Mon11192018

Last updateSun, 18 Nov 2018 8pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Oran

Régions Info

ORAN : Chambre de l’Artisanat et des Métiers : La préparation de la "Calentica" proposée comme métier artisanal

La chambre d’artisanat et des métiers (CAM) d’Oran a proposé d’inclure la préparation du plat populaire "Calentica" comme activité artisanale au projet de nomenclature des métiers artisanaux en cours d’actualisation, a indiqué le directeur de la chambre. "Cette spécialité culinaire, source de revenus et de subsistance pour une large frange de la société oranaise a sa place parmi les plats populaires à introduire dans ce projet qui est entré en sa phase finale, avant de le soumettre aux parties compétentes en vue de son approbation", a ajouté Nouredine Mehtar-Tani. La préparation et la vente de la "Calentica" est une activité très répandue à Oran et dans les wilayas dans l’Ouest du pays où les commerces proposant ce plat culinaire se comptent par centaines et reste très demandé par les consommateurs de toutes les couches sociales, a relevé Mehtar-Tani. Au fil du temps, ce plat est devenu présent dans toutes les villes du pays sous diverses appellations et en diverses circonstances. On le désigne par "Garantita", "El Hami" et bien d'autres noms. A Mostaganem, par exemple, elle est incontournable sur la meïda du f’tour de ramadhan, alors que dans d’autres régions, même à Oran, elle disparait complètement du menu en ce mois sacré. Les échoppes et commerces qui la proposent se reconvertissent à d’autres créneaux plus rentables et plus demandés. "Calentica" trouve son origine de l'espagnol "Calientita" (toute chaude) qui dérive du mot "Caliente" qui signifie "chaud". Les amateurs de ce plat soulignent que cette préparation donne toute sa saveur quand elle est servie et consommée toute chaude "arrosée" de H’rissa et du cumin. Selon une légende, la "Calentica" aurait été inventée dans le fort de Santa Cruz, au 16ème siècle, par des militaires espagnols manquant de ressources alimentaires. Ils auraient mixé le reste de leur réserve de pois chiches avec de l’eau et de l’huile pour donner ce plat dont la renommée a dépassé les frontières. D’autres sources historiques parlent plutôt de prisonniers abandonnés sur les côtes oranaises par les espagnols. Ils n’avaient pour survivre que de la farine de pois chiches. Leur préparation avait donné cette fameuse "Calentica" qui a pu traverser les siècles pour devenir indissociable des habitudes culinaires des Algériens. Par ailleurs, la CAM d’Oran a proposé d’autres plats populaires faisant partie du terroir et de l’art culinaire national pour figurer dans la nomenclature des métiers artisanaux comme "Douara", "Dolma", "Berkoukes" et "Bekbouka".

Aéroport international Ahmed Ben Bella : Le wali supervise l’avancement des travaux de la nouvelle aérogare

Karim Bennacef La nouvelle aérogare qui constitue l’extension de l’aéroport international Ahmed Ben Bella a fait l’objet d’une visite d’inspection du wali d’Oran, Mr Chérifi Mouloud qui s’est enquis sur place de l’avancement des travaux de cette enceinte aéroportuaire, en présence des responsables du projet. Selon les explications avancées par ces derniers, le taux d’avancement est de l’ordre de 70%, et qu’il est fort attendu que le projet soit réceptionnée à la fin de l’année en cours. Fort de ces renseignements, le chef de l’exécutif a prévu au mois de juin prochain, une nouvelle séance de travail avec les responsables du projet afin de lever toutes les contraintes techniques qui pourraient entraver le bon déroulement des travaux. Il y a lieu de noter que l’extension de la nouvelle extension de l’aéroport d’Oran, revêt un caractère primordial pour les pouvoirs publics, d’autant plus que la ville d’El Bahia doit accueillir d’importants évènements sportifs que sont les jeux méditerranéens de 2021, et qu’il est attendu un nombre considérable de délégations et de touristes. Il y a lieu de savoir également qu’à travers cette extension, il s’agit d’augmenter les capacités d’accueil des passagers actuellement de 800.000 pour les porter à 3.500.000 annuellement. Un défi que comptent bien lever les pouvoirs publics à Oran. En marge de cette visite à l’aéroport international d’Oran, le wali a supervisé l’axe routier N°4, reliant le rond-point d’El Bahia à l’aéroport. Cet axe est concerné par des travaux d’embellissement et la création d’un jardin citadin. Sur un autre registre, concernant cette fois ci l’éclairage public, Mr Chérifi a réuni au sein de son département, le chef de daïra d’Oran, le directeur de l'administration locale, le secrétaire général de la municipalité d'Oran ainsi que les directeurs des entreprises publiques Oran Green et ERMESO afin de dresser un bilan sur la situation. La réunion a été consacrée à présenter les résultats financiers des activités des institutions publiques de l'Etat, ainsi que la recherche de moyens de soutenir ces institutions par la mise en service de nombreux hangars et l'exploitation des revenus financiers pour renouveler les équipements et les mécanismes.

ORAN : Smara Abdennour , P/PAC d’Aïn El Türck : « Eliminer les désordres constatés sur les plages durant la saison estivale »

Karim Bennacef Confronté à sa première saison estivale, en tant que maire d’Aïn El Türck, Mr Samara Abdennour compte introduire certaines mesures afin dit-il de mettre fin à l’anarchie qui règne d’habitude durant ces périodes de vacances et engendrées principalement par les gérants de solariums, qui ont toujours imposé leur diktat sur les plages, allant jusqu’à dissuader les plus audacieux parmi les citoyens. Selon Smara Abdennour, ces nouvelles mesures sont consignées dans un cahier des charges précis, obligeront les gérants de solariums dument agréés pour la période saisonnière à s’y conformer sous peine de se voir retirer leur autorisation d’exploitation. Pour le premier magistrat de la commune, les choses ne sont pas aussi évidentes qu’on le pense, car les premiers solariums clandestins, ont fait leur apparition durant ces derniers jours, notamment le weekend, caractérisés par une hausse de température. En effet, un rush des grands jours a été constaté hier et avant-hier sur les plages de la corniche oranaise, au grand bonheur des gardiens de parking et des gérants de solariums qui se préparent eux aussi, à fructifier leur business. Pour en revenir à ces mesures prônées par l’APC d’Aïn El Türck, il s’agit d’abord du respect de la réglementation en vigueur et relative à l’installation de véritables transats, le tout selon une couleur unie. Aussi, ces transats ne seront implantés sur le sable qu’à la demande du client, et seront désinstallés, une fois l’espace libéré par le client. L’entreposage des transats proposés à la location, se fera en retrait sur un espace qui n’empiète pas sur celui réservé aux estivants. Le maire d’Aïn El Türck s’est dit intransigeant sur cet aspect là de l’organisation, « les exploitants de cette activité saisonnière ne sont en aucun cas autorisés à exposer leurs équipements sur la plage ; c’est la seule manière de respecter les droits des estivants à l’espace public », rétorquera-t-il. Il faut rappeler que lors de ce weekend, qui a connu une grande affluence de citoyens de toutes les wilayas d’Algérie, en squattant l’espace public en déposant chaises et parasols sur les plages, les gérants clandestins de solariums ont, en quelque sorte testé la réaction des pouvoirs publics, mais aussi celle des familles. Quelques étincelles sont apparues ça et là. Parmi les citoyens les plus intrépides, il a fallu montrer les muscles pour prendre place en bord de mer. Pour celles, moins enclines à la confrontation, elles ont préféré quitter les lieux ou s’acquitter du montant réclamé. Le même problème s’est posé pour le stationnement des voitures. Comme d’habitude, des jeunes, carnet à la main, se sont improvisés gardiens de parking, imposant aux automobilistes, le paiement d’un droit de place sur la voie publique, variant entre 100 et 200 da, qu’il faudra débourser sur place. Inutile de rappeler que les récalcitrants, se font vertement sermonner, avec tout ce que cela comporte comme risque d’agression ou de dégâts au véhicule. En revanche, ce qui offusque les vacanciers du weekend, est le fait que le coup d’envoi officiel de la saison estivale n’a pas été encore donné, et qu’ils sont obligés de débourser de l’argent. Mr Samara assure que le maintien de l’ordre sera assuré pour réussir la saison estivale, d’autant plus que celle-ci est génératrice de recettes fiscales pour la commune, tout en boostant l’économie locale. L’on croit savoir que la reconduction des administrateurs de plages s’avère une solution payante, en attendant que survienne d’autres formules, dont celle proposée de confier la gestion des plages à une commission du tourisme.

ORAN : Attribution prochaine de 6.000 logements sociaux : Les daïras instruites d’afficher les listes des bénéficiaires

Riad B. Face à l’imminence de la distribution prochaine, soit avant la fin de l’année 2018, de pas moins de 6.000 logements, les daïras de la wilaya d'Oran, sont instruites pour afficher les listes des bénéficiaires. A ce titre, une réunion regroupant les chefs de daïras et des directeurs de l'Exécutif et tous les acteurs du secteur du Logement, au niveau local, a été présidée, dernièrement, par le wali d'Oran Mr Cherifi Mouloud, selon la cellule de communication de la wilaya. Lors de cette réunion, l'accent a été mis sur l'avancement de la réalisation du projet des 11.500 logements publics locatifs à travers les différentes communes de la wilaya et dont la livraison est prévue, avant la fin de l'année en cours, selon la même source. « Lors de cette réunion, le wali a donné des instructions fermes afin d'achever les projets de logements dont les travaux avancent à des taux jugés appréciables et d'accélérer leurs raccordement aux différents réseaux par la réalisation des VRD et des espaces verts, notamment le projet de réalisation de 1.600 unités de logements à Sid El-Bachir et 3.000 unités au nouveau pôle urbain à Oued-Tlelat ». Dans le même cadre on apprend qu'une étude sur les demandes de logement sera lancée. Le wali a aussi chargé les chefs de daïras, en coordination avec les P/APC, d'accélérer l'opération de l'affichage des listes des bénéficiaires dans les communes qui ont été informées de leurs quotas estimés à 6.000 unités de logements, dans les meilleurs délais. « Il a, aussi, insisté sur la nécessité d'étudier tous les dossiers en toute transparence et de commencer à distribuer les logements aux demandeurs. D'autre part, le wali a insisté sur la nécessité du choix de l'emplacement des paraboles ainsi que la réalisation des établissements socio-éducatifs » a ajouté la même source. Dans le cadre du suivi des grands projets de logement de la wilaya d'Oran, plusieurs mesures ont été prises pour faire face aux problèmes qui entravent l'avancement des travaux, particulièrement en ce qui concerne les programmes du LPL (logements sociaux). En parallèle aux sorties fréquentes du premier responsable de l'exécutif de wilaya, des réunions périodiques sont organisées, par le wali d'Oran et les différents services concernés par la réalisation des programmes de logements.

ORAN : Prise en charge des malades à l’EHU-Oran : Un challenge au quotidien pour assurer la continuité

L’Etablissement hospitalo-universitaire "1er novembre" d’Oran s’adapte difficilement au déficit engendré par l’interminable grève des médecins résidents et, pour le corps médical, chaque jour est un challenge à relever : garantir une prise en charge adéquate aux malades. Au niveau de cet établissement, le plus important de la région Ouest du pays et plus particulièrement dans les différents services médico-chirurgicaux, des équipes médicales ont été mobilisées pour éviter un déséquilibre dans la prise des patients. Il s’agit également de donner la priorité aux cas les plus urgents. "Je suis venue très tôt ce matin dans l’espoir de subir mes examens post opératoires nécessaires. La semaine dernière, je n’ai pas pu les faire faute de médecin. J’espère que je ne serais pas obligée de revenir la semaine prochaine pour la même raison", a déploré Safia (61 ans), opérée il y a quelques semaines au service ORL de cet établissement. Le problème de la grande affluence des malades est posé avec acuité aux urgences médico-chirurgicales (UMC) où les évacuations constituent une surcharge pour les médecins de garde, notamment durant la nuit, souligne le Dr Slimane, affecté à ce service, dans le cadre d’une réorganisation des activités de l’EHU, mise en place suite à la grève des résidents. Grève des médecins résidents: le ministère de la Santé réitère son appel à la "sagesse" Pour ce praticien, cette situation a nécessité le recours aux médecins-assistants, aux maitres-assistants et parfois même aux professeurs, pour aider à sélectionner les malades, à les orienter et à prendre en charge des points de soins supplémentaires en cas de forte pression. Rencontré sur place, Hadj Saïd, qui accompagnait sa femme au service de gynécologie-obstétrique, s'est montré plus réservé. "Certes, les soins et la prise en charge du malade sont assurés, mais les longues attentes ont des effets négatifs sur le malade", a-t-il déploré. Des malades rencontrés dans les différents services craignent de rentrer bredouilles chez eux sans être soignés. Ils estiment que le grand nombre de résidents en grève a eu une forte incidence sur la capacité du traitement du grand nombre de patients que l’EHU à l’habitude de recevoir. Mohamed Mansouri , DG de l’EHU Oran «Nous avons pris les mesures qui s’imposent » Le directeur général de l’EHU d’Oran, Mohamed Mansouri, s’est montré rassurant. Pour lui, les nombreuses dispositions prises pour faire face à ce mouvement de protestation des résidents ont permis le maintien d’une "prise en charge normale" des malades. "Dès les premier jours de cette grève, nous avons pris les mesures qui s’imposaient pour assurer une prise en charge normale et continue des malades", a-t-il souligné, ajoutant que la réunion du Conseil scientifique et celle du Comité de pilotage ont permis de dégager une stratégie dans laquelle les efforts ont été synchronisés pour assurer la continuité des prestations médicales et chirurgicales. "Nous avons tout fait pour fonctionner à la limite de la normale", a-t-il souligné, évoquant la mise en place d’une organisation des services aux urgences de l’EHU, où le citoyen, est pris en charge, selon lui, "dans la célérité la plus absolue pour éviter qu’il y ait une forte pression". Cette organisation a permis d’assurer le service de garde aux urgences où des équipes ont été désignées pour prendre en charge les actes chirurgicaux. "Cette mesure a donné lieu à une meilleure gestion des flux des malades venant d’Oran ou des autres wilayas de la région", a-t-il précisé. Par ailleurs, le même responsable a relevé une baisse des évacuations de malades provenant des wilayas de l’Ouest à l’exception de ceux nécessitant des soins hautement spécialisés. Cette situation est le résultat d’une "coordination entre les directions de la santé des wilayas de la région", a-t-il soutenu. "Cette mesure a permis de constater, entre autres, le recours exagéré à des évacuations vers notre établissement alors que les soins étaient possibles et faisables dans les autres hôpitaux de la région", a relevé M. Mansouri. L’EHU d’Oran, important pôle de santé publique, compte plus de 700 médecins-résidents, dont près de 100 non grévistes et assurant normalement leurs missions.

ORAN : Visite du contrôleur Mohamed Noui Sifi, directeur de l’administration générale à la DGSN : « La couverture sécuritaire a atteint plus de 80 % au niveau national »

La couverture sécuritaire a atteint plus de 80 % au niveau national, a indiqué mardi à Oran le directeur de l’administration générale auprès de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), le contrôleur de police Mohamed Noui Sifi. M. Sifi, qui a présidé au nom du Directeur général de la sûreté nationale l’inauguration d'infrastructures de police à Oran, a souligné que grâce au plan que la DGSN veille à mettre en œuvre visant à renforcer les structures de police que la couverture sécuritaire au territoire de compétence de la sûreté a dépassé les 80 pc. Il a indiqué dans ce sens que les services de la DGSN poursuivront la même cadence pour renforcer davantage la couverture sécuritaire, soulignant que la DGSN est un partenaire au même titre que d'autres partenaires dans la construction sécuritaire nationale. Cette visite intervient pour permettre à la wilaya d’Oran d’atteindre une couverture globale de 100 pc, a ajouté le même responsable, qui a mis l’accent à l’importance et la qualité des structures dont a bénéficié la wilaya, surtout en adéquation avec le progrès urbain, touristique et économique. Le représentant du DGSN, accompagné du wali d’Oran, Mouloud Cherifi et une délégation de directeurs centraux de ce corps sécuritaire, a inauguré le siège de la deuxième sûreté urbaine d’Oued Tlélat (sud d’Oran). Cette commune enregistre la réalisation d’importants programmes d’habitat au titre de différents plans notamment le programme de résorption de l’habitat précaire (RHP). Dans la commune de Gdyel (est d’Oran) qui enregistre également une extension urbanistique, la délégation a inauguré le siège d'une deuxième sûreté urbaine, avant de se rendre dans la localité de Sidi El Bachir (162.000 habitants) où elle a ouvert un siège de sûreté urbaine. Après l’inauguration du centre sanitaire social de la sûreté de wilaya au boulevard de l'ALN (ex Front de mer) et d'un siège de sûreté urbaine à hai Bouamama (Hassi), qui compte une densité démographique de 180.000 habitants, le représentant du général-major Abdelghani Hamel, le contrôleur de police Mohamed Noui Sifi a remis des clés de logements AADL à des fonctionnaires de la police.

ORAN : Tramway : Les extensions vers l’aéroport, Belgaïd et Oran Ouest, bientôt lancées

Par : Riad B. Sans annoncer de date précise sur son lancement, l’actuel tracé du tramway d’Oran, connaitra trois nouvelles extensions, portant ainsi la totalité de ce tracé de 18,3 kilomètres actuellement à 53 kilomètres après l’achèvement des travaux, a fait savoir le wali d’Oran, Mr Chérifi Mouloud, lors de la journée d'études, tenue à l'Hôtel Sheraton d'Oran à l'occasion du 5ème anniversaire du lancement du tramway d'Oran, le 1er mai 2013, sous le thème «le tramway, levier du développement urbain durable de la ville d'Oran. Ces extensions seront déployées sur trois axes, à savoir en direction de l'aéroport international «Ahmed Benbella», du pôle universitaire de Belgaïd et enfin, vers le groupement Ouest, soit la nouvelle ville d’Oran. Sauf que l’extension du réseau du tramway d'Oran s'effectuera en priorité vers la localité de Belgaïd à l'est de la ville, avancera Mr Chérifi, et ce en raison de la tenue des jeux méditerranéens de 2021, « afin de faciliter les déplacements des usagers et des touristes vers cette localité qui abrite justement le nouveau stade et le village olympique », ajoutera-t-il. Lors de son allocution d’ouverture, le wali a insisté sur l'importance de l'interconnexion et la mutualisation des modes de transport, notamment en prévision de ces Jeux méditerranéens, lesquels constituent un événement important pour la ville et sa population, et de ce fait, Oran, doit jouir de toutes ses capacités qui la valoriseront. Dans ce contexte, la société de gestion du tramway, la Setram, a fait trois projections de tracé dont l'université Belgaïd, l'aéroport d'Es-Sénia et la localité de Ben Arba. Sachant que la ligne «A» actuellement en activité reliant Es-Sénia à Haï Es-Sabah enregistrera une extension au niveau de l'université des sciences et de la technologie vers la cité administrative et reliera l'hôpital pour enfants de Canastel en passant par l'intersection du boulevard Millenium pour relier finalement le chemin de wilaya 45 au niveau de Bir El Djir, soit une distance de 8,14 kilomètres. La deuxième ligne quant à elle, d'une distance de 8,3 kilomètres, s'étendra de Bir El Djir à Belgaïd en passant par le pôle universitaire pour rejoindre la ligne «A» au niveau de l'université Mohamed Boudiaf pour constituer un nœud. Concernant le coté ouest de la ville, l'extension de la ligne actuellement en service se fera vers l'aéroport Ahmed Ben Bella sur un tracé de 4,8 kilomètres, ponctué par trois stations, en passant par l'hippodrome. Cette extension fera de l'aéroport d'Oran, à l'instar des autres aéroports internationaux, une aérogare facile d'accès pour les voyageurs et les touristes.

ORAN : Aïn El Beïda : Colère des habitants de la Cité « 2500 logements AADL »

Dépités par les retards dans la réception et la réalisation de nouveaux établissements scolaires en raison de l’absence d’alimentation en énergie électrique, les habitants de la cité 2500 logements AADL de Aïn El Beïda, ont jugé utile de tenir un sit-in pour attirer l’attention des responsables locaux sur la situation qui prévaut dans leur nouveau site. Le sit-in, organisé devant une école primaire, dont les travaux ont été achevés mais non réceptionnée, les protestataires n’ont pas manqué à l’occasion de soulever d’autres problèmes, à l’exemple de celui de la fibre optique, tant promise mais non encore établie. Selon ces protestataires, le problème de l’alimentation en en énergie électrique des établissements scolaires, se trouve au niveau de la Société de Distribution de l’Ouest, la SDO et de l’AADL, lesquelles devraient coordonner leurs actions pour le résoudre. Pour le président du comité de quartier, Mohamed Keddar, l’ouverture de l’école primaire permettra d’éviter à leurs enfants de faire les fréquents déplacements vers les écoles d’Es-Sénia et d’Oran où ils sont pour l’heure scolarisés. « En plus des efforts usants que cela nous cause pour accompagner nos enfants, nous devons veiller à leur sécurité et leur tranquillité », dira le porte parole des locataires de la cité des 2500 logements AADL, avant d’ajouter que « la réalisation du CEM et du lycée, dont nous demandons le lancement immédiat des travaux, s’avèrent plus que nécessaires pour l’avenir de nos enfants». Quant à la question du raccordement de leur cité au réseau de fibre optique, ce représentant du comité de quartier, que l’agence d’Algérie Télécom prévue sur leur site d’habitation, n’a pas encore ouvert ses portes, suite à des réserves non levées par la direction , et de ce fait, ce sont tous les foyers qui sont privés d’Internet, un outil indispensable pour leur confort mais aussi pour les besoins de leurs enfants ». enfin, et autres problèmes soulevés, il est cité de l’accès à la cité, fermé selon eux, par la présence de la centrale à béton de l’entreprise en charge de la construction du reste du programme, obligeant ces familles à faire un long détour pour accéder à leur cité en passant par la cité 200 Logements d’Es-Sénia en prenant le 4e boulevard périphérique, et ce au côté de la destination de l’assiette de la future mosquée. I.N

ORAN : Rencontre régionale des cadres du parti FLN :

Riad B. Intervenant lors d'une rencontre régionale des cadres du parti FLN à Oran, le secrétaire général du parti du Front de libération national (FLN), Djamel Ould Abbès a fait savoir que la prochaine session du Comité central du parti, prévue en mois de juin, sera consacrée à la présentation du document d'évaluation des réalisations du Président de la république, Abdelaziz Bouteflika. D’autre part, le SG du FLN, a saisi l’occasion pour répondre aux détracteurs, déplorant lors de son intervention, l'ingratitude" de certaines voix qui "semblent oublier ou qui veulent escamoter les réalisations du président de la République". Les grands projets réalisés dans divers domaines sont des acquis qui nous concernent en tant que parti participant au pouvoir", a-t-il déclaré. Djamel Ould Abbès a indiqué que ce document, qui sera remis au président de la République, contiendra des chiffres "importants" dans les domaines de l’habitat, de l'emploi et du développement en général, nonobstant la sécurité et la stabilité du pays, a-t-il souligné. Et d’ajouter : « cette session prévue en juin sera consacrée à la présentation du document sur les réalisations du président de la République Bouteflika durant les deux dernières décennies, qualifiées de "capital précieux". Enfin, le secrétaire général du FLN a abordé plusieurs questions nationales dont l’unité et solidarité nationale, les acquis réalisés sur le plan de renforcement de l’identité nationale et du rôle des jeunes et de la femme sur la scène politique et celui de la presse.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar