a été organisée en présence de plusieurs partenaires de la Cnas dont la CCI ‘’Dahra’’, plusieurs institutions bancaires, les impôts, l’inspection du travail, l’Agence Nationale pour le Développement de l’Investissement (ANDI), représentants des opérateurs économiques locaux, l’entreprise portuaire et la presse. Dans son allocution d’ouverture M.Djillali Djeriou Sous-directeur des prestations, en remplacement du Directeur de la Cnas Hadj Réda Ouagouag, absent pour cause du décès de sa sœur, a donné un large aperçu sur les objectifs de ces portes ouvertes. A ce sujet il souligna :’’ Notre objectif à travers ces journées d’information est d’atteindre le plus grand nombre possible d’employeurs qui ne sont pas encore manifestés pour accomplir les formalités administratives dans le cadre de l’article 57 de la LFC 2015. Pour cela, nous avons, sous la conduite de notre Directeur M.Ouagouag, mobilisé tous nos moyens tant humain que matériel à l’effet d’atteindre les objectifs assignés, et les résultats ne cessent de connaitre une évolution positive’’. Et d’enchainer :’’ Pour cela, nous réitérons notre appel à tout employeur souhaitant souscrire un échéancier de paiement pour s’acquitter des cotisations impayées de se rapprocher des services du recouvrement et du contentieux de la Cnas pour bénéficier à terme de l’annulation des majorations et pénalités de retard y afférentes sous réserve, que les démarches soient accomplies avant le 31 Décembre 2016’’. Puis la parole a été donnée à Malik Benmoussa Chef de service du Recouvrement lequel a abondé dans le sens de son prédécesseur en ajoutant :’’ Il s’agit-là d’un effort supplémentaire consenti par la Cnas pour permettre à tout employeur de se mettre en conformité vis-à-vis de la règlementation relative à la sécurité sociale’’. Dans ce contexte M. Benmoussa a tenu à rappeler que la Direction de la Cnas de Mostaganem a, dans le cadre des différentes campagnes de sensibilisation menées sur le terrain par des équipes mixtes (Cnas-Inspection du Travail), effectué du ‘’porte-à-porte’’ touchant l’ensemble des entreprises plus particulièrement les gros contribuables à l’effet de les sensibiliser en ce sens’’. Ensuite, c’était au tour de M. Makhloufi Mohamed Yacine Chef du service ‘’Contentieux’’ qui a tenu à revenir, en sus de l’article 57, aux dispositions de l’article 60, à l’effet de rappeler aux employeurs les avantages accordés et l’opportunité à saisir avant la mise en œuvre des mesures draconiennes dictées par la loi et qui entreront en vigueur après le 31 Décembre 2016. Aussi, il a fait allusion à certaines interrogations soulevées par les employeurs en ce qui concerne l’article 58 de la même loi. A ce titre, M. Makhloufi précisera :’’ Les mesures incitatives contenues dans l’article 58 ne pourront être appliquées présentement du fait que le délai pour en bénéficier, était fixé au 30 Juin 2016’’. Et de poursuivre :’’ Mais toujours est-il, que dans le cadre de la mise en place de l’échéancier, tout employeur concerné pourra introduire une demande motivée en bonne et due forme qui sera soumise à l’appréciation d’une commission ad-hoc présidée par le directeur de la Cnas de wilaya’’. Pour sa part Mme Boumediene responsable du service des cotisations, a lancé un appel aux différents partenaires de la Cnas et à la presse de faire passer le message par la communication et l’information’’. Puis fut au tour de M. Abdelkader Bezzaouech Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) ‘’Dahra’’ qui, en orateur accompli, a mis en évidence dans une analyse magistrale, les opportunités offertes par l’Etat et le Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale en matière de recouvrement des cotisations sociales. Tout en exhortant les opérateurs économiques à faire preuve de responsabilité et de pragmatisme, le Président de la CCI se posa la question :’’ Je vois mal comment certains employeurs tardent à se manifester sachant que nous amorçons la dernière ligne droite avant l’expiration du délai et l’entrée en vigueur des mesures contraignantes? J’avoue ne pas trouver de réponse.’’ Pour le mot de la fin, M. Abdelkader Bezzaouech a réaffirmé encore une fois, sa disponibilité et celle de la CCI en sa qualité de partenaire incontournable, à apporter toute son assistance et son appui à la Cnas dans le but de sensibiliser le maximum possible d’employeurs. Avant de clôturer cette rencontre-débat, tour à tour, le Directeur de la CCI ‘’Dahra’’, l’Inspecteur du Travail, les représentants des institutions bancaires, des impôts, de l’ANDI, ont tous convenu qu’il s’agit-là ; d’une réelle opportunité à ne pas rater, car l’accumulation des créances envers la Cnas, la Casnos et les Impôts, mettra sans nul doute, les concernés dans une situation très complexe.

HABITAT RURAL A EL-HACIANE : Le chef de la daïra met un terme à la surenchère et avertit

Dans le cadre de la distribution de logements dans le cadre de l’habitat rural, les trois communes de la daïra à savoir Ain-Nouissy, Fornaka et El-Haciane, ont bénéficié toutes, d’un quota en fonction des besoins exprimés en la matière. Si dans les deux autres communes, l’opération est en cours, en exécution de la règlementation en vigueur, à El-Haciane c’est tout un scénario qui a été monté et dont le chef de la daïra en a mis un terme. Si pour les logements sociaux locatifs, promotionnels aidés et d’autres formules, la distribution de logements est assujettie à certaines procédures dont l’administration en est comptable du fait que c’est elle qui assure pratiquement la gestion, le suivi et le contrôle conformément à la règlementation en vigueur, il n’en demeure pas moins que l’habitat rural dans sa formule appelée communément ‘’Fonal’’, reste du ressort des APC qui sont appelées à finaliser des listes des bénéficiaires avant de les transmettre à la Direction du logement par le biais de la Daïra. Ce qui s’est passé à l’APC d’El-Haciane dépasse tout entendement et le Chef de la Daîra d’Ain-Nouissy en commis d’Etat et responsable avisé, a apposé un ‘’Niet’’ catégorique à la liste présentée par l’APC et transmise à ses bons soins. En effet, le maire de l’APC d’El-Haciane étant en congé de longue durée pour cause de maladie, un des membres de l’exécutif a été désigné pour assurer l’intérim. Ainsi, selon notre source, la liste déjà établie sous le règne d’un autre intérimaire, n’a fait l’objet d’aucune révision et fut approuvée par l’APC et transmise à la tutelle. Mais grande fut la surprise, lorsqu’il a été constaté que la liste comprenait des noms qui n’ouvraient pas droit à ce bénéfice pour diverses raisons et qu’elle prêtait à beaucoup de polémiques. Après les vérifications opérées, le chef de la daïra d’Ain-Nouissy M. Abdelaziz Bouazizi a rejeté carrément la liste avant de l’annuler définitivement tout en instruisant le maire par intérim de respecter scrupuleusement la règlementation en vigueur et de s’en tenir aux directives ministérielles y afférentes. Pour ce faire, le chef de la daïra, s’est même déplacé par deux fois à l’APC d’El-Haciane pour se réunir avec les membres de l’APC dans le but de les sensibiliser sur la question et de leur demander d’appliquer la législation en vigueur. Aussi, chemin faisant, M. A.Bouazizi a exhorté les responsables de la commune d’être à l’écoute de leurs concitoyens, de prendre en charge leurs préoccupations et d’engager la concertation élargie pour résoudre les problèmes posés. Concernant cette opération, le chef de la daïra a averti que toute liste émanant de l’APC fera l’objet d’une enquête minutieuse pour débusquer les intrus. Et de demander aux membres de l’APC, d’impliquer les représentants de la société civile dans la confection de la liste, ils pourront contribuer grandement dans la préparation de cette liste, avant qu’elle ne soit soumise à une enquête des services compétents avant d’être définitivement retenue. Selon une source fiable, la liste rejetée par le chef de la daïra et même par les citoyens, aurait été établie d’une manière restreinte privilégiant ainsi certaines personnes à d’autres qui mériteraient réellement d’être sur la liste. En tout état de cause, le Chef de la Daïra d’Ain-Nouissy, qui a eu l’amabilité de nous recevoir pour avoir la version officielle sur ce dossier, semble décidé à faire appliquer la loi et s’opposera à toute liste non conforme aux dispositions règlementaires.

TIGDITT :Une prestigieuse page d’histoire en mémoire

Pour la mémoire des vivants, pour une emblématique page de l’histoire, pour nous tous, Tigditt, faubourg révolutionnaire, cité militante, a embrassé la révolution armée dans toutes ses dimensions. Par sa géographie hostile, par ses labyrinthes, Tigditt fut désigné par les responsables du FLN comme fief par excellence, de la révolution armée. C’est à Tigditt qu’on organisait les groupes des fidayine, qu’on formait le militant, qu’on arrêtait les décisions, qu’on planifiait les actions. A Tigditt, toute la population s’est impliquée, femmes et hommes protégeaient le secret de la lutte armée. Dans les casemates, dans les puits des maisons, sur les terrasses, on orchestrait les actions secrètes. .Les lieux de rencontres tenus secrets dans les haouchs de Tigditt changeaient sans arrêt. C’est à Tigditt que le scoutisme fut ses premiers pas dans la révolution. Mais Tigditt a été aussi quadrillée systématiquement par l’armée coloniale française pour étouffer la population et semer la terreur. Des casernes de territoriaux, de CRS, de police furent instaurées sur tout le périmètre de la vieille ville. Rien d’absurde, tout est rationnel.Tout, marche bien du côté de la destruction du corps et de l’âme d’un quartier qui s’est engagé à lutter contre l’oppression. Tigditt subit les sévices de l’administration coloniale celle qui s’est servi d’une cause perdue. Mais le patriotisme s’est incrusté profondément dans les comportements de ceux que l’on appelait les indigènes. Entre couvre-feu, patrouilles de nuits, assauts nocturnes et inopinés dans le bas TIgditt, la Révolution suivait son cours. A Tigditt, on a torturé hommes et femmes, on en a emprisonné autant, mutilé, assassiné, même à ce prix là, les habitants de Tigdiit continuaient la lutte armée sans relâche. Le 19 mars 1962 avec la signature des accords d’Evian annonçant le cessez-le-feu et la préparation du référendum pour l’indépendance de l’Algérie, partout la population musulmane de Mostaganem vivait entre peur et espoir. Tigditt hospitalière a ouvert ses demeures à toutes les familles menacées, pourchassées par les partisans de l’Algérie française. Quartier solidaire, accueillait ces algériens dans des familles même à l’étroit. Tigditt, souffrait là, en face de la ville européenne, séparée par Oued Ain-Sefra, vivait la répression de l’OAS. Là en bas, dans la crevasse, Tigditt s’organisait pour faire face à la peur et aux menaces terroristes croissantes. Dans le quartier, le FLN organisait le flux des populations musulmanes qui déferlaient sur la vieille ville. Dans cette partie de la ville, lesmembres de l’OAS responsables de plusieurs morts et de plusieurs attentats au plastique, répandaient la terreur faisant des incursions nocturnes avec des voitures banalisées. Tigditt refuge, Tigditt gîte solidaire abritait les musulmans qui échappaient aux membres de l’OAS qui étaient décidés à semer la terreur. Tuer, assassiner l’arabe était l’objectif pour déstabiliser l’opinion des français par rapport au suffrage universel annoncé pour l’autodétermination du peuple algérien. Devant les actes barbares et les massacre, Tigditt organise sa défense. Puisqu’aucun arabe, en cette période ne pouvait se rendre en ville, il fut créé un marché à Tigditt. Les fours traditionnels se sont multipliés pour du pain maison. Puisque l’accès aux soins médicaux à l’hôpital représentait un danger pour les musulmans, Madame Luisa, une infirmière française amie des Algériens prenait le relais. Elle passait d’une maison à l’autre pour s’enquérir de l’état de santé des personnes âgées surtout. Les trois écoles primaires celles de cité Foncière filles et garçons ainsi que l’Ecole Jean Maire ont fermé de peur des attentats. L’OAS allait à la provocation en lançant un énorme cerf volant aux couleurs bleu-blanc-rouge dans le ciel de Tigditt. Les musulmans écœurés par ce harcèlement faisaient tout pour le faire tomber. A coup de lance-pierres, ils arrivaient à le faire chuter. Sur les terrasses de la majorité des Haouchs furent construites des ‘’baraques’’ de type guérites pour la vigilance. C’est ainsi que la population arabe se protégeait des assaillants de l’organisation de l’armée secrète. Mais ces baraques servaient plutôt aux rencontres pour mieux gérer les difficultés de la vie de cette même période. Sous le contrôle des membres du FLN, on préparait déjà la fête de l’Indépendance. La nuit, des partisans de l’ Algérie française faisaient la propagande sonore du Général Salan et de Tigditt on répliquait avec les bruits des casseroles ‘’Salan au poteau-A bas Salan’’… A Tigditt on a formé des bambins à servir la cause, ils entonnaient les chants patriotiques en chœur partout dans les rues de cette vieille ville. Grâce aux Scouts Musulmans, les enfants de Tigditt contribuaient à la vulgarisation du ‘’OUI’’ pour le référendum. Ils écrivaient sur les murs au goudron ‘’VIVE BENBELLA ‘’VOTER OUI’’ ‘’VIVE FLN’’ et ‘’VIVE LE GPRA’’. Pourquoi les enfants? Parce qu’ils étaient mineurs et ni l’armée française, ni la force locale ne pouvaient les punir. Il y a lieu de signaler que devant la situation de la proclamation de l’état d’urgence, les choses se sont compliquées d’avantage. Manifestations réprimées, assassinats, terreur, précarité, manque de denrées alimentaires, maladies, Tigditt martyrisée pleure ses morts. Goubi, Belhadj Hamida (écrasé par un char) Benaouda Ould Mendassia et Hadj Belaroussi (assassiné lors des manifestations), Hattab Tahar, Benayed Bendehiba, les frères Ghobrini, Ould Aissa Belkacem, tous des martyrs de la révolution et la liste est longue. Tigditt paya un lourd tribut mais c’est à Tigditt qu’on a confectionné les premiers drapeaux de l’Indépendance chez ‘’Khalti Senoussia’’, l’emblématique coutière du quartier. Tigditt reste à jamais un fief indélébile de la Révolution armée.

''ALGERIAN EQUESTRIAN'' TOUR 2016 : 150 cavaliers nationaux et étrangers participent au concours

Le ministre de la jeunesse et des sports El Hadi Ould Ali a donné le coup d’envoi des épreuves de la 4eme édition de l’Algérian Equestrian Tour, concours international de saut d'obstacles (cadets, juniors et seniors), mercredi 26 octobre 2016 au Centre Équestre « Haras Hocine El Mansour » dans la commune de Kheir eddine wilaya de Mostaganem, avec la participation de 150 cavaliers nationaux et étrangers représentant 20 pays.Cette compétition qui durera trois jours 26, 27 et 28 octobre 2016, organisée par la fédération Equestre Algérienne, sous le haut patronage de son excellence Président de la République Monsieur Abdelaziz Bouteflika, et sous l’égide de messieurs les ministres, de la Jeunesse et des Sports et de e l’Agriculture du Développement Rural et de la Pêche et le wali de la wilaya de Mostaganem, prévoit des épreuves dans trois spécialités de sauts d'obstacles, à savoir une petite épreuve (1,25 mètre), une moyenne (1,35 m) et une grande (1,45 m). Les phases qualificatives pour les catégories des juniors et seniors ont été programmées pour la première journée, alors que les finales sont prévues pour jeudi (cadets) et vendredi (juniors et seniors). Avant de donner le coup d’envoi, le président de la Fédération équestre Algérienne, M. M’hamed Zoubir Mitidji a adressé un petit mot au présents où il a dit « l’Algérian Equestrian Tour’’ a lieu après une inoubliable édition 2015 qui avait apporté son lot d’émotions. Les cavaliers présents, venus de pas moins d’une vingtaine de nations, avaient régalé les spectateurs à travers ce grand sport, avec talent, respect, brio et fairplays nouveau-né sur la scène équestre internationale, l’Algérian Equertrian Tour a déjà acquis une notoriété remarquable pour devenir progressivement une date incontournable du calendrier équestre mondial. Il tend pour notre plus grand plaisir et notre plus grande fierté à devenir une étape qui attire de plus en plus l’élite internationale du saut d’obstacle». Le même responsable a indiqué dans un point de presse que son instance œuvre à développer et à insuffler une dynamique à ce sport à travers toutes les wilayas du pays. Avant d’assister au tournoi international de l’équitation, le ministre de la jeunesse et des sports, El Hadi Ould Ali, accompagné du wali M.Abdelwahid Temmar, du président de l’APW M Bouras El Katroussi, du DJS, a eu à visiter le centre équestre Abdelkader Tadlaouti de Sayada, et le palais des sports de Tijditt. Par Habib Merouani

62EME ANNIVERSAIRE DU 1ER NOVEMBRE 1954 : L’A.J.M commémore l’événement dans la grotte d’Ouled-Riah

L’Association des journalistes de Mostaganem (A.J.M) a organisé lundi dernier à l’occasion de la commémoration du 62ème anniversaire de la Glorieuse Guerre de Libération Nationale du 1er Novembre 1954, une excursion au profit des membres de l’Association à destination des grottes d’Ouled-Riah dans la commune de Nekmaria commune distante de 80 km à l’est du chef-lieu de wilaya, où furent enfumés pas moins de 1200 algériens le 18 juin 1845 par le criminel Colonel Pelissier. Le groupe s’est rassemblé tôt le matin du lundi au niveau de l’ODEJ pour prendre le bus mis à la disposition de l’AJM à destination des grottes d’Ouled-Riah dans la commune de Nekmaria. Les journalistes ont été conviés en cours de route à partager cette fête avec la jeunesse d’Achaâcha, qui les ont accueillis chaleureusement avant de les faire visiter le complexe sportif de proximité où se préparaient les festivités du 1er novembre, et où les journalistes ont été invités à visiter l’excellente exposition-photos retraçant l’histoire de la région du Dahra avec en prime des photos des martyrs de la révolution. La dernière étape de la visite fut la ‘’Kheima’’ érigée à l’intérieur du complexe où sont exposés également les produits du terroir et de clôturer cette virée par une photo-souvenir avec les jeunes d’Achaâcha. Vers 10h 45 mn, le bus prend la direction de la commune de Nekmaria où le Président de l’APC attendait le groupe au siège de l’APC, avant de continuer vers les grottes d’Ouled-Riah. Il était 11h 30 mn, lorsque les journalistes foulent la terre des martyrs au beau milieu d’une chaine de montagnes à Ouled-Riah. L’immense stèle commémorative qui domine le site de recueillement disposant d’une grande esplanade, témoigne de l’importance et de la sacralité des lieux. L’enseignant universitaire, historien et journalistes Aziz Mouats a, dans une intervention magistrale, relaté la chronologie de faits historiques émouvants qui ont eu lieu dans cette région notamment en ce qui concerne les ‘’Enfumades d’Ouled-Riah’’ du 18 Juin 1845. Puis les journalistes ont été invités à visiter la grotte située à une quarantaine de mètres en dessous, où furent carbonisés 1200 algériens par le sanguinaire colonel Pelissier. A l’entrée de la grotte, le visiteur sent des frissons le traverser, un air froid et glacial vous frappe au visage avant d’y arriver. La grotte existe toujours et témoigne de l’ampleur des dégâts causés par la soldatesque coloniale française. En effet, ‘’le 18 Juin 1845, un crime a été commis dans cette grotte, il restera gravé dans la mémoire des Algériens et ne pourra être oublié au fil du temps. La tribu d’Ouled-Riah dont plus d’un millier de personnes a trouvé refuge dans cette grotte pour se mettre à l’abri de l’oppression de l’armée française coloniale. A l’aube du 17 juin 1845, toute la grotte fut encerclée et prise d’assaut. Devant la résistance farouche des membres de la tribu, le Colonel sanguinaire Pelissier donna l’ordre à son artillerie de bombarder la grotte et de mettre le feu à ses accès, tout en veillant à ce que le feu demeure allumé toute la nuit. Le 18 juin 1845, l’histoire enregistre un crime horrible contre l’humanité. La tribu de ‘’Ouled-Riah’’ fut exterminée. Tous les hommes, femmes et enfants sont morts brûlés et asphyxiés. Leurs bêtes ont connu le même sort. C’est ainsi que l’occupant a massacré les membres de cette tribu dont le seul tord est d’avoir refusé l’injustice et l’hégémonie coloniale. Ses crimes lui ont valu l’inscription de son nom sur les pages noires de l’histoire. Les martyrs de la grotte d’Ouled-Riah, sont inscrits en lettres de marbre sur la liste des enfants de l’Algérie, qui ont marqué, de par leurs sacrifices, le sens de la résistance, et de la grandeur humaine’’. Ces mots sont inscrits sur l’épitaphe collée sur la stèle du mémorial d’Ouled-Riah. Aussi, il y a lieu de souligner que le Directeur de l’école des Beaux-arts de Mostaganem M.Hachemi Ameur, qui faisait partie de la délégation de journalistes, a offert une de ses plus belles toiles au Musée de Nekmaria, qui a été remise au Président de l’APC de ladite commune M. Mohamed Belfodil. Dans un climat convivial et une ambiance festive, des photos-souvenirs ont été prises pour immortaliser ces instants de souvenirs et de ferveur. Rend-vous pris pour l’année prochaine. Au passage, l’Association des Journalistes de Mostaganem (AJM), tient à remercier tous les responsables qui lui ont accordé toutes les facilités pour la réussite de cette excursion instructive.

COMPLEXE EL-MOUNTAZAH : La Galerie d’art Mohamed Khadda, un joyau culturel

Nous n’avions pas connaissance de l’existence de la galerie d’art ‘’ Mohamed Khadda’’ du Complexe El-Mountazah jusqu’au jour où l’Association des Journalistes de Mostaganem ‘’AJM’’, avait offert un repas à ses membres à l’occasion de la journée nationale de la presse (22 Octobre 2016). Et c’est grâce au journaliste et enseignant universitaire Aziz Mouats que nous apprenions que le complexe El-Mountazah en disposait. Come nous l’avions rapporté dans notre édition du 24 Octobre 2016, les membres de l’Association des journalistes de Mostaganem ont eu l’honneur de visiter cette galerie d’art située en plein cœur du Complexe hôtelier El-Mountazah. Située au 2ème niveau de l’autre versant du complexe loin de toute agitation, la galerie offre dès le hall d’entrée, un magnifique décor qui laisse apparaitre un lieu convivial consacré à la création artistique. A l’intérieur, le visiteur est abasourdi par la qualité exceptionnelle des toiles exposées sur les murs qui font de cette unique galerie d’art, une fierté non seulement pour son créateur mais aussi pour les Mostaganémois. En effet, une galerie, telle une taverne où l’on peut déguster de toutes les couleurs qui vous transporte vers l’inconnu. D’autres toiles laissent le visiteur figé de par la qualité de ses couleurs vives plus particulièrement celles mettant en valeur les anciens cabanons en bois pieds dans l’eau de la Salamandre, aujourd’hui disparus de la vue... Un régal pour les nostalgiques. Approché en aparté, le créateur de ce lieu artistique M. Athmane Chafir, nous a indiqué que l’idée de la création d’une galerie d’art au niveau du complexe El-Mountazah a été concrétisée dans le cadre de la politique de la Direction du Complexe en matière de tourisme culturel. Sollicité pour plus d’informations sur la provenance des toiles exposées, M. Athmane Chafir nous a assuré qu’elles ont été toutes réalisées par la Direction du Complexe touristique EL-Mountazah dans le but de diversifier les activités de l’établissement et d’orienter sa politique vers le tourisme culturel.n A ce propos il dira :’’ Il ne suffit plus de construire des hôtels et restreindre l’activité au seul hébergement ou la restauration, le développement se situe aujourd’hui dans d’autres créneaux à savoir, le tourisme culturel, religieux, l’organisation de circuits touristiques, l’art, le sport etc…’’ Selon notre interlocuteur, la diversification des activités en matière de tourisme reste un facteur déterminant dans l’épanouissement du secteur à travers la création et l’innovation. Pour rappel, M. Chafir Athmane Propriétaire du Complexe El-Mountazah a décidé de baptiser la galerie d’art de son établissement du nom de l’artiste feu ‘’ Mohamed Khadda’’. La cérémonie de baptisation a eu lieu le 05 juin 2016 à l’occasion de la commémoration du 25ème anniversaire de la disparition de Mohamed Khadda. en présence de l’épouse de l’Artiste, d’universitaires d’Algérie et de France et d’un grand nombre d’amis venus lui rendre hommage.
  • Mostaganem

    Lacinia vitae In ante ipsum Sed nec dapibus et orci dictumst. Vel lacus amet dictumst et sapien est ac Curabitur pellentesque ultrices. Feugiat convallis turpis massa ligula sagittis enim aliquet fringilla orci pretium. Ut Aenean Vestibulum suscipit eros pede et nibh laoreet Pellentesque mus. Aliquet ultrices dictumst justo justo tortor vitae nisl nec sem.

  • Oran

    Ipsum lorem Vestibulum Nam lacinia Curabitur euismod eu urna neque nibh. Donec elit Integer malesuada eros dolor Suspendisse id ornare tincidunt Morbi. Nisl libero ac fermentum vel sed laoreet justo tempus magna.

  • Tlemcen

    Feugiat convallis turpis massa ligula sagittis enim aliquet fringilla orci pretium. Ut Aenean Vestibulum suscipit eros pede et nibh laoreet Pellentesque mus. Aliquet ultrices dictumst justo justo tortor vitae nisl nec sem.

  • Saida

    Neque libero natoque Nunc egestas fermentum senectus mauris at metus Integer. Velit quis Sed Sed Nam felis sagittis a Mauris ac rutrum. Nulla et habitant et tellus ipsum lacinia ac hendrerit Sed ac. Fames pellentesque et Aenean et neque convallis.

  • relizane

    Ipsum lorem Vestibulum Nam lacinia Curabitur euismod eu urna neque nibh. Donec elit Integer malesuada eros dolor Suspendisse id ornare tincidunt Morbi. Nisl libero ac fermentum vel sed laoreet justo tempus magna.

  • Tiaret
  • Ain-Témouchent

    Ipsum lorem Vestibulum Nam lacinia Curabitur euismod eu urna neque nibh. Donec elit Integer malesuada eros dolor Suspendisse id ornare tincidunt Morbi. Nisl libero ac fermentum vel sed laoreet justo tempus magna.

  • MASCARA

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar