Mon06172019

Last updateWed, 29 May 2019 10pm

Back You are here: Home

COMMUNIQUE DE PRESSE : Mensonges, Affabulations, Calomnies, Diffamation :«Le directeur d’Ouest-Info, un homme propre, honnête et intègre»

Honteux ! C’est à une cabale montée en toute pièce à laquelle nous venions d’assister ces dernières quarante huit heures suite à des mensonges rapportées par le site El Djazairia El Akhbaria. Ne prenant même pas la peine d’aller vérifier ses informations, l’auteur s’est tout bonnement lancé dans une honteuse diatribe contre le directeur d’Ouest-Info Abdelaziz Houmad , un homme propre , honnête et intègre. Tout d’abord , dans le cadre de l’investissement , le directeur d’ouest-Info avait bénéficié d’une parcelle de terrain de 4446 m2 et non 4 ha !! Le lieu s’étant avéré peu commode ainsi que la parcelle (exiguë) pour la nature du projet (complexe média) générant près de 100 emplois, une demande a été faite à la wilaya il y a plusieurs mois pour le changement de lieu et de parcelle . A ce jour, nous restons dans l’attente. Le directeur n’a jamais bénéficié d’un quelconque centime des banques encore moins de terrains agricoles !! Concernant les logements LSP de l'agence foncière, Ouest Info a, comme tout autre organisme, et autres journalistes, bénéficié d'un quota de logements LSP pour ses travailleurs. Et comme tout père de famille, Abdelaziz Houmad . part régulièrement à Paris voir ses enfants. Notre confrère d’El Watan Mammeri Ryad s’est aussi mis de la partie. Nous regrettons que notre confrère d'El Watan puisse reprendre des faits erronés d'un site sans vérifier l'authenticité des faits. Et d'ailleurs, il n’est pas à sa première diatribe contre Ouest-Info et l'acharnement contre son directeur. Nous ne voulons pas verser dans une polémique stérile , et nous avons toujours privilégié le silence par respect à la famille Mammeri. Tout en sachant que la population connait les valeurs de tout un chacun. Et la ville de Sidi Bel Abbès connait assez bien "echayata" et les traditionnels «brosseurs». Le directeur d’Ouest-Info n’a jamais caché son soutien à l’ex Président Abdelaziz Bouteflika auquel nous souhaitons un prompt rétablissement. Nous n’avons jamais été des lâches et nous ne renions jamais nos principes. Bouteflika nous a rien donné et nous n’avons rien demandé et nous ne demandons rien . La population connait bien les fréquentations du correspondant d’El Watan et alors que celle du directeur du journal c’est toujours le petit peuple ! Pour Saïd Bouteflika, nous certifions que le directeur du journal ne l’a jamais connu et Ouest-Info a toujours été et reste un journal indépendant et n’a jamais été inféodé ni aux puissances de l’argent ni à aucune chapelle politique. Et dieu merci, le directeur Abdelaziz Houmad n’a jamais été un porteur d’eau aux puissances de l’Argent ni un "applaventriste" notoire, Abdelaziz Houmad est un homme propre, honnête et intègre contrairement à ses détracteurs . Nous le soutenons dans son combat et dans sa démarche visant à poursuivre ses détracteurs en justice. Le collectif d'Ouest Info tient également à remercier les nombreux auteurs de messages de soutien et de solidarité avec le Directeur d'Ouest Info et toute l'équipe du journal, un quotidien à travers lequel, la majorité du grand peuple belabbésien se reconnait, à juste cause d'ailleurs ! Le collectif d'Ouest Info

SIDI BEL ABBES : VIOLATION ET PIÉTINEMENT DES LOIS DE LA RÉPUBLIQUE, PLAINTE AU PÉNAL PAR PROCURATION, HARCELEMENT ET AGISSEMENTS SUSPECTS DU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE, MANIPULATION DU PARTI DE BENFLIS ; L’infâme complot contre Ouest-Info !

Par : Abdelaziz Houmad Tout est bon pour casser du sucre sur le dos d'Ouest-Info ! La montée en puissance du quotidien Ouest auprès des lecteurs, de plus en plus nombreux et sur la scène médiatique nationale grâce au combat héroique menée par l'équipe de journalistes de la rédaction , un combat visant à servir uniquement et seulement les intérêts du pays et du peuple et , force est de savoir aussi que mû uniquement par sa conscience professionnelle , le quotidien Ouest-Info a eu le courage de dénoncer la hogra et les dérives de la justice . La ligne patriotique du journal n 'est plus à présenter , elle est connue en Algérie et à l'étranger pour son soutien indéfectible , désintéressé et constant au programme du président de la république , Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA et également par son soutien à l'armée et aux efforts méritoires entrepris par le vice-ministre de la défense et chef d'État major des armées , le général -major GAID SALAH . Pour rappel, Ouest-Info étant le seul quotidien à toujours avoir assurer une large couverture des activités incessantes de Gaid Salah . Cette montée en puissance du journal et son crédit inégalable auprès de ses lecteurs et de l'opinion publique ont fait qu’il devienne la cible des opposants politiques, de leurs relais et de leurs larbins. Depuis que la dénommée B L opposante active au président Bouteflika ( B L et sa famille ayant même participé à des campagnes hostiles au président BOUTEFLIKA lors des élections présidentielles passées ) , fut démasquée et exclue du journal , Ouest-Info s'est attirée les foudres du procureur de la république .N'ayant pas réussi à le saper de l'intérieur par cette infiltration, les adversaires du journal aidés par les activistes connus du parti de BENFLIS , l'attaquent de l'extérieur en ayant recours à leurs relations au niveau de la justice en usant de calomnies , de mensonges, de mauvaise foi et de manipulation . Le directeur du journal étant devenu, par conséquent, la cible idéale, placé dans la ligne de mire de ces aventuriers sans foi ni loi. B L conseillée et même défendu par des Benflisistes notoirement connus sur la place publique, revendique une imaginaire appartenance au journal alors qu'elle ne dispose d'aucune qualité juridique avec le quotidien Ouest-Info lui permettant de prétendre à un quelconque droit de regard sur la gestion du journal. Malgré cette évidence, le parquet continue de donner suite à ses élucubrations et à ses divagations. Pire encore, le parquet s'est même permis de faire entorse à la loi , en donnant suite à une plainte par procuration au pénal ! Du jamais vu dans les annales judiciaires de par le monde ! B L résidente à l'étranger avait donné procuration à son frère B K pour poursuivre le directeur du journal au pénal ! A noter également que la dénommé B L ne cessait de menacer le directeur du journal allant jusqu'à anticiper sur les décisions des magistrats ! Ce qu'oublie ou feint d'oublier B L et ses soutiens malveillants, que le directeur du journal est connu pour son intégrité morale , son honnêteté intellectuelle irréprochable et son patriotisme , un patriotisme affiché y compris à l'étranger où il avait défendu bec et ongles le programme du président Bouteflika au grand dam des traitres et des ennemis de l'Algérie . La cabale ne s’arrêtant pas aux actions judiciaires, menaces et intimidations menées contre le directeur du journal, elle touche également toutes les mesures prises par le journal pour se défendre de cet intrus pour récupérer les sommes indûment détournées même les plaintes déposées contre elle, qui sont curieusement classées sans suite.. C’est ainsi que le procureur de la république allant jusqu'à classer sans suite une plainte déposée au pénal contre B A pour escroquerie et détournement d'une somme de 1 milliard 500 millions environ pénalisant ainsi gravement le journal alors qu'il n'avait pas hésité à donner suite à une procuration au pénal de notre adversaire bien que B L ne disposant d'aucune qualité pour intenter une telle action ! Il était clair que l'hostilité et la partialité de ce magistrat devenant alors manifeste lui qui ne nous a jamais pardonné d'avoir dénoncé ses dérapages passés et ses violations des lois de la république, comme cette décision dramatique d'avoir jeté B R malade mental et frère de B L en prison. B L ayant toujours argué de sa proximité avec la personne du procureur de la république ignorant ainsi que l'Algérie n'est ni une république bananière ni une couscoussière mais, une nation forte de ses institutions et de ses lois. Cette partialité manifeste pour B L et ses zones d’ombre, constituent en fait un véritable piétinement des lois de la république et du fonctionnement de la justice, particulièrement pour un procureur de la république censé se conduire avec équité avec tous les justiciables, notamment en pareil cas, et ne pas verser dans ce favoritisme inadmissible en faveur d’une famille d’imposteurs , de faussaires et d’escrocs ( des preuves ont été publiées en ce sens , voir notre édition du dimanche 13 janvier 2019 ) en s instruisant sans relâche les plaintes déposées contre le journal, mais classant sans suite les nôtres,,, comme si le parquet ne fonctionnait qu’ à sens unique. D’autre part le magistrat instructeur de la plainte intentée contre Ouest-Info a pu vérifier sans l’ombre d’un doute que la prétendue plaignante ne dispose d’aucun droit de regard sur la gestion du journal. Ouest-Info ne fléchira pas et ne se départira pas ni de sa ligne éditoriale, ni de ses luttes, comme il rejette avec force et détermination toutes les tentatives de mainmise, d’intimidations, et de pression d’où qu’elles viennent, sachant qu’il ne fait que se défendre légitimement, fort de ses principes, de ses lecteurs contre cet infâme complot qui se camoufle tel un caméléon sous des prétextes tout aussi spécieux les uns que les autres car l’essence réelle de ce prétendu litige saute aux yeux,,,,faire taire le journal et l’arrimer à un courant politique voguant …à contre-sens de l’histoire du pays,,, et des réalisations accomplies sous l’ère du président Abdelaziz Bouteflika. A.H

MACHTET ATHMANE VICTIME D’UN COMPLOT : La police pointée du doigt !

Par : Abdelaziz Houmad Selon les investigations entreprises par nos soins, le malheureux MACHTET Athmane a bel et bien été victime d’un complot et la police y est pointée du doigt. Pourtant, la police nous avait toujours habitué à mieux et nous n’avons jamais omis de souligner l’excellent labeur et les louables efforts entrepris par la grande majorité des éléments de la sûreté de wilaya de Sidi Bel Abbès. Pour en revenir au sujet de notre article, une rétrospective des faits s’impose. Tout avait commencé fin juillet / début août dernier. MACHTET Athmane occupe avec sa famille (sa femme et ses trois filles) un logement qu’il dit avoir acheté auprès d’un tiers. Puis, il fait ensuite héberger sa famille auprès des proches, le temps de peindre l’appartement. Un bon matin, la police débarque et fait irruption dans l’appartement. La police était- elle porteuse d’un mandat de perquisition délivré par le procureur de la république ? Personne ne le sait. La police emmène les deux peintres qui s’y trouvaient à l’intérieur du logement au commissariat pour audition et scella la demeure. Avisé, Athmane rejoint le commissariat et demande des explications à la police sur la violation de son domicile et sur l’embarquement des deux peintres. La police lui fait savoir qu’ils ont agi suite à une plainte déposée en ce sens. Il demande si la police était porteuse d’un mandat de perquisition. Il n’a pas de réponse à sa question. La police lui fit savoir qu’il occupe le logement en question suite à une effraction et qu’il y a une plainte en ce sens. Athmane réfute et affirme qu’il avait acheté ce dit logement. Il demande à être aussi entendu sur des menaces dont il a fait l’objet de la part de deux voisins. La police lui refuse ce droit. Athmane décide alors d’aller voir le chef de sureté de wilaya par intérim. Ce dernier ordonne à l’officier de la 5ème sûreté urbaine d’enregistrer la déposition d’Athmane. Des questions se posent alors : Pourquoi la police urbaine avait refusé la déposition d’Athmane auparavant. La police avait-elle réellement ce mandat de perquisition demandé par Athmane ? Deux jours après, soit le 11 août 2018, Athmane retourne à son domicile et démonte les scellés placés « illégalement » selon certaines indiscrétions, placés par la police. Il continua à procéder à la réfection de son appartement. Le 16 août 2018, alors qu’il logeait lui et sa famille au domicile de son employeur parti en vacances, il apprit que son logement a été incendié en début du jour par une main criminelle. Il partit sur le champ déposer plainte auprès de la police de la 5ème sûreté urbaine. Arrivé dans les locaux de la police, il se fit arrêter. Menotté sur le champ, il est jeté en cellule ! Deux témoins (les mêmes voisins qui l’avaient menacé par le passé !) l’accusent d’être l’auteur de l’incendie criminel ! Ces seules affirmations faites quelques minutes auparavant avaient suffi largement à l’officier de police d’arrêter Athmane et de le jeter en cellule ! Athmane n’avait pas été pris en flagrant délit, alors pourquoi cette arrestation ? Pourquoi l’officier de police n’avait pas daigné recevoir la déposition d’Athmane ? Dans un cadre criminel, des accusations pareilles et aussi graves nécessitent une vérification assidue de déclarations des deux voisins et exigent du temps, pour pouvoir recouper tous les éléments de l’enquête et attendre les résultats de la police scientifique. Tout ça n’a pas été fait et a été occulté par l’officier de police qui s’est empressé de jeter un innocent en cellule. C’est trop léger comme travail ! Où en sont les preuves ? Des déclarations verbales n’ont jamais constitué de preuves jusqu’à preuve du contraire ? Le lendemain vendredi 17 août 2018, Athmane est présenté au procureur de la république en compagnie des deux voisins accusateurs. Ce jour-là, c’est une brillante magistrate qui assurait l’intérim du procureur de la république. Elle libère Athamne et l’invite à faire venir ses témoins à lui. Le 02 septembre dernier, Athmane comparait de nouveau devant le procureur de la république. Il est poursuivi pour deux affaires, celle du logement qu’il occupe et celle de l’incendie criminel. Tout un beau monde est présent sauf les deux témoins à décharge d’Athmane qui n’ont pas été convoqués par la police !! Pourtant la police avait bel et bien entendu sur procès -verbal le témoignage de ces deux personnes affirmant avoir été présents lors de la transaction concernant l’achat dudit logement par Athmane ! Pourquoi la police ne les a pas convoqué ce jour- là contrairement aux témoins accusant Athmane d’effraction que la police qui avaient été quand à eux convoqués ! C’est un comportement très grave de la part de la police ! Assistons – nous là à un complot visant Athmane et pourquoi ? On lui ampute le témoignage de ses témoins concernant le dit logement et on le jette en prison pour avoir incendié son domicile et SVP sans en apporter la moindre preuve ! Nous assistons là à de graves dérapages de la part et de la police et de la justice. Il n’y a que le malade mental (et encore !) qui reste capable d’incendier son domicile ce qui n’est pas le cas de Athmane ! Comment Athmane aurait-il osé incendier son appartement où il y a tout le mobilier et les affaires de la famille ? A suivre les motivations de la police et du juge, Athmane est un fou alors ! Et dans ce cas, sa place n’est pas en prison mais dans un asile psychiatrique pour se soigner ! C’est aberrant, des témoins qui ne sont sciemment pas convoqués, point d'enquête, absence totale de preuve ect... C’est un véritable scandale et une grave erreur judiciaire auxquelles nous assistons. En attendant, le malheureux Athmane croupit depuis presque deux mois, toujours en prison victime de hogra et d’un complot ….

SIDI BEL ABBES : COMPLOT CONTRE MACHTET ATHMANE : L’innocent en prison, les criminels dehors ... Le rôle suspect de l’officier de police

Par Abdelaziz HOUMAD Innocente victime d’une justice aveugle, Athmane est arbitrairement à son 84ème jour en prison. Dans cette affaire qui s’avère être un véritable scandale judiciaire, il y a non seulement des zones d’ombre mais aussi le rôle suspect de l’officier de police de la 5ème sûreté urbaine en charge de l’enquête. Cet officier semble détenir le record national, voire mondial, en matière de rapidité et de performance fait unique dans les annales des affaires criminelles ! De grands enquêteurs Algériens de la direction générale de la Sûreté Nationale et/ou leurs homologues Français du quai des orfèvres ou Britanniques de Scotland Yard, ne pourront jamais égaler le temps du chronomètre de l’officier de la 5ème sûreté urbaine de Sidi Bel Abbès ! L’officier de la 5ème sûreté urbaine en a battu le record mondial en la matière ! puisque quelques minutes après le dépôt de plainte des deux voisins de Athmane, il arrêta Athmane, au sein même du … commissariat, venu lui aussi déposer plainte contre X concernant l’incendie criminel ayant ravagé le logement qu’il occupait. Sur le champ, l’officier lui signifia qu’il est en état d’arrestation, lui place les menottes , le jette au cachot et le présente le lendemain matin au procureur de la république ! Rien que ça ! Grave dérive de la part de cet officier qui, d’abord, en cette journée du 16 Août 2018, ne devait pas refuser le dépôt de plainte de Athmane et, en plus, n’avait aucune preuve pour pouvoir arrêter ce pauvre père de famille et le mettre au cachot ! Athmane n’a pas été arrêté en flagrant délit pour être arrêté ! Et l’officier devait accepter le dépôt de plainte de Athmane, car c’est son droit le plus absolu, et procéder par la suite à des investigations approfondies comme le veut la règle et la procédure ! Non, rien de tout ça ! Les accusations portées contre Athmane devaient obligatoirement faire l’objet d’un examen approfondi et ne pas prendre les dires des deux voisins pour argent comptant ! et aussi qu’est-ce qui a poussé l’officier en question à s’empresser pour placer au plus vite les menottes au pauvre Athmane ! Nous assistons là à un véritable scandale dans le domaine des procédures policières pour traiter aussi légèrement que ça les affaires criminelles. Une sorte de transgression des procédures d'enquête policière et des procédures y afférentes ainsi que la violation des libertés et des droits individuels consacrés par la Constitution. Nous restons convaincus que l'officier de la 5ème sûreté urbaine a provoqué une situation qui n'engage que sa propre personne. Fait curieux , quelques jours auparavant alors que nous étions à l’étranger, Athmane nous avait contacté pour nous annoncer qu’il faisait l’objet de menaces de la part de ses futurs ...accusateurs (!!)et qu’il s’est plaint au niveau du même commissariat et qu’il s’est vu refuser sa déposition?! Nous lui avons conseillé d’aller voir le chef de surêté de wilaya . Athmane est allé alors se plaindre auprès de la hiérarchie. monsieur Chorfi qui assurait l’intérim du chef de surêté de wilaya intima l’ordre alors à l’officier en question d’enregistrer le dépot de plainte de Athmane . Y-a-t-il anguille sous roche derrière ce scandale ? Y-a -t-il des sautes d'humeur personnelles dans l'arrestation arbitraire de Athmane ? et bien d'autres épineuses questions qui restent à élucider. L'avenir nous le dira. D'un autre côté, nous restons persuadés que les services de la Sûreté nationale nous ont toujours habitué à accomplir leur noble mission dignement, dans la transparence, en toute équité, en respectant les règles de procédure, telles que assignées par la Loi et la Constitution. Un paisible père de famille croupit arbitrairement derrière les barreaux, M. l'officier ! Le feuilleton continue... A H

SIDI BEL ABBES : INTIMIDATIONS, HARCELEMENT JUDICIAIRE, LE DIRECTEUR DU JOURNAL ENTENDU PAR LA POLICE : Que veut le parquet ?

Par : Abdelaziz Houmad Oui, que veut le parquet ? C’est la question qu’on se pose aujourd’hui au niveau de la rédaction du journal et que se pose aussi, depuis un certain temps, un certain nombre d’observateurs avertis de la scène politico-médiatique du pays. Veut-on faire payer à Ouest-Info le fait d’avoir dénoncé les frasques et les dérapages de la justice ? Peine perdue ni les intimidations , ni les harcèlements judiciaires continus ne vont nous décourager , nous ne reculerons devant rien et nous continuerons à assumer dignement et courageusement notre rôle et notre mission conformément à la constitution , aux lois de la république et aux orientations du premier magistrat du pays et président de la république Abdelaziz Bouteflika .. Depuis un certain temps , tout le monde sait qu' Ouest-Info fait l’objet d’une campagne de déstabilisation savamment et sournoisement orchestrée par des activistes politiques connus pour être des opposants irréductibles au président Bouteflika et ce depuis l’exclusion du journal d’une personne ( pour des raisons internes ) s’affichant comme être associée au journal alors qu’elle n’a aucun lien juridique ni aucune autre preuve attestant son appartenance à notre titre .Qu’elle en exhibe le moindre document en ce sens ! Cette personne ( qui réside à l’étranger ) est associée dans une société qui elle-même n’avait enfin de compte aucun lien juridique avec le journal. Cette personne et sa famille passaient leur temps à se plaindre au procureur de la république, à arpenter les escaliers de la justice et dans les bureaux des avocats. Ses plaintes contre le directeur de journal sentent la puanteur du mensonge, de la calomnie, de la diffamation et de la mauvaise foi passant du civil au pénal puis au civil !! Pourtant, nous avons attiré à maintes reprises l’attention du procureur de la république sur les agissements irresponsables, irréfléchis et indécents de cette dite personne. Nous avons mis en garde le procureur de la république que cette personne se trouve soutenue et même encouragée dans sa macabre et indécente besogne par des opposants notoires au président Bouteflika et que ladite personne n’a aucune qualité pour pouvoir revendiquer un quelconque droit sur le journal. Et que nous disposons de tous les documents faisant foi. La campagne menée contre Ouest –Info vise à déstabiliser le journal devenu trop gênant pour certains cercles hostiles au programme du président de la république. Pourquoi le parquet n’avait pas tenu compte de nos avertissements ? Pourquoi le parquet donnait suite aux plaintes de cet individu n’ayant aucune qualité pour oser revendiquer des deniers provenant du produit du journal ? Mieux cette personne sera poursuivie pour remboursement de deniers du journal qu'elle en avait indûment beneficié par le passé .Pourquoi le parquet donna suite à une plainte au pénal alors qu’elle est encore pendante et de même nature au civil ? Pire encore, cette personne avait donné procuration à une tierce personne pour être entendue en son nom par la police ? Est-ce légal ? Nous avions signalé cette anomalie consistant à entendre une tierce personne au lieu et place du plaignant à la police et dans une affaire pénale , le policier nous informe que c’est le procureur de la république qui les avait instruit en ce sens et ce sans nous exhiber le dit document émanant du procureur de la république ! Le plus grave c’est que les plaintes de nos adversaires quelques soient leur nature sont pris en considération, alors que les nôtres sont classées sans suite par le parquet ! Nous avions déposé plainte au pénal , par le passé, contre cette même tierce personne entendue par la police pour détournement, abus de confiance et déclarations mensongères et après notre audition par la police, le procureur de la république classa , à notre grand étonnement , l’affaire sans suite !! Nous nous interrogeons alors que veut le parquet ? Où veut-il en venir ? La police avait adressé des convocations en plein mois d’août passé au directeur du journal qui se trouvait en vacances avec sa famille. ll a fallu l’intervention du chef de sureté de wilaya par intérim qui, Informé par nos soins, reportait notre audition pour le mois de septembre. Et le 03 septembre dernier, nous nous présentions à la police pour y être entendu. De son côté , la supposée associée e , non contente de ses plaintes au civil ( et sans attendre les conclusions de l’expert désigné par le tribunal commercial et pourtant à sa demande ) s’ adresse en parallèle au pénal , et voilà qu’elle se rabat de nouveau au commercial en référé alors que l’expert désigné par le tribunal n’a pas encore , comme nous l’avions souligné ci-dessus , remis ses résultats sur le dossier de même nature !! Sans disposer encore une fois de la moindre preuve prouvant son appartenance à Ouest-Info ! Qu’est-ce qu’il la fait courir ? Le procureur général, monsieur Bouchenafa Tayeb avait , dans une récente déclaration faite à Ouest-Info , affirmé avec force « qu’il est là pour appliquer les lois de la république , pas pour faire la loi ! » Des propos qui donnent du baume au cœur à un grand nombre de justiciables. Dont acte !.....

Subcategories

  • colonne 1

    Velit consectetuer Phasellus dis nunc eget hac vestibulum mollis fames a. Auctor et Sed at sodales hendrerit pretium Nam convallis nibh et.

  • Colonne 2

    Ut Mauris elit ipsum Pellentesque nec porta ipsum massa risus nisl. At lacinia nulla porta Nam Nam porta at tristique ipsum ante. Libero euismod ac orci condimentum Vestibulum Nam et Praesent.

  • colonne 3

    Feugiat convallis turpis massa ligula sagittis enim aliquet fringilla orci pretium. Ut Aenean Vestibulum suscipit eros pede et nibh laoreet Pellentesque mus. Aliquet ultrices dictumst justo justo tortor vitae nisl nec sem.