Sun12092018

Last updateSun, 25 Nov 2018 9pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES

Sidi Bel Abbés

Le directeur de la culture de la wilaya de Sidi Bel Abbès, Taibi Mohamed au forum d’Ouest-Info : « L'activité culturelle, basée sur l’assistanat, est révolue »

Par : Ahmed Brahim Mounira L'invité de la onzième édition du forum d'Ouest-Info, tenu jeudi dernier à la salle des conférences de la bibliothèque Kabati Mohamed, fut le directeur de la Culture de la wilaya de Sidi Bel Abbès, M. Taibi Mohamed, en présence du directeur de la maison de la culture Kateb Yacine M. Abdellatif, du directeur de la bibliothèque Kabati , des cadres et chefs de service de la direction précitée, de présidents des associations culturelles, de représentants du mouvement associatif, de confrères et du public. M. Taibi Mohamed est diplômé de l’institut des arts dramatique, il a également un diplôme de formation de performance de l’école nationale d’administration d’Alger spécialité « Marketing culturel » et un diplôme de formation des réseaux bibliothèques obtenu à Barcelone ( Espagne). M. Taibi Mohamed a débuté sa carrière professionnelle comme conseiller culturel à la direction de la culture de Tlemcen , puis en 1997 il a été promu comme directeur de la culture de la wilaya de Tlemcen, poste qu’il a occupé jusqu’en 2003 où il a été muté en qualité de directeur de la culture de la wilaya de Saida avant d’être nommé en 2011 directeur de la culture de la wilaya de Sidi Bel Abbès. Après l’ouverture du forum, la parole fut donné à l’ invité du jour M. Taibi Mohamed, directeur de la Culture de la wilaya de Sidi Bel Abbès, qui a débuté son intervention par une présentation générale du secteur de la culture dans wilaya de Sidi Bel Abbés. « La wilaya compte plusieurs établissements et infrastructures culturelles, à savoir la maison de la culture Kateb Yacine, l’institut des beaux arts, l’institut régional de la musique, la bibliothèque municipale Kabati Mohamed et ses annexes au niveau les 52 communes de la wilaya, ainsi que les salles de cinéma à l’instar des cinémas Amarnas, Tessala, Moksy, sans oublier le théâtre régional , ou la galerie Nouara ». « Durant l’année 2017, nous avons achevé la réalisation bibliothèque communale (100% achevée et équipée) à profit la population de la commune de Hassi Dahou (daira de Tenira), et qui sera prochainement réceptionnée ». « L’Etat a engagé un budget important pour la réalisation et l’équipement de ces établissements au profit la population et des artistes, dans le but de promouvoir la culture sous ses différentes formes à savoir la musique, le théâtre, le cinéma, la peinture, ainsi pour préserver le patrimoine culturel de notre pays plus précisément de la wilaya. M. Taibi a également abordé le tourisme culturel dans la wilaya de Sidi Bel Abbès qui compte, dans ce cadre, un nombre important de châteaux remontant à la période coloniale…en rappelant des axes importants de la politique culturelle actuellement menée à la lumière des contraintes budgétaires rencontrées. L’Etat ne se désengage pas du fait culturel mais encourage et soutient les initiatives locales publiques ou privées pour toutes les actions d’ordre culturel, notamment lorsque ces actions génèrent des ressources et s’autofinancent…Faute de moyens financiers suffisants, il n’est plus question de poursuivre la politique de l’assistanat entièrement financée par le Trésor public… et dans ce nouveau cadre, les communes, les collectivités locales ont également un rôle important à jouer pour initier des activités culturelles ou des actions dans le domaine culturel ( gestion des vestiges culturels et autres…) générant des ressources, la direction de la Culture affiche sa complète disponibilité pour aider, soutenir et accompagner de telles initiatives venant des collectivités locales, du mouvement associatif ou privé. A la suite de la présentation du secteur par le directeur de la Culture, M. Taibi, la parole fut donnée au public présent pour l’habituel jeu des questions-réponses à l’invité du jour. La première question fut celle du président de l’association pour la préservation et la sauvegarde du patrimoine culturel de la wilaya de Sidi Bel Abbès, relative au classement de sites culturels à l’exemple de celui de Robba (région de Sfisef) ou de celui de Sidi Ali Benyoub, M. Taibi a tenu à éclaircir la situation en déclarant qu’avant entamer toute demande de classement des sites culturels, il faut engager préalablement une démarche à suivre comme la délimitation précise des sites, la prise en charge de l’entretien, la réhabilitation, le gardiennage, …etc. Et, là, la commune ou toute association ou entité intéressée, doit réaliser ce préalable avant de passer à la demande de classement qui sera établie par la direction de la et adressée au ministère de tutelle. « Depuis mon arrivée, j’ai envoyé plusieurs correspondances et demandes dans ce sens, le classement des sites culturels est l’affaire de tout le monde, notamment de plusieurs organismes, beaucoup plus des associations culturelles. La direction de la Culture accueille favorablement toute initiative dans ce sens, pour peu qu’elle respecte les conditions préalables à toute demande de classement. A une question relative à la transformation de l’ex château Léon Bastide en musée, et des préoccupations et des craintes sur la nature des travaux censés être menés dans ce but, M. Taibi a tenu à rassurer son interlocuteur sur l’existence de normes et de critères pour la création de musée (préservation du cadre architectural) notamment pour la bâtisse retenue et pour son environnement immédiat, normes et critères qui seront pris en compte dans toute action menée pour la création et l’aménagement du château en musée. A une question concernant l’état actuel du musée agricole (le seul en Afrique), actuellement réduit à des hangars enclavés à l’intérieur du rectorat, M. Taibi a répondu que cette infrastructure culturelle ne peut correctement fonctionner dans le site du fait de son enclavement et de l’impossibilité à recevoir du public. La solution serait de faire son transfert dans un site spacieux et accessible au public… comme notamment de vieilles bâtisses désaffectées ou d’actifs résiduels relevant de diverses entreprises ou organismes publics à l’instar du CCLS …Dans ce cadre, M Taibi affiche sa disponibilité à étudier toutes les propositions exprimées dans un cadre officiel et à s’atteler à concrétiser la plus idoine avec l’aide des autorités locales. Dans le même contexte, il a été rappelé que la bibliothèque Kabati Mohamed où s’est déroulé le forum, a été érigée, sur le site qui abritait une vieille bâtisse désaffectée relevant du CCLS, propriété des domaines publics. Sur un autre plan, le directeur de la Culture est revenu sur les activités et manifestations organisées par la direction de la culture durant l’année 2017 en collaboration avec le mouvement associatif : la célébration de l’an Amazigh au niveau la bibliothèque Kabati , l’exposition de la bibliothèque mobile à travers les communes et les établissements de rééducation , des manifestations culturelles et artistiques durant le mois de fevrier et mars 2017 au jardin public par l’association culturelle ‘’Tell’’ , l’organisation de spectacles folkloriques par l’association ‘’Ahl Leblad’’ ‘’le Ballet’’ , l’exposition des arts en plastique par l’association ‘’Basma’’ une soirée artistique et de musique par la coopérative Essalem , l’organisation de la rencontre nationale de l’enfant et du livre au niveau le bibliothéque Kabati 15 et 16 mars 2017 , les festivités de mois du patrimoine du 18 avril au 18 mai 2017 , une journée d’étude sur le théâtre au niveau la maison de la culture Kateb Yacine , la célébration de la journée internationale de l’enfance , la célébration de la journée nationale de l’artiste le 08 juin , le programme artistique du mois de Ramadhan , le salon national du livre du 20 Septembre à 20 Novembre 2017 au niveau de la Coupole, ainsi que les expositions de peintres locaux et nationaux. Pour ce qui est des bibliothèques en activités au niveau des diverses communes de la wilaya, décision a été prise pour que leurs portes sont ouvertes à tous les élèves des classes d’examen pour leur permettre de venir réviser leurs cours en toute quiétude et dans un cadre approprié… A une question du président d’une association culturelle qui active dans le domaine de la détection de jeunes talents dans la chanson, sur le sort de ces derniers après leur éclosion, M. Taibi a tenu d’abord à saluer les efforts des membres de cette association et le travail accompli, en ajoutant que les jeunes talents découverts ont toute latitude pour rejoindre des éditeurs et produire des tubes dont les succès ne seront garantis que par l’adhésion du public…les jeunes talents doivent à voler de leurs propres ailes…et le succès sera inévitablement au bout du chemin. Pour ce qui concerne les deux festivals annuels qui animaient les soirées d’été de la capitale de la Mekerra, celui de la danse populaire et celui du rai, le directeur de la culture a affirmé que les deux événements ne sont pas supprimés de l’agenda culturel national, il s’agit d’un gel ou d’un report, pour des contraintes budgétaires, comme chacun le sait. En revenant aux statistiques, M. Taibi a déclaré que la wilaya compte pas moins de 245 associations dont 35 associations activant selon la nouvelle loi 06-12 (2012) et qui ont bénéficié des subventions durant l’année 2017 dont 03 associations ont bénéficié de la subvention du ministère de la culture. Pour ce qui est de la disparition d’objet culturels et notamment de statues qui étaient érigées sur les places publiques et au jardin de la capitale de la Mekerra. S’agissant des cloches qui ornaient des églises, et après la disparition de quelques unes, une partie des cloches est déposée au niveau du musée du Moudjahed tandis que les autres cloches avaient été offertes à la ville de Nantes, dans le cadre d’une opération de jumelage entre les deux villes. Pour les statues disparues, selon l’intervention du président de l’association de préservation du patrimoine architectural de la wilaya de Sidi Bel Abbés qui a tenu à apporter son témoignage sur des faits qui se sont déroulés avant la nomination de M Taibi au poste de directeur de la culture…les statues érigées au jardin public auraient été tout simplement détruites par les agents du service travaux de l’ APC sur instruction des édiles qui étaient à la tête de la commune du temps du mandat du parti dissous… Ces propos auraient été recueillis de la bouche même d’un de ces responsables. Pour la statue, la chute d’Icare, qui se trouvait au petit vichy, elle aurait disparue, et la plainte déposée par l’association sus citée, restée sans suite. Et, avant la clôture du forum, M. Taibi Mohamed, affable et plein d’humilité comme d’habitude, a tenu à rappeler que Sidi Bel Abbès est une grande ville avec toute la portée à donner à cette signification, et que la wilaya recèle d’immenses potentialités culturelles sur les différentes formes, et que la culture est l’affaire de tous, « la culture n’est pas un luxe, c’est une nécessité ».Enfin, je tiens à saluer toute l’équipe d’Ouest Info, avec à leur tête M.Houmad Abdelaziz, pour leur professionnalisme et à les remercier pour leur invitation et pour m’avoir permis d’exposer et d’informer le public la situation du secteur de la Culture dans la wilaya de la Mekerra aussi je remercie les cadres et responsables et tous les présents dans cette salle .

SIDI BEL ABBES : Presentation du projet Aqua-Parc : Le wali donne son aval

Bienvenue au futur Aqua Park de Sidi Bel Abbes, un méga projet qui verra le jour dans 24 mois, ce dernier va être installé sis boulevard d’excellence sur le bord de la double voie à proximité du rond-point menant vers Sidi Lahcen ! Et il sera ouvert tous les jours et durant toute l’année du moment que ce sera un aqua park couvert nous dira le bureau d’étude M Belhadj Harmel du promoteur de ce méga projet M. Hafid Harrach. Au rang du futur projet fort de la Ville de Sidi Bel Abbés, le projet Aqua Park, de requalification des 3.184 m2 de la capitale de la Mekerra. Ce projet figure parmi les plus ambitieux pour la wilaya de Sidi bel Abbés entière. Il favorisera l'extension du rayonnement de la ville bien au-delà de la wilaya. Réunie avant–hier au niveau du bureau du premier responsable de l’exécutif de la wilaya de Sidi Bel Abbés accompagné de plusieurs directeurs de wilaya, du P/APW M. Kheddar, des élus de l’APC, L’architecte M. Belhadj Harmel donna lecture aux présents et dira « C’est un projet assez atypique localement qui consiste en un aqua-Park projeté au boulevard de l’excellence. C’est un projet ambitieux dans une ville dont on ne peut nier son évolution au cours des dernières années et reçoit une attention particulière avec le projet de tramway, et la récente approbation du projet de pôle touristique. » Et d’ajouter « la ville de Sidi Bel Abbés est toujours en manque relatif d’équipements de loisirs dans une wilaya où l’attraction se fait le plus au centre-ville, on remarque une émergence d’un nouveau quartier animé, celui de Makam Echahid et le boulevard de l’excellence qui va représenter un nouveau pôle d’attraction pour la ville comme le cas de Akid Lotfi a Oran. » Ce projet multifonctionnel inclut un village commercial thématique de 3.184 M2 m² dédié à l’équipement de la maison et aux loisirs, y compris un centre de loisirs (aqua parc, cité des enfants Monopolisa, accro branches Eco Park Aventures, ...) un parc d'affaires, une nouvelle cité implantée en entrée de site et animations sur le travail des artisans. Mais aussi: une gestion énergétique centralisée; Financement privé, Permis socio-économique obtenu, Permis de construire obtenu, bassin principal caractérisé par la piscine et les bassins de bien-être et jeu aquatiques entourés par un ensemble d’usages en open space à la périphérie de la piscine, de nombreux toboggans de différente forme et pentes sont disposés pour les amateurs de sensation forte, caféterie, pizzeria, bain/massage réservé au bien être , avec un bain de vapeur genre sauna, une salle de massage au calme, l’aérobic et musculation et jeux aquatiques un espace de détente. Une administration , bureau du directeur, secrétariat, salle de réunion. Après la présentation du projet par le bureau d’étude Belhadj Harmel, le wali très satisfait de cette esquisse il dira à ce propos « je veillerais personnellement sur ce projet » L’accord a été donné par M. Tahar Hachani pour mettre sur pied ce projet unique pour la wilaya de Sidi Bel Abbés. A. Hocine

SIDI BEL ABBES : HOTEL BENI TALA : Chakib Khalil anime une conférence

L'ex ministre de l'Energie, M Chakib Khalil, a animé, hier après-midi à l'hôtel Béni Tala, une conférence-débat sur sa vision pour affronter la conjoncture économique traversée par le pays. La conférence s'est déroulée devant un nombreux public et a été suivie par un débat animé. Cette rencontre s'inscrit dans le cadre d'un cycle de rencontres animées depuis trois jours par le Dr Chakib Khalil, successivement à Tlemcen, Ain Temouchent et Sidi Bel Abbès. Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions. R.R

SIDI BEL ABBES : Blocage de l'APC : Adda Boudjellal accuse !

C'est un véritable pavé dans la mare que vient de lancer le président de l'APC de Sidi Bel Abbès. Adda Boudjellal dernièrement sur les ondes de la radio locale , Dans son intervention , le Maire Adda Biudjellal n'est pas parti avec le dos de la cuillère pour vilipender et accuser la tutelle et en premier lieu le chef de daira ainsi que certains cercles d'être derrière le blocage voire les problèmes vécus par l'APC du chef lieu de wilaya, De graves accusations lourdes de conséquences. Il est vrai que depuis son installation il y a de cela plus de quatre mois , l 'APC n'a pas encore démarré ! Adda Boudjellal affirme qu'il n'a pas pu secouer le cocotier pour pouvoir réaliser son programme et que les problèmes , selon lui , avaient commencé depuis la répartition des tâches et durent à ce jour . Contacté par un confrère, Adda Boudjellal n'a pas voulu s'étaler sur le sujet invitant le journaliste à se référer aux propos tenus à la radio. Nous avons essayé de contacter le chef de daira pour avoir de plus amples informations sur le sujet, son portable est aux abonnés absents.Nous y reviendrons dans nos prochaines edutions .... B.Belhadj

SIDI BEL ABBES : La ministre de l’éducation nationale interpellée : Le journaliste Delli Mohamed agressé et humilié par le SG de la direction de l’éducation de Sidi Bel Abbés

Grande a été mon indignation, lorsque j’ai été dans la matinée du dimanche 1er Avril 2017, agressé et humilié par le secrétaire général de la direction de la wilaya de Sidi Bel Abbés dans son bureau au siège de l’académie. C’était en présence du directeur de wilaya de deux chefs de services et du parent d’une élève scolarisée au lycée « Amarna ». Je suis journaliste correspondant depuis une vingtaine d’années et j’ai de tout temps entretenu de bonnes relations avec les responsables de tous les secteurs. Mon seul tort s’est de s’être inquiété sur le cas de l’élève en question dont le père est un proche et un ami que j’ai accompagné à la direction de l’éducation. A mon grand étonnement, le responsable en question s’est levé de son siège en se jetant sur moi pour me pousser et me chasser de son bureau. Jusqu’à maintenant je ne suis pas arrivé à comprendre ce comportement sauvage et indigne d’un haut responsable d’une institution publique. Comment un tel responsable se permet il d’user de gestes d’un autre âge en usant de ses mains et de sa forte corpulence pour faire sortir un citoyen des locaux d’une administration de l’état Algérien. Peut on parler , Madame la ministre d’éducation avec une espèce de fonctionnaires dont le seul langage est la violence et le manque de respect d’autrui. La dignité du citoyen n’a pas de prix , Madame la ministre et vous la seule autorité en plus de celle de Monsieur le wali de Sidi Bel Abbés qui êtes en mesure de me réhabiliter dans mes droits. Face cet excès de zèle qui est loin d’honorer le secteur de l’éducation nationale, le collectif des journalistes et correspondants de la wilaya de Sidi Bel Abbés a signé un communiqué dont ont été destinataires, vous Madame la ministre, le wali de Sidi Bel Abbés, le président de l’APW et les médias.

SIDI BEL ABBES : Cité Souass : Le chef de daira prend en charge les doléances des habitants

Le chef de daira de Sidi Bel Abbès a effectué une visite à la cité Souass pour s'enquérir de la situation des habitants qui l'avaient sollicité pour prendre en charge leurs doléances en matière d'aménagement de la route, du manque de lignes de téléphone, des problèmes d'éclairage public et autres. Sur place, le chef de daira, M Saadi Abdelkader, a instruit les responsables de l'entreprise en charge des travaux pour activer la réalisation et satisfaire les doléances des habitants de la cité. Y.Nouaoui et Megherbi Badra

SIDI BEL ABBES : NAFAA ARBOUS PDG DE "MAGHREB LEASING ALGÉRIE" A OUEST-INFO : "Notre campagne vise à faire connaitre le crédit bancaire"

L'entreprise "Maghreb leasing Algérie" MLA, en collaboration avec les services de la chambre de commerce de la wikaya de Sidi Bel Abbès, a organisé à l'hôtel Éden une journée de sensibilisation au profit des investisseurs et des employeurs afin de leur expliquer le modèle de financement et pou présenter le crédit financier, et pour plus de détails on s'est rapproché du PDG du MLA, M. Nafaa Arbous pour expliquer les objectifs de la rencontre:《Aujourd'hui, on est venu à Sidi Bel Abbés pour continuer la campagne lancée et qui est présentée dans la caravane de sensibilisation de la promotion de financement et du crédit financier, dont l'objectif est de montrer aux différents clients les avantages de l'entreprise》, a-t-il déclaré. 《Notre objectif à travers ce meeting qui nous a réuni avec les employeurs est de leur expliquer un autre mode de financement en l'occurrence le financement bancaire "Le crédit financier" et leur expliquer aussi ses avantages et à travers ce meeting on a une autre vision pour ouvrir d'autres sections relevant de notre entreprise dans d'autres wilaya de l'ouest》a-t-il ajouté. Zebida Abdelkader

SIDI BEL ABBES : Conférence du Dr Chakib Khalil sur l’investissement : « Investissement hors hydrocarbures et création de zone franche au nord et au sud du pays »

Le Dr Chakik Khalil ex ministre de l’énergie, a animé une conférence-débat le 02 Avril 2018, au niveau de l’hôtel Beni Talla, à laquelle ont assisté des représentants de la société civile, des élus locaux, différents représentants de partis. L’étape de Sidi bel abbés, s'inscrit dans le cadre d'une série de rencontres, que le conférencier, anime à travers plusieurs wilayas du pays. Ainsi après avoir salué l’assistance et remercié les organisateurs de la rencontre, il tiendra à commencer son intervention, en évoquant l’existence de sa page face book à travers laquelle plus de 190.000 adhérents, viennent acquérir des connaissances dans divers sujets qui y sont présentés, en matière d’économie, de social, de connaissance scientifique et autre et d’y donner leur avis dont certains sont des sujets d’intérêt qui sont exploités et de recevoir des réponses. Puis, en bon connaisseur de la réalité économique algérienne, il décortique le sujet de sa conférence en expliquant à travers la possibilité de faire sortir le pays de l’étouffement économique particulièrement en raison de la dépendance aux hydrocarbures. Il cite alors les causes de la dévaluation du dinar et des nombreux flottements comme il parlera de l’environnement socio économique du pays. Ainsi il nommera comme premier défî « l’investissement »Il fera comprendre qu’en regardant l’avenir économique a court et moyen terme, l’on constate, que les revenus sont essentiellement au gaz et pétrole dont les rentrées sont de 60% et les 40% restant parviennent des en taxes, impôts et autres , qui devraient faire réfléchir à d’autres moyens de rentrées en devises, par rapport à la consommation particulièrement lorsque le prix du prix baril de pétrole n’est pas favorable, la situation socio-économique du pays. Ainsi, il y a lieu d’assurer d’autres possibilités hors hydrocarbure tel que la pêche le tourisme, l’agriculture etc mettre les jalons pour un environnement qui encourage l’émergence de grands investisseurs, en employant des mécanismes qui permettent de les fidéliser au même titre que certains pays le font. Pour que l’Algérie retrouve sa place dans le monde économique.La seule voie de sortie et de créer des revenus renouvelables est l’investissement, hors hydrocarbure. c’est l’assurance économique de l’après pétrole que des mécanismes et des efforts appropriés doivent être employés pour que les potentiels investisseurs trouvent les moyens d’œuvrer. Et compte tenu du nombre important de sollicitudes et inquiétudes citoyennes en matière d’emploi, dont presque 200 mille universitaires qui viennent au marché de l’emploi, en débloquant un ensemble de verrous , avec de sérieux investissements, l'amélioration de la qualité des produits nationaux et tirer profit de la situation géographique avec l’utilisation des avantages comparés, nous assurons un apport en richesse, garantissons l’emploi et solutionneront, les besoins sociaux du citoyen. Lorsque les rentrées sont insuffisantes, cela ne permet pas de répondre à ses besoinsIl évoquera, le partenariat avec l’enseignement supérieur qui doit s’inquiéter à élever davantage le niveau afin que les connaissances acquises par les ressources humaines doivent être compétitives et utile sur le marché de l’emploi. Comme la nécessité de créer des zones franches dans le sud et dans le nord ; Plusieurs autre paramètres enrichissants, se rapportant aux rentrées en devises, à la réévaluation du dinar et autre ont été évoqués. K.Benkhelouf

SIDI BEL ABBES : Redorer le blason de la commune…

L’équipe de L’APC fraîchement installée, semble depuis plus de quatre mois, non encore décidée de sortir de son balbutiement et mener à bon port, ses promesses de reprise en main de la gestion et de la réorganisation des instances élues et administratives de la commune du chef-lieu de wilaya, en répondant aux aspirations d’une population belabbésienne frustrée par les péripéties de certains éléments des anciennes mandatures. L’on a l’impression que ces élus, semblent ne pas se rendre compte que les pluies qui se sont déversées sur la ville, ont totalement mis à nu la qualité de travail effectuée, les matériaux employés et les pratiques élémentaire utilisées. S’ils avaient conscience de l’état dans lequel se retrouvent grands nombres de nos artères, ils auraient certainement décidé, à faire certaines concessions par amour de leur ville et de ses citoyens. Voila que certaines résistances, donnent l’impression que les ficelles sont machiavéliquement tirées dans les coulisses, pour la persistance de la déstabilisation et la recrudescence de conflits entre les parties, aux profits de ceux qui ne comptent pas laisser l’occasion leur filer entre les doigts et d’autres qui s’imaginent que sans eux, le train restera en gare ou démarrera en trébuchant. Pendant tout ce temps, le maire Adda Boudjelal, que nous avons brièvement croisé, aurait aimé entamé son travail, dans une ambiance « empreinte de sérieux, de détermination et de cohésion, loin des clivages qui mine l’APC. Il aurait aimé, se trouver dans l’humeur de la réconciliation qui exclut toute idée de règlement de compte, ou on ne sait quelle revanche. Il aurait aimé se trouver dans des conditions, sereines pour ne servir que le citoyen, avant toute considération ». Ne comprenant pas ce qui se passe autour de lui, l’on déduit son impatience d’axer ses efforts, sur la remise en ordre des structures mais aussi des projets pour que l’administration communale, avec ses divers services techniques, gagne en efficacité dans son travail au service des citoyens et exerce pleinement ses prérogatives, tel que défini par la loi. Bien entendu, les éventuels changements à opérer, n’auront rien d'une « la chasse aux sorcières », mais de simples remaniements qui tiennent compte exclusivement de critères objectifs liés à la compétence et aux états de service, durant ces dernières années. Des prises de décision responsables, après concertation, qui seraient jugées nécessaires, pour le bon fonctionnement de l’APC et alors le nouveau maire est en droit à contribuer au changement dans le respect de la loi. Le rappel au dialogue sérieux et responsable afin de converger sur des solutions concrètes et durables, loin de toutes manipulation, s’impose. En attendant, l’on devrait savoir de part et d’autre, que seule la raison devrait prévaloir. K.Benkhelouf

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar