Tue01162018

Last updateWed, 10 Jan 2018 3pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Oran

Régions Info

Infractions de change et transfert illégal de devises : Près de 200 milliards de cts saisis

Selon un bilan dressé par la direction régionale des Douanes à Oran en 2016, il est fait état du traitement de 59 affaires équivalant à 198 milliards de centimes saisis sur des voyageurs de différentes nationalités en partance vers la Turquie, la France ou en Espagne. Ces affaires concernent les infractions de change et le transfert illégal de devises, commises par des particuliers ou des commerçants, en défaut de déclaration. D’autre part, en matière de lutte contre la commercialisation de drogue, la direction des douanes informe de la saisie d’une quantité de 7,8 quintaux de kif traités et 716 comprimés psychotropes, par ses différentes brigades. En terme de lutte contre la contrebande, la même source annonce la saisie de près de 2 kg d’or de contrebande, 1999 pièces détachées de voiture et 83 kg de corail en possession de contrebandiers interceptés sur l’autoroute Est-Ouest. A souligner que 13 voitures ont été par ailleurs saisies dans ces différentes opérations.

Réhabilitation du vieux bati : L’OPGI lance les travaux pour 36 immeubles

Le projet de revitalisation urbaine de la ville d’Oran, est remis sur rail à travers une large opération de réhabilitation des immeubles, notamment le vieux bâti. Un échantillon de 48 immeubles situés dans les avenues de Larbi Ben M’hidi et Mohamed Khémisti, a été choisi, et fait actuellement l’objet d’un programme de restauration et de réhabilitation, mis sur pied par les services de la wilaya et dont les travaux ont été confiés à l’OPGI. Le Directeur Général de cet office a récemment déclaré que cette opération a nécessité une enveloppe financière de l’ordre de 2 milliards DA. Il a ajouté que cette opération se poursuivra avec la conjugaison des efforts de tous les intervenants, à raison 2 à 3 immeubles restaurés chaque mois. Pour l’heure, 36 immeubles sont actuellement en phase de réhabilitation sur les 48 prévus, selon le DG de l’OPGI, Mr Saber , lequel a informé de la réception de à ce jour de 4 bâtiments qui ont été complètement réaménagés. De l’avis de beaucoup d’initiés, le résultat est exceptionnel, d’autant plus qu’il s’agit d’immeubles qui se caractérisent par une architecture riche et aux styles diversifiés. « La réhabilitation des immeubles est un projet très important qui redore le blason de la capitale de l’Ouest en redonnant des couleurs à ces constructions d’une valeur urbanistique et historique unique , qui aspire à devenir une métropole méditerranéenne et en prévision du rendez-vous des JM 2021,», confiera ce responsable.

ANGEM : Plus de 610 projets de PME validés

Le directeur local de l’Agence nationale de gestion de microcrédit a indiqué que pas moins de 613 projets de petites et moyennes entreprises (PME) ont été éligibles, dans la wilaya d’Oran, au financement triangulaire du dispositif Angem-Banque-promoteur au titre de l’année 2016 dans la wilaya d’Oran. Seuls 9 dossiers d’aide au financement du micro-crédit ont été rejetés pour non-conformité par la commission d’éligibilité au dispositif ANGEM, a indiqué à l’APS, Redouane Bentayeb, soulignant que la plupart de demandes ont été satisfaites. Selon le responsable, 170 dossiers de création de micro-entreprises ont été financés en 2016, avec un taux bonifié dans le cadre d’un financement triangulaire. Ces projets devront générer 315 emplois. Le secteur des services occupe la première place avec un financement de 136 dossiers, suivi du commerce (16) et des très petites entreprises (TPE) avec 9 dossiers et deux (2) seulement pour le secteur du BTPH, a-t-il expliqué. Le créneau du transport a été provisoirement gelé en raison de l’instabilité du marché autour du prix des véhicules et de leur disponibilité, a t-il fait observer. Pour ce qui est du prêt pour l’achat de matières premières pour l’année 2016, le même interlocuteur a avancé le chiffre de 550 dossiers ayant bénéficié de cette forme de financement, soit près de la moitié des postulants, signalant 1.027 dossiers éligibles à ce prêt. L’objectif pour l’année 2016 est atteint, aussi bien pour les activités financières que pour les activités non financières, notamment en ce qui concerne le programme de formation et l’initiation à la gestion en direction des très petites entreprises (TPE) et des associations, a-t-il souligné. Il a rappelé, à ce propos, la formation de 11 associations dans le cadre du programme "Nassij", de formation en partenariat avec "Handicap international" pour l’accompagnement des promoteurs. I.N

Abed Mouad, SG du bureau de wilaya de l’UGCAA : « L’appel à la grève des commerçants, est une manipulation »

Le SG du bureau de wilaya d’Oran de l’UGCAA (Union Générale des Commerçants et Artisans), M. Abed Mouad, s’est confié dans nos colonnes sur les questions de la LFC 2017 et par delà sur l’augmentation de la TVA de 2%, ainsi que sur l’appel à la grève lancé aux commerçants au niveau national.A propos de la grève annoncée des commerçants, très peu suivie d’ailleurs, à l’exception de deux ou trois wilayas d’Algérie, le SG de l’UGCAA fera savoir que « ces derniers ont fait preuve de lucidité et de discernement, en refusant de suivre des appels véhiculés à travers les réseaux sociaux, et manigancés actionnés par des groupes occultes, qui veulent semer le trouble dans le pays, notamment en cette période préélectorale ; quelques perturbateurs ont été localisés ça et là, à l’exemple du marché de gros d’El Kerma, wilaya d’Oran, mais cela n’a pas eu l’effet escompté sur les commerçants qui ont continué à exercer leurs activités en toute sérénité». S’exprimant sur les incidents survenus à Bejaïa, notre interlocuteur dira que les commerçants qui ont baissé rideau, l’ont fait par plus par peur que par réponse à l’appel des manipulateurs. « Les commerçants qui ont fermé leurs magasins, avaient été menacés et ont craint pour leur commerce et pour leur vie ». j’ajouterai que l’alarmisme que voudraient provoquer ces manipulateurs parmi les algériens certains cercles malintentionnés, n’a pas sa raison d’être, car il ya une mauvaise interprétation de la LFC 2017, et notamment en son article relatif à la hausse de la TVA de 2%. Et pour cause, cette hausse ne touche en rien le consommateur, particulièrement sur les produits de base à l’exemple du sucre de l’huile, et subventionnés par l’Etat, qui fait tout pour préserver le pouvoir d’achat du citoyen. En vérité, cette hausse de 2% est supportée par le producteur ou l’importateur, qui réduit tout simplement de sa marge bénéficiaire, sans que cela n’influe sur les prix fixés par l’Etat». Pour Mr Abed Mouad, la période de transition économique est favorable à toutes les spéculations, citant le cas de la banane, dont le prix a flambé et qui dira-t-il, est de l’apanage des spéculateurs, qui ont stocké le produit, suite à la décision de l’Etat d’interdire son importation. Notre interlocuteur confiera que la situation économique est en voie d’être maitrisée, notamment avec l’apport de l’administration numérique et la coordination des différents services. La stabilité des prix sera assurée, d’ailleurs ajoutera-t-il, l’annonce faite par Mr Sellal de continuer à soutenir la subvention des produits de base, est la preuve concrete que le pouvoir d’achat du citoyen ne sera nullement touché». Par ailleurs, et concernant les commerçants, producteurs et importateurs qui ne respecteront pas les tarifs fixés par la réglementation, ils se verront tout simplement sanctionnés et verront leurs conventions résiliées.

Attribution de logements sociaux : Les citoyens assiègent l’APC de Bousfer

Les citoyens de Bousfer en attente d’un logement social, ont exprimé de manière emportée leur colère avant-hier, en fin d’après midi, en assiégeant l’APC et en se prenant au maire de la commune, accusé d’être responsable du relogement de 20 familles au nouveau projet de logements sociaux, situé à l’entrée de la ville , face à la base aérienne. Sauvé in extremis par les éléments de gendarmerie nationale des mains des protestataires déchainés contre sa personne, le maire n’a pu apporter les explications suffisantes selon les contestataires pour justifier ces attributions opérées du temps de l’ex chef de daïra d’Aïn El Türck, et apaiser ainsi la colère des citoyens. La situation a failli tourner à l’émeute, n’était-ce le tact avec lequel a été gérée cette tension, qui a enflammé les citoyens. Si partiellement, les esprits semblent être revenus à la raison, mais la fébrilité est toujours dans l’air, comme en témoignent les rassemblements citoyens aux alentours de l’APC et de rues adjacentes. Selon les protestataires, « les familles relogées dans ces logements sociaux, arrivent d’autres wilayas, et n’ouvrent pas droit au bénéfice d’un logement social ». Pour ajouter que « ces familles ont été relogées au détriment des citoyens de Bousfer qui attendent un toit décent depuis plus de 20 ans». Selon nos informations, les familles relogées seraient des victimes du terrorisme, ayant bénéficié dans le cadre d’un programme spécial. D’autre part, le maire de Bousfer, pris à partie par les citoyens en colère, n’a pu donner les explications convaincantes pour justifier ces relogements, et apaiser ainsi la colère des citoyens. Selon les protestataires, « les familles victimes du terrorisme, auraient du être relogées dans leurs wilayas respectives». A l’heure où nous mettons nous presse, la rue n’a pas encore décoléré à Bousfer, aucun incident n’est signalé, toutefois l’ambiance demeure électrique. Ceci dit, un calme précaire qui sévit à Bousfer, et est observé par la population de Bousfer, et ce en attendant que le dossier désormais mis entre les mains du nouveau chef de daïra d’Aïn El Türck, Mr Nouibet, ne soit étudié. Mais à priori, l’impatience aurait gagné les esprits, puisque de nouvelles manifestations sont relancées par les citoyens, qui ont inclus les locaux commerciaux dans leurs revendications.

L’année 2017 entamée par des visites de chantiers : Le wali Zâalane inspectera plusieurs projets en cours

Le Wali d’Oran Mr Zâalane Abdelghani, entreprendra aujourd’hui un certain nombre de visites d’inspection de chantiers, qui le conduiront sur différents sites répartis à travers la wilaya et consistant en des projets liés au développement local. La première étape du périple du chef de l’exécutif portera sur le nouveau parc automobile situé à la nouvelle ville Akid Lotfi, et dont on attend la contribution dans la résolution du problème du stationnement et de la congestion de la circulation dans ce quartier, devenu à forte fréquentation mécanique. Toujours en matière de transport et de travaux publics, il sera également procédé au lancement du projet d’une trémie au 4ème Bd périphérique d’Oran, plus précisément du coté de Haï El Yasmine, ainsi que celui de l’aménagement du CW 83 d’El Kerma. En matière d’infrastructures scolaires, la réalisation de deux lycées, l’un dans la commune de Sidi Chahmi, l’autre à El Braya, figurent dans l’agenda de la délégation. Le logement, l’autre grand volet de développement de la wilaya, ne sera pas en reste lors de cette sortie de terrain, puisque Mr Zâalane et son staff, supervisera les travaux d’un programme de 100 logements de type LPA au pole urbain de Belgaïd et un autre programme de 4100 logements de type LPP au quartier Hayat Régency. Ce sont, entre autres projets qui requièrent l’attention des pouvoirs publics locaux pour cette année 2017, au coté d’autres projets en cours de réalisation, dont l’embarcadère de Cap Falcon, dans la commune d’Aïn El Türck, en vue de la mise en service de la liaison maritime entre Oran et Aïn El Türck, prévue pour la saison estivale 2017. Ceci pour le court terme. Pour le moyen terme, ce sont tous les projets attendus pour les JM 2021, qu’organisera la ville d’Oran, et qui pour l’heure, ne semblent souffrir d’aucun retard.

Renforcement des contrôles douaniers sur la friperie : Mouvement des capitaux et transferts illicites

Sur instructions de la direction générale des Douanes, les services des douanes ont opté ces derniers temps au renforcement du contrôle des opérations d’importations et d’un suivi minutieux mouvements des capitaux de et vers l’étranger, particulièrement ceux issus du négoce de la friperie. Selon des indiscrétions, des procédures seront entamées près des instances judiciaires, liées aux transferts illicites des devises vers l’étranger. La friperie, constitue en effet, un segment idéal, pour le transfert des capitaux, en déclarant la marchandise importée, comme étant des effets vestimentaires neufs. Pour rappel, les services des douanes du port d’Oran avaient réalisé plusieurs saisies de produits dans le cadre de l’application de la réglementation régissant les activités import- export. D’ailleurs cette semaine, les services de l’inspection divisionnaire des douanes du port d’Oran ont mis à nu une tentative de dédouanement frauduleux de deux containers de friperie, une marchandise prohibée importée depuis l’Espagne et déclarée comme effets vestimentaires neufs. Une saisie qui s’ajoute à une autre, opérée au port d’Oran par ces mêmes services douaniers au cours de semaine dernière, et consistant en un lot de 35 tonnes de friperie, importées d’Espagne et réparties dans trois containers. Une amende d’un montant de 23 millions DA a été infligée au fraudeur, en plus des poursuites judiciaires, pour fausse déclaration, transfert illicite de devises. Certes, la friperie, demeure un produit bon marché et à portée des bourses moyennes, mais il constitue également un filon juteux pour les affairistes et les opportunistes appâtés par le gain rapide te facile, en contournant les lois de la république en matière de fisc.

le Ministre des Moudjahidine,Tayeb Zitouni, au colloque des Grands Invalides : ‘’L’Histoire des moudjahidine est une constante sacrée de l’État algérien”

Intervenant au colloque national des grands invalides de la guerre de libération nationale, le ministre des Moudjahidine Tayeb Zitouni, a rappelé que la question de l’Histoire et des moudjahidine est une ligne rouge, une des constantes sacrées de l’Etat algérien ne tolérant aucune manipulation. C’est par ce message adressé aux détracteurs de l’Algérie que Tayeb Zitouni, a tenu à clarifier certains aspects relatifs aux valeurs et aux constantes sacrées de l’Etat algérien, à savoir, l’histoire des chouhada, ses moudjahidine et ses martyrs, la révolution algérienne, qui a fait connaitre au monde le sens des révolution, « que tout un chacun doit respecter et se remémorer, en assenant que celui qui aime l’Algérie, doit s’attacher à son histoire et sa révolution ». ,Lors de ce colloque, tayeb Zitouni, a aussi rappelé que la Constitution, qui s’est inspirée du message du 1er novembre, insiste sur le respect des moudjahidine, des chouhada, de l’emblème national et de l’hymne national, pour confier que la ligne nationale demeurera fondamentale, un ciment et un chemin d’aujourd’hui et demain. Abordant les différentes réalisations accomplies en Algérie dans différents domaines dans le cadre du programme du président de la république, Abdelaziz Bouteflika, Zitouni affirme que le travail de son ministère est axé sur l’amélioration de la situation sociale et la couverture médicale des moudjahidine et ayants droit. Il fera savoir que le ministère des Moudjahidine a œuvré à la lutte contre la bureaucratie en introduisant l’informatique, la numérisation des archives, l’élaboration d’un fichier de cette catégorie ou ont été inclus même des étrangers ayant participé à la guerre de libération nationale, a indiqué M. Zitouni faisant savoir que 25 centres de repos et autres sont à l’étude qui sera soumise au Gouvernement pour approbation. Cette rencontre, à laquelle a pris part le président de l’Association des grands invalides de la guerre de libération nationale, Mohamed Bouhafsi, a été marquée par la remise de fauteuils roulants à un nombre de moudjahidine et ayants droit par l’association organisatrice de ce colloque tenu au centre national de d’appareillages orthopédiques pour invalides de la guerre de libération à Oran.

Cap Falcon : Les habitants demandent une ligne de transport public.

Toutes les localités rattachées à la Daira d'Ain El Türck ont été dotées de lignes de transport public sauf, Cap Falcon. Ses habitants continuent à se déplacer dans des taxis clandestins, jusqu'à ce jour. « On nous a oublié et on attend avec impatience qu'un bus de transport public pointe le nez dans notre village », nous ont déclaré des citoyens -résidant à Cap Falcon. D'autres nous ont fait savoir que ce sont surtout leurs enfants scolarisés à Ain El Türck qui souffrent le plus, en voyageant à bord de taxis clandestins. Certains transporteur s clandestins sont des inconnus et les collégiens et les lycéens qui se déplacent de Cap Falcon jusqu'à la capitale de la corniche oranaise sont constamment en danger. Est -t-il difficile d'offrir une ligne de transport public aux habitants de Cap Falcon ,comme c'est le cas pour ceux qui habitent à El Karia, Bousfer ,El Ançor et Mers El Kébir? Non disent des citoyens et si on veut on peut. Ne parlons surtout pas de ceux qui ont élu domicile à la Madrague parce que le transport est devenu un vrai calvaire et des écoliers marchent plusieurs kilomètres à pieds pour rejoindre chaque jour leurs classes et leurs domiciles. Omar-B.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar