Thu07192018

Last updateWed, 18 Jul 2018 10pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Tiaret

Régions Info

AU GRAND SOULAGEMENT DES AGRICULTEURS : Le spectre de la sécheresse s’éloigne…

Finalement, la clémence du ciel est arrivée à point nommé pour dissiper les inquiétudes des agriculteurs de la wilaya de Tiaret, une situation qui aurait influé négativement sur le quotidien du citoyen exposé aux griffes des spéculateurs œuvrant dans tous les domaines et dont les agissements ont aggravé la chute du pouvoir d’achat, particulièrement celui des franges à faibles revenus. En effet, les pluies salvatrices qui se sont abattues sur le plateau du Sersou, quelque peu en retard, ont été un signe porteur de bonnes nouvelles pour ces fellahs en proie à une sécheresse déjà annoncée. Toutes ces pluies fines du mois de novembre seront pour les fellahs et éleveurs de la région, un atout majeur pour la campagne des labours-semailles et pour le cheptel stationné dans les zones steppiques et à travers les espaces communaux. Certains fellahs rencontrés aux marchés à bestiaux et auprès des dépôts de la CCLS ont affirmé que « ces pluies salvatrices leur permettront de lancer la campagne labours-semailles dans de bonnes conditions. D’autre part, les cultivateurs de ces zones rurales, ont déclaré également que les sols seront moins résistants devant les opérations mécaniques et les labours seront faciles et profonds». Enfin, toutes ces précipitations tant attendues contribueront inévitablement à la destruction des terriers de rats des champs et l’élimination de certains parasites en prolifération constante dans des espaces secs, notamment dans les communes du sud de la wilaya puisque, d’après les nombreux agriculteurs expérimentés rencontrés par notre bureau, ‘’c’est depuis toujours que les pluies d’automne ont été un présage de fertilité qui annonce une année agricole et surtout fructueuse’’. Prémonition ou réalité, les fellahs en sont rassurés et se veulent optimistes dans la prochaine campagne de labours-semailles. Pour eux, il ne faut perdre de temps pour entamer l’opération. Ils se sont engagés dans une course contre la montre vu que le climat actuel s’y prête à merveille.

19EME ANNIVERSAIRE DE RADIO TIAREt :Un tournoi de football et des retrouvailles

La radio locale de Tiaret a soufflé en ce mois d’octobre 2016, sa 19ème bougie. Lancée en 1997, dans le sillage du développement des radios de proximité, la station de Tiaret s’est imposée dans le paysage médiatique et devient un canal d’information incontournable pour les populations locales grâce à son staff composé de jeunes journalistes et techniciens.Une équipe bien soudée comme une poignée de fer entassée dans une baraque en préfabriqué avec des équipements qui ne répondent pas, mais la volonté du bataillon des marmots a réussi de franchir les frontières. «Depuis le lancement de la radio, nous avons toujours les informations locales dont nous avons besoins, des programmes au service de la région et de la population», témoignent les auditeurs de Radio Tiaret venus partager le grand événement. «La Radio nous propose des programmes très variés. Elle nous permet d’avoir l’information, de suivre des émissions religieuses, de divertissement et des débats sur l’agriculture, animés Par Safou Bakhta, cadre à la DSA, les activités sportives, (Benouda) l’environnement et autres à l’image de notre journaliste Gourari, a indiqué Lakhdar Chouikh, chargé de l’émission «Rokn el akdhar», suivie quotidiennement par les amoureux de la nature et l’environnement. En plus de la diffusion de plusieurs programmes répondant aux attentes des citoyens, Radio Tiaret a été, durant ses 18 années, «un acteur très dynamique dans la région en organisant des actions de sensibilisation et de solidarité, par l’infatigable Souad Benmedjehad, des campagnes d’utilité publique et des animations culturelles, a déclaré l’animateur Khaled Othmane devant les invités et les autorités civiles et militaires, Cette journée a été marquée par la remise d’attestations aux femmes journalistes Ain Kada-Fadhila Sahi-Yakouta Tadjer) de l’espace médiatique. Au calepin de cette équipe attachée au micro comme une batterie à son mobile, chapeautée par la nouvelle Directrice Ouled Bensaid Houria venue avec une nouvelle feuille de route sur le travail de proximité et une panoplie de programmes sur le sport avec l’organisation d’un tournoi entre les radios locales et la presse écrite. Une nouvelle grille riche en émissions qui vont essentiellement traiter des questions de l’Ecole. Intitulée "le rôle de la voix du Sersou " a été créée dans le cadre de ce nouveau programme éducatif qui va développer des thèmes tels, l'Ecole obligatoire, la violence en milieu scolaire, l’éradication des fléaux sociaux, sous le slogan ‘’bannir la violence avec un ballon’’. On compte quatre speakers à l’image du maestro Khaled Bouhai, les activités culturelles initiées pour enfants, on y trouve devant le micro en or, Souad, l’une des plus anciennes de l’équipe. Pour le trio (Mimouni-Gourari-Boussabssi) sont chargés pour les émissions de l’agriculture, le tourisme, l’environnement et l’histoire, des émissions au programme chaque semaine. Ce rendez-vous vise a découvrir aux visiteurs, la mission noble du staff de la radio locale de Tiaret, la couverture médiatique, les reportages, les portraits des figures emblématiques artistiques et autres qui ont laissé leurs empreintes sur le sol de notre valeureux pays. Soulignant à l’occasion que l’objectif consiste à repérer de nouveaux talents. ‘’Une histoire riche en tradition de combat et de résistance depuis la voix de l’Algérie combattante lancée en 1956 à partir de l’étranger, le staff reste sur les traces des aînés et occupe à Tiaret les locaux de cette institution médiatique pour une paix, une stabilité et un développement durable pour notre patrie, l’Algérie’’, a indiqué la directrice Houria lors de son intervention. Un riche programme au menu pour marquer le 62ème anniversaire du déclenchement de la Révolution au menu des journalistes et de l’autre côté, les chargés de l’enregistrement, les silhouettes invisibles, Djafal Aïcha, Riadh, Kebbich et Messaoudi. Pour rappel cet événement a été marqué par la présence des anciens directeurs de la radio et les équipes de football des radios locales pour un grand tournoi de foot clôturé par une soirée musicale.

VIOLENCE DANS LE STADES : Rencontre regroupant la police et les responsables du monde sportif

Les nouvelles mesures prises par la Direction Générale de Sûreté Nationale (DGSN) pour lutter contre la violence dans les stades, ont fait l’objet cette semaine d’une rencontre tenue dans la maison de la Culture ‘’Ali Maachi’’, de la commission de wilaya pour coordonner les efforts avec les différents secteurs concernés. Lors de son intervention sur le phénomène de la violence dans le stades, M.Ilyes Baroui Chef de la Sûreté de wilaya de Tiaret, a mis en exergue l’importante que revêt cette rencontre inscrite dans le cadre de tout un programme de sensibilisation élaborés portant sur les solutions apportées par la DGSN et les directives du patron de la police pour lutter contre la violence et assurer la quiétude dans les milieux juvéniles et sportifs. Selon l’orateur, cette rencontre a pour objectif d’éradiquer la violence dans toutes ses formes avec la participation étroite de tous les responsables, secrétaires généraux, présidents des différents clubs ainsi que les entraîneurs et présidents des comités de supporters qui ont une lourde responsabilité quant à leur contribution dans la sécurisation des enceintes sportives et le déroulement des matchs de football tout en apportant sa pierre angulaire dans la lutte contre la violence dans les stades", a expliqué le chef de sureté de la wilaya de Tiaret. Dans le même cadre, l’orateur ajoute que la police ne doit pas être la seule concernée et en même temps responsable de l’organisation, de la gestion et garantir la sécurité dans les stades. A ce propos, le chef de la sûreté de wilaya a appelé à mettre des stratégies et des dispositions visant à faire face aux dépassements qui peuvent se produire dans les stades. Dans le même cadre, le conférencier a tenu à souligner que les différentes organisations et associations sont appelées à s’impliquer pour réduire ou atténuer des effets de nuisance du phénomène de la violence dans les stades, afin de protéger les infrastructures sportives, le spectacle et surtout les personnes qui sont de plus en plus victimes de ce phénomène qui touche aussi les différents lieux publics et la rue en particulier. M. El Baroui Illyés dresse un bilan accablant des cas de violence envers les agents d’ordre. A ce sujet, il a dit que « la DGSN préconise de former des ‘’stadiers’’ et de les accompagner dans les rencontres de football’’, ajoutant que « leur tâche initiale se résume à la fouille et l’orientation du public, alors que les éléments de la sûreté nationale se positionneront dans des endroits stratégiques, leur permettant d’intervenir en cas de danger». Lors de son allocution, le conférencier a insisté sur la sensibilisation et l’organisation des tournois afin de former des jeunes stadiers afin de maitriser la gestion du spectacle dans les stades. Cette importante rencontre a été clôturée par une rencontre de football plaisante qui a mis aux prises les équipes de policiers et de journalistes, sous le slogan ‘’Bannir la violence avec un ballon’’.

POINT DE PRESSE DU COMMANDANT DU GROUPEMENT DE LA G.N ; ‘’ Faire de la région du Sersou, un havre de paix et de prospérité’’

En comparaison avec l’année 2015, la wilaya de Tiaret a connu en 2016 une baisse sensible du nombre des accidents de la route. C’est ce qu’a fait savoir, en fin de semaine, le commandant du groupement de la Gendarmerie nationale de Tiaret au cours de la présentation du bilan des trois derniers mois de l’année en cours. Le bilan en question indique plus de 5.000 affaires traitées durant 90 jours soit une moyenne de 60 quotidiennement, ce qui démontre l’ampleur des affaires traitées par les unités de la Gendarmerie Nationale. En ce qui concerne la sécurité routière, le premier responsable du Groupement Territorial, affirme que le taux des accidents de la circulation a enregistré durant ces trois derniers mois, une régression appréciable par rapport à la même période de l’année dernière. Ce constat positif est la fruit des mesures drastiques mises en places en application des instructions relatives à la sécurité publique qui s’articulent autour entre autres, de la multiplication des barrages fixes et points de contrôles, la mise en œuvre des brigades mobiles et la mise en place de radars sur les différents axes routiers de la wilaya, ce qui a permis d’atténuer des effets néfastes de ces accidents. L’orateur fait état dans ce contexte, de 81 accidents enregistrés durant les trois derniers mois de 2016 (3ème trimestre) contre 118 en 2015. Le Commandant du Groupement de la Gendarmerie, a également tenu à préciser, que 95% des accidents de la route sont causés par les chauffeurs pour différentes infractions relevées dont, l’inobservation des règles du code de la route, les dépassements dangereux, la conduite en état d’ivresse et les défaillances mécaniques. Abordant un autre volet, le conférencier a parlé de la lutte contre les forages illégaux. En ce sens, il a souligné que pas moins de 15 appareils de sondage (sondes) ont été saisis durant la même période notamment au niveau des régions steppiques de la wilaya. Aussi, les mêmes services du Groupement de la Gendarmerie de la wilaya de Tiaret ont réussi dans la même période une grosse prise lors de la perquisition de deux usines de fabrication de tabac a chiquer sans aucune autorisation ni registre de commerce, elles fonctionnaient dans la clandestinité et alimentaient le marché informel dans la région de Tiaret. Au même chapitre des milliers de sachets contrefaits a indiqué le conférencier, ont été ainsi confisqués. Dans le cadre de leurs efforts de lutte contre le commerce sans autorisation des boissons alcoolisées, pas moins de 49 affaires ont été traitées avec saisie de plus de 20.000 bouteilles de diverses marques lors des descentes effectuées par les différentes brigades. Parmi les 5.000 affaires traitées, liées aux crimes et délits, figure celle des deux individus qui se faisaient passer pour des inspecteurs des collectivités locales et escroquaient les maires et les élus. Cette affaire qui a défrayé la chronique locale a été élucidé par les limiers de la gendarmerie par l’identification et l’arrestation des deux escrocs. L’enquête, indique l’orateur, a débuté il y a un mois, lorsque des maires victimes d’escroquerie se sont plaints auprès des services de la Gendarmerie nationale en y déposant plainte contre les deux suspects. Les investigations menée se sont soldée par des résultats rapides notamment en ce qui concerne lieu où se trouvaient les deux escrocs, où ils ont été arrêtés en leur possession un cartable dans lequel, les enquêteurs ont découvert des documents portant le logo et des entêtes d’institutions publiques tels des ordres de mission, documents officiels et cartes professionnelles, se faisant passer pour des inspecteurs dépêchés en mission spéciale auprès des mairies pour contrôler la gestion communale. Les mis en cause ont été présentés par devant le procureur de la République près tribunal de Tiaret qui les a placés sous mandat de dépôt pour escroquerie, faux et usage de faux et usurpation de fonction. Il y a lieu de souligner que les services de la GN ont élucidé plusieurs affaires suite à des appels téléphoniques des citoyens à travers le numéro vert.

SECTEUR DE L’AGRICULTURE : Les prémices d’une seconde année de sécheresse inquiètent

Personne n’ignore combien la campagne moissons-battages a été triste pour passer inaperçue en raison d’une pluviométrie très insuffisante dans cette région connue pour son rendement en céréaliculture. Effectivement, selon nos sources, cette année, alors qu’on misait sur une production de plus de six millions de quintaux comme la saison écoulée, la récolte n’a pas dépassé les 2,8 millions de quintaux. Ainsi, avec 1.118.669 quintaux, toutes variétés de céréales confondues, engrangés par les trois coopératives (CCLS de Tiaret, Frenda et Mahdia) au 31 août 2016, et la clôture officielle de la campagne moissons-battages, sur une production totale estimée à 2.741.000 q, la wilaya vient d’enregistrer l’une de ses plus faibles productions sur les cinq dernières années. Ce rendement a évidemment influé négativement sur le taux national à son plus bas niveau sachant que la wilaya, contribuait à hauteur de 12% à la production nationale. Cette situation est due en particulier à la gelée noire tardive enregistrée au début du mois de mai 2016. Par ailleurs , des spécialistes dans le domaines ont affirmé qu’on ne pouvait au-delà des aspects liés au climat, à la pluviométrie et indubitablement aux aspects techniques pourtant bien expliqués aux 30.000 agriculteurs d’une région qui recèle 704.000 hectares de surface agricole utile dont 340.000 ha ont été emblavés. Les avis des agriculteurs rencontrés étaient différemment partagés entre les cultivateurs des zones du sud de la wilaya, où l’eau est disponible pour des surfaces cultivables faibles par rapport aux régions nord. Enfin, et au moment où tout le monde ambitionne sur le renforcement de l’hydraulique agricole et l’élargissement des superficies irriguées par la mobilisation et la diversification des ressources hydriques (petits barrages et retenues collinaires) , certains fellahs ont été unanimes pour exprimer leur inquiétude quant à la persistance du climat sec qui frappe la région pour la deuxième année consécutive

CAMPAGNE DE SENSIBILISATION : Portes ouvertes à la Cnas à partir de dimanche

La nouvelle formule d’affiliation volontaire à la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas), introduite dans la Loi de finances complémentaire (LFC) 2015 article 57, a suscité beaucoup d’intérêt à travers les guichets de la Cnas. Aussi, l’attention particulière accordée par les employeurs, et de ce fait la Cnas a décidé d’ouvrir ses portes encore Selon notre source, des portes ouvertes seront organisées à partir de demain dimanche au siège de la Cnas de la wilaya de Tiaret pour permettre à un large public de s’informer davantage sur les nouvelles dispositions contenues dans la loi de finances (LFC) 2015. Ces nouvelles comme nous l’explique notre source, sont très avantageuses aux employeurs et autres opérateurs économiques qui doivent dès maintenant prendre attache avec les services de la Cnas à l’effet de régulariser leurs situations et ce avant le 31 décembre 2016. Aussi, il est fait appel aux affiliés volontaires de régulariser leur situation, précisant que ce dispositions concerneront également les activités indépendantes, ne disposant pas de registres de commerce, car la nouvelle loi n’englobe pas les personnes, qui en ont un (registre de commerce), qui sont orientés vers la Caisse d’assurances sociales des non salariés (CASNOS). Ces portes ouvertes constituent aussi une opportunité pour informer les femmes assurées sociales et les femmes ayants droits assurées, âgées de 40 ans et plus, sur les différentes opérations en bénéficiant d’une échographie gratuite, dont le coût sera supporté par la sécurité sociale, au même titre que les frais de transport des bénéficiaires, conformément à l’article 60 de la même loi. une fois demain dimanche à travers ses agences de wilaya.

MAHDIA : Campagne d’abattage contre les animaux errants

Ce n’est pas la première fois que notre rédaction expose le problème des animaux errants , un danger permanent vécu par une grande partie les habitants des plus grands centres urbains de la wilaya à l’exemple de ceux de Frenda, Sougueur, Ksar-Chellala, Aïn Dheb, Mahdia et autres villages et agglomérations. Heureusement, cette fois-ci ce ne sont plus les autorités qui sont mises à l’index pour leur laxisme dans la lutte contre ce fléau, mais ce sont les riverains qui ont décidé de se prendre en charge pour protéger leur environnement . En effet, ayant à maintes fois été victimes des agressions d’animaux errants et craignant pour la santé et la sécurité de leurs enfants, des citoyens conscients de la ville de Mahdia, important chef-lieu de daïra au niveau de la wilaya, ont finalement réussi à se mobiliser pour organiser une importante campagne de lutte contre l’inquiétante prolifération des animaux errants , des chiens et des chats particulièrement , sans compter le cheptel qui circule librement dans certains quartiers de la ville . Ainsi, des citoyens, encadrés par des agents de la commune et de la subdivision vétérinaire, se sont constitués en groupes distincts pour organiser des campagnes de lutte contre ce danger des animaux errants, porteurs de maladies aussi nombreuses que variées telles la rage et autres affections cutanées et respiratoires . Les dangereuses bêtes errantes qui constituaient une vraie menace pour les riverains, particulièrement, les écoliers et les personnages âgées, ont été donc traquées dans les recoins les plus reculées des cités asphyxiées, faut-il le souligner, par les éternelles décharges sauvages qui enlaidissent les rues souvent mal urbanisées. Enfin, il est utile de rappeler que quelque soixante cas de rage ont été enregistrés dans la wilaya de Tiaret depuis le début en cours.Par S.Moumen

DES IMMEUBLES INSALUBRES ! : Mutisme des responsables et incivisme des colocataires

Vus de l’intérieur et de l’extérieur, nos bâtiments, ceux habités évidemment offrent un décor des plus désolants aux yeux du passant. En effet, les façades de la plupart des immeubles et des bâtiments implantés dans les zones urbaines à travers le territoire de la wilaya de Tiaret présentent une image hideuse, rendant le cadre de vie, déjà insalubre et repoussant. Ce tableau témoigne du manque, voire de l’absence totale de toute trace d’entretien en ces lieux et ce depuis de longues années. A l’intérieur, certains locataires ont réussi même à faire pousser de l’herbe entre les interstices des d’escaliers déjà mal parachevés par nos entreprises comme d’habitude. En l’absence d’un concierge, le luxe arboré par les citadins s’arrête sur le seuil de chaque appartement. Tout le monde semble vivre comme un poisson dans l’eau avec sa TV Plasma, son démodulateur dernier cri, sa salle de bain parfumée et équipée à partir d’autres cieux. Mais qu’en est-il alors des parties communes de ces immeubles et bâtiments ? Celles-ci ont atteint, sans exagération aucune, un niveau de dégradation très avancée. Autre constat : Il suffit de visiter des vides entre les immeubles de l’ancien tissu urbain colonial pour se rendre compte de la saleté qui caractérise les lieux avec l’accumulation des eaux noirâtres et d’objets hétéroclites qui favorisent la reproduction des rats, des souris et des moustiques. Les cages d’escaliers, les armoires des compteurs d’eau et électricité, les boites aux lettres et autres espaces qui relèvent des parties communes des immeubles et des bâtiments sont livrés aux aléas du temps et aux méfaits de l’homme dans l’indifférence totale des habitants ou des copropriétaires. Cette situation qui est en passe de devenir une fatalité semble désormais plaire aux citadins qui s’y ont habitués. Seules quelques rares comités de quartiers se sont distinguées en prenant des campagnes incitatives dans le but d’améliorer le look de leurs immeubles et des bâtiments. D’autres par contre et elles sont nombreuses n’ont rien fait pour améliorer les conditions de vie communautaire sans compter seulement sur l’Office de promotion et de gestion de immobilière. Enfin, d’aucuns pensent que la méconnaissance du règlement régissant les parties communes des immeubles et des bâtiments est une des causes essentielles du manque de civisme et de la fuite des responsabilités incombant aux locataires et propriétaires des immeubles et des bâtiments. Il faudrait peut-être penser à initier les bénéficiaires de ces habitations collectives avant de faire valoir ses droits au logement.S.Moumen

RIFIFI A LA LIGUE DE JUDO ! : Les judokas interpellent les Autorités et la fédération

Rien ne va plus dans les couloirs de la bâtisse abritant la ligue de Judo de la wilaya de Tiaret. Des querelles intestines, des compétions boycottées et une démission collective des membres du bureau de wilaya, tels sont les ingrédients à l’origine de l’état de pourrissement que vit la ligue et ce suite à la sourde oreille des autorités et de la fédération sur la situation dont se trouve cette ligue, lit-on dans un communiqué rendu public par les soixante douze judokas où de graves accusations sont proférées à l'encontre de l’actuel président. Des témoignages rapportent que la situation qui prévaut au sein de la ligue n’est plus supportable à telle enseigne que des dizaines de professionnels en ont eu ras-le-bol et ont du démissionner. Selon les adhérents mécontents qui se disent victimes de marginalisation de la part de la Ligue, interpellent les hautes instances sportives du pays de dépêcher une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur les travaux de l’Assemblée Ordinaire tenus loin des regards, ils déclarent que l'Assemblée Générale a été reportée à maintes reprises après le rejet de la candidature du président déchu. Information confirmée par une source proche de l’entourage du président. Selon les signataires de la requête, le mandat qui a expiré depuis des mois, l’ex président n'ouvre pas droit à la candidature en application des critères règlementaires du fait qu’il est démissionnaire. Ainsi et dans le but de préserver la ligue des polémiques, les athlètes ont décidé d’interpeller le premier responsable de la wilaya d’intervenir afin que soit organisée une assemblée élective en présence d’un huissier de justice et des superviseurs des différents secteurs. Il faut aussi signaler, selon des sources fiables, que la ligue est sans maître à bord depuis le départ des membres du bureau et les locaux cadenassés depuis des mois ce qui a poussé les charmions de cette discipline à aller souscrire sous d’autres cieux, à l’Est et à l’Ouest du pays. Le chef de file nous confirme encore une fois que les services de la DRAG n’ont délivré aucun agrément à ce jour et ce en dépit des instructions données par la fédération pour l’élection d’un nouveau bureau de wilaya. Les choses semblent stagner. Pour revenir à l'histoire de cette fameuse affaire après un empêchement du départ des membres du bureau, une assemblée tenue à huis clos a été organisée pour désigner une personne étrangère à la ligue sans tenir compte de la règlementation en vigueur. Les signataires du communiqué interpellent les autorités locales et demandent l'ouverture d'une enquête sur la gestion, et de faire toute la lumière sur les bilans moral et financier adoptés par les pseudos membres. D'autres sources ajoutent que la ligue a consommé des saisons blanches et sans palmarès dans une wilaya connue par ses figures de proues dans cette discipline. Cette nouvelle démarche au niveau de la ligue de judo de la wilaya de Tiaret conduira-t-elle les décideurs à assainir d'autres associations fantômes? Les jours et les semaines à venir nous le diront ! Hamzaoui Benchohra

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar