Tue02282017

Last updateMon, 27 Feb 2017 3pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO relizane

Régions Info

UNE VIEILLE BÂTISSE MENACE RUINE : 10 familles lancent un appel de détresse au wali

Les cris de détresse des familles occupant des immeubles menaçant ruine affluent de partout. C'est le cas des 10 familles résidant dans un immeuble à la rue Mohamed Khemisti. Cet immeuble, composé d'un rez-de-chaussée et trois étages, occupé par ces familles depuis plus de 60 ans, représente un danger imminent pour la vie des locataires. Des murs lézardés, des plafonds qui risquent de tomber à n'importe quel moment, alors que les escaliers sont compétemment effrités, sans parler des infiltrations des eaux de pluies durant cette saison hivernale. «On a peur pour nos enfants, toute la structure risque de s'effondrer à n'importe quel moment, même les piliers sont fissurés. La situation a empiré suite au dernier séisme qui a touché la région d'Oran et, depuis, plusieurs effondrements partiels se sont produits dans la bâtisse. Certains occupants ont pris l'initiative et ont restauré leurs appartements, mais les fissures sont vite réapparues», dira un locataire, avant d'ajouter: «nous occupons cette immeuble bien de l'Etat depuis 60 ans et on a formulé plusieurs demandes de relogement, qui sont restées vaines à ce jour». En attendant leur relogement, ces familles retiennent chaque jour leur souffle et lancent un appel aux services concernés pour intervenir. Afin d'éviter le pire et avant qu'il n'y ait mort d'homme. Malgré les efforts des autorités publiques pour lutter contre ce phénomène, Relizane continue de perdre une à une ses anciennes bâtisses à un rythme inquiétant et le spectre des victimes plane au-dessus des vieilles bâtisses dans les vieux quartiers de la ville. Il ne se passe un jour sans qu'on entende parler d'un effondrement ou d'un effondrement partiel. A.Wassim

Cité des 600 LOGEMENTS SOCIAUX : Le cri de détresse des habitants

La situation dans la cité 600 logements, située au chef-lieu de Relizane, n’est pas pour plaire aux résidents. Le manque d’hygiène constitue un vrai problème pour ces derniers. «Le marché des fruits et légumes qui prend place dans notre quartier est la source principale des déchets. Nous avons toujours demandé aux vendeurs de prendre soin de leur lieu de travail, sans résultat », déplorent des jeunes interrogés. A la fin de chaque journée, les lieux se trouvent dans un état « lamentable » et c’est une situation chronique qui perdure. Même pour les habitants eux- mêmes, un seul bac d’ordures est disponible pour un quartier très peuplé. « On se trouve dans l’obligation de poser nos sachets à l’extérieur du bac, constamment rempli », ajoutent-ils. La présence de troupeaux de bovins n’est pas pour améliorer les choses. Ces bestiaux contribuent à la pollution causée par les humains en transportant les sachets et autres déchets à travers toute la zone. De ce fait, les habitants de la dite cité sus-évoquée appellent les autorités à prendre les mesures nécessaires pour apporter de l’aide à une zone névralgique de la commune. A.Wassim

DIRECTION DU COMMERCE : Fermeture de 374 locaux commerciaux

Pas moins de 374 locaux commerciaux de différentes activités ont été fermés par les services concernés de la direction du commerce pour défaut de registres de commerce, absence d'hygiène, les mesures de fermeture ont été accompagnées par des procédures de saisie de produits de différents types estimés à 65 milliards de cts. Ces décisions ont été prises à la suite d’opération de contrôle de routine des brigades de lutte contre la qualité et la concurrence, affectées sur l’ensemble du territoire de la wilaya. En ce sens, il est noté également, la récupération des produits alimentaires périmés dont la valeur vénale est estimée à 137 millions de cts et les contrevenants déférés devant la justice, selon le chef de service M.Bendjebbar. L.Hamri

FORTES INTEMPéRIES SUR LA VILLE : Des quartiers englués dans la boue

Les dernières pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville de Relizane et ses périphéries, ont causé beaucoup d’inquiétudes au sein de la population en particulier des vieux quartiers populaires comme Chemérik, Satal et Sebaa Gboub. Aussi, l’état des routes dans d’autres cités à l’image de celle des 1026 logts à Bermadia( nouvelle ville), où les usagers de la routes et les habitants vivent un calvaire qui ne dit pas son nom. Parmi eux, une Moudjahida qui vit dans deux pièces à la rue Satal avec 09 membres de sa famille qui craint d’être ensevelis dans l’habitation qu’elle occupe vu son état très dégradée, sachant que cette ruelle a été déjà envahie par les eaux usées, cette ruelle se trouve sur les hauteurs de Trig Mont Viso, les quinze familles qui occupent les lieux sont ménagées d’une part par les vétustes habitations qu’ils occupent et les eaux usées qui dévorent silencieusement les dessous de leurs habitations. Le chef de la daïra et le maire qui se sont déplacés durant l’été pour solutionner le problème des eaux usées ont donné promesse aux habitants pour être logés mais ces derniers ne voient rien venir, cinq commissions, disent-ils, leur ont rendus visites sans aucun résultat. Les résidents de cette impasse lancent un appel à M. le wali pour dépêcher une commission sur place pour étudier le problème afin qu’une solution soit trouvée. Hadja disait « nous comptons que sur M. le wali, celui-ci ne nous a jamais menti, nous espérons qu’il pense à nous ». Aussi, les familles qui résident dans la cité populaire des 1026 logements sociaux, relevant de la nouvelle ville Adda Benada située à quelques encablures du chef-lieu de Relizane affichent une sombre colère à propos de l’état des routes qui, le moins que l’on puisse dire, sont sujettes à une dégradation perpétuelle. Les contraintes, les désagréments et les difficultés sont multiples et s’aggravent en particulier durant la période hivernale. Les habitants de cette cité populaire, oubliée par les élus locaux, ont bénéficié du raccordement au réseau d’alimentation en eau potable et au réseau d’assainissement les foyers. Mais malheureusement et comme il fallait s’y attendre, l’entreprise chargée des travaux, n’a pas cru bon de remettre les routes en bon état. C’est la porte ouverte à moult problèmes de mouvement et de déplacement des villageois qui se trouvent contraints de patauger dans la boue et de végéter dans de véritables marécages. Il faut dire que les enfants et les personnes âgées sont les plus touchés par la situation, sans oublier les automobilistes qui sont lourdement pénalisés du fait de la détérioration de leurs véhicules. Devant cette situation difficile que vivent les résidents de la dite cité susmentionnée qui se trouvent, à leur corps défendant, sanctionnés à l’extrême, un SOS est lancé par les villageois, à l’adresse des pouvoirs publics.

BOUCHOUAREB EN VISITE DE TRAVAIL à relizane : La première Volkswagen sortira de l’usine en juin 2017

Le ministre de l’industrie et des mines M.Abdeslem Bouchouareb a effectué une visite de travail et d’inspection ce lundi dans la wilaya de Relizane. Accompagné du wali Hadjrir Derfouf, du Président de l’APW et des autorités civiles et militaires, lh^te de la capitale de la Mina a eu à s’enquérir des différents projets en cours de réalisation relevant de son département notamment la future usine Volkswagen implantée dans la zone industrielle de Sidi Khettab.Le ministre de l'Industrie et des Mines M. Abdeslam Bouchouareb a effectué, ce lundi, une visite d'inspection et de travail dans la wilaya de Relizane. Premier périple de sa visite, l’usine de confection des tissus de Relizane ex/Boom. Une fiche technique a été présentée par les représentants du secteur au ministre. Par la suite, l’hôte de la wilaya accompagnée du wali s’est dirigé vers la ville d’Oued R’hiou où il a visité la société des industries mécaniques (ORSIM), spécialisée dans la fabrication des différentes boulonneries. Le ministre a confirmé à partir de ce site, que cette société aura dans le cadre de l’intégration la mission de fabrication de la visserie pour les besoins de la future usine de voiture Volkswagen implantée à Sidi Khettab. La délégation ministérielle poursuivra sa visite au parc industriel de Sidi Khettab au nord de la wilaya, notamment sur le site du projet de la ‘’SARL META INDUSTRIE MAGHREB’’ appartenant au secteur privé. La visite a pris fin au niveau de ces deux importants projets implantés dans le parc, à savoir l'usine de construction automobile issue d'un partenariat algéro-allemand entre SOVAC et Volkswagen et puis l'usine de textile algéro-turque. Le représentant du gouvernement a déclaré que l’industrie automobile commence à s’intéresser en Algérie. Dans un autre registre, le ministre a affirmé que les incitations fiscales "seront sans incidence sur le trésor public contrairement à ce qui est dit par certains députés", l'objectif étant "la diversification de l'économie, la création de richesses pour la financer, de postes d'emploi, et l'élargissement de l'assiette fiscale". M. Bouchouareb a cité à titre d'exemple le taux des dépenses fiscales récupérées par l'Etat, en phase de réalisation des projets qui est à hauteur de 70%. L’Algérie parviendra à atteindre une autosuffisance dans le domaine de la sidérurgie à l’horizon 2018 notamment en matière de production de rond à béton, a déclaré, hier, le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, lors de sa dernière visite entamée dans la wilaya de Jijel. Le ministre a également souligné que l’Algérie procédera « avant mars » à l’exploitation des mines de phosphate, dont les projets ont été lancés dans le cadre des partenariats. « Avec ces multiples projets structurants dans le domaine de l’industrie et des mines, la facture d’importation des produits industriels sera réduite conformément aux orientations du Gouvernement », a ajouté le ministre. Enfin de sa visite, le représentant du gouvernent a tenu une rencontre avec les opérateurs économique de la wilaya. Selon le ministre, l’année 2017 sera l’année de l’investissement par excellence en Algérie.

OUED-R’HIOU : Un jeune homme découvert sans vie dans son domicile

Les habitants de la ville d'Ain Kermane d'Oued R'hiou sont sous le choc depuis l'annonce du drame perpétré dans leur localité. La nouvelle est tombée telle une trainée de poudre et s'est vite fait le tour de la commune et ses localités avoisinantes. En effet, un jeune homme répondant aux initiales de C.K., âgé à de 32 ans, est découvert sans vie en ce début de matin de ce vendredi dans son appartement situé à Oued R’hiou, localité située au Nord de la wilaya de Relizane. Selon des sources locales, le jeune homme comme d’habitude ne s’est pas rendu comme d’habitude chez ses parents, probablement à cause de la vague de froid qui sévissait. Un de ses frères lui a rendu alors visite, qui l’a découvert inerte. L’alerte a été tout de suite donnée par son frère. Les éléments de la protection civile et ceux de la police scientifique se rendus sur les lieux du drame. Le corps a été acheminé vers le service de la médecine légale de l’EPH Ahmed Francis d’Oued R’hiou. Une enquête a été aussitôt ouverte par la sureté daira d’Oued R’hiou pour élucider cette affaire. A.Wassim

LES TRAVAILLEURS DAIP EN COLèRE : Aucun recrutement au titre de la fonction publique en 2017

Les contractuels de l’Agence Nationale de l’emploi de jeunes, ont en ras-le-bol de la situation qu’ils vivent depuis plusieurs années. En effet, selon les recommandations des hautes autorités de l’Etat, ces jeunes ayant prouvé leur savoir-faire et une discipline exemplaire dans leurs postes respectifs, avaient tous le droit d’être titularisés, mais en réalité, ce n’est pas le cas, puisque des centaines d’employés n’ont toujours pas eu ce statut de permanent, du moins pour le moment. Afin de tirer le taureau par les cornes, ces jeunes envisagent de recourir à la rue, durant les prochains jours, jusqu’à ce que la situation épineuse de ces jeunes soit améliorée et leurs revendications exaucées. Selon l’un de ces jeunes, bénéficiaires du dispositif de l’ANEM: «Tous les travailleurs dans le cadre de l’ANEM à Relizane, sont déterminés et plus que jamais, à maintenir leur combat, usant ainsi de tous les moyens légaux, afin de faire passer leur cri de détresse et faire agir les responsables qui ne semblent pas vouloir prêter oreille attentive à notre galère quotidienne. Il est temps à ces responsables d’arrêter les concours de recrutement ainsi que tous les dispositifs des contrats de pré-emploi, on demande aussi l’attribution d’une allocation chômage à tous les demandeurs d’emplois et soyez convaincus qu’on ne baissera pas les bras jusqu’à ce que justice soit faite et notre cause verra la lumière». A. Wassim

DES quartiers SANS TRANSPORT PUBLIC : Les travailleurs et les écoliers dans la tourmente

Les deux cités situées à l'ouest de la ville, à presque 03 kilomètres aux abords de la double voie routière qui mène à Relizane, résidences desservies insuffisamment en transport public. Les citoyens habitant ces lieux éloignés, ont beaucoup de mal à rejoindre la ville, surtout les travailleurs et les écoliers soumis au respect d'horaire fixe d’études ou d'exercice professionnel. Certains fonctionnaires arrivent très souvent en retard surtout le matin à leur lieu de travail, idem pour les écoliers et étudiants souffrant d’un manque flagrant de transport presqu’inexistant. Les bus de l’Entreprise rejoignent ces endroits bondés de clients ce qui pénalise ces citoyens qui doivent prendre leur mal en patience et attendre, parfois des heures, Certains autocars surchargés poursuivent leur route sans marquer un arrêt. Un véritable casse -tête pour ces oubliés qui ne savent plus à quel saint se vouer. Des contraintes qui ne semblent pas trouver des solutions surtout en cette période d'hiver. Rares sont les autobus qui daignent s’arrêter uniquement pour transporter des malades, des handicapés, des écoliers ou des travailleurs. Face à ce déficit flagrant les résidents de ces cités sollicitent l'intervention de la direction des transports pour la desserte directe d'une ligne réservée uniquement à ces deux cités qui souffrent d’un manque du transport public et restent soumises à la merci des clandestins qui les déplument en les faisant payer des courses à un prix variant de 150 à 200 dinars pour un trajet ne dépassant guère les 04 kilomètres.A.Wassim

LE VICE-PRéSIDENT DE L’APN, BERRABAH ZEBBAR, à OUEST-INFO : ‘’ Les jeunes algériens doivent faire preuve de vigilance et de responsabilité ’’

Le vice-président à l’Assemblée Nationale Populaire (APN) d’obédience FLN, M.Berrabah Zebbar, a lancé, lors d’un court séjour dans la wilaya de Relizane, ville dont il est originaire, un appel en direction de la population plus particulièrement les jeunes et moins jeunes de la wilaya de Relizane, les exhortant à faire preuve de responsabilité, de vigilance et surtout s’être conscients des enjeux géostratégiques dont la Nation Algérienne est appelée à relever les défis.Revenant sur les ‘’heurts’’ qui ont marqué certaines régions du pays, le député connu pour ses positions constantes et imperturbables, qui s’articulent autour de la défense de la souveraineté nationale, la protection de nos frontières et la préservations des acquis nationaux, n’a pas lésiné sur les mots en montrant du doigt certains cercles occultes aux objectifs inavoués, qui activent dans l’ombre, pour faire de l’Algérie une terre de ‘’Fitna’’ et de discorde. A ceux-là, nous dirons que ‘’le peuple algérien est à l’avant-garde, uni, indivisible et indissociable’’. L’appel du député de la circonscription de Relizane sonne comme une alerte à l’adresse des jeunes à rester vigilants pour déjouer toutes les tentatives absurdes des ennemis de l’Algérie. ‘’Les situations vécues par certains pays dans la région du Sahel et dans le monde arabe, nous imposent à tous d’être extrêmement vigilants, solidaires entre nous, et unis pour que vive l’Algérie’’ précise M. Berrebah Zebbar. Cet appel du cœur du jeune député de la circonscription de Relizane, intraitable militant du Front de Libération Nationale (FLN), ancien cadre supérieur de la santé, et farouche défenseur de l’Algérie Unie, se veut, un message à l’ensemble de la population, à travers lequel, il tient à mettre en garde la jeunesse algérienne contre tout acte de velléité contre l’unité nationale, cette unité qui demeure, selon le député, le ciment unificateur qui doit fortifier et solidifier nos rangs contre les ennemis du pays pour lequel, se sont sacrifiés des millions d’Algériens en 132 ans de colonisation et 1 million et demi de Chouhada tombés au champ d’honneur au cours de notre Glorieuse Guerre de Libération Nationale du 1er Novembre 1954.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar