Wed07182018

Last updateSun, 15 Jul 2018 10pm

Back You are here: Home ACTUALITES NATIONALES

Ouest-Info

La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme : Meslem plaide pour un discours politique modéré

La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, a affirmé à Charm El Cheikh (Egypte), la nécessité de lutter contre les fléaux sociaux qui sous-tendent la violence et l'extrémisme et appelé à la promotion d'un discours politique modéré, a indiqué lundi un communiqué du ministère. Dans son allocution prononcée dimanche au premier jour des travaux de la 35e session du conseil des ministres arabes des Affaires sociales, Mme Meslem a présenté l'expérience de l'Algérie dans ce domaine, soulignant l'importance de la lutte contre la pauvreté et la marginalisation des jeunes, ainsi que la nécessaire intégration des autres catégories vulnérables dans le processus de développement social et économique pour se prémunir contre les fléaux sous-tendent l'extrémisme et la violence. Mme Meslem a souligné l'importance de promouvoir un discours religieux modéré pour faire face aux idées susceptibles de porter atteinte à la cohésion sociale et à la stabilité nationale. En marge de cette 35e session, la ministre a eu des entretiens avec ses homologues arabes, notamment du Sultanat d'Oman, l'Etat de Palestine, la République d'Irak, l'Arabie Saoudite et l'Egypte. Les discussions ont porté essentiellement sur les voies de développement de l'action arabe commune et le renforcement de la coopération bilatérale. Les participants ont abordé les dossiers qui seront soumis au Sommet arabe, prévu en mars 2016 au Maroc et au Sommet du développement social et économique, prévu en octobre 2016 en Tunisie. Les dits dossiers seront examinés également lors de la conférence ministérielle sur les priorités des pays arabes, inscrites à l'agenda du développement durable 2030, prévue en janvier 2016. Outre un document relatif aux enfants en situation d'urgence visant à préserver leurs droits lors des catastrophes et des crises, le conseil a adopté au terme des travaux de sa première journée, le contrat arabe des organisations de la société civile 2016-2026. Il a, par ailleurs, été convenu de la tenue d'une conférence arabe sur l'impact des politiques sociales sur l'éradication du terrorisme. Le conseil des ministres arabes des Affaires sociales a également traité des questions liées à l'octroi des aides à des projets de développement social en Jordanie et à Djibouti.

Fête nationale du burkina faso : Le Président Bouteflika félicite son homologue burkinabè

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à son homologue du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré. à l'occasion de la célébration du 55e anniversaire de la proclamation de l'indépendance de son pays, dans lequel il lui a réitéré sa disponibilité à poursuivre les efforts communs en faveur de la paix, de la stabilité et du développement de l'Afrique. "A l'occasion de la célébration du 55e anniversaire de la proclamation de l'indépendance du Burkina Faso, il m'est agréable de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi qu'en mon personnel, nos vives félicitations et mes vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour le peuple burkinabé frère", a écrit le Chef de l'Etat dans son message. "Je tiens à saisir cette heureuse occasion pour vous exprimer toute ma satisfaction quant à la qualité des relations d'amitié, de solidarité et de coopération qui lient nos deux pays, ainsi que ma détermination à œuvrer, avec vous, à leur approfondissement", a-t-il souligné. "Je voudrais, également, vous réitérer ma disponibilité à poursuivre avec vous nos efforts communs en faveur de la paix, de la stabilité et du développement socio-économique de notre région, ainsi que de notre continent", a ajouté le Chef de l'Etat.

Entretiens Lamamra-Fabius, en marge de la conférence mondiale sur le climat

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane Lamamra, s’est entretenu, samedi au Bourget, avec son homologue français et président de la conférence mondiale sur le climat (COP21), Laurent Fabius. L’entretien, qui s’est déroulé en marge de la conférence, a été l’occasion pour le président de la COP21 d’informer le chef de la diplomatie algérienne de l’état d’avancement des négociations, à la veille de la réunion ministérielle de haut niveau.Les négociateurs ont publié samedi le rapport après une semaine de tractations et de laborieux pourparlers sur le réchauffement climatique et devront le soumettre en fin d’après-midi aux ministres qui prendront lundi le relais des négociations. A l’issue de l’entretien, le président de la COP21 a reconnu à la presse qu’il y a eu "beaucoup" de problèmes et de divergences au cours des négociations, relevant que le rôle des ministres "est de trouver des éléments de consensus" pour un accord à la fin de la conférence."Quand on analyse toutes les contributions présentées par les pays, on est autour d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 3 degrés C", a indiqué Fabius insistant qu’au futur il faudra s’inscrire dans une "trajectoire en dessous des 3 degrés"."Notre objectif est de travailler dans le bon sens, avec le concours précieux de nos amis, notamment Lamamra" à cette conférence.Pour sa part, Ramtane Lamamra a souligné que tous les efforts déployés avant et pendant la conférence ont été "très utiles", parce qu’ils permettront, a-t-il expliqué, de "rapprocher les points de vue" afin d’aboutir à un accord "ambitieux" et "équitable". "Nous abordons un atterrissage en douceur", a-t-il fait remarquer, précisant qu’il faudra, dès ce week-end, "envisager des compromis et des passerelles" pour arriver à un accord comme il est souhaité par l’ensemble des Parties contractantes. Le ministre a annoncé qu’une réunion de coordination des ministres africains se tiendra dimanche juste pour dire que "nous sommes demandeurs de succès" dans cette conférence et "non pas uniquement d’exigences". M. Lamamra est arrivé samedi dans la capitale française pour assister jusqu'à mercredi à la réunion ministérielle de haut niveau à la COP21.

Ministère de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme : Installation de la commission d’accessibilité des handicapés à l’environnement physique, social, économique et culturel

La cérémonie d’installation a été présidée par la ministre de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, Mounia Meslem Si Ameur, en présence des membres de la commission représentant différents secteurs, départements ministériels et fédérations. La commission a été installée en 2008 et réactivée en 2012. Ses travaux ont été sanctionnés par des recommandations qui ont été soumises aux secteurs concernés. Sa composante a été renouvelée en vertu d’une décision datée du 7 juillet 2015. Cette commission veille à suivre la mise en œuvre des programmes d’accessibilité des personnes handicapées à l’environnement physique, à élaborer des rapports sur les programmes appliqués et proposer des mesures susceptibles d’améliorer l’accessibilité des personnes handicapées à la vie sociale. La commission se réunit en session ordinaire tous les trois mois qui est sanctionnée par des rapports annuels qui portent sur les actions des trois sous-commissions. Il s’agit de la sous-commission d’accessibilité à l’environnement physique, de la sous-commission d’accessibilité aux structures et moyens de transport et la sous-commission d’accessibilité aux moyens de communication et d’information. La rencontre a, par ailleurs, été marquée par la présentation d’un exposé sur le projet de ville pilote adaptée aux personnes handicapées, lancé dans la capitale en mars 2015 et qui se poursuivra jusqu’au premier semestre de 2016 avant sa généralisation à d’autre villes. Le projet consiste notamment en l’aménagement de passages adaptés pour faciliter le déplacement des personnes handicapées, mais aussi des personnes âgées et des femmes enceintes. L’accessibilité des personnes handicapées passe impérativement par l’aménagement des constructions, des routes, des moyens de transport et des autres infrastructures, notamment les écoles, les habitations, les structures médicales et les lieux de travail, a affirmé la ministre. Parallèlement à l’ouverture de bureaux d’accueil et d’orientation au niveau des directions de l’action sociale relevant du secteur, le ministère a ouvert un guichet unique pilote dans la wilaya d’Oran pour accompagner les personnes handicapées et assurer leur accès aux prestations sociales, a précisé Mme Meslem. Rappelant les efforts consentis par l’Etat en matière de prise en charge de cette catégorie de la société, la ministre a cité les pensions, la couverture sociale, la gratuité des transports et la prise en charge de 25.000 enfants handicapés dans des établissements spécialisés relevant de son secteur.

AMAR GHOUL EN VISITE A BLIDA : La citadelle de la Chiffa et Hammam Melouane seront aménagés

Le secteur du tourisme a de grands projets pour Blida. Lors d’une visite de travail, hier, dans cette wilaya, le ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, Amar Ghoul, a assuré que le schéma d’orientation touristique pour Blida sera concrétisé à court terme. « Blida compte pour le moment 900 lits. Une fois les mégas projets lancés, la wilaya bénéficiera de 1.000 autres lits », indique-t-il, signalant que ce nombre sera encore plus important une fois les villages touristiques, à Chréa notamment, réalisés. Il a tenu à préciser dans une déclaration à la presse que les projets inscrits sur l’agenda touristique de Blida sont susceptibles de faire de la région un pôle touristique d’excellence. Tel le projet du complexe touristique dans la commune de Beni Merad qui abritera plusieurs infrastructures de loisirs et de détente, un hôtel d’une capacité de 400 lits ainsi qu’un aquaparc. Ce dernier restera, selon Sahraoui, qui investit dans ce projet, fonctionnel tout au long de l’année, y compris en hiver. Le ministre a exigé que ce projet porte l’identité culturelle algérienne. « Il est important d’inclure une galerie ou une vitrine pour l’artisanat en général et surtout pour l’artisanat local », estime Ghoul. Tout en prenant note des instructions du ministre, le promoteur a confié avoir rencontré quelques problèmes techniques qui ont retardé le projet de presque six mois. Sur ce, le wali de Blida, Abdelkader Bouazgui, lui a reproché de ne pas avoir pris contact avec les collectivités locales. Dans ce contexte, le ministre a assuré que les collectivités locales se chargeront de régler tous les problèmes rencontrés par ce projet ainsi que dans d’autres qu’il a inspectés lors de sa visite. Il s’agit de la citadelle de Blida, qui bénéficie d’une opération de réhabilitation d’une valeur de 220 millions de dinars. Ça sera le phare du patrimoine dans la région mais aussi celui du tourisme vert. La région compte six zones d’expansion touristique à exploiter et 7 autres sont en cours d’aménagement. Le complexe thermal Hammam Melouane est le dernier point que le ministre a visité, inspectant notamment le nouvel hôtel construit sur les ruines de l’ancien. L’hôtel est doté de 75 chambres et de structures de soins. « Tout le site autour sera aménagé pour en faire un pôle touristique d’excellence », a affirmé le ministre, indiquant que l’oued sera aménagé et les constructions qui défigurent le paysage seront démolies.

Saâdani réagit à la lettre du Général Toufik : "Le pouvoir derrière les rideaux c’est terminé"

D’emblée, il décréta que «le pouvoir parallèle c’est terminé », le Secrétaire Général du Front de Libération Nationale, en faisant lecture de la lettre du général à la retraite Mediane alias Toufik s’est prononcé cet après midi sur la teneur de la lettre rendue publique via la presse nationale, devant un parterre de hauts cadres du FLN et une partie du gouvernement.  L’on se croyait en réunion du comité central, tellement la salle était comble. De hauts cadres sont venus assister à une rencontre portant sur la préparation des sénatoriales. Amara Saadani, n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour livrer ce qu’il pense de cette lettre qui, a fait couler beaucoup d’encre eu égard au caractère inédit, puisque c’est une première dans les annales de la vie politique du pays qu’un haut cadre de l’armée nationale, bien qu’à la retraite sorte de sa réserve pour soutenir publiquement un de ses subordonnés emprisonné actuellement demandant que soit « réparée  une injustice qui touche un officier qui a servi le pays avec passion, et de laver l’honneur des hommes qui, tout comme lui, se sont entièrement dévoués à la défense de l’Algérie ». Ce fut l’occasion pour Saâani de réitérer les propos déjà tenus, quand la première fois il s’en est pris à Toufik vertement.  C’est en termes : « le pouvoir parallèle c’est, terminé » a-t-il asséné que le secrétaire général du FLN livre sa réaction en expliquant qu’il en avait décelé les traces (de la lettre) dans la démarche des 19, les sorties médiatiques de Benflis ou encore dans les déclarations Khaled Nezzar. Lesquelles démarches ne trouvant pas écho, selon Saâdani, le général Toufik a rendu publique sa propre lettre.« Moi, j'ai lu la lettre avant qu’il ne l’écrive », a-t-il soutenu. R R

Crise libyenne : Tenue à Alger de la réunion des pays voisins de la Libye

La situation en Libye et dans la région sera à l'ordre du jour de la 7ème réunion ministérielle ordinaire des pays voisins de la Libye dont les travaux sont prévus mardi à Alger. Cette 7ème réunion du genre, qui intervient dans le prolongement de celle tenue à N'Djamena (Tchad) en juin dernier, permettra, selon le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, aux pays voisins et aux représentants des organisations régionales et internationales de s'informer mutuellement de la situation en Libye et dans la région et de procéder à l'analyse des derniers développements. La réunion verra la participation de l'ensemble des pays voisins de la Libye (Algérie, Egypte, Soudan, Niger, Tchad et Tunisie), en plus de l'Union africaine, de la Ligue arabe et de l'Union européenne. La Libye sera aussi représentée à cette réunion, à laquelle assistera également le nouveau représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour la Libye, Martin Kobler, qui a succédé à l'espagnol Bernardino Leon. M. Leon avait au terme de près d'une année de négociations, parvenu début octobre à arracher un accord sur un gouvernement d'union nationale, mais le document a été par la suite rejeté par les deux parlements, qui se disputent le pouvoir en Libye. Le réunion sera également "une opportunité pour l'Algérie de réitérer son appui au processus en cours sous l'égide des Nations unies, pour accélérer la mise en place d'un gouvernement d'union nationale, capable de mener à bien la période transitoire et de relever les multiples défis auxquels fait face le pays, notamment le terrorisme", a souligné M. Messahel. Par ailleurs, la présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, a réitéré récemment la "profonde inquiétude" de l'UA sur la situation en Libye, soulignant l'importance de prendre les mesures nécessaires pour que "l'UA joue son rôle légitime, en coordination avec les pays voisins de la Libye et de l'ONU, dans les efforts pour rétablir la paix dans le pays". Dans le même sillage, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, à noté à ce propos que l'UE se tient prête à aider le nouveau gouvernement d'union nationale libyen et à lui fournir un soutien financier substantiel de 100 millions d'euros en cas d'accord. En proie au chaos depuis la chute du régime de Maâmmar El-Gueddafi en 2011, la Libye est livrée aux milices et compte deux pouvoirs rivaux, avec un Parlement basé dans la capitale Tripoli aux mains d'une coalition de milices, Fajr Libya, et un autre à Tobrouk (est), reconnu par la communauté internationale. F.Nabila

Direction générale de la Sûreté nationale : La formation spécialisée au cœur de l’action de modernisation et de professionnalisation de la police

L’importance de la formation spécialisée en vue d’atteindre les objectifs de modernisation et de professionnalisation du corps de la police a été mise en exergue dimanche soir à El-Bayadh par un cadre central de la direction générale de la Sûreté nationale. La police algérienne s’oriente vers plus de modernisation et de professionnalisme, nécessitant la spécialisation dans le domaine, d’où la programmation d’un plan de formation des différents services de police, dont ceux de police judiciaire et de sécurité publique, et l’investissement sur la ressource humaine pour plus d’efficience dans la lutte contre la criminalité, a indiqué l’inspecteur généralde la DGSN, Mohamed Tahar Hachichi. Mettant à profit cette visite de travail dans la wilaya d’El-Bayadh, le même officier de police a inauguré deux suretés de daïra et deux cercles de police d’une capacité de 50 lits, à Boussemghoune et Brezina, permettant ainsi de doter l’ensemble des 8 daïras de la wilaya d’un siège de Sûreté et d’atteindre un taux de couverture sécuritaire de 100 % . Le taux de couverture sécuritaire passe ainsi d’un policier pour 295 habitants dans cette wilaya, ce qui constitue un ratio "appréciable", a soutenu le représentant de la DGSN. M.Hachichi a, en outre, inauguré le siège d’une brigade mobile de la police judiciaire dans la daïra de Bouâlem, et procédé à une remise de décisions de désistement de 33 logements de fonction ainsi que des titres d’affectation de 20 autres et d’une centaine de lots de terrain pour l’auto-construction à des éléments du corps de la police.

Réunion des pays voisins de la Libye à Alger :étape importante vers une solution définitive et pacifique de la crise

La situation en Libye sera au centre des discussions mardi à Alger lors de la 7ème réunion ministérielle ordinaire des pays voisins de la Libye, étape importante vers une solution définitive et pacifique et une opportunité pour l'Algérie de réitérer son appui au processus en cours sous l'égide de l'ONU, en vue d'accélérer la mise en place d'un gouvernement d'union nationale. Cette réunion, qui intervient dans le prolongement de celle tenue à N'Djamena (Tchad) en juin dernier, permettra, selon le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, aux pays voisins et aux représentants des organisations régionales et internationales de s'informer mutuellement de la situation en Libye et dans la région et de procéder à l'analyse des derniers développements. Elle intervient également au lendemain de la signature par le parlement libyen reconnu internationalement de la déclaration de soutien à un gouvernement d'union nationale, saluée par l'ONU ainsi que par plusieurs pays dont l'Algérie, y voyant la "seule voie à même de rétablir la stabilité et de préserver l'unité de la Libye". La réunion verra la participation de l'ensemble des pays voisins de la Libye (Algérie, Egypte, Soudan, Niger, Tchad et Tunisie), en plus de l'Union africaine, de la Ligue arabe et de l'Union européenne. La Libye sera aussi représentée à cette réunion, à laquelle assistera également le nouveau représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour la Libye, Martin Kobler, qui a succédé à l'espagnol Bernardino Leon. M. Leon avait au terme de près d'une année de négociations, parvenu début octobre à arracher un accord sur un gouvernement d'union nationale, mais le document a été par la suite rejeté par les deux parlements, qui se disputent le pouvoir en Libye. Les pays voisins de la Libye en sont à leur 7ème réunion. La première réunion du genre a été initiée par l'Algérie le mois de mai 2014 à Alger en marge des la réunion ministérielle des pays des Non-alignés. Alger, étape importante vers une solution définitive à la crise Lors d'un entretien, lundi dernier, avec M. Fayez El-Sarraj, candidat au poste de chef du gouvernement d'union nationale de la Libye, M. Messahel a réaffirmé le soutien de l'Algérie aux efforts visant à trouver une solution politique à la crise libyenne et au nouveau représentant onusien, Martin Kobler, chef de la mission de l'ONU d'appui en Libye (MANUL). Les deux parties ont passé en revue les préparatifs de cette 7e réunion pour coordonner les efforts et examiner les moyens pour donner une nouvelle dynamique au processus politique, qualifiant ce rendez-vous d'"étape importante vers une solution définitive et pacifique à la crise en Libye". M. El-Sarraj a salué les efforts de l'Algérie en faveur de la médiation onusienne pour parvenir à une solution politique pacifique à la crise en Libye et son soutien permanent au peuple libyen. M. Messahel a réitéré par la même occasion "son appel à toutes les parties et acteurs en Libye à répondre positivement et en toute responsabilité aux propositions soumises", rappelant que la situation interne et régionale exige une action urgente". Une lourde tâche qui nécessite l'aide de la communauté internationale Soulignant la nécessité d'accélérer la mise en place d'un gouvernement d'union nationale capable d'assumer les missions qui lui incombent, M. Messahel, a souligné que cet exécutif aura une tâche très lourde puisqu'il aura "à gérer une transition, à préparer des élections, et aura donc besoin d'un soutien international et l'Algérie apportera sa contribution dans la limite de ses lois et ses moyens". Il a, à cette occasion, rappelé qu'"un accord libyen qui prévoit la transition est déjà sur la table et qu'il faisait l'unanimité, même s'il y a des parties qui veulent plus". Soulignant que la Libye passait par une étape très sensible, M. Messahel a appelé à "placer l'intérêt supérieur de ce pays frère avant toute autre considération". Dans ce contexte, M. Messahel, a estimé que "les capacités et les moyens humains de la Libye sont à même de lui permettre de dépasser les difficultés, d'instaurer l'Etat de droit et d'asseoir des institutions capables de relever tous les défis, notamment celui de la lutte contre le terrorisme et du rétablissement de la sécurité et de la stabilité à travers tout le pays". A cet égard, la présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, a réitéré récemment la "profonde inquiétude" de l'UA sur la situation en Libye, soulignant l'importance de prendre les mesures nécessaires pour que "l'UA joue son rôle légitime, en coordination avec les pays voisins de la Libye et de l'ONU, dans les efforts pour rétablir la paix dans le pays". Lors d'un entretien avec Mme Dlamini-Zuma, jeudi au siège de l'UA à Addis Abeba, l'envoyé spécial du Premier ministre libyen, Mohamed Bait Almal, a indiqué que "le terrorisme est une menace non seulement pour la Libye mais aussi pour la région et le reste du continent africain". "Le gouvernement libyen souhaite voir un rôle plus actif de l'UA dans le règlement de la crise libyenne", a-t-il souligné. Dans le même sillage, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, à noté à ce propos que l'UE se tient prête à aider le nouveau gouvernement d'union nationale libyen et à lui fournir un soutien financier substantiel de 100 millions d'euros en cas d'accord. En proie au chaos depuis la chute du régime de Maâmmar El-Gueddafi en 2011, la Libye est livrée aux milices et compte deux pouvoirs rivaux, avec un Parlement basé dans la capitale Tripoli aux mains d'une coalition de milices, Fajr Libya, et un autre à Tobrouk (est), reconnu par la communauté internationale. A.H

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar