Mon11192018

Last updateSun, 18 Nov 2018 8pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO relizane

Régions Info

SANS ABATTOIR DEPUIS UNE DÉCENNIE : Les bouchers d’El Matmar désemparés !

Dans la commune d’El Matmar, les bouchers sont privés de leur abattoir, depuis déjà une décennie, ce qui rend l’exercice de leur activité des plus difficiles. Sa fermeture a été décidée par les services d’hygiène de la wilaya, après avoir constaté, lors d’une visite sur le lieu, que la bâtisse, située au centre-ville, est exiguë et ne répond pas aux normes. «Il est inconcevable de constater, aujourd’hui, que notre commune est sans abattoir alors qu’il a bel et bien existé depuis l’ère coloniale jusqu’il y a de cela dix ans. Pourquoi, il n’est toujours pas remplacé par un autre avec des équipements modernes répondant aux exigences actuelles imposées par la réglementation ?», dira un boucher qui révèle, par ailleurs, qu’il va jusqu'à Yellel, une commune limitrophe qui possède un abattoir, pour égorger ses bêtes. Du côté de l’APC, le secrétaire général, avec qui nous avons pris attache, dira que l’APC de l’époque a tenté de construire un abattoir neuf dans un endroit situé loin de la ville. Mais avec une subvention dérisoire de deux millions de dinars obtenue par l’APC, le local construit est malheureusement loin de répondre aux normes exigées pour en faire un abattoir digne de ce nom. Il a été alors affecté au parc de la commune. Les bouchers de cette commune continuent de prendre leur mal en patience en attendant une éventuelle décision des autorités de remettre au goût du jour le projet de construction d’un abattoir dans leur commune. Il y va des intérêts des bouchers qui trouveront des commodités dans l’exercice de leur fonction dans leur commune et de ceux de la municipalité qui trouvera des ressources supplémentaires à engranger. A.Wassim

SITÔT INSTALLé : Le nouveau chef de la sûreté de wilaya présente son plan d’action à la presse

De l’avis de tous, l’invitation du nouveau Chef de la Sûreté de wilaya adressée jeudi aux journalistes et correspondants de presse pour exposer devant eux son plan d’action, reste une première dans les annales de la sûreté de wilaya de Relizane. Cette invitation se veut aussi, une prise de contact avec chacun des représentants de la presse locale à l’effet d’engager un dialogue fructueux et d’avoir surtout une idée précise sur la situation. Le nouveau patron de la police de Relizane affiche dès le départ ses intentions, il apparait devant les journalistes en homme d’expérience acquise sur le terrain des années durant, et semble aussi avoir une vision claire et limpide qu’il va mettre à exécution dans le cadre de son plan d’actions qu’il a mis en place dès son installation. Muni d’un curriculum vitae professionnel riche, le nouveau Chef de la Sûreté de wilaya de Relizane a occupé plusieurs postes de responsabilité à travers le territoire national. Il a dirigé la brigade criminelle à la sûreté de wilaya de Tizi Ouzou pendant quatre années, Chef du Service de la Police Judiciaire (SWPJ) à la Sûreté de wilaya de Mascara. Promu Commissaire de Police en 1995, avant d’être affecté à la Sûreté de wilaya d’Ain-Témouchent, puis Chef de Sûreté de daïra de Hassi-Mameche dans la wilaya de Mostaganem avant d’être muté à l’Inspection Régionale de la Police de l’Ouest (IRPO), son dernier poste avant cette nouvelle nomination en qualité de Chef de la Sûreté de wilaya de Relizane au grade de Commissaire Principal. Dans son intervention, M.Noureddine Guezzane, n’est pas parti du dos de la cuillère pour afficher ses intentions et sa vision des choses. Il dira en ce sens :’’ La confiance placée en moi par Monsieur le Général-Major Directeur Général de la Sûreté Nationale, en me nommant Chef de Sûreté de wilaya, m’incite à plus d’efforts et à faire en sorte à ce que toutes les instructions émanant du Haut Commandement de la Police Nationale soient traduites à la lettre sur le terrain’’. ‘’ Il s’agit d’une mission délicate et de la plus haute importance, pour laquelle je dois m’y atteler tout de suite et être à la hauteur de la confiance placée en moi’’, assure-t-il. Par la suite, il aborda les grandes lignes de son plan d’actions à travers lequel et avec la collaboration de tous les cadres et fonctionnaires de police qu’ils soient au siège de wilaya, au niveau des sûretés de daïras, extra-muros ou urbaines, il compte mettre en œuvre des dispositifs visant à mettre hors d’état de nuire les criminels et de lutter contre les fléaux sociaux, la cybercriminalité, la délinquance qu’elle soit petite ou grande et d’assurer la sécurité et la quiétude publiques. Pour ce faire, le nouveau Chef de la Sûreté de wilaya entend inclure dans certains cas tous les partenaires à l’image des associations, la presse dans le cadre des missions de police de proximité, où ces derniers peuvent jouer un rôle important dans la prévention notamment en matière de sécurité routière, la sensibilisation des élèves des établissements scolaires contre l’utilisation de l’internet etc… Dans sa vision des choses, le nouveau Chef de Sûreté de wilaya, a insisté sur une nouvelle stratégie pour occuper le terrain efficacement d’une part, et approfondir le travail de sensibilisation et d’information d’autre part. Pour cela, M.Noureddine Guezzan a rassuré les gens de la presse de sa disponibilité et celle de ses services à travailler ensemble dans l’intérêt du citoyen et ce à travers la cellule de communication et des relations publiques qui restera à la disposition de la presse et travaillera en commun pour la fluidité et l’objectivité de l’information. Les journalistes présents ont été séduits par le discours et souhaitent voir ces paroles se traduire sur le terrain.

MAUVAISE RÉPARTITION DES SUBVENTIONS : Les associations réclament une enquête

Plusieurs associations sportives et culturelles viennent de rédiger une requête à qui de droit réclamant l’ouverture d’une enquête concernant la répartition de la subvention au profit des associations. À travers le contenu de la correspondance, les auteurs signalent que les mêmes associations se partagent le gros lot. Il s’agit des équipes sportives de football (WAR) et de handball (JSMR) et de la discipline de la petite reine (VCR). Ces clubs, poursuivent-ils, bénéficient, en outre, d’autres avantages tels que le transport qui est pris en charge par la commune. Se sentant lésés, les auteurs de la lettre ont décidé de saisir toutes les parties concernées, en l’occurrence l’APC, la DJS, l’APW et la Wilaya, dans le but d’obtenir gain de cause et de bénéficier, au même titre que les deux formations favorites, de cette subvention. Toujours est-il qu’au niveau de la commune de Relizane, on nous signale l’existence de plus d’une vingtaine d’associations sportives et culturelles. «La préoccupation majeure des associations, ajoutent-ils, est la mauvaise répartition dans la mesure où les associations se partagent la part du lion durant chaque saison». Une intervention des autorités est plus que nécessaire pour lever le voile sur une décision qui départage le monde associatif. A.Wassim

OUED-R’HIOU : 1189 canettes de bières saisies

Dans le cadre de la lutte contre la délinquance sous toutes ses formes, les gendarmes de la Brigade locale de la Gendarmerie Nationale d’Oued-R’hiou, occupent de plus en plus du terrain en territoire de compétence pour lutter contre la criminalité et combattre les phénomènes sociaux qui gangrènent la société notamment les jeunes. En effet, c’est à la suite à des renseignements parvenus à leur service, faisant état de la création d’un débit de boissons alcoolisées sans autorisation activant dans la clandestinité et géré par un individu dont l’identité n’a pas été révélée, que les gendarmes de la brigade locale ont pris d’assaut le lieu en question où ils ont procédé .à l’arrestation du mis en cause dans cette affaire en sa possession 1189 canettes de bières de différentes marques indique le chargé de la cellule de communication près du Commandement du Groupement Territorial de la Gendarmerie Nationale de la wilaya de Relizane. La marchandise susmentionnée a été saisie par les gendarmes et le mis en cause sera présenté par devant la juridiction compétente pour répondre des griefs qui lui sont reprochés, indique le même communiqué A.Wassim

EN VISITE DE TRAVAIL DANS LA DAIRA DE RAMKA : Le wali inaugure le réseau de raccordement du gaz naturel

Le wali de Relizane M.Hadjiri Derfouf, accompagné des autorités de la wilaya, a effectué lundi 31 Octobre 2016 une visite de travail et d’inspection dans la daïra de Ramka où il a eu à s’enquérir de la situation générale qui y prévaut et d’inaugurer au grand soulagement de la population locale le nouveau réseau de raccordement en gaz naturel. M. Hadjiri Derfouf a inauguré le réseau en présence des responsables de la wilaya et de la daïra de Ramka. Avant d’allumer la torche, le wali a eu à écouter les explications concernant la fiche technique du projet. Il s’agit en effet, d’un projet de raccordement en gaz naturel inscrit dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014 dont les maitres d’œuvre en sont la Société de Distribution de l’Ouest (SDO) et Transport Gaz (GRTG). Le réseau de transport de ce projet est d’une longueur de 20 kilomètres d’un diamètre de huit bars doté d’un poste de détente 01 (70/4 bars. Q=2500 Nm3/h), d’une vanne en attente dans la commune d’El-Ouldja, et de deux autres similaires dans les communes de Souk-El-Had et Ain-Tarik. Selon les responsables concernés, le réseau de distribution est d’une longueur de 8, 197 km et qui comprend pas moins de 572 branchements individuels. S’agissant du financement du projet, nos interlocuteurs, nous ont affirmé que l’enveloppe financière dégagée pour ce projet est de 660.003006,00 de dinars dont le coût moyen par branchement s’élève à 1.153.851,00 et la participation du citoyen n’est que de 10..000,00 dinars. Pour rappel ce projet a été confié pour sa réalisation pour le réseau de distribution à l’entreprise ‘’Lebene Khalifa’’ et pour le transport à Eurl ‘’TGCTP’’. Après avoir inauguré officiellement le réseau de raccordement en gaz naturel, le wali s’est dirigé avec la délégation qui l’accompagnait vers la maison d’un citoyen où il a assisté à l’arrivée du gaz et constater de visu le feu sur la gazinière allumé par la propriétaire des lieux. Avant de quitter le chef-lieu de Ramka, le chef de l’exécutif a exhorté les responsables des différents niveaux de la hiérarchie ainsi que les élus locaux de veiller à au strict respect de la législation en vigueur notamment en matière de réalisation des projets inscrits dans le cadre des programmes communaux de développement (PCD), surtout en ce qui concerne les délais d’exécution et la qualité des travaux.

3EME SESSION ORDINAIRE DE L’APW : Présentation et approbation du budget primitif 2017

L’Assemblée Populaire de Wilaya a tenu sa 3ème session ordinaire dont les travaux ont été consacrés à la présentation du budget primitif de l’exercice 2017 pour son approbation. L’allocution d’ouverture de la session a été prononcée par le Président de l’APW en présence du wali Hadjiri Derfouf, des directeurs de l’exécutif de la wilaya, des chefs de daïra et des P.APC. Ainsi, en vertu de l'article 160 de la loi 07/12 du 21/02/2012 relative au projet du budget primitif de wilaya pour l'année 2017 et en application de l'instruction ministérielle n° 675 datée du 24/10/2016 relative aux modes de préparation en prenant toutes les dispositions adéquates pour le budget primitif de la wilaya et des communes, la 3ème session de l'APW s’est tenue ce jeudi 10 novembre 2016 en présence du wali Derfouf, les directeurs de l’exécutif, des membres de l'APW et les P/APC. Dans son intervention, le président de l'APW, M. Bouguetaya n'a pas manqué pour féliciter le wali pour le renouvellement de la confiance par on Excellence Monsieur le Président de la République à la tête de la wilaya afin dira-t-il, pour parachever ce qui a été entrepris dans le cadre du développement. Aussi, a-t-l martelé, la wilaya connait un boom économique sans précédent, touchant pratiquement tous les secteurs, ce qui la hissera au podium des wilayas avancées économiquement. Continuant dans son analyse, M. Bouguettaya a mis l’accent sur le pragmatisme du wali, sa disponibilité et son souci de veiller personnellement à la réalisation des projets lancés. Pour ce faire, il met en avant la mise en service de la zone industrielle de Sidi-Khattab appelée à mettre fin au chômage endémique qui touche la région avec la création des richesses pour l'économie locale et nationale. Abordant le budget primitif, le président de l’APW dira que Le B.P au titre de l’exercice 2017 a été élaboré sur la base des priorités de la wilaya. Ainsi le montant 1.295.739.800,00DA pour le budget de fonctionnement 236.545.177.420,00 DA au titre du budget d’équipement. Après avoir débattu chapitre par chapitre, et décortiqué les affectations financières, les membres de l’APW et à l’unanimité ont approuvé le Budget primitif de l’exercice 2017, appuyée de la lecture des recommandations. Donnant la parole au wali, le chef de l'exécutif, n'a pas caché sa détermination de déployer tous ses efforts au profit du développement de l’ensemble du territoire de la wilaya. Aussi, il a tenu à mettre en exergue le lancement de la zone d’activités de Sidi Khettab où les investissements commencent à se concrétiser. Aussi, il a affirmé que l’équipement de l’hôpital de Ammi-Moussa, a été effectué grâce en partie à la contribution efficace des élus nationaux des deux chambres. Poursuivant, le wali a rassuré l’assistance sur les efforts qui vont être entrepris sur le terrain en matière de prise en charge des préoccupations des populations rurales, le chauffage scolaire, le ramassage des ordures et la mise en fonction du CET. A ce sujet il ne cachera pas sa détermination à faire contribuer les communes en coordination avec le CET afin d’améliorer le cadre de vie des citoyens.

ABANDONNE A SON SORT : Le cimetière Sidi Aek en état de dégradation totale

L’état déplorable de nos cimetières, à l’instar de celui de Sidi Abdelkader, n’honore pas notre religion qui insiste beaucoup sur le respect des morts. En effet, des proches et amis qui accompagnent le défunt à sa dernière demeure sont désagréablement surpris en constatant de visu l’état piteux dans lequel se trouve cet espace situé à quelques mètres du chef-lieu de Relizane. ‘’Où est le respect des morts ?’’, s’est interrogé un des présents. « Ils ne les ont pas respectés de leurs vivants, je me demande comment vont-ils les respecter maintenant qu’ils sont morts ?’’, se demande une autre personne assistant à l’enterrement d’une ancienne connaissance. Faute d’entretien, certaines tombes sont recouvertes d’herbes sauvages, d’autres sont profanées ou complètement dégradées. Outre les constructions précaires au sein de ce cimetière, le chemin que les visiteurs ou les accompagnateurs empruntent est également dégradé. « Il est quasiment difficile de marcher sur la chaussée trempée et vaseuse, notamment en période de pluie durant laquelle les gens pataugent dans la gadoue, et certains d’entre eux ont failli glisser ou tomber à terre », nous dit-on. Même les fossoyeurs qui prennent soin de la dépouille au risque de glisser, ont du mal à enterrer le mort en raison de la boue entassée autour de la tombe. Devant cet état de fait, cette nécropole qui nécessite non seulement une opération de nettoiement mais aussi des travaux d’aménagement à la hauteur de ses morts. « Ce n’est pas sorcier de rendre propre ce lieu de repos le plus visité dans la ville de l’Antique Mina », nous diton encore. Et d’ajouter : « Il suffit d’être cartésien pour réussir toute action ou initiative allant dans le sens civique ». D’ailleurs, un des présents a préconisé qu’un grand plan portant toutes les tombes numérotées avec les noms et prénoms des défunts soit accroché à l’entrée du cimetière, ce qui permettra à coup sûr aux proches et amis, notamment les visiteurs qui n’y ont pas mis les pieds depuis belle lurette, de repérer facilement la tombe de leur proche. En revanche, l’uniformisation des tombes devant être largement espacées, devra être de mise et la présence des gardiens pour veiller à l’application stricte des règles de l’enterrement ainsi qu’aux respect des consignes d’hygiène et de propreté des lieux, est obligatoire afin de respecter nos morts. Par Wassim

CITE LA REMONTE : Une cité qui cherche une réelle prise en charge

Située sur les hauteurs de la ville, la ‘’Remonte’’ est l’une des plus vieilles cités de Relizane, elle abrite des centaines de familles, ses immeubles jouxtant deux artères à grande circulation ne sont plus ce qu’ils étaient il y a 30 et 40 ans, période où ils faisaient la joie et le bonheur de leurs occupants. Ces immeubles qui surplombaient l’ancien centre-ville étaient la fierté de tous les relizanais, mais au fil du temps, ils ont perdu de leur charme d’antan. Les dépendances des immeubles sont dans un état de délabrement, et les habitants et leurs enfants surtout ne supportent plus les dangers permanent dont ils sont exposés au quotidien. En effet, les habitants sont préoccupés par la vétusté du réseau d’assainissement qui ne répond plus aux exigences de l’heure, ce qui ne va pas sans engendrer des conséquences néfastes pour les chérubins et surtout pour la circulation routière. Aussi, l’absence d’aires de jeux pour les enfants et de repos pour les personnes âgées, a fait que les parents se sont vus obligés d’interdire à leur progéniture de quitter la maison après l’école ou durant les journées fériées de peur des accidents. Le lieu d’implantation de cette vieille cité était par le passé un atout majeur pour toute opération d’amélioration urbaine. Il ne pouvait y avoir une quelconque opération d’embellissement sans que ladite cité ne soit concernée aussi, mais aujourd’hui la donne a changé mais pas dans le sens positif malheureusement. Ainsi, devant le mutisme des responsables, les habitants réitèrent leur appel quant à la prise en charge de leurs préoccupations. L.Hamri

UN CADRE DE VIE LAMENTABLE : Les élus municipaux pointés du doigt !

Parmi les sujets décevants qui animent le quotidien des Relizanais ce sont ces travaux qui durent et s’éternisent, ce désordre constant qui déstabilise la ville, ainsi que cette insalubrité qui dénature Relizane. Des situations, mettant en cause la plupart des autorités concernées et les élus locaux, lesquelles ont été et sont toujours pointées du doigt. En effet, rien ne semble être parfait dans cette ville aux terres agricoles arables, alors que la plupart des projets en voie de réalisation souffrent d’une lenteur inexplicable d’autres travaux entamés dans le cadre de l’embellissement de la ville se ralentissent et ne seront peut-être jamais achevés .Nos rues et routes se dégradent progressivement et continuellement, ‘’charcutés et défoncés’’ par les marteaux- piqueurs qui se sont mis de la partie pour achever le massacre. Quand on pense que Relizane, cette ville , était jadis une ville incomparable enviée pour sa propreté, pour sa prospérité et sa quiétude, a été martyrisée par les ‘’affres’’ des mauvaises prises en charge de certains responsables. Cette ville totalement ‘’ défigurée ‘’ est devenue la risée de toutes les villes d’Algérie. A chaque visite, dans les vieux quartiers détruits ou menaçants ruines qui malheureusement, dont plusieurs n’ont jamais été restaurés, les anciens ne peuvent pas s’empêcher de se rappeler et de se remémorer les plus beaux instants de leur vie vécus dans un climat de confiance et de sérénité. En plein centre - ville il n’existe même pas de vespasiennes, l’homme peut faire ses besoin dans une cafétéria par exemple, mais qu'en est-il de cette vieille femme ou cette femme enceinte ou malade !? C’est terrible ! Un tel constat ne m’honore guère d’être élu dans une APW ou une APC.A.Wassim

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar