Sat01202018

Last updateWed, 10 Jan 2018 3pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Saida

Régions Info

LA CITE 3000 LITS SANS ELECTRICITE : Plus de 200 étudiants devant le siège de la wilaya

Ni électricité, ni chauffage telle est la réalité dans la cité universitaire 3000 lits. Une situation inacceptable qui a provoqué le courroux de plus de 200 étudiants, qui n’ont eu d’autre choix que de se rassembler dans la nuit du lundi à mardi devant le siège de la wilaya. Ils ont parcouru presque quatre 4 km à pied. Lors de la marche, les protestataires n'ont pas cessé de scander " étudiants en colère, nous refusons ces conditions déplorables". Devant le siège de la wilaya, les policiers étaient présents dans le but d’éviter tout débordement et d’assurer surtout la sécurité et la maintien de l’ordre en cas d’un éventuel dérapage. Les conditions d’hébergement de la cité de 3000 lits devraient être revues dans l'immédiat, thermomètre enregistre à Saida moins -2° la nuit. En plus des conditions climatiques, s'ajoute celui des coupures incessantes de courant, alors que les étudiants sont en pleine période des révisions pour les examens qui se dérouleront prochainement. A Lotfi

APRèS UNE COURTE CAVALE : Le voleur du bétail derrière les barreaux

Les éléments de la Brigade locale de la Gendarmerie Nationale de la commune d'Ain El-Hadjar distante de 9 km du chef-lieu de wilaya, ont réussi à mettre fin aux agissements d’un voleur de bétail âgé de 31 ans après une cavale qui a duré une quinzaine de jours, a-t-on appris de source bien informée. Les faits remontent à la fin du mois de décembre 2016 où un éleveur s'est présenté à la brigade de la gendarmerie de la commune d'Ain El-Hadjar pour déposer plainte contre "X' pour vol de son bétail à savoir 24 vaches qui se trouvaient dans la forêt à quelques encablures du douar Ouled Zerrouki. Les gendarmes se sont rendus sur les lieux du vol où ils ont découvert du sang. L’ouverture d’une enquête a permis de trouver la piste du voleur. Ce dernier originaire du même douar, a en effet égorgé deux vaches avant de les emporter chez lui. Les gendarmes ont trouvé deux têtes des vaches volées. Selon toujours notre source, le mis en cause n'a pas donné signe de vie depuis la nuit du vol. Son éclipse n'a pas trop duré car les enquêteurs ont pu lui mettre la main dessus. Le propriétaire a déclaré le vol de 24 têtes de bovins alors que le voleur a avancé, lors de son interrogatoire, n’avoir volé que 6 vaches dont deux ont été égorgées et quatre récupérées par les gendarmes. Présenté par devant le procureur de la république près tribunal de première instance de Saida, le mis en cause a été incarcéré en attendant sa comparution devant la juridiction pénale compétente. A Lotfi

SALLE OMNISPORT HAMADA AHMED : La toiture fissurée, un risque pour les sportifs et le public

Il semble que la compétition de handball qui se déroule dans la salle omnisport Hamada Ahmed située au quartier Badr, rencontre d'énormes difficultés à cause de la fissuration de la toiture de la salle en question. A travers notre présence ce samedi dans la salle Hamada Ahmed où nous avions assisté à la rencontre entrant dans le cadre du championnat de handball de division excellence dames entre deux grandes écoles Hawa Saida et le GSP Alger, qui rappelons-le, le dernier mot est revenu aux filles du GSP Alger sur un score de 24 à 17, nous avons de plus près des fuites d’eau dues essentiellement à la fonte du verglas qui s’est installé sur la toiture de la salle. Le duo d'arbitres a été obligé d’arrêter le jeu à maintes reprises pour éviter tout risque du fait que la toiture est par endroit totalement abimée. Les responsables au niveau de la direction de la jeunesse et des sports sont-ils avisés ? Rien n’est moins sûr ! Il est temps de prendre le taureau par les cornes. A Lotfi

GRAVES INCIDENTS à L’ISSUE DU MATCH OPPOSANT LE MCS à el eulma : Des édifices publics et des voitures saccagés

La ville de Saida a connu ce vendredi des scènes de violence à l’issue du match opposant le Mouloudia local à celui d’El-Eulma dont le gain de la rencontre (0-2) a été en faveur de l’équipe visiteuse jusqu’à cette fatidique 80° minute de jeu où le 4ème arbitre avait reçu un projectile lancé à partir des tribunes, le blessant à la tête. L’arbitre central s’est vu contraint d’arrêter le match. Ne s’arrêtant pas là, des énergumènes poussant le bouchon plus loin, commencèrent à saccager les sièges de tribunes du stade du ‘’13 Avril 1958’’ et les arracher pour les lancer en direction de la pelouse. N’acceptant pas la défaite de leur club phare, certains supporters pris de rage, ont tout cassé sur leur passage. En quittant l’enceinte du football, les casseurs s’en sont pris aux voitures stationnées dans la cité En-Nasr, située à quelques encablures du stade où ils ont endommagé quelques-unes avant de s’attaquer aux édifices publics implantés au niveau de ladite cité, dont le musée du Moudjahid et le siège de la caisse régionale de la mutualité agricole (CRMA). Les dégâts auraient été plus importants si ce n’est l’intervention énergique du service d’ordre. Un déchainement incompréhensible d’une poignée de pseudos supporters, auteurs d’actes de violence, sans aucune raison. Pour le Président du Mouloudia Club de Saïda (MCS) qui a déclaré :’’ les scènes de violence qu’a connu la rencontre de ce vendredi est le fruit d’une manipulation. Elle n'est pas fortuite, il y a une force occulte qui cherche à tout prix à déstabiliser le club et à perturber le bon fonctionnement de l'équipe’’. Et d’ajouter : ‘’ la défaite d'aujourd'hui- ndlr vendredi), n'est pas la fin du monde, notre équipe pourrait dans les prochaines rencontres, créer des surprises comme vient de le faire le Mouloudia d’El-Eulma chez nous, c’est le football’’. Il conclut :’’ la violence n'a jamais été la solution, elle ne mène à rien, au contraire, elle pourrait nuire énormément au club. Ces agissements ne sont pas pour aider le MCS’’. Suite à ces incidents qui ont émaillé le stade du ‘’15 Avril 1958’’, ne seront pas sans conséquences graves qui se répercuteront sur le bon déroulement de la phase Aller du Championnat. En pareilles circonstances, de lourdes sanctions sont prononcées et la Ligue Professionnelle a eu la main lourde dans des cas similaires. La crainte des dirigeants est de voir le club privé de jouer dans le stade du ‘’13 Avril 1958’’, un coup dur pour l’équipe qu n’en a vraiment pas besoin en ces moments de vaches maigres. D’ici là, les joueurs doivent reprendre le travail dans la sérénité afin de récupérer les points perdus à domicile et de sauver la saison dont la phase Retour s’annonce des plus difficiles.

LS ARNAQUAIENT LES COMMERÇANTS DE ROND A BÉTON : L’escroc et ses trois complices sous les verrous

Dans le cadre de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, les gendarmes relevant de la Brigade d’Ain El-Hadjar ont mis fin aux agissements d’un escroc notoirement connu.Le mis en cause âgé de 54 ans habitant à Saida ville, agissait avec ses complices dans les wilayas de Mascara, Sidi Belabbes, Tiaret et Saida. Le subterfuge utilisé est simple, Il se présente chez un commerçant de rond à béton et lui propose de lui transporter une quantité de rond à béton sans toutefois s’acquitter de la somme y afférente, et met en confiance le vendeur en lui remettant son numéro de téléphone mobile, pour le contacter une fois la marchandise chargée pour prendre la direction de Saida.L'escroc contactera de son côté le chauffeur du camion pour lui indiquer l'endroit où il déposera le rond à béton. A l’arrivée, l'escroc et ses trois complices déchargeront la marchandise tout en invitant le transporteur à le suivre à Ain El-Hadjar pour lui remettre l’argent et dans une cité choisie au hasard, il demanda au chauffeur de patienter, le temps que la marchandise soit évacuée par ses complices de l’endroit où elle a été déposée, avant de disparaitre. Retour sur le lieu, le chauffeur constate également la disparition de la marchandise. Le numéro utilisé par l’escroc ne donne aucun résultat. Cette astuce a été utilisée avec plusieurs commerçants des wilayas limitrophes. Toutefois, les enquêteurs ont pu remonter jusqu’à lui grâce au numéro du téléphone mobile de son épouse. A Lotfi

LE MINISTRE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE, MOHAMED EL-GHAZI, en visite de travail : " Nécessité d’une répartition équitable des postes de travail au niveau des agences locales de l’emploi"

La visite effectuée ce jeudi par le ministre du travail, de l'emploi et de la sécurité sociale M. Mohamed El-Ghazi va permettre de donner un coup au monde du travail et de l’emploi dans la doyenne des eaux minérales afin que celle-ci puisse reprendre son souffle sachant que le taux de chômage dépasse la moyenne nationale. Un taux qui sera indubitablement revu à la baisse une fois que les micros entreprises assurent leur transition vers le statut d'entreprise digne du nom. Ainsi, la première étape de cette visite fut le nouveau siège de l'agence locale de l'emploi où (Anem) où le directeur de l'emploi a présenté une situation appuyée de chiffres concernant la situation du secteur au niveau de la wilaya de Saïda. A la lecture des chiffres, le ministre n’a pas caché sa surprise de constater le taux élevé du chômage qui a dépassé la barre des 10% (10,08%). Mais tenant compte de certains paramètres, les spécialistes, ne sont pas pour autant surpris. En effet, dans leurs analyses, s’appuient surtout sur la précarité vécue des années durant la wilaya de Saida et les régions avoisinantes qui demeurent jusqu’à l’heure actuelle parmi les wilayas les plus touchée par le spectre de la pauvreté. La deuxième étape de la visite de l’hôte de la wilaya, fut la caisse nationale des retraites où le ministre a eu connaissance du taux de départ à la retraite enregistré au niveau de la wilaya et qui est de 75% par rapport à la population active dont, 43% dans le cadre de la retraite proportionnelle et 13% sans condition d'âge. Le troisième point fut la CNAS, où le directeur de l’agence de wilaya a présenté un tableau exhaustif de toutes les activités de la CNAS dans le cadre notamment des campagnes d’information et de sensibilisation menées en direction des employeurs pour la régularisation de leurs contentieux en mettant en exergue les avantages accordés en ce sens, en application des dispositions contenues dans la loi de finances 2015. Ensuite, le ministre a distribué quatre fauteuils roulants à des handicapés physiques. Le quatrième point, a été l'assiette destinée à la réalisation d'une structure de la Casnos dont le taux d'avancement des travaux a atteint les 50%. Pour rappel, ce projet a connu plusieurs arrêts durant des mois, ce qui n’a pas été sans conséquences fâcheuses sur les prévisions du ministère concerné. Pour l’information, l'autorisation de programme allouée à ce projet est estimée à 15. 433.305,48 dinars pour un délai d’exécution de 24 mois. Le cinquième point a été une micro entreprise spécialisée dans la fabrication de fromage implantée à Ouled-Brahim dans la commune de Balloul sise à 45 km du chef-lieu de wilaya. Cette entreprise, pourrait s'épanouir dans un marché où la concurrence est rude, une fois que la demande dépassera l'offre selon la propriétaire. Le sixième point fut une ferme d'élevage implantée à Tifrit, une agglomération relevant de la commune d'Ain Soltane ; où le ministre a invité la propriétaire à respecter le suivi en matière d’hygiène et de santé animale de ses 100 têtes de bovins pour éviter toute épidémie. Le ministre s'est rendu ensuite à la filiale de la nouvelle entreprise de confection (N E C) installée au chef-lieu de wilaya où il a parrainé la signature de la convention entre la filiale ‘’Nec’’ et l'Anem. Selon le directeur de l’Anem, cette convention sera un débouché supplémentaire pour les futurs postulants à un emploi via l'agence. Avant de clôturer sa visite de travail et d’inspection, le ministre M. Mohamed El-Ghazi, a animé un point de presse où il a répondu à toutes les questions des journalistes de la presse locale. En ce sens, le ministre a souligné que "la wilaya de Saida de par sa vocation agro-pastorale et futur pôle industriel, pourrait se développer rapidement si les micro-entreprises assurent rapidement leur transition vers le statut d’entreprise digne de ce nom

Durant les vacances d’hiver : 800 enseignants stagiaires en formation

Dans le cadre de la formation de préparation pédagogique des enseignants stagiaires promotion Août 2016 initiée par l'inspection générale de la pédagogie relevant du ministère de l'éducation nationale, la direction de l'éducation de la wilaya de Saida lance u cycle de formation au profit de plus de 800 enseignants tous paliers confondus a-t-on appris de M. Belhadj Abdel Ali, chef de service de la formation auprès de la direction de l’éducation. En Effet, selon le même responsable, plus de 800 enseignants stagiaires dont 355 enseignants du cycle primaire en langue arabe et 48 en langue française, 203 enseignants du Moyen et 81 enseignants du secondaire dont huit en provenance des wilayas de Sidi Belabbes et Mascara, poursuivent un cycle de formation à l'institut Ahmed Medeghri de Saida du 24 au 29 décembre. Ce perfectionnement initié par la Ministère de tutelle à l’intention des enseignants des trois paliers, s'articule autour de quatre axes à savoir : La pédagogie de la matière, les Sciences de l'éducation et de la psychologie, la législation scolaire et l'informatique. Aussi, il est à noter La formation reprendra tous les samedis à partir du 24 janvier 2017 et prendra fin au mois d'avril. Chaque enseignant stagiaire doit avoir un volume horaire de formation de 190 heures souligne M.Belhadj Abdelali. Par ailleurs, six enseignants stagiaires du cycle Moyen venus des wilayas de Tiaret et d’El-Oued prennent part à cette formation à l’ITE Ahmed Medeghri, croit-on-savoir. Toutes les conditions d’encadrement, d'hébergement et de restauration sont réunies selon le chef de service de la formation. A. Lotfi

DIRECTION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS : Des vacataires sans salaire depuis plus de 3 mois

La direction de la jeunesse et des sports de la wilaya de Saida est sans directeur depuis des semaines, seul un cadre assure pour le moment, l’intérim, mais sans toutefois, des prérogatives lui permettant de résoudre certains problèmes tel le salaire d’une catégorie d’employés. En effet, selon des sources concordantes, l’on a appris que certains recrutés comme vacataires, n'ont pas perçu leur salaire depuis plus de trois mois. Les mêmes sources indiquent que ces employés dont des pères de familles n'arrivent pas à subvenir à leurs besoins faute de moyens financiers. Ils ont tenté de porter leurs préoccupations à la tutelle mais aucune suite ne leur a été réservée à ce jour. Par ailleurs, et en dépit de toutes les difficultés rencontrées, ces employés qui se voient lésés dans leurs droits, continuent à travailler et à accomplir convenablement leur tâche au niveau des structures d’affectation relevant du secteur de la jeunesse et des sports dont l'OPOW (complexe du 13 avril 1958), tout en espérant de voir un jour l’administration prendre en charge leurs doléances et régulariser leur situation qui perdure sans justification. Rappelons que ces employés appartiennent tous à des familles pauvres ne possédant d’autres biens que la ressource financière que leur procure leur seul travail. Faut-il encore rappeler que la direction de la jeunesse et des sports a connu dans un passé récent des remous qui ont abouti au limogeage de l’ancien directeur de l'OPOW après avoir passé plus de quatre mois à la tête de cette structure et dont les raisons sont restées inconnues jusqu’à l’heure. Il a été remplacé par un autre cadre de la direction de la jeunesse et des sports, mais sans les pleines prérogatives. A Lotfi

CITE BERMADIA : Les habitants de la Montagne bleue dénoncent les mauvaises conditions de vie

Après les maintes requêtes formulées par les habitants de la zone Montagne bleue à Bermadia en ce qui concerne la situation déplorable des voies d’accès à leurs logements, requêtes restées sans suite, ces derniers lancent un dernier appel aux autorités du secteur de la direction des Travaux publics dans le but de prendre en charge la réfection des routes. Selon les citoyens de cette zone située en milieu urbain de la ville de Relizane, «les élus communaux n’ont pas daigné répondre à leurs préoccupations depuis belle lurette». Les nombreuses démarches effectuées auprès des responsables de la commune de Relizane «n’ont rien apporté de concret malgré les promesses des uns et des autres». Situé à quelques mètres seulement du centre de la ville, les quartiers composant la zone sus-évoquée présente une image désolante en matière l’instabilité et de la destruction d’un espace vert livré au béton. Les habitants de ce quartier ne cessent de signaler à qui de droit les malfaçons enregistrées dans la réalisation du parc de loisirs qui a toujours fait l’objet d’importants dégâts à cause d’une simple chute de pluie ou d’un vent de moindre importance. De l’avis de certains connaisseurs, le bricolage est toujours de mise en l’absence d’un suivi technique régulier.A.Wassim

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar