Sun04222018

Last updateSat, 21 Apr 2018 10pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES

Sidi Bel Abbés

Bilan mensuel : Trois morts dans huit accidents

Huit accidents de circulation ont été recensés, selon le bilan du mois d’avril 2016 établis par les services de la voie publique de la sûreté de wilaya. Trois morts et dix blessés ont été enregistrés. Les policiers ont procédé au retrait de 328 permis de conduire et établi 1727 contraventions, ils ont aussi mis en fourrière 44 véhicules et 43 motos. Par ailleurs, 75 contraventions relatives à la santé, les immondices et les espaces verts ont été établies dans le cadre de la protectiont de l’environnement. Vingt et un quintaux de fruits et légumes ont été également saisis. La marchandise était proposée illégalement à la vente sur la voie publique dans des conditions non sanitaires. Djillali T

Examens scolaires de fin d’année : les élèves hospitalisés auront leurs propres centres

Deux centres d’examen scolaires sont prévus pour ouvrir leurs portes aux candidats malades qui sont hospitalisés à l’hôpital Hassani . Désormais, les scolarisés, qui séjournent dans l’hôpital dans l’incapacité de se déplacer et faire des efforts physiques, auront leurs chances comme tous les autres élèves. La direction de l’éducation, avec l’accord de l’office national des examens a pris toutes les dispositions pour permettre à ces enfants malades de partager leurs joies avec leurs familles et goûter au délice de cet événement scolairel. Deux centres ont été prévus à l’hôpital Hassani pour permettre aux malades de saisir leurs chances dans les mêmes conditions que les autres élèves dans les différents établissements scolaireq. le premier est prévu de recevoir 03 candidats pour l’examen du cycle primaire et l’autre pour recevoir 02 candidats à l’examen du BEM. Cette initiative louable, première de son genre sur le territoire national, selon les responsables, va permettre aux malades de ne pas rater leur participation à cet événement culturel et cumuler un retard qui aura un lourd tribut dans leur cursus scolaire. Pour rappel, les examens scolaire des trois cycle primaire, moyen et secondaire, auront lieux respectivement le 22 Mai 2016, celui du BEM du 24 au 26 Mai 2016 et en fin le BAC du 29 Mai au 02 juin 2016. Le nombre d’inscrits aux épreuves primaire est de 12.257 élèves entre filles et garçons, sont repartis sur 246 centres à travers toute la wilaya. Celui du BEM, le nombre est de 9.834 repartis sur 516 centres, 13 seulement à la commune de sidi bel abbés dont un centre au niveau de la maison de redressement. 11.196 candidats entre libres, de la maison de redressement et scolarisés sont inscrits pour passer les épreuves du BAC dont 6.596 filles, repartis sur 42 centre dont un centre au niveau de la maison de redressement. Les services de la direction de l’education ont déployé tous les moyens humains et matériels pour que les examens se déroulent dans de meilleurs conditions afin de créer un climat favorable, selon les responsables.Djillali T

’Zaoubaàt Founoun SahAra’ : Clôture des journées culturelles folkloriques

Sur le rythme des mélodies de la musique Saharienne du ‘’Diwan’’, que les familles Belabesiennes se sont séparées la veille de dimanche (2h00) avec les troupes folkloriques sahariennes qui ont participé à la cérémonie de clôture des journées culturelles ‘’ , ‘’Zaoubaàt Founoun Sahhra’’ organisée par l’association culturelle locale de la danse populaire ‘’Beni Ameur’’, en collaboration avec le mouvement associatif culturel durant le 28.29.30 Avril, et ce après la soirée artistique du Gnaoui, qui les à réunies ensemble dans la Khaima traditionnelle, au jardin de la maison de la culture ‘’Kateb Yacine’’. Et malgré le peu de moyens, ça n’a pas empêché que cette cérémonie culturelle soit à la hauteur dont ses organisateurs comme Hicham Badi, hadj Nahal, et Melllouk, ont beaucoup réjouit le public Belabesien présent à la soirée, ils ont échangé beaucoup de cadeaux souvenirs avec les différents troupes. Zebida Abdelkader

LE MAIRE DE Mostefa Ben Brahim, BOUMAAZA MOHAMED, à ouest-info : «La commune a besoin d’un CEM »

Distante d’une quarantaine de km du chef -lieu de la wilaya de Sidi Belabbès, la localité de Mostefa Benbrahim qui porte fièrement le nom de la gloire de la poésie populaire dite ElMelhoun, s’active pour prétendre à un avenir des plus radieux. En effet, nous avons sollicité le P/APC, en l’occurrence M.Boumaaza Mohamed pour nous mettre au diapason du développement de la commune. Ce dernier a voulu répondre et avec une extrême gentillesse à nos questions . : Ouest Info : M .le président voulez-vous nous dresser brièvement un état des lieux de votre commune ? B.M : D’abord en matière de logement, nous avons réussi à distribuer en 2014, 70 logements sociaux alors qu’en 2015 , Mostefa Benbrahim a bénéficié de 210 logements OPGI dont 130 ont été livrés et le reste est en voie d’achèvement .Ainsi 10 logements de type LPA et 27 autres individuels ont été également attribués . Pour rappel, Mostéfa Benbrahim a bénéficié de 900 logements AADL. Pour Tilouine , elle a eu sa part d’habitat où 70 logements LSP et 35 individuels ont été réalisés .En effet, la commission gérée par la daira a ciblé les vrais nécessiteux par voie d’une minutieuse enquête bien que la mission ne soit nullement de tout repos car la forte demande dépasse l’offre . .Quant aux autres secteurs , Tilouine vient de bénéficier d’une école primaire , de transport scolaire et un revêtement des rues ainsi d’une annexe de salle de soins .Pour ce qui est du gaz naturel , toutes les habitations seront incessamment raccordées du moment que nous avons obtenu l’aval des responsables du secteur . Pour l’eau potable, Mostefa Benbrahim et toutes ses agglomérations sont régulièrement alimentées. O.I : Y aura-t-il sans doute d’autres ambitions à concrétiser ? B.M : Effectivement, nous attendrons le lancement de la réalisation d’un siège de la protection civile dont le projet est acquis ainsi qu’ une polyclinique qui contentera la population locale qui a longtemps souffert d’incessants déplacements vers d’autres régions de Sidi Belabbes, Sfisef ... O.I : Des habitant se plaignent des problèmes de transport et du manque d’infrastructures scolaires, votre commentaire? B.M : Ce sont des préoccupations légitimes par le fait qu’un grand nombre d’étudiants et de travailleurs qui rallient quotidiennement d’autres régions souffrent de l’absence de moyens de transport disponibles aux moments opportuns . En effet, nous souhaitons que la direction de transport mette à notre disposition au moins 2 bus ETU pour surmonter cette contrainte sans omettre de citer l’absence d’une gare routière pour identifier les arrêts alors qu’en matière scolaire , le seul C.E.M existant ne peut contenir une masse scolarisée en forte hausse, de là, un autre établissement est nécessaire pour éviter dans un futur proche la surcharge des classes . O.I : D’autres secteurs préoccupent le citoyen entre autres l’emploi, les activités culturelles et sportives, qu’avez-vous préconisé en conséquence ? B.M : Certes, le premier volet est crucial au vu de l’angoisse du chômage mais notre espoir demeure intact par le fait que quelques entreprises locales, qui sont en veille, seraient réactivées telle l’usine spécialisée dans la fabrication de tapis, elles seront une issue salutaire pour satisfaire un grand nombre de chômeurs. En matière de culture nous possédons une bibliothèque alors qu’en sport, nous avons construit un mur de clôture au niveau du stade qui souffrait de non homologation qui a d’ailleurs pénalisé l’activité du club local au même titre qu’un réaménagement des vestiaires. Cependant, la programmation du tartan est le vœu de la population de Mostefa Benbrahim . Pour ce qui est des autres disciplines , des associations activent en karaté, judo, haltérophilie et tennis. Le mérite revient en premier lieu aux responsables de ces associations qui transcendent les difficultés pour épargner à notre jeunesse des fléaux sociaux et leur inculquer les valeurs de la pratique sportive en dépit de l’absence de moyens notamment financiers car la commune avec un budget dérisoire de 3% ne pourra satisfaire la demande de la masse sportive. .Enfin notre espoir est grand de mettre au service de notre population un meilleur cadre de vie et d’éliminer progressivement les insuffisances du parcours et merci à votre journal . B. Rahmane

Conflit autour du parKING DE LA SORECOR : L’ex affectataire demande l’ouverture d’une enquête

Dans une requête adressé au journal, monsieur Mokadem Tahar demande l’ouverture une enquête sur le parc,, du quartier Sorecor . « Si l’enquête révélera que je ne suis pas du propriétaire du parc, je n’en parlerai jamais » dixit notre interlocuteur, Et d’ajouter « je fais confiance aux pouvoirs publics et je contesterai jamais la décision prise pour peu que l’enquête soit juste, et impartiale » Déterminé à aller au bout de sa logique notre interlocuteur révélera que la ville, particulièrement les habitants du Serecor connaissent que le parc nous revient de droit » et de s’interroger, « c’est parce que nous n’avons pas d’épaules qu’ils veulent nous « zapper », Tonne Tahar . Au quartier ou résidait Mokkadem, Parmi les personnes interrogés, figuraient dans la pétition en notre possession signe par plus de 100 riverains au parc « que si ce n’était son père qui s’est opposé a la construction de l’immeuble, le parc aurait servi au début des années 90 à des logements . Il va sans dire que le bras de fer, autour du parc, ne fait que commencer….. Affaire a suivre. Belhadj B

« KHAYI » : Une singularité attachante

L’expression « Khayi » véhiculée dans le vocabulaire de tous les jours, par la population de la wilaya de Sidi Bel Abbès, notamment celle du chef-lieu de wilaya, a pris une telle dimension qu’elle sonne comme un cri de ralliement et d’identification des habitants de cette région. Prononcée à Alger, Tarf,Tamanrasset ou à l’étranger, cette « expression particulière » des habitants de la région qui est devenue un signe de reconnaissance, suscite rapidement la réaction de l’interlocuteur, qui sait qu’il a affaire à un Abbassi. Pour en revenir à l’expression, Khayi est en fait un diminutif affectueux de Khouya, mon frère, un terme dont tout le monde s’accorde sur le sens, un sens qui renvoie à cette proximité affective ancrée dans les traditions socioculturelles de la région, du pays, et par extension de la communauté des croyants dans l’Islam. Et ce n’est pas un hasard si les moudjahidines, durant la guerre de libération nationale, étaient désignés sous le vocable « El Khaoua ». Khayi, ce vocable tendre et savoureux, doux et chaleureux, propre à la région, avait attiré l’intérêt de mon confrère K. Ourred, qui avait tenté, en décembre dernier, d’en connaître l’origine en interrogeant des habitants de la capitale de la Mekerra, notamment des personnes âgées. Parmi les réponses obtenues, celles relatives à la propagation de l’expression « Khayi » durant les années 40, suite à la projection d’un film, dans les salles de cinéma de la capitale de la Mekerra, où joue le grand musicologue et chanteur égyptien Mohamed Abdelwahab qui chante un tube célèbre « Khayi, ya Khayi ». On a appris également que l’expression est aussi utilisée dans des régions du Liban (avec une prononciation légèrement différente), d’Egypte ou même du Soudan. En fait, à défaut d’études historiques avérées, l’origine du mot, remonte dans le temps, puisque le terme aurait été déjà utilisé à l’orée de la colonisation. Quoiqu’il est soit, « Khayi », qui traduit une forte charge affective, fait partie, sans conteste, du patrimoine immatériel de la région, et doit être, à mon avis, exprimé et porté, comme une marque d’honneur dans un espace qui recèle de riches traditions socioculturelles tout autant que politiques, sachant que la confédération des Béni Ameur, qui regroupait les tribus autochtones de ce territoire, a été, avec les Hachems et les Gherabas, le premier socle de la création de l’Etat moderne Algérien, dirigé par l’Emir Abdelkader. Merwan Merwan

Gel de projets de développement : le maire de Teghalimet demande leur relance

Situé, à 23 km du chef lieu de wilaya, la commune de Teghalimet est, en matière, de logements, très mal loti. Elle a bénéficie, tenez-vous bien, en tout et pour tout, depuis 1963 à ce jour, de seulement 206 logements sociaux, a indiqué le maire de la localité. On a eu, récemment, un quota de 70 logements dont le taux d’avancement est de 80 % alors qu’ en face nous avons plus de 2000 demandes , ce qui va , à coup sûr, poser, un problème de distribution » ajoute M. Belabbed Djilali . Idem pour les rues de la commune qui sont dans un état dégradation avancée, tout comme les écoles, sans cantines, de Remilia Ain Chafia , deux bourgs , dépendants de la commune dont la question de leur réhabilitation se pose avec acuité, poursuit le maire soulignant, l’absence, également, d’une polyclinique en mesure de réduire le flux de déplacement de la population vers les structures sanitaires des commune limitrophes. A noter que plusieurs projets ont été gelés dans la commune et le maire en demande le dégel. Il s’agit du projet de réaménagement des vestiaires du stade, du projet d’extension du siège de la commune et celui de l’aménagement de Makam Chahid et l’aménagement urbain Belhadj B

Plus d’un demi-kilo de kif saisi

Les éléments de la sûreté de daïra ont saisi 512 grs de kif traité. La marchandise était destinée à la commercialisation, selon un communiqué de la cellule. L’enquête déclenchée sur ces faits, a permis après une surveillance des faits et gestes, d’arrêter le suspect âgé de 44 ans au marché des bestiaux qui n’a pas tardé à dénoncer son complice, qui a été arrêté à son tour. Un mandat de dépôt fut prononcé à leur encontre. Djillali T

Deux escrocs arrêtés

Les services de sécurité ont mis fin aux agissements de deux individus spécialisés, dans le trafic des chèques postaux. Âgés de 48 et 55ans, les mis en cause qui passaient pour des porteurs de chèques authentiques ont été arrêtés, suite, à une fouille systématique, en possession de cartes d’identité et chèques postaux scannés. Belhadj B

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar