Tue01162018

Last updateWed, 10 Jan 2018 3pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Saida

Régions Info

BILAN DU MOIS DE MAI DE LA POLICE : Plus de 1280 unités de boissons alcoolisées saisies

Dans le cadre de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes notamment le commerce informel d’alcool et de la drogue, les services de police relevant de la sûreté de wilaya ont réussi à mettre la main sur plus de 1280 de bouteilles de boissons alcoolisées apprend-on de source autorisée. Selon cette dernière, cette quantité a été saisie dans quatre opérations différentes menées à travers la commune de Youb distante de à 45 km du chef-lieu de wilaya ayant abouti également à l’arrestation de pas moins de 15 individus. dans le même sillage, les policiers ont aussi confisqué des stupéfiants dont du kif traité et de comprimés de psychotropes. en effet, selon la même source, la police a traité pas moins de 13 affaires liées à la drogue durant le mois de mai écoulé où ils mis la main sur 57 comprimés de psychotropes et une quantité de kif traité. A Lotfi

DISPOSITIF SÉCURITAIRE ‘’SPÉCIAL RAMADHAN’’ : La Sûreté de wilaya mobilise plus de 1200 policiers

Dans le cadre des mesures exceptionnelles prises dans le cadre du dispositif sécuritaire Spécial Ramadhan, la Sûreté de wilaya de Saida a mobilisé pas moins de 1200 policiers a-t-on appris de source bien informée. Pour cela, un plan d’actions minutieux a été mis en place qui aura pour mission d’assurer la sécurité des personnes et des biens. Des quartiers réputés chauds seront mis sous surveillances à l’image du quartier "la marine" où les actes de violences sont omniprésents. Ce dispositif a pour objectif également de renforcer la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, d’assurer la protection des citoyens notamment de nuit après El-Iftar. Aussi, sécuriser les places et édifices publics tels les mosquées notamment lors de la prière des Tarawihs, les stations de taxis, les gares routières, les espaces publics, les bureaux de poste, les marchés des fruits et légumes, autres espaces commerciaux. La sûreté de wilaya a mis également à la disposition de la population les numéros d’appel 15-48 et le 17 pour tous faits à signaler quelque soit sa nature. Dans ce même dispositif, l’ion relève la mise en place de brigade mobile chargées de contrôler les produits de consommation mis en vente en ce mois sacré notamment en ce qui concerne les produits périssables. Pour rappel, les services concernés ont déjà saisi plus de 3 quintaux de légumes, 75 kg de viandes, 40 litres de lait et 20 kg de poissons impropres à la consommation. A Lotfi

DÉTENTION DE LA FAUSSE MONNAIE : Un jeune âgé de 22 ans arrêté en possession de faux billets de 500 DA

Dans le cadre de la lutte contre la contrefaçon notamment de la monnaie, les services de police compétents ont réussi à mettre la main sur une jeune âgé de 22 ans en possession de faux billets de 500 DA apprend-on de source bien informée. Selon cette dernière, l'arrestation du faux monnayeur a été effectuée au moment où une altercation s'éclata entre le suspect et un commerçant. Le mis en cause a remis 10 faux billets de 500DA au commerçant qui, rapidement a constaté que les billets remis ne sont pas authentiques. Une altercation éclate alors entre les deux individus, ameutant tout le quartier où est implanté le local commercial. Les policiers en patrouille de routine, ont marqué une halte pour voir de quoi il retourne. Le commerçant a déclaré que le jeune lui avait remis de faux billets de 500 DA. La police a interpellé le jeune qui en effet avait sur lui d'autres faux billets. Un mandat de perquisition a permis à la police de découvrir dans le domicile familial du mis en cause tout un «équipement pour la falsification de faux billets. Il a été présenté par devant le juge d’instruction en charge de l’affaire pour falsification de billets de banque. A Lotfi

DèS LE PREMIER JOUR DE RAMADHAN : Le commerce informel fait sa réapparition

Les spéculateurs de tous bords viennent à deux jours seulement du mois sacré de Ramadhan de refaire surface en squattant les espaces publics et autres trottoirs pour exposer leurs produits souvent incontrôlés et introduits illégalement sur le marché local. Les opérations de réhabilitation du service public menées tambours battant il y deux années, n’ont finalement abouti à rien et pour preuve la réapparition des ces vendeurs informels un peu partout dans la ville. Le chef-lieu de Relizane est une localité connue pour être le point de transition servant à se rendre vers diverses directions à travers l’Ouest, le centre et le Sud via Tiaret. Pour cela Relizane, située sur la fameuse route nationale n 4, abrite une des plus importantes stations urbaines de Relizane et donc un passage obligé pour des milliers d’usagers du transport urbain.. Les revendeurs squattent ainsi les trottoirs quotidiennement du matin au soir pour y exercer leur commerce illégalement dans le but de gagner un peu d’argent. Les usagers du transport urbain interrogés sur cette présence envahissante affirment que cela ne les dérange nullement et peut même s’avérer parfois utile pour effectuer des emplettes sur place au lieu de se rendre au marché ou dans les boutiques où les mêmes produits sont cédés à des prix bien plus élevés. Ces jeunes et moins jeunes vendeurs informels et en dépit de maintes et maintes interventions des forces de l’ordre pour leur faire quitter les lieux refusent d’obtempérer et reviennent toujours. Ils justifient leur entêtement par le chômage persistant et l’absence de perspectives d’avenir. Ils avouent en outre préférer ces petits boulots, même si informels, plutôt que de céder à la facilité de dealer ou de voler pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles. Cela reste bien sûr contestable dans la mesure où une occupation informelle ne saurait être légitimisée, d’autant que cela cause un tort réel aux commerçants lesquels sont contraints de payer leurs impôts rubis sur l’ongle sans pour autant réaliser des chiffres d’affaires conséquents face à cette concurrence «déloyale».

POUR POSSESSION DE PSYCHOTROPES : 03 individus dont un mineur de 17 ans arrêtés en possession de psychotropes

Dans le cadre de la lutte contre l’usage et la commercialisation illégale de la drogue, la police a mis fin aux agissements d’un groupe de dealers, a-t-on appris de source fiable. Selon cette dernière, c'est suite à une patrouille effectuée au niveau du quartier Daoudi Moussa que les trois suspects dont un mineur âgé de 17 ans ont été appréhendés. Plus de 6 comprimés ont été découverts dans les poches de chaque dealer lors des fouilles corporelles. Ils ont été présentés par devant le juge pour possession de psychotropes. A Lotfi

COMMUNE DE SID AHMED : Le wali inaugure la nouvelle mosquée

Le premier responsable de la wilaya de Saida Mr Djelloul Boukarabila s'est rendu hier lundi dans la commune de Sidi Ahmed située à 35 km du chef-lieu de wilaya en compagnie d'un nombre important de responsables dont le directeur des affaires religieuses pour inaugurer la nouvelle mosquée. Ce nouveau lieu de culte est venu renforcer les infrastructures existantes à travers la commune de Sidi Ahmed. Cette nouvelle réalisation a été accueillie par la population locale avec une grande satisfaction avec en prime à la veille du mois sacré de Ramadhan où les fidèles auront tout le loist de s’y rendre et y accomplir les prières ainsi que celles des Tarawihs dans les meilleures conditions possibles. Selon des informations recueillies auprès des citoyens, la réalisation de cette mosquée est le fruit de la participation financière des citoyens de la commune et d'autres bienfaiteurs. Pour rappel, la wilaya de Saida qui jadis accusait un déficit cruel en matière d'infrastructures de culte, est en train de connaitre une redynamisation du secteur avec la concrétisation de plusieurs projets, mosquées, école coraniques etc…. A Lotfi

RELOGEMENT DE 201 FAMILLES A TIFRIT : Le wali présidera la cérémonie de remise des clefs

Dans le cadre de l’absorption de l'habitat précaire , le wali de Saida Djelloul Boukarabila se rendra aujourd’hui jeudi 02 juin à Tifrit pour présider la cérémonie de distribution de 201 logements apprend-on de source bien informée. Les familles concernées par cette opération ont vécu des années durant sous des toits dépourvus de toute commodité, ni eau, ni électricité ni gaz. Pour les habitats de Tifrit, cette journée sera historique, ce sera la rupture totale avec la vie du passé et ses souffrances. La crise du logement va disparaître de leur quotidien. Il reste à signaler que la région de Tifrit recèle des endroits édéniques qui vont lui permettre d'être classée une région touristique par excellence. A Lotfi

COMMUNE DE SIDI AMAR : Les jeunes en colère contre le retard dans la distribution des locaux

Le retard dans la distribution des locaux à usage professionnel réalisés dans le cadre du programme du Président de la République au profit des jeunes, ne cesse de provoquer l'ire des dizaines parmi les jeunes de la commune de Sidi Amar, commune distante de 28 km du chef-lieu de wilaya a-t-on appris de source bien informée. Selon cette dernière, les locaux achevés à 100% depuis plus de trois ans, attendent toujours d’être distribués aux jeunes qui veulent apporter leur contribution au développement de leur commune. Ces locaux, selon notre source, presque abandonnés présentent des risques du fait qu’ils sont exposés aux aléas de la nature, sans être entretenu le moins du monde, ce qui engendre selon les habitants des conséquences fâcheuses sur les habitations adjacentes. Les jeunes de la commune de Sidi Amar n'arrivent pas à comprendre le retard accusé dans l'affectation des locaux alors que la commune de Sidi Boubkeur et d'autres communes de la wilaya de Saida ont déjà affecté tous les locaux entrant dans le cadre du programme en question. Les jeunes mécontents interpellent le premier responsable de la wilaya Mr Djelloul Boukarabila pour intervenir auprès des responsables concernés à l’effet de procéder à la distribution de ces locaux et laisser les jeunes travailler. A.Lotfi

CITE COMMANDANT MEJDOUB : Le manque cruel du transport depuis plus de 4 ans

Depuis plus de quatre années, les habitants de la cité ‘’Commandant Mejdoub’’ sont en train de vivre le calvaire de l’inexistence du transport, l’attente n’a que trop duré et ils n’arrivent plus à supporter cette situation. Et pourtant, ces dernières années, le secteur des transports a connu un véritable essor, sans toutefois faire profiter ces habitants qui restent confrontés aux problèmes quotidiens du transport urbain, qui selon un des riverains, les moyens pour se déplacer d’un point à un autre se font de plus en plus rares au niveau de la cité, les gens sont contraints d’attendre plus d 'une heure pour voir enfin un taxi se pointer. Pour d’autres, et ils son nombreux, préfèrent carrément parcourir les deux kilomètres à pied pour rejoindre le centre-ville que d’attendre un taxi qui ne viendra jamais. Le problème se pose surtout pour les enfants scolarisés et qui doivent absolument rejoindre leurs établissements scolaires respectifs. Ils sont, chaque jour que Dieu fait, dans l’expectative et n’arrivent plus à se déterminer s’ils doivent attendre un taxi ou de prendre la route à pied pour ne pas être en retard à l’école. Les responsables concernés notamment ceux du secteur des transports de la wilaya, sont interpellés à plus d’un titre, pour examiner cette situation e, prendre en charge les préoccupations soulevées et d’apporter les solutions appropriée pour mettre un terme au calvaire vécu au quotidien par ces habitants. A.Lotfi

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar