Sun04222018

Last updateSat, 21 Apr 2018 10pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Ain-Témouchent

Régions Info

AIN TEMOUCHENT : LA MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DES ENERGIES RENOUVELABLES ATTENDUE AUJOURD’HUI ; La part du lion sera réservée à l’énergie solaire

Mme Fatima-Zohra Zerouati ministre de l’environnement et des énergies renouvelables, effectuera une visite de travail et d’inspection aujourd’hui mardi 17 avril 2018 dans la wilaya d’Ain-Témouchent. Un programme de travail a été élaboré en ce sens reflétant les efforts consentis par les pouvoirs Publics sur le plan local en matière de protection de l’environnement. Selon les experts, l’environnement est ‘’l'ensemble des éléments (biotiques ou abiotiques) qui entourent un individu ou une espèce et dont certains contribuent directement à subvenir à ses besoins’’. Ils précisent également que l'environnement est compris comme l'ensemble des composants naturels de la planète terre comme l’air, l’eau, l’atmosphère, les roches, les végétaux, les animaux les animaux, et l'ensemble des phénomènes et interactions qui s'y déploient, c'est-à-dire tout ce qui entoure l’Homme et ses activités, bien que cette position centrale de l'Homme soit précisément un objet de controverse dans le champ de l'écologie. Par ailleurs, l’énergie renouvelable qui fait également l’objet d’une attention particulière de la part du Gouvernement et au plan local où le wali Mme Ouinez Labiba, insiste toujours sur l’utilisation de l’énergie solaire notamment en ce qui concerne l’éclairage public aussi bien dans les zones urbaines que rurales à travers l’installation des panneaux solaires photovoltaïques. Selon toujours les experts dans le domaine de l’énergie solaire, l’énergie solaire photovoltaïque, fait partie de l’ensemble de l’énergie renouvelable par l’exploitation du vent (éolienne- Houlomotrice), du soleil (géothermique–Photovoltaïque et télédynamique), de la chaleur terrestre (géothermie), de l’eau (hydroélectrique –marémotrice), de la biodégradation (biomasse), et du biocarburant, est obtenue en convertissant une partie de l'énergie du rayonnement solaire en électricité. L’opération se fait par le biais d'installations photovoltaïques. A.Benlebna

AIN-TEMOUCHENT : CITE DAHNOUNE BOUHADJA : L’unique site du chef-lieu de wilaya dépourvue de l’éclairage public

Par : A.Benlebna Cette situation n’est pas sans provoquer des difficultés aux riverains et une obscurité qui risque de nuire à la sécurité des habitants. A cela, s’ajoute l’état incommodant de la cité marqué notamment par l’absence d’opérations de vidanges des caves des quatre immeubles d’où la stagnation des eaux usées dégageant des odeurs nauséabondes avec prolifération de bestioles, moustiques et des rats, pénalisant lourdement les habitants et leurs familles, qui se trouvent contraints à passer des nuits blanches dues aux morsures de moustiques. Plusieurs doléances ont été adressées par les habitants de la cité aux responsables concernés à travers lesquelles, ils demandent l’intervention des services spécialisés concernés pour remédier au problème qui se pose avec acuité. Rappelons que devant l’état déplorable et impraticable des rues de la cité, les services de la direction de l’urbanisme et de la construction de la wilaya d’Ain-Temouchent ont effectué, en octobre 2016, une opération d’aménagement et de bitumage des trois ruelles d’une distance d’environ de 250 mètres. Cette action a soulagé les habitants dans la mesure où ces travaux d’aménagement ont beaucoup contribué à mettre fin à un calvaire qui n’a que trop duré, notamment pour les automobilistes et les enfants scolarisés, dû à l’impraticabilité de ces artères qui étaient pleines de nids de poules et de boue. Par ailleurs, faut-il relever que la cité n’a connu aucune opération d’embellissement depuis l’occupation de ces logements par leurs bénéficiaires, soit plus de 20 ans. Aujourd’hui, et devant cette situation intolérable, les responsables concernés à tous les niveaux sont interpellés pour intervenir le plus rapidement possible pour prendre en charge les préoccupations des familles sachant que nous sommes à la veille de la saison des grandes chaleurs qui est généralement propice à la prolifération des moustiques et autres rongeurs.

DEPART MASSIF DES CADRES EN RETRAITE : Des directeurs par intérim et les mises en grade du wali

Le départ massif en retraite, de milliers de travailleurs, fonctionnaires et cadres occupant des postes supérieurs, dans différents domaines d’activités, éducatifs, techniques, administratifs et économiques, a créé un vide dans la wilaya d’Ain-Temouchent, à telle enseigne que plusieurs directions techniques administratives et de services, de la wilaya et de daïras sont occupés par des intérimaires. Certains depuis des années et d’autres depuis quelques mois. Le résultat est là. Rien ne va et les affaires des citoyens traînent sans que personne n’arrive à débloquer ce marasme caractérisé, sur le terrain, par un affaiblissement imprimé par un arrêt d’activité quasiment total généré aussi par un malaise plus ou moins durable dans les affaires. ‘’ huit directions exécutives gérées par des intérimaires’’ Selon des informations, il semblerait que le wali d’Ain Temouchent, avait saisi les départements ministériels concernés par cette vacance qui porte préjudice au bon fonctionnement de l’administration. Notre source avait précisé que des propositions de cadres valables ont été faites par la wilaya mais aucune suite. Un grand travail reste à mener et comme les compétences avérées manquent cruellement, les plus initiés des intérimaires font ce qu’ils peuvent sans grands résultats dans la manière de gérer et la possibilité d’avancer les choses comme il se doit. Lors de la rencontre célébrant la journée mondiale de l’environnement du 05 juin, Hamou Ahmed Touhami, le wali d’Ain Temouchent, avait asséné de sévères critiques à l’endroit des élus locaux incapables de maîtriser le service de nettoiement de leur commune, une situation caractérisé par la prolifération des chiens errants, de la saleté dans les rues, la détérioration des espaces verts et des forêts récréatives et un laisser-aller manifeste. Dans ce panier d’informations, généralement livré à la presse et aux responsables présents qui sont montrés du doigt sans les nommer, l’on retient le cas du directeur des forêts qui a été mis à la retraite alors qu’il espérait sa nomination dans son poste comme ses pairs des autres wilayas pressentis pour être nommés par décret présidentiel. Il faut bien décrypter l’information, car elle contient plusieurs lectures . '’Le wali met en garde les responsables qui n'atteignent pas les objectifs’’ ‘’J’ai attendu des mois et des mois pour que le directeur en question m’établisse un cahier de charges pour la concession des forêts récréatives de la wilaya (Rechgoun, Ain El Arbaa, Ain-Temouchent, Beni-Saf, mais ce dernier est parti sans m’en fournir un seul’’. Et sans lâcher prise il dira à l’intérimaire installé depuis moins d’un mois ‘’Allah Ikhallikoum, tu t’en charges pour m’établir un cahier de charges-type pour la concession des forêts récréatives qui sont dans un état de dégradation lamentable’’. En quelque sorte il tient à témoin l’assistance et met en garde d’autres qui sont sur le viseur. Idem pour la directrice de l’environnement qui devait établir un cahier de charges portant concession du parc citadin qui s’étend sur une superficie de 11 ha. Il est à rappeler que l’initiateur des parcs citadins ou parcs d’attraction est l’ex ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire, en l’occurrence Cherif Rahmani. L’ex représentant du gouvernement est arrivé à faire valoir son projet pilote qui visait en premier les chefs-lieux de wilaya. Une dotation de 11 milliards lui a été accordée et est inscrit à l’indicatif de la direction de l’environnement de l’époque. Ce projet, il faut le dire, a connu beaucoup de retard dans la mise en place des crédits et dans sa réalisation. L’enveloppe allouée a été consommée en totalité. ‘’Mise en concession du parc citadin avant son achèvement’’ Et une rallonge budgétaire (le wali n’a pas mentionné combien) n’a pas été accordée pour des raisons de gels comme d’autres projets. Mais la particularité du parc citadin d’Ain Temouchent est que les responsables à haut lieu, précise le wali, « lui avaient demandé de céder le par citadin, au taux d’avancement des travaux où il se trouve, en concession si vous ne voulait pas qu’il se dégrade davantage sous l’effet des aléas et d’autres causes ». Il se retourne pour appeler la directrice de l’environnement pour lui demander de lui présenter sans tarder un cahier de charges pour la concession du parc citadin. Et d’habitude quand les choses vont bien ou assez bien, le wali ne parle pas de cela en plénière. Cela veut dire selon l’expression « vous êtes avertis, sinon vous subirez le même sort que celui du directeur des forêts. » A bon entendeur, salut !

AIN TEMOUCHENT : CONSTRUCTIONS ILLICITES Le wali instruit les maires d’entamer les opérations de démolition

Madame Ouinez Labiba, wali de la wilaya d’Ain-Temouchent a sommé, lors d’une déclaration à la presse radiophonique, les maires des 28 communes de la wilaya, de procéder sans tarder aux opérations de démolition des constructions illicites et anarchiques, aussi bien au niveau des zones urbaines que rurales. Par : A.Benlebna Elle a rappelé que ces constructions bâties d’une manière illégale et anarchique, nuisent à l’urbanisme et à l’aspect architectural de nos villes et de nos localités à travers le territoire de la wilaya, et qu’elle y a constaté lors des visites qu’elle a entreprises à travers les différentes communes et daïras de la wilaya. Elle a précisé que toute construction doit être impérativement édifiée avec permis de construire et dans les normes règlementaires en application de la législation en vigueur. en matière de construction et d’urbanisme. Des contrevenants ont spolié ouvertement d’une manière partielle ou globale, les espaces verts, les trottoirs, obstruant la circulation routière au détriment des automobilistes et des piétons, en transgressant la loi. Ces accaparations illégales du foncier se sont traduits souvent par la spoliation des terrains du domaine privé de l’Etat, particulièrement dans les zones rurales, alors que ces terrains ont été réservés pour la construction des équipements publics au profit des habitants, notamment des établissements scolaires, des structures culturelles, sportives, professionnelles etc... Selon des informations recueillies, en dépit des mises en demeure adressées aux contrevenants, un grand nombre d’entre-deux s’obstine dans la transgression des lois de la République. Rappelons que ces actions entrent dans le cadre de l’application des instructions émanant du Ministère de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. De même, il a été constaté qu’avant chaque opération de distribution de logements publics locatifs, certaines personnes installent leurs familles dans des habitations précaires illicites, lesquelles ne cessent de se propager au niveau des villes et des communes, dans le but inavoué de bénéficier d’un logement social, en omettant que chaque postulant est soumis à une enquête sociale approfondie menées par les commissions de commune et de daïra installées à cet effet, afin que les vrais méritants en bénéficieront de ces logements publics sociaux.

LA LISTE AFFICHEE DES 857 LOGEMENTS PUBLICS LOCATIFS CONTESTEE : Le wali préside la commission des recours

Intervenant pour la seconde fois par le biais de la radio régionale d’Ain-Temouchent, le wali Hamou Ahmed Touhami, a déclaré, dans la matinée du 28 mai 2017, que la liste affichée des 857 logements publics locatifs (LPL), implantés au POS Sud 3 ‘’El-Djaouhara’’, ne peut être entérinée et ce, jusqu’à l’étude de tous les recours introduits par les postulants, et ce en application de la législation en vigueur. Pour sa seconde intervention à travers les ondes de la radio, le wali a affirmé, que toute demande doit être déposée auprès de la commission de wilaya de recours au niveau du siège de la wilaya. Le chef de l’exécutif a informé les contestataires, qu’il préside personnellement une commission composée du Secrétaire Général de la Wilaya, du chef de la daïra et du président de l’APC d’Ain-Temouchent. Cette commission, recevra tout citoyen contestant cette liste pour y déposer un recours. Il a précisé en outre, les modalités et les procédures d’introduction des recours que ceux-ci ne puissent pas être rejetés. Par ailleurs, le chef de l’exécutif a souligné que 1330 dossiers de logements déposés entre 2000 et 2008, seront étudiés en précisant que 42 dossiers déposés durant ces trois dernières années, concernant des familles démunies vivant des conditions insupportables et invivables, seront également pris en charge du fait de l’urgence de ces cas sociaux dans le cadre de l’étude des recours. Pour rappel, l’intervention rapide du wali pour apaiser les esprits et faire preuve de responsabilité, a mis un terme au mouvement de contestation qui a suivi l’affichage des listes des bénéficiaires des 857 logements ‘’LPL’’. Le premier responsable de la wilaya, en homme avisé, a anticipé les choses en allant droit vers les citoyens pour les rassurer. Facteur de taille, il s’est engagé devant les citoyens à suivre scrupuleusement l’opération de recours et qu’il veillerais à ce qu’elle se déroule dans le respect strict de la loi.

AIN TEMOUCHENT : CARAVANE CULTURELLE ‘’NON A LA VIOLENCE’’ : Des troupes musicales et théâtrales subjuguent le public

La salle de spectacles de la maison de la culture d’Ain-Temouchent a abrité le 15 mars 2018, une soirée musicale, animée respectivement par la troupe du chanteur ‘’Sadek Djemai’’ et du comédien ‘’Djamel Baghdadi’’. L’assistance était aux anges à travers des airs au rythme nostalgiques à l’image de ces anciennes chansons populaires, ‘’Ouahda Ouahda El Jazair Ouarda Meskia Bidam Ecchouhada’’ ou ‘’Unité, Unité, l’Algérie Rose arrosée par le sang des martyrs’’ ou encore ‘’ Choukrane ou Allef Choukr Ya Oustadi’’, ‘’ Jibouha ya Ouled’’ du célèbre chanteur-compositeur Sadek Djemaoui du groupe musical légendaire ‘’El Bahara’’. Par : A.Benlebna Pas que ça, les invités ont été gâtés aussi par du spectacle théâtral animé par la troupe ‘’ El-Basma’’ dirigée par le comédien Djamel Baghdadi. Le public composé d’un grand nombre de jeunes, d’élèves des différents établissements scolaires et leurs parents, les gens de la presse, du monde artistique et culturel, n’ pas manqué d’accompagner les acteurs par des tonnerres d’applaudissement, des youyous, des jeunes qui dansaient en chœur. A l’issue de cette soirée artistique et musicale, nous avons approchés en aparté les deux célèbres animateurs de la chanson et de la comédie qui ont eu l’amabilité de répondre à nos questions. Le chanteur Sadek Djemaoui, a souligné :’’ notre présence avec la troupe théâtrale ‘’El-Basma’’, rentre dans le cadre de la caravane nationale en partenariat avec l’opérateur de téléphone mobile ‘’Mobilis’’, ayant pour but la non à la violence dont le coup d’envoi a été donné le 04 février 2018, et qui va sillonner l’ensemble des wilayas. Répondant à une autre question posée par nos soins, il a déclaré que : ‘’nos chansons visent à renforcer l’esprit patriotisme de notre jeunesse qui ne doivent pas oublier le lourd tribut payé par nos chouhada pour recouvrer notre indépendance et notre souveraineté nationale’’. Pour information, la troupe ‘’El-Basma’’ fait partie de la caravane nationale contre la violence, qui a débuté le 04 février 2018 et qui prendra fin le 16 avril 2018 ‘’ journée du savoir’’, par des animations musicales et comédiennes, au palais de la culture d’Alger. Invité à éclairer l’opinion publique sur la pièce théâtrale présentée par sa troupe sous le titre ‘’ El-Madrassa Wa Eddirassa’’, durant cette soirée, notre interlocuteur a préciser que le but est de faire aimer aux enfants la lecture, le savoir, en à travers une éducation civique, culturelle, de bonnes conduite et de moralité, de respecter les parents, les enseignants , les personnes âgées etc… La troupe ‘’El-Basma’’ est domiciliée à Bousmail dans la wilaya de Tipaza, ls rôles de ‘’ Charlot’’, ‘’Mari’’, ‘’Harlo’’, ‘’Tchino’’ et ‘’Baouito’’ sont interprétés par de jeunes comédiens que sont, Khaldi Oussama, Boutaous Amar, Baghdadi Zinedine et Baghdadi Abdenour. Selon M. Djamal Baghdadi, la caravane ‘’ Non à la violence’’ a sillonné pour le moment 28 wilayas qui seront suivies par les wilayas d’Oran, de Mostaganem, Relizane et Chlef afin de boucler les 32 wilayas du nord, avant d’entamer le périple vers les wilayas du Sud. Pour rappel, cette caravane est organisée en partenariat avec l’opérateur de la téléphonie mobile ‘’Mobilis’’. A l’issue de cette soirée qui a été rehaussée par la présence des directeurs de la culture, de la jeunesse et sports et du maire de la ville, dix cadeaux symboliques ont été offerts par Mobilis aux 10 enfants venus assister à cette soirée de détente.

7 ème édition du forum international de la santé : Les établissements de santé et la certification à la norme ISO 9001

Fidèle à ses traditions scientifiques et engagé pleinement dans la poursuite des efforts qu’il déploie dans le domaine de l’information, la sensibilisation et la formation des praticiens généralistes et spécialistes ainsi que les paramédicaux et urgentistes, dans les différents services qu’il gère, l’Etablissement Hospitalier Dr Benzerdjeb 220 lits, d’Ain Temouchent, organise les 13 et 14 mai 2017, le 7ème forum international de la santé. Il est à rappeler que l’EPH avait abrité, le samedi 14 avril 2017, la première journée médico-chirurgicale, organisée par l'Association Santé au Travail Sécurité Hygiène Environnement d’Ain-Temouchent. La 7ème édition de rang mondial, qui intervient à quelques jours du mois du Ramadhan, se focalise sur les thèmes relatifs à la coordination des soins au service de la qualité, au potentiel d’amélioration de la qualité des soins, à la sécurité des soins, au management de la qualité dans l’environnement hospitalier et à l’ergonomie de la coordination des soins. Notre attention a été particulièrement adressée à la coordination de soins au service de la qualité. Certains attestent que nonobstant le système de santé ait atteint, ces derniers temps, toute une série d’objectifs importants, la fragmentation de son organisation affecte son efficacité, son efficience et sa qualité. Il parait tout à fait clair que des experts, nationaux et internationaux, invoquent la nécessité de coordonner les soins et les services, particulièrement dans le cadre des maladies complexes et, souvent, chroniques. Les médecins ont un rôle de coordination clé à jouer, mais la croissance exponentielle des connaissances alliées à un développement technologique toujours plus sophistiqué requièrent que ce rôle se fonde sur une pratique interdisciplinaire et une organisation en réseau. Il est judicieux de revoir certains aspects visant à implanter, autour du médecin traitant, une organisation d’un premier niveau de soins pouvant assumer cette coordination. Ce modèle innovant que l’on doit indubitablement atteindre permettrait de mieux répondre aux futurs défis du système de santé non pas uniquement localement mais aussi à l’échelle nationale et régionale aussi. Il s’est avéré qu’en termes de coordination de soins l’infirmière n’arrive pas à joindre le médecin, ce dernier regrette le peu d’initiatives des autres soignants, le pharmacien estime que ses compétences ne sont pas assez mises à contribution, le physiothérapeute regrette de ne pas être au courant de l’histoire clinique du patient. Le jeu institutionnel accentue encore ces attitudes corporatistes. L’hôpital n’a pas, parfois, connaissance des investigations et des traitements des médecins de ville, le secteur public et le secteur privé ne trouvent pas les collaborations nécessaires pour garantir l’accès équitable à des soins de qualité.‘’D’où viennent les difficultés à coordonner les actions ?’’ Voilà une grande question que se posent plusieurs scientifiques dans les différents hôpitaux ? Des fragmentations du système de santé que connait le système de santé d’une manière générale contribuent-elles à cette situation, non des moindres ? Certains jugent, que l’absence de cadre fédérateur de gouvernance qui est quasiment à l’origine de ce dysfonctionnement en matière de coordination, car ce cadre ne force pas les acteurs à coopérer. L’autre problème qui surgit aussi est le financement dual des soins entre l’assurance maladie et l’Etat, ainsi que les sectorisations entre privé et public. Ce qui se traduit, par un fort éclatement des prestataires, souvent entachés par des formes de bureaucratie inévitable, un fait récurrent qui joue sur la performance d’ensemble du système de soins devenu loin d’être optimale du fait des préoccupations distinctes et inégales de chaque acteur de l’environnement du système. Aussi des intervenants estiment que cette situation est particulièrement inquiétante au moment où la maladie chronique, qui requiert la continuité des soins grâce à l’intervention coordonnée de tous les prestataires impliqués dans la prise en charge du patient, occupe une place de plus en plus importante dans le tableau épidémiologique. L’autre point fondamental qui a suscité des questionnements importants est l’erreur qui n’est plus admissible lors de la prise en charge de patients, surtout quand elle est due à manque d’organisation constatée dans un établissement de santé tout comme la coordination des nombreux intervenants. C’est le sens même d’une démarche de management de la qualité qui accuse une déficience dans la prise des décisions qui s’imposent au moment opportun. Ainsi la prise en charge effective des patients et de leur entourage exige de tout un chacun de l’environnement immédiat une collaboration efficiente avec l’ensemble des interlocuteurs internes et externes en plus d’une valorisation des savoirs et des compétences intervenant dans la maîtrise et/ou réduction des coûts, ainsi que la gestion et prévention des risques. Tous réunis forment des enjeux stratégiques et opérationnels des établissements de santé. En dernier lieu, il est essentiel de savoir que tous les établissements de santé doivent se conformer, pour un premier temps, à la norme ISO 9001, une certification qui doit s’imposer progressivement dans les hôpitaux. Près de 27 000 certificats sont aujourd’hui actifs dans des établissements de santé du monde entier.

CELEBRATION DU 55EME ANNIVERSAIRE DE L'INDÉPENDANCE : Sidi Benadda a abrité les cérémonies officielles

Dans le cadre de la célébration du 55ème anniversaire du recouvrement de l’indépendance nationale, le wali Hamou Ahmed Touhami, les autorités civiles et militaires de la wilaya, accompagnées par les autorités civiles et militaires de la wilaya, la famille révolutionnaire, les membres du Sénat et de l’APN, les directeurs de l’exécutif, les représentants des partis politiques, de la société civile, s'est rendu, dans la commune de Sidi-Ben-Adda.Sidi Benadda a abrité la cérémonie officielle de cet événement national où le wali accompagnée d’une forte délégation, s’est rendu au cimetière des chouhada tombés dans le champ d’honneur, où il a assisté à la lecture de la Sourate ‘’El-Fatiha’’ du Saint Coran, avant de déposer une gerbe de fleurs à la mémoire des martyrs de la révolution. Puis, le chef de l’exécutif a eu à rendre visite et à honorer Mme Benayad Nabila, veuve du moudjahid Belhadj Mohamed, frère du Moudjahid décédé Bouchaib Belhadj Moudjahid de la première heure de la révolution armée et membre des 22, natif de la ville d’Ain-Temouchent. Aussi, lez premier responsable de la wilaya s’est rendu chez Mme Rezigui Zohra veuve du Chahid Rezigui Boucif, dans la même commune. Après cette visite, le chef de l’exécutif, a procédé à l’inauguration de deux stades de football de proximité dotés de pelouse artificielle, le premier à la cité des 200 logements et le second à l’entrée nord-est de la ville de Sidi-Ben-Adda. Au chef-lieu de la wilaya, M. Hamou Ahmed Touhami a présidé la cérémonie de la baptisation de la nouvelle cité des 1000 logements ‘’AADL’’ du nom du chahid Bensaid Abderrahamne et de la rue adjacente au siège de la wilaya du nom du défunt moudjahid ‘’Boudieb Younes’’. Les festivités ont été clôturées par des gratifications. Ainsi, ont été honorés à cette occasion, des gardes-communaux, par la remise de cadeaux, ainsi que les lauréats et lauréates des différents concours religieux, scolaires, culturels, artistiques et sportifs. Rappelons qu’au cours de cette cérémonie, les responsables du bureau de wilaya de l’ONM d’Ain-Temouchent ont intervenu pour souligner l’importance que revêt cette journée commémorant le 55ème anniversaire de l’indépendance nationale. Indépendance nationale acquise grâce à l’unité de tout le peuple Algérien dans la lutte de libération nationale et ses sacrifices. Aussi, l’honneur revient aux héros, martyrs de la glorieuse révolution armée, tombés dans le champ d’honneur à travers tout le territoire national. Un vibrant hommage a été également rendu aux moudjahidine.

DIVERSIFIcation de L’AQUACULTURE : L’introduction de l’élevage de la crevette, un investissement à promouvoir

Le renforcement de la production aquacole, toutes diversifications de créneaux d'activités confondues, en Algérie, est un axe prioritaire qu’entend développer sans tarder le ministère de l’agriculture, du développement rural et de la pêche et de l’aquaculture (MADRPA), durant le quinquennal 2015-2019, a indiqué, avant-hier, à Beni-Saf, Herouadi Farid, directeur central d'appui technique des activités de la pêche et de l'aquaculture au MADRPA.C’est à l'occasion d'une journée d'étude sur l'introduction de l'élevage de la crevette, un secteur d’activité productif appelé à jouer un rôle primordial dans l'accompagnement du programme ambitieux, mis en œuvre par le ministère de tutelle. Pour mieux appâter l’assistance et épater les quelques spécialistes venus s’enquérir des nouvelles orientations et décisions prises dans ce cadre précis, le représentant du MADRPA a mis en exergue les performances obtenues par les deux projets consacrés à l'élevage de crevettes, à savoir la ferme d'El-Marsa (Skikda), réalisée pour le développement de l'aquaculture en eau marine, et celle de Hassi Benabdallah (Ouargla) en eau saumâtre. Il dira par ailleurs, que les deux fermes constituent véritablement une première en Afrique grâce à l'utilisation de techniques modernes d'élevage de crevette telles que le procédé "biofloc" (technique d'élevage de poisson d'eau douce et de la crevette. La rencontre régionale, organisée conjointement par l’école de formation technique de pêche et d’aquaculture de Benisaf (EFTPA) et le Centre national de recherche et développement de pêche et d’aquaculture.(CNRDPA) de Bousmaïl (Tipaza) ainsi que la chambre de pêche et d’aquaculture d’Ain-Temouchent, a suscité un engouement avéré de la part de l’assistance, car l’objectif assigné est de promouvoir l'élevage de la crevette auprès des scientifiques et promoteurs porteurs de projets et désirant investir dans l'aquaculture. Il dira aussi que cette rencontre est une étape cruciale vers le développement d'une activité économique réelle dans la wilaya d'Aïn-Temouchent qui est appelée à être érigée en pôle d'investissement privé dans le domaine de l'élevage de la crevette.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar