Sun04222018

Last updateSat, 21 Apr 2018 10pm

Back You are here: Home ACTUALITES NATIONALES

Ouest-Info

MASCARA : VISITE DE LA MINISTRE DES PTIC : Houda Feraoun satisfaite de l’état d’avancement des projets de son secteur

La Ministre de la poste, des Télécommunications, des Technologies et du numérique, Madame Houda-Imane Feraoun, a effectué Mardi dernier une visite de travail et d'inspection, durant laquelle elle a inauguré et inspecté plusieurs infrastructures et projets relevant de son secteur. A Sig la ministre a procédé à l'inauguration d'un bureau de poste après sa réhabilitation où des explications lui ont été fournies par les responsables concernant les opérations d'aménagement et de réhabilitation. Par : Chenoufi Houari Accompagnée du wali et des autorités civiles et sécuritaires de la wilaya, Mme Feraoun a, dans le même site, visité les bureau et la salle de tri avant de se rejoindre le chef-lieu de la wilaya pour l'inauguration du nouveau siège d'Algérie-Télécom, la fiche technique de la structure a été présenté par la directrice de wilaya, puis la ministre a visité la recette principale après sa réhabilitation, avant de se rendre à Actel Algérie-poste. A l'école ‘’Cheikh Bouras’’, la ministre a inauguré une salle dédiée à l'Internet et un bureau de poste après sa réhabilitation également. Ensuite, lo’hôte du jour et la délégation qui l'accompagnait, se sont dirigé vers les communes de Bouhanifia, Ain-Fekan, Froha, et Ghriss pour l'inauguration ‘’Actel’’ Algérie-Télécom en vue de généraliser ces infrastructures à travers les communes de la wilaya. Ces infrastructures contribueront au renforcement du réseau postal de la wilaya qui compte dorénavant 94 bureaux, ils permettront également d'améliorer à la fois, la densité postale de la wilaya qui se situe légèrement au-dessus de la moyenne nationale, avec un bureau de poste pour 10 000 habitants, et la qualité du service public fourni au citoyen. Il convient de préciser que l'ensemble des communes de la wilaya, au nombre de 47, sont connectées au réseau de télécommunications fixe, dont 46 communes sont reliées par la fibre optiques, via un réseau qui s’étend sur plus de 1900 km de longueur. En outre, la wilaya de Mascara a bénéficié d'un vaste programme ‘’FTTX’’ pour le raccordement de 2866 logements en ‘’FTTB’’ et de 1506 logements en ‘’FTTH’’. Cette Technologie pérenne et sécurisée, offre un débit internet très élevé avec une bande passante, à la demande, allant jusqu'à 100MB/S pour les résidentiels et 1GB /s pour les professionnels, elle permet, par ailleurs, de supporter sans restriction l'ensemble des services actuels et futurs. Dans un point de presse qu'elle a animé en marge de sa visite, la ministre n'a pas caché sa satisfaction envers les opérations et les projets réalisés à Mascara. Par ailleurs, la ministre a évoqué certaines préoccupations inhérentes à son secteur, concernant la généralisation de la fibre optique, la première responsable du secteur déclarera que l'on fait face à des difficultés rencontrées notamment dans certaines grandes villes, elle citera par exemple la capitale Alger qui n'est couverte qu'à un taux de 20% seulement et ceci s'explique par l’accès difficile dans certains quartiers où les habitations sont en état de vétusté, en assurant que la généralisation de la fibre optique sera achevée dans les trois années qui viennent a-t-elle précisé, Ensuite la ministre est revenu sur le projet de mise en place d'un nouveau câble sous-marin reliant Oran à Valence (Espagne), elle a affirmé que les études sont terminées et que sa réception devrait être effectuée fin mars 2018.

L’ex candidat aux élections présidentielles, le docteur Hammadi Abdelhakim, anime une rencontre à Batna « Notre projet s’appuie sur la science et le savoir »

A l’université El Hadj Lakhdar , de la capitale des Aurès le docteur Hammadi a, devant un parterre de profs , des étudiants , et des membres de la société civile , ainsi que des citoyens anonymes, réitéré son engagement à mettre en place un ministère de l’ immigration digne d’intérêt à même d’ apporter les réponses adéquates ,à toutes les question posées par la diaspora algérienne établie à l’étranger notamment en France. Mettant en relief les efforts consentis par tous les présidents successifs notamment, M. Bouteflika , l’ex candidat aux élections présidentielles de 2014 , dira que son action s’inscrit dans le sillage de la perpétuation du travail accompli par l’Etat algérien. Pour ce faire, le docteur Hammadi propose une série de suggestions visant à jeter les bases d’une participation effective de nos concitoyens expatriés au développement et à la prospérité du pays. Il s’agit, selon lui, de coopérer, égal à égal, avec l’état français, de manière à permettre à l’état algérien d’offrir des opportunités de travail et d’investissement aux français. A ce propos, l’hôte de la capitale des Aurès, qui s’ est rendu sur invitation d’une association nationale , a mis l’accent sur la nécessité d’investir sur les hommes de demain, à savoir les enfants en leur organisant des voyages cyclique gratuits, comme il est impératif de nouer des relations avec tous les pays où est établie la communauté algérienne . Durant presque cinq heures, le docteur Hammadi a parle, sans répit, surtout de l’économie, son cheval de bataille, sur lequel il veut s’appuyer pour tirer le pays vers le haut. Dans ce contexte, l’orateur consent que la révision du rôle de la commune compte parmi la priorité des priorités. A cet effet, le docteur table sur la création de trois entreprises, dans chaque commune, et donc dans les 1541 communes du pays. « Cela passe, inévitablement par l’ouverture des bureaux d’études ou sont proposés des idées, gracieusement rémunérés, des jeunes détenteur de projets » assene-t-il . Par idées, le docteur entend dire que la commune devienne une institution , proprement dite, capable de tirer des dividendes et assurer son propre financement. Quant au volet social , Salama El Wataniya met en avant le travail dont sa valeur connaît, ironie du sort , une dégringolade vertigineuse, « il ne peut pas avoir de développement , sans travail », dira le docteur . Pour y faire face, Salama El Wataniya compte augmenter le SMIG de sorte à permettre aux travailleurs de vivre de la sueur de leur front car le salaire actuel ne lui permet pas de couvrir le mois complet . en ce sens , le docteur dira que le couple -effort intérêt - doivent aller de pair pour réussir la gageure du développement . Belhadj B

Nouibet Kamal, chef de daïra Aïn El Türck, au forum d'Ouest-Tribune « Stopper la gangrène des constructions illicites »

Par : Karim Bennacef Hôte de la rencontre « Grands Débats » du groupe Ouest Tribune, organisée hier, à l’hôtel Eden Palace d’Aïn El Türck, le chef de daïra Aïn El Türck, Mr Nouibet Kamal, a affiché clairement les intentions des pouvoirs publics de mener une lutte implacable et sans relâche contre la gangrène des constructions illicites et par delà des prédateurs du foncier. Karim Bennacef Le phénomène, dira-t-il, n’est pas fortuit, mais une action savamment orchestrée et réfléchie par des personnes, qui ont profité de la décennie noire et ce à un moment où l’Algérie combattait le terrorisme, pour mettre à exécution leur stratagème et jeter leur dévolu sur le foncier, ne ménageant ni celui urbanisable, ni celui agricole. Pour Mr Nouibet, des situations complexes sont nées de ces contentieux liés au foncier, et qu’il est difficile d’y remédier aussi facilement. Ce dernier rappellera que l’Etat, par le biais du président de la république a initié une loi de régularisation foncière, en l’occurrence la loi 08/15, afin d’assainir les contentieux liés au foncier et l’achèvement des constructions , sauf qu’il se trouve que des citoyens ont construit sur des terres qui ne leurs appartiennent pas, ce qui n’a fait que compliquer davantage la situation juridique, puisqu’il fallait d’abord procéder à la régularisation de la situation de l’assiette foncière et par conséquent de l’acte de propriété, avant de passer à celle du permis de construire. Mr Nouibet fera remarquer que le phénomène qui remonte à plusieurs années, est plus visible au niveau des wilayas côtières, et ce pour la simple raison que’ la valeur foncière du mètre carré est plus importante qu’ailleurs, et par conséquent, les gains plus importants. Concernant la région d’Aïn El Türck, sur les 3600 dossiers introduits dans le cadre de cette loi de régularisation, 1000 cas ont été régularisés, et ce pendant que l’étude des dossiers restants suit son cours, en fonction de la complexité des cas. Un état de fait, qui laisse dire au chef de daïra que la lutte contre les prédateurs et quotidienne, et que celle-ci n’est pas de l’apanage de simples citoyens, mais de personnes financièrement puissantes, bien organisées, et maitrisant parfaitement les rouages juridiques. « Rien que ces derniers jours, deux tentatives de détournement de foncier, ont été avortées par les pouvoirs publics. Les tentatives sont à l’actif de personnes bien introduites dans le rouage du foncier, qui ont transgressé les lois de la république, en voulant réaliser deux coopératives immobilières sur deux assiettes relevant du domaine agricole ! », ajoutera-t-il. Abordant la question des préparatifs de la saison estivale, le chef de daïra expliquera qu’un ensemble de mesures ont été prises cette année, par la mise en place d’un plan d’action global à travers les plages autorisées à la baignade des communes, avec le déploiement d’administrateurs de plages, la réhabilitation des accès vers la mer, des postes de la protection civile, la réhabilitation de l’éclairage public, les douches et toilettes au niveau des plages. L’objectif est de garantir aux estivants les meilleures des conditions d’accueil et de séjour durant cette période de grande affluence et qu’à cet effet, une commission de daïra regroupant différents organismes a été mise sur pied afin de veiller au grain. L’occasion sera également saisie pour lancer un appel aux opérateurs économiques, notamment ceux investissant dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie de la région balnéaire qu’il invite à se réunir autour de la table du dialogue, afin d’étudier ensemble les voies et moyens à même de permettre à un secteur de se revitaliser. Mr Nouibet, rappellera à cet effet, que la question du développement local ne peut se traduire que par la conjugaison des efforts de tout un chacun, simple commerçant, opérateur économique et investisseur ,ou encore simple résident, si la station balnéaire veut retrouver sa véritable vocation touristique. Il citera à ce propos, la faiblesse des recettes fiscales, notamment en raison de l’absence d’une prospérité locale, qui ne profite à aucune partie. Face à ce manque à gagner, ajoutera-t-il, il faudra opposer un effort conscient et solidaire collectif afin de provoquer la dynamique économique à même de permettre sa pérennité. Ceci dit, un certain nombre de réalisations et de projets structurants inscrits dans le cadre du plan quinquennal en cours, et relatives aux différentes réalisations en matière d’infrastructures, de logements, de projets de développement, des préparatifs de la saison estivale et des prochains jeux méditerranéens de 2021- pour lesquels la station balnéaire d’Aïn El Türck a été retenue en tant que zone d’appui - sont cités par le conférencier. Ainsi, 74 opérations ont été enregistrées pour un total de 100 milliards de centimes dans le cadre des PCD, et ce concernant les projets en cours de réalisations ou réceptionnés, à l’instar de la réfection de la voirie à Bousfer, le Bd de la Mélinette à Aïn El Türck et la réalisation d’une nouvelle sûreté de daïra ainsi que pas moins de six stade de proximité « matico », l’aménagement de l’axe principal dans la commune de Mers El Kébir, à titre d’exemples, pendant que d’autres , à l’instar de la nouvelle piscine municipale, en voie d’achèvement après des contraintes techniques liées à sa réalisation. En matière d’environnement, une opération d’envergure de reboisement, consistant en la plantation d’environ 6.000 arbustes, a été lancée la semaine dernière travers les communes de la daïra. En matière d’enlèvement des déchets ménagers, pas moins de 10.000 tonnes, ont été prélevées, avec la perspective de l’éradication de la décharge publique de Cap Falcon, pour répondre à une question d’un journaliste avait souligné le conférencier. La préparation de la saison estivale a constitué l’autre chapitre sur lequel s’est étalé le chef de daïra, Abordant la question des constructions illicites, En matière de logement, le chef de daïra a annoncé un programme de 1000 logements, dont l’étude et le choix de terrain semblent être conclus et ce pendant que la daïra escompte, à court et moyen terme, la réception de 450 logements. .

MESSAGE DU PRESIDENT BOUTEFLIKA A L'OCCASION DE LA FETE DE LA VICTOIRE : "La fête de la Victoire doit nous inspirer d'autres victoires sur le sous-développement, la régression et la division "

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé lundi un message à l'occasion de la fête de la victoire (19 mars) dont voici la traduction APS: "Au nom d'Allah clément et miséricordieux, "Que les prières et la paix d'Allah soient sur son Messager, "Mesdames, Messieurs, Mémorable est la journée qu'a vécue, un 19 mars il y a cinquante-six ans, le peuple algérien dans un même élan de sacrifice pour sa cause juste, un élan digne d'un grand peuple qui a aligné des convois et des convois de vaillants moudjahidine et moudjahidate et sacrifié un million et demi de valeureux Chouhada. Des sacrifices consentis après avoir enduré d'insoutenables épreuves et subi toutes formes de répression, matérielle et morale, par un colonialisme qui ne lésinait pas sur les moyens pour asseoir son hégémonie et imposer sa tyrannie à un peuple libre et à une nation souveraine, spoliant les richesses, asservissant les hommes et œuvrant à oblitérer l'identité nationale. Durant plus d'un siècle d'occupation, les Algériens ne se sont jamais résignés, ni soumis aux envahisseurs. Leur parcours historique, foisonnant de soulèvements, de révoltes et de luttes, a abouti à une maturité politique qui a forgé une profonde conscience nationale à l'origine du déclenchement d'une grande Révolution, saluée à ce jour par la majorité des peuples du monde et glorifiée par le peuple algérien. Ce peuple a transformé l'impossible en victoire et changé le cours de l'histoire en affrontant d'égal à égal l'ennemi en dépit d'un déséquilibre de forces. Il a forcé l'admiration du monde entier par sa performance révolutionnaire hissant ainsi sa Révolution au rang d'exemple et de modèle. Je saisis cette opportunité pour me recueillir, au nom du peuple algérien et en mon nom personnel, à la mémoire de nos glorieux chouhada priant Dieu, Tout-Puissant de les accueillir en Son éternel paradis. J'adresse, par la même occasion, un message de fraternité et de révérence à mes compagnons moudjahidine et moudjahidate, leur renouvelant mes vœux de santé, de bonheur et de longue vie pour assister à davantage de progrès de notre Algérie indépendante, fruit de leur noble combat. Mesdames, Messieurs, Nul besoin de s'étaler ici sur les forfaits et les crimes perpétrés, contre notre peuple, par l'ennemi et ses plans visant à saper notre projet de libération, les pages de l'Histoire étant chargées de ses crimes contre l'humanité, ses crimes de guerre et ses vils complots contre le peuple qu'il a vainement cherché à faire fléchir par l'usage excessif de la force et par des manœuvres politiques et de renseignement. Le colonialisme n'aurait pas accepté de s'asseoir, d’égal à égal, à la table des négociations sans la constance de la Révolution et la foi de ses dirigeants quant au droit légitime de leur peuple à disposer de lui-même et à arracher l’indépendance. Aujourd’hui, les Algériennes et Algériens peuvent s'enorgueillir de leur histoire et renouer avec la confiance en soi en étant fiers de leurs exploits et réalisations. Ils doivent protéger ce legs prodigieux car de lui dépend leur grandeur et leur prospérité ainsi que la préservation de leurs droits moraux et matériels. Mesdames, Messieurs, L'esprit de la glorieuse Révolution de Novembre a continué à guider l’Algérie vers d'autres victoires après le recouvrement de la souveraineté de notre chère patrie. En effet, l’esprit de la Révolution de Novembre et l’attachement du peuple algérien à une indépendance complète, non réduite, a conduit l’Algérie à la nationalisation progressive des biens de notre peuple, spoliés par le colonialisme, à commencer par les terres agricoles, les mines et enfin les hydrocarbures, une réalisation accomplie en moins d’une dizaine d’années. Parallèlement à ces pas vers une totale émancipation économique, l’Algérie a su faire aboutir la libération de sa terre précipitant la fin de la présence militaire, terrestre et maritime, de l'ancienne puissance coloniale. C’est cet esprit nationaliste élevé qui a présidé au processus de construction et d’édification qui a distingué l’Algérie et transformé une ancienne colonie sous-développée sur tous les plans en un pays prospère en termes de savoir, d’industrialisation et de progrès socio-économique. Telle est l'Algérie indépendante, fruit de la victorieuse Révolution de Novembre mais également de la fête de la Victoire que nous célébrons aujourd’hui. Cette Algérie qui a su faire entendre sa voix au niveau mondial, devenant la Mecque des opprimés et la locomotive d'une dynamique de consécration d’un nouvel ordre économique mondial, plus juste et plus équitable, une dynamique enclenchée en Algérie et défendue par elle dans le concert des nations. Il est vrai que l'extraordinaire processus de l’Algérie indépendante a été impacté par des bouleversements économiques mondiaux, puis par une douloureuse tragédie nationale. Néanmoins, le vaillant peuple algérien, toujours mû par l’esprit de Novembre, a su mobiliser ses énergies et forces de lutte et de résistance pour préserver l’Etat algérien indépendant. Les courageux moudjahidine et l’Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN), ont eu un rôle crucial dans la consécration de cette résistance et dans la protection de la République Algérienne Démocratique et Populaire. Et grâce à Dieu, l'Algérie a repris le processus de construction et d'édification en s'inspirant de nos valeurs sacrées pour faire prévaloir la réconciliation sur la Fitna et l'intérêt suprême du pays sur nos intérêts personnels. Des hommes et des femmes de la génération du glorieux Novembre ont eu à porter, durant deux décennies, le flambeau et à mobiliser les générations de l'indépendance en faveur de l'édification de l'Algérie de la fierté et de la dignité. Une Algérie où l'ignorance recule de plus en plus. Une Algérie devenue une citadelle de stabilité au niveau régional et un espace de prospérité et de développement pour son peuple. Aujourd'hui, et face aux fluctuations du marché international (du pétrole) qui ont entrainé la perte de la moitié de ses recettes extérieures, l'Algérie s'accommode de la situation et veille, dans le cadre de la souveraineté nationale, à mobiliser ses capacités pour sortir de ce tournant difficile, maintenir le processus d'édification et s'orienter vers une économie affranchie de la dépendance excessive aux hydrocarbures. Mesdames, Messieurs, En cette journée de célébration de notre grande victoire, j'exhorte tous les enfants de ma patrie à suivre l'exemple de nos glorieux chouhada et de nos vaillants moudjahidine et à méditer les différents évènements que l'Algérie a surmontés avec succès depuis le recouvrement de notre indépendance et de notre souveraineté nationale. Notre pays est capable de sortir, indemne et victorieux, de nos difficultés financières actuelles et conjoncturelles. De même qu'il est nécessaire que notre société continue à promouvoir la culture des droits et des libertés et la préservation de ses intérêts collectifs et suprêmes. Dans le même ordre d'idées, la scène politique doit connaitre une diversité, une confrontation de programmes et une course au pouvoir, cependant il est du devoir de tout un chacun de contribuer à ce mouvement démocratique pluraliste en plaçant l'Algérie et les intérêts suprêmes de son peuple au dessus de toute autre considération. Mesdames, Messieurs, La fête de la Victoire doit nous inspirer d'autres victoires sur le sous-développement, la régression et la division pour surmonter les crises et les situations difficiles à travers le resserrement des rangs et la mobilisation des énergies et en prenant exemple sur nos glorieux ancêtres pour la préservation de l'unité nationale et la souveraineté de nos décisions, dans tous les domaines, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Félicitations aux enfants de l'Algérie pour cette célébration renouvelée d'une victoire éclatante et félicitations aux moudjahidine et aux moujahidate pour cette journée qu'ils ont marquée par leurs sacrifices. Gloire à nos valeureux Chouhada Vive l'Algérie libre et souveraine". aps

MESSAGE DU PRESIDENT BOUTEFLIKA A L'OCCASION DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME "La femme algérienne est en droit, aujourd'hui, de s'enorgueillir de ses acquis, des réalisations et des progrès qu'elle a accomp

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a adressé un message à l'occasion de la célébration de la journée internationale de la femme, célébrée le 8 mars de chaque année. Voici le texte intégral: "Mesdames, Messieurs, Le 8 mars, un rendez-vous incontournable que nous avons coutume de célébrer, est l'occasion pour nous d'évoquer la référence symbolique de la Journée internationale de la femme et de retracer singulièrement le parcours militant et les acquis de la femme algérienne qui a réussi, en tout temps, à imposer sa présence et sa compétence avec mérite. Cette journée nous l'avons voulue exceptionnelle dans notre société car elle rappelle à la mémoire les réalisations accomplies par la femme algérienne à la faveur d'un riche parcours qui lui a permis d'assumer pleinement son rôle en tant qu'élément de stabilité et de sécurité et comme symbole de courage et de persévérance, au sein de la famille et de la société où elle exerce ses droits et accomplit ses devoirs en toute liberté et équité. La femme algérienne a participé activement à la résistance face à l'occupation coloniale, et à la glorieuse guerre de libération partant de sa conviction que sa liberté était indissociable de celle de la patrie. Je m'incline à la mémoire de nos martyrs, femmes et hommes, que Dieu leur accorde sa sainte miséricorde et tiens à exprimer toute ma considération à mes soeurs moudjahidate, en leur souhaitant santé et longue vie, qu'elles puissent assister au développement de l'Algérie à la libération de laquelle elles ont contribué. Mesdames, La femme algérienne est en droit, aujourd'hui, de s'enorgueillir de ses acquis, des réalisations et des progrès qu'elle a accomplis et qui ont renforcé sa place et forcé l'admiration dans son environnement local et régional. Outre la libération de la patrie du joug colonial, la révolution de Novembre a rendu possible la réalisation de nombreux autres objectifs dont l'émancipation de la femme sur le plan politique en lui accordant des droits et l'égalité des chances depuis l'avènement de l'Etat algérien indépendant, fruit de sa contribution à la révolution. Nous avons oeuvré à consacrer cette démarche pour la promotion des droits de la femme et veillé à lui assurer politiquement et socialement les mêmes droits que son frère l'homme. Notre peuple peut se prévaloir de l'équité consacrée dans le domaine de l'éducation et de l'enseignement, entre les filles et les garçons. L'on y constate même que les étudiantes dépassent leurs frères étudiants en nombre. Les Algériens et Algériennes peuvent également être fiers des domaines investis par la femme dans le monde du travail, non seulement dans certains métiers à caractère social comme c'est le cas dans d'autres pays, mais aussi dans le corps de la magistrature, dans la défense nationale et les corps de sécurité où l'Algérienne assume désormais les plus hauts grades et assure les plus hautes responsabilités. Dans le secteur économique, la femme tend à égaler son frère l'homme dans le domaine de l'entrepreneuriat économique, notamment parmi les jeunes. Aussi, sommes-nous fiers des responsabilités qu'elle assume dans le secteur économique à la tête d'entreprises économiques importantes et même d'organisations patronales. J'aimerai rappeler ici le rôle important de l'Etat dans la promotion de la participation économique de la femme rurale à travers la mise en place d'un nombre de dispositifs encourageant leurs initiatives. Et c'est dans ce cadre que nous avons amorcé depuis déjà une décennie la promotion de la participation politique de la femme. Les dispositions constitutionnelles et législatives que nous avons adoptées ont permis de faire de l'Algérie un pays pionnier en matière de représentation féminine au Parlement, avec près de 130 élues. Nous pouvons aussi être fiers de la représentation de plus en plus croissante des femmes au sein des Assemblées locales élues. C'est dans cette optique que nous avons inclus dans la dernière révision constitutionnelle la responsabilité de l'Etat d'oeuvrer en faveur de la parité entre les femmes et les hommes dans le monde du travail et pour l'accès de la femme aux postes de responsabilité dans les institutions et administrations publiques, et dans le secteur économique. En somme, l'Algérie peut être fière des droits et de la place que la femme a acquis dans tous les domaines. L'histoire retiendra cette avancée remarquable de la femme algérienne tout comme elle retiendra ses hauts faits durant le combat libérateur mais aussi tout au long des six décennies d'édification et de construction post indépendance ainsi que sa capacité de résilience et ses sacrifices pour la sauvegarde de l'Etat algérien durant la tragédie nationale. Mesdames, Cette brève évocation du parcours de la femme dans notre pays, nous permet de rappeler que cette journée mondiale doit être l'occasion d'exprimer notre fierté à l'égard de notre pays et des femmes algériennes, de leurs acquis et des réalisations accomplies, et non une journée de revendications et de luttes comme c'est le cas dans de nombreuses régions du monde, y compris dans les pays développés où la lutte, par exemple, pour l'égalité salariale est en tête des revendications pour célébrer cet événement. La célébration de la journée mondiale de la femme en Algérie doit être l'occasion d'exhorter les femmes algériennes à accomplir leurs nombreux devoirs au service de la famille et de la Patrie, des devoirs qui procèdent de la place de la femme dans notre pays mais aussi des défis qui se posent à l'Algérie dans un monde en proie à des changements effrénés. Mesdames, Le premier devoir sur lequel j'insiste en cette journée est la nécessité pour la femme de continuer d'assumer son rôle historique, celui de la sauvegarde de notre authenticité et l'éducation de nos générations montantes. L'Algérie a, en effet, décidé d'accéder au monde de la technologie, mais nous sommes tous conscients que le monde d'aujourd'hui et ses mécanismes technologiques tendent à servir l'hégémonie des autres civilisations, des civilisations avec lesquelles nous sommes tenus de cohabiter, en préservant notre civilisation et notre identité avec sa triple composante l'Islam, l'arabité et l'amazighité et en consacrant une place à notre pays libéré au prix de sacrifices qui resteront gravés dans notre Histoire nationale et dans l'Histoire du monde contemporain. Aussi, j'exhorte les femmes algériennes, mères honorables, à veiller à la formation et à l'éducation des générations montantes. Notre peuple algérien vaillant a fait triomphé la concorde civile et la réconciliation nationale sur la discorde (fitna) et la destruction et oeuvré laborieusement à réconcilier les Algériens et Algériennes avec eux-mêmes et avec leur patrie. Ce choix essentiel inscrit dans la charte de paix et de réconciliation adoptée en toute souveraineté par le peuple algérien, nous interpelle autant que nous sommes en vue de sa consécration sur tous les plans. C'est là qu'intervient le rôle fondamental de la famille et de la mère en particulier pour inculquer nos valeurs ancestrales et le sens civique aux générations montantes pour renforcer les fondements de l'école, ce qui nous permettra de lutter contre la propagation de la violence dans nos société,les fléaux de la drogue et des dangers qu'ils représentent pour nos générations montantes et pour le cadre de vie que nous ambitionnons d'atteindre dans un pays civilisé et authentique où le peuple aspire au développement et à davantage de prospérité économique et sociale. Inculquer la culture de l'effort et du travail à nos enfants et au sein de notre société est parmi les devoirs de la femme dans notre pays. Dieu le tout puissant nous incite dans le saint Coran au labeur. Le travail est source de force dans tous les domaines notamment économique. Aujourd'hui, notre pays a plus que jamais besoin de promouvoir l’esprit et la culture du travail pour que l’on puisse construire une Algérie digne et fière, affranchie de la dépendance excessive aux hydrocarbures et partant des fluctuations du marché mondial et des crises économiques qui pourraient impacter notre processus de construction et d’édification. Mesdames, Messieurs, J’exhorte la femme algérienne à redoubler d’efforts pour être à la hauteur des attentes et de la responsabilité qui lui incombe dans la construction de l’avenir de l’Algérie. Etant aujourd'hui à l'avant-garde des promoteurs de la réforme et demeure un des garants de la stabilité et du progrès de notre pays, elle est appelée à relever les prochains défis et à renforcer les fondements de la société que nous continuerons à bâtir avec détermination et persévérance, une société authentique et moderne, tolérante et solidaire, fondée sur l’Etat de droit et soucieuse de construire une économie de plus en plus forte à même de garantir une prospérité durable à notre peuple. Je vous félicite en cette heureuse occasion et vous souhaite davantage de succès et de réussite. Vive l’Algérie". aps

LE PRESIDENT BOUTEFLIKA PRESIDE UNE REUNION DU CONSEIL DES MINISTRES : Ancrage de Yennayer dans la liste des fêtes légales

Le Conseil des ministres s'est réuni mercredi à Alger sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et a rendu public un communiqué dont voici le texte intégral : "Le président de la République, Son Excellence M. Abdelaziz Bouteflika, a présidé ce jour, mercredi 14 mars 2018, correspondant au 26 Djoumada Athani 1439, une réunion du Conseil des ministres. A cette occasion, le Conseil des ministres a d'abord examiné et adopté un projet de loi organique relative aux lois de finances. Ce texte vise à mettre la législation en la matière, en concordance avec la Constitution qui dispose la promulgation d'une loi organique relative aux lois de finances. Il vise également à moderniser l'assise juridique du budget de l'Etat et à consolider la relation entre le Gouvernement et le Parlement sur ce même dossier. Ainsi, le projet de loi organique en question prévoit la définition d'un cadre budgétaire triennal mis à jour chaque année, ce qui donnera plus de prévisibilité à la gestion du budget de l'Etat. Le même texte dispose que les différents départements ministériels élaboreront leurs besoins en crédits sur la base de programmes, ce qui permettra une meilleure appréciation des performances réalisées. Parallèlement, le Gouvernement disposera, selon le projet de loi organique, d'instruments lui permettant de faire face à toute situation imprévue, notamment la possibilité de recourir aux décrets de rattachement de crédits ou même à l'élaboration d'une loi de finances rectificative en cours d'exercice. Ce même projet de loi organique améliorera aussi la relation entre le Gouvernement et le Parlement autour du dossier du budget de l'Etat, ce qui ajoutera un surcroît de transparence dans la gestion des finances publiques. Ainsi, le Gouvernement sera tenu à l'avenir de présenter au Parlement, dès le printemps, un rapport sur la conduite en cours des finances publiques. En outre, les délais de présentation de la loi de règlement budgétaire seront graduellement réduits d'un exercice antérieur de trois années actuellement, à un exercice antérieur d'une année seulement. La mise en œuvre des dispositions contenues dans le projet de la loi organique portant loi de finances exigera d'importants préparatifs préalables. C'est pourquoi, ces nouvelles normes ne seront appliquées qu'à partir de 2022, pour la loi de finances de 2023. Intervenant à la suite de l'adoption de ce projet de loi organique, M. le président de la République a relevé qu'il s'agira là d'une importante réforme pour la modernisation des finances publiques, une réforme qui viendra s'ajouter à la numérisation de l'Administration et du Service public ainsi qu'à l'approfondissement de la décentralisation, le tout constituant une part importante de la réforme de l'Etat mise en route depuis quelques années déjà. Le Président Abdelaziz Bouteflika a instruit le Gouvernement d'entourer la mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances de toutes les garanties nécessaires à son succès futur. Il a notamment insisté à cet effet sur l'important effort de formation et de recyclage que ce projet exigera au bénéfice des cadres et agents de l'Etat appelés à mettre en œuvre ces nouvelles dispositions. Le Conseil des ministres a ensuite examiné et adopté un projet de loi amendant et complétant la loi de juillet 1963 fixant les fêtes légales. Cet amendement est destiné à formaliser l'ancrage légal de l'inscription de Yennayer sur la lise des fêtes légales du pays. Pour rappel, M. le président de la République avait décidé le 27 décembre dernier, en Conseil des ministres, de décréter Yennayer fête légale, décision qui a déjà été mise en œuvre le 12 janvier dernier par le ministère chargé du Travail. L'adoption de ce projet de loi a également été l'occasion pour le Président Abdelaziz Bouteflika d'inviter également le Gouvernement à hâter la présentation au Parlement du projet de loi organique relatif à la création de l'Académie de la langue amazighe placée auprès du président de la République, sachant que ce projet de loi organique est déjà à un stade avancé de préparation. Le Conseil des ministres a également examiné et adopté quatre décrets présidentiels portant approbation d'avenants à des contrats relatifs à l'exploration et à l'exploitation des hydrocarbures. Deux de ces avenants amendent des contrats conclus respectivement en 1992 et en 1998 par Sonatrach avec des associés étrangers et ce, en vue de proroger de cinq années la durée d'exploitation du gisement de Ourhoud et de celui d'In Amenas. Un troisième avenant met à jour le contrat liant Sonatrach et Gaz de France pour tenir compte du changement de dénomination du partenaire sur le champ du Touat, devenu "GDF SUEZ". Enfin, le quatrième avenant adopté par le Conseil des ministres concerne un contrat de 2014, liant Sonatrach à ENEL, au terme duquel ce partenaire étranger cède la totalité de se parts sur le gisement de "Msari Akabli" à l'entreprise DRAGON OIL, la compagnie nationale conservant 51% des parts dans cette association. Par ailleurs, le Conseil des ministres a adopté un décret portant déclassement de terres agricoles à l'effet de réaliser onze zones industrielles. Cette procédure conforme à la loi sur les terres agricoles, libérera des terres domaniales de très faibles productivité agricole et d'ailleurs souvent inexploitées, pour la réalisation de onze zones industrielles respectivement à Didouche Mourad dans la wilaya de Constantine, M'Daourouch dans la wilaya de Souk Ahras, Ouled Gacem et Aïn M'lila dans la wilaya de Oum El Bouaghi, Boukadir dans la wilaya de Chlef, Tizi Ghenif et Draâ El Mizan dans la wilaya de Tizi Ouzou, Dirah dans la wilaya de Bouira, El Aricha dans la wilaya de Tlemcen, El Hassaine dans la wilaya de Mostaganem, et Bethioua dans la wilaya d'Oran. Les zones industrielles en question font partie d'un ensemble de cinquante nouvelles zones industrielles à réaliser, afin de disséminer l'investissement dans toutes les contrées du pays et de répondre à la demande des investisseurs en fonciers. Le Conseil des ministres a conclu ses travaux par l'examen et l'adoption de décisions individuelles de nomination et de fin de fonction à des fonctions supérieures de l'Etat. aps

MESSAGE DU PRESIDENT BOUTEFLIKA "L'espace virtuel, un refuge pour les terroristes, un défi sécuritaire pour les pays arabes"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a mis en garde, dans un message mercredi à l'occasion de la 35ème Session du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur qui se tient à Alger, contre les formes de connexions entre le terrorisme et les formes de criminalité transnationale à travers les technologiques modernes, notamment les sites web et les réseaux sociaux. "La situation s'est compliquée avec les différentes connexions survenues entre le terrorisme et les formes de criminalité transnationale, phénomène qui a gagné en étendue et en dangerosité par le recours massif aux moyens technologiques modernes pour commettre des crimes abjects, propager ses idées extrémistes et erronées, mystifier notre jeunesse et attirer de nouvelles recrues dans les zones de conflit et de tension", a relevé le président Bouteflika dans son message, lu en son nom par le ministre de l'Intérieur, des collectivités locales et de l'aménagement du territoire, Noureddine Bedoui. Il a indiqué, à ce propos, que "cet espace virtuel constitue un défi sécuritaire pour nos pays arabes, d'autant plus qu'il représente un refuge pour les organisations terroristes et tous les réseaux criminels, parce qu'invisible, notamment celles qui pratiquent la traite des personnes, le trafic d'organes et des migrants illégaux, le trafic de drogue, le trafic d'armes et d'explosifs, la falsification d'identité et de documents, outre son rôle dans l'enrôlement de nouveaux combattants et l'établissement de liens entre les différents réseaux de combattants, ainsi que la mise en place de sources de financement qui échapperaient au contrôle institué pour tarir les sources de financement classiques".Le chef de l'Etat a fait observer, dans ce contexte, que "les mouvements terroristes et criminels s'évertuent sans cesse à utiliser toute sorte de technologie intelligente pour atteindre leurs objectifs et diffuser leurs idées perverses et subversives dans un style évolué adapté à l'air du temps". "Outre les cellules classiques, qui demeurent la référence fondamentale des groupes terroristes quelles que soient leurs dénominations, de nouvelles cellules cybernétiques ont fait leur apparition sur les sites web et les réseaux sociaux pour inciter au terrorisme, recruter, collecter des fonds, pirater des sites web et lancer des cyber-attaques contre des institutions gouvernementales ou privées dans l’intention de leur porter préjudice", a-t-il souligné. "La propagation de plus en plus large des technologies de l'information et de la communication continue d'imposer des défis énormes, c'est ce qui a imposé la lutte contre la cybercriminalité comme priorité pour l'Algérie qui a adopté de nouveaux instruments juridiques, techniques et opérationnels pour remplacer les précédents qui ne prévoyaient pas la nouvelle donne sécuritaire", a expliqué le président de la République. Il a rappelé, à cet égard, que "l'Algérie a été l'un des premiers Etats à ratifier la Convention arabe pour la lutte contre la cybercriminalité, elle s'attèle, actuellement, à renforcer le cadre juridique y afférent, à la définition des modalités de contrôle du web et à la lutte contre les types de crimes électroniques". Cette action, a-t-il précisé, ''nécessite une grande maîtrise de cette technologie en perpétuelle évolution, une exploitation efficace de l'information électronique et un suivi minutieux de ces réseaux et de leurs animateurs". Le chef de l'Etat a indiqué, en outre, que "des structures et dispositifs ont été mis en place pour lutter contre les crimes électroniques, notamment l'organe national de prévention et de lutte contre les crimes liés aux technologies de l'information et de la communication, ainsi que des centres opérationnels au niveau des différents services de sécurité".

NOMINATION : Farouk Bahamid installé à la tête de la Direction générale des Douanes

Farouk Bahamid installé à la tête de la Direction générale des Douanes Farouk Bahamid a été installé dimanche à la tête de la Direction générale des Douanes (DGD), en remplacement de Noureddine Allag qui assurait l'intérim de la Direction depuis novembre dernier. M. Bahamid avait occupé plusieurs postes de responsabilité dont le dernier en date est celui de chef de cabinet du ministère de l'Industrie et des Mines.Il était également directeur régional des Douanes de 2006 à 2008 avant d'occuper le poste de directeur des équipements et des infrastructures au sein de la même institution.Présidant la cérémonie d'installation, organisée au siège de la Direction générale des Douanes, en présence de cadres supérieurs de l'institution, le ministre des Finances, Abderahmane Raouya a mis en exergue le rôle et l'importance de l'institution douanière dans l'économie nationale tout en présentant ses remerciements à M. Allag. M. Allag, qui assurait auparavant le poste de Directeur général du Centre national de l'informatique et des statistiques des Douanes (CNIS), avait été installé le 4 novembre 2017 au poste de Directeur général des douanes par intérim en remplacement de Kaddour Bentahar. Ce dernier occupait le poste de Directeur général des Douanes depuis le 25 mai 2015.Pour rappel, un nouveau Code des douanes, complétant et amendant la loi du 21 juillet 1979 amendée en 1998, a été adopté par le Parlement en janvier 2017.Ce code s`articule autour de dix axes de réformes inscrits dans le cadre de la modernisation de l`administration douanière, à la lumière des nouvelles mutations de l`environnement international et des orientations du nouveau modèle économique national. Il vise la promotion de la mission économique et sécuritaire de la Douane en offrant aux opérateurs économiques, qu'ils soient producteurs, importateurs ou exportateurs, un cadre d`exercice et de régulation des échanges qui garantit la pérennité, la transparence et l`équité. Les textes d’application du nouveau code des douanes doivent être publiés avant la fin du premier semestre de l’année en cours. R.R

TIARET : VISITE DU MINISTRE DE LA SANTE Le Directeur de la santé tancé et mis devant ses responsabilités

Le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière a effectué une visite de travail et d’inspection lundi 05 mars 2018 dans la wilaya de Tiaret aux termes de laquelle il s’est enquis de l’état des lieux de son secteur et de constater de visu les efforts consentis par le wali Abddeslem Bentouati, les élus et la société civile dans l’épanouissement du secteur en question. " e ministre de la santé à la tête d’une importante délégation, a été accueilli par M. Abdeslem Bentouati wali de Tiaret, des autorités civiles et sécuritaires de la wilaya dans la matinée de ce lundi dans la cadre d’une visite de travail et d’inspection. Après son arrivée, M. Hazbellaoui a eu à se rendre à la clinique privée ‘’Bentria’’, nouveau centre de diagnostics, où il a inauguré cette nouvelle structure venue renforcer le secteur privé. Sur les lieux, le ministre a été interpellé sur les cas de rougeole enregistrés dans le sud du pays. A cela, le ministre a affirmé qu’effectivement environ 600 cas de cette maladie ont été enregistrés dans les wilayas de Ouargla et El-Oued, avec malheureusement quelques victimes dont un adulte. Pour ce faire le ministre a indiqué qu’’’une commission d’enquête nationale est à pied d’œuvre dans le but de déterminer les causes de cette pathologie’’, et de réaffirmer :’’ le seul remède reste bien entendu la vaccination pour y faire face. Les familles doivent respecter la programme national de vaccination et faire vacciner leurs enfants’’. ‘’Cette épidémie que nous n’avions pas connu depuis des années, est le produit de diverses difficultés de sensibilisation enregistrées suite à la polémique qui a fait son buzz quant à la qualité des vaccins en Algérie qui, faudra-t-il souligner, est aux normes de l’OMS et internationales’’, a-t-il encore assuré. ‘’ Le ministre pique une colère à l’EHS mère-enfant de Tiaret et à l’hôpital 120 lits de Sougueur’’ Lors de cette visite qui lui a permis de s’enquérir de la situation de plusieurs structures relevant de son département, M. Hazbellaoui s’est montré satisfait de l’état des lieux, néanmoins a-t-il relevé certaines insuffisances dont l’urgence dicte la prise en charge pour leur amélioration. En effet, c’est à l’hôpital 120 lits de la ville de Sougueur chef-lieu de daïra distant de 26 km de la capitale de la wilaya, que le ministre, dans un ton de colère, a tiré à boulets rouges sur le directeur de la santé et de la population de la wilaya sur les manquements constatés. Sur les lieux, il a demandé aux responsables concernés de formaliser sans attendre, un dossier additif comprenant toutes les données techniques à l’effet de débloquer une enveloppe financière pour parer aux insuffisances flagrantes constatées en matière d’équipement médicaux pour cet établissement hospitalier à l’image de la radiologie numérique. Au niveau de l’EHS mère-enfant de Tiaret, le ministre a trouvé inconcevable, la conception de la structure où le bloc opératoire se trouve aux étages supérieurs. Pour ce faire, il a préconisé la révision infrastructurelle afin de ramener ce service au rez-de-chaussée. Quant aux autres structures visitées, la nouvelle polyclinique mitoyenne à la jumenterie, celle de la cité la ‘’Cadat’’ et l’EPH Youcef Damardji, le ministre a mis en exergue les moyens colossaux engagés par l’Etat, il s’est dit, toutefois, optimiste quant à leur usage à bon escient en matière de prise en charge des malades dans des conditions meilleures. Avant de clôturer sa visite, le ministre Hazbellaoui, a annoncé l’inscription d’un centre anti-cancer ‘’CAC’’ et un autre pour les brûlés dont les études seront lancées incessamment. Chemin faisant, le Président de l’APW a saisi cette opportunité pour émettre le vœu de voir la wilaya de Tiaret doté d’un CHU. Répondant à cela, le représentant du Gouvernement, s’est inscrit dans cette logique en annonçant que ce projet est en vue et sera concrétisé avec le temps, tant il nécessite une formation d’un personnel devant le prendre en charge. M.Rahim

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar