Wed12122018

Last updateSun, 25 Nov 2018 9pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Oran

Régions Info

ORAN : Le cimetière de Sidi Chahmi envahi par les eaux du lac Dhaya : Eventualité de transfert des tombes vers un autre site

Par : Karim Bennacef Saisi sur l’état de dégradation avancée du cimetière municipal de Sidi Chahmi, envahi par les eaux issues du lac Dhaya, le wali d’Oran, Mr Chérifi, a ordonné une expertise après une visite sur site en compagnie du chef de daïra d’Es Sénia, de l’inspecteur général de l’administration, du maire de la localité ainsi que le directeur de la SEOR pour constater de visu les dégâts occasionnés . Les premiers éléments d’analyse font ressortir une remontée des eaux du lac Dhaya situé à proximité du cimetière, et ce malgré l’existence d’un muret tout autour, érigé dans le but d’éviter son envahissement. En effet, les dizaines de tombes ont été complètement submergées par les eaux salines du lac, dont la remontée semble à priori, inévitable comme l’atteste, la proposition d’un éventuel transfèrement de ces tombes vers un autre site plus approprié. Cette solution est fortement préconisée dans la mesure où, les solutions techniques proposées, s’avèrent inefficaces. Parmi ces solutions, une tentative de pompage des eaux du lac et leur détournement vers une autre station, est avancée par les services techniques de la SEOR pour provoquer l’assèchement du site. Cette technique, si elle réussissait, permettrait de préserver les tombes après leur réhabilitation. Dans le cas contraire, et après consultation des proches des défunts, il sera procédé au transfèrement des tombes vers un nouveau site en coordination avec la direction des affaires religieuses et des biens wakfs de la wilaya d’Oran et les autorités locales. a noter que ces dernières, ont commencé l’élaboration d’une fiche technique pour le recensement des personne enterrées dans ce cimetière.

ORAN : NSPECTION D'UNITES OPERATIONNELLES ET REUNIONS AU MENU : Gaïd Salah en visite à la 2ème région militaire

Le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah effectuera, du 9 au 12 avril courant, une visite de travail et d'inspection en 2ème région militaire à Oran, indique dimanche un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). Lors de cette visite, le général de corps d'armée procèdera à l'inspection d'unités opérationnelles et tiendra également des réunions d’orientation avec les cadres et les personnels des unités de la 2ème région militaire, précise la même source. r.r

ORAN : Réunion élargie au siège de la wilaya : L’éradication des points noirs en débat

Karim Bennacef Une réunion élargie a été tenue au siège de la wilaya sous la coupe du wali, Mr Chérifi Mouloud , consacrée à la présentation des résultats des opérations de nettoyage et de nettoiement de l’environnement ainsi que de nombreux points qui ont un rapport direct avec l'amélioration des conditions de vie des citoyens. Le wali a évoqué l’ensemble des opérations menées par les services de wilaya au niveau du grand Oran, regroupant les circonscriptions d’Oran, Bir El Djir et Es Sénia, et lesquelles ont porté sur le colmatage des nids de poule sur les routes et les zones résidentielles. Il a été à cet effet demandé aux directeurs des secteurs concernés et aux chefs des daïras de procéder au recensement des différents points noirs relevés au niveau de leurs juridictions respectives tout en recensant les besoins nécessaires pour que cette opération puisse se faire dans les meilleures conditions. A l'ordre du jour, il a été également évoqué la nécessité de prendre en charge le drainage des puits, l'irrigation des espaces verts, la construction d'espaces verts le long des grands axes routiers, l'intensification des travaux d'entretien de l'éclairage public, le nettoyage des plages, l'acquisition de conteneurs supplémentaires, le blanchiment des grandes artères du centre-ville, la bonne préparation de la saison du mois sacré du Ramadan, ainsi que le dossier de l’embellissement des façades de bâtiments avec la nécessité de sensibiliser les citoyens à la nécessité de les repeindre. Dans le même ordre d'idées, le wali a demandé que des licences préalables soient mises en place pour réglementer l'exploitation des espaces publics, de manière à permettre aux citoyens et à leur famille d'agir normalement, et ce conformément aux instructions de Mr Ministre de l'intérieur, des collectivités locales et de l'aménagement du territoire. D’autre part, il est signalé que l’opération de nettoyage de la pente entre l'interface de la mer et la route menant au port d'Oran, qui connaît la présence d'herbes et d'herbes bordant le paysage de la mer, a été mis en place au cours de la semaine où un groupe mixte a été chargé de cette mission. Il s'agit d'une cellule privée de protection civile pour la mise en œuvre de ce processus.

ORAN : Retard du projet «85 logements sociaux participatifs » d’El Kerma : Des représentants des souscripteurs reçus par la directrice du logement

Par : Karim Bennacef Des représentants des bénéficiaires au programme des «85 logements sociaux» d’El Kerma ont été reçus à la direction de wilaya du logement, suite au retard que connait ce projet lancé en 2008 et dont les travaux ont été stoppés consécutivement au décès du promoteur. La séance tenue au siège de la direction du logement sous la houlette de la directrice de cet organisme, a permis de passer en revue les contraintes qui ont freiné l‘avancement du projet, tout en explorant les voies et moyens pour sa relance, étant entendu que l’entreprise de réalisation est reprise par le fils du défunt, présent à cette rencontre. Il ressort de cette rencontre que le contentieux qui oppose les postulants au promoteur, porte pour les premiers sur la non réalisation des réseaux de gaz et d’électricité, pendant que la deuxième partie, en l’occurrence, le promoteur, soulève la question du non acquittement par les souscripteurs des sommes à verser. La médiation de la directrice de wilaya du logement a eu pour effet de faire respecter les engagements des uns et des autres, pour débloquer le contentieux et relancer l’achèvement du programme en question. A cet effet, une délégation de son exécutif, a été instruite pour effectuer une visite technique sur le site.

ORAN : Plusieurs projets dont l’échangeur de Mers El Kébir supervisés : Le wali fixe la date du 15 mai pour l’achèvement des travaux

Karim Bennacef Usant d’un ton ferme, le wali d’Oran, Mr Mouloud Chérifi a fixé un ultimatum au 15 mai prochain aux responsables des équipements de son exécutif et ceux représentants les collectivités locales qui l’accompagnaient de la visite de terrain effectuée avant-hier, pour le parachèvement des projets en cours, notamment celui de l’échangeur de la RN2 situé à l’entrée de Mers El kébir et reliant la corniche inférieure à celle supérieure. En effet, lors de l’étape l’ayant conduit dans la localité côtière, pour la supervision de l’avancement des travaux, Mr Chérifi s’est montré quelque peu désappointé par le retard pris par cet échangeur, ayant couté la bagatelle de 18 milliards de centimes pour sa réalisation, mais aussi beaucoup d’impondérables puisqu’il avait connu plusieurs arrêts de chantiers. Cet échangeur, est sensé selon se concepteurs désengorger la circulation routière sur l’axe de la corniche oranaise, notamment durant la saison estivale où le flux mécanique est assez élevé et surtout source d’encombrements. Au niveau de la pêcherie d’Oran où des travaux d’un sens giratoire ont été lancés, des remarques pertinentes ont été faites par le chef de l’exécutif qui a insisté sur la qualité des travaux, notamment en matière d’embellissement et d’agencement arguant le fait que ce lieu est considéré comme un passage privilégié vers la corniche oranaise, et qu’il devait ainsi refléter une belle image d’Oran. Au chapitre des projets intégrés, notamment ceux en rapport avec les préparatifs des jeux méditerranéens de 2021, dont le stade olympique de 40.000 places de Belgaïd et les infrastructures d’accompagnement ainsi que le village méditerranéen, Mr Chérifi a exhorté les responsables à élever la cadence des travaux, d’autant plus, dira-t-il, que toutes les contraintes techniques ou financières, ont été levées. Le choix des matériaux et la qualité des travaux doivent être aussi à la hauteur de l’événement que s’apprête à abriter la capitale de l’Ouest, qui a bénéficié d’un budget conséquent pour la réalisation de l’ensemble de ces projets entrant dans le cadre de sa modernisation.

Le nouveau siège TLS contact d’Oran fonctionnel depuis le 04 avril : Une infrastructure à la hauteur de la position de la region

Après avoir été inauguré deux jours auparavant par le Consul général de France à Oran, Mr Christophe jean en présence du wali d’Oran et des autorités locales, le nouveau siège TLS contact d’Oran a accueilli les demandeurs de visas ce 04 avril dans un siège flambant neuf, à l’architecture moderne et des aménagements intérieurs, rendant honneur à son rang de 6ème succursale mondiale en termes de réception de demandes de visa. Par : Karim Bennacef Ces aménagements fonctionnels, au côté des mesures de facilitations introduites par le service consulaire français des visas dans le cheminement et le traitement des demandes, à l’exemple entre autres du Call center et le prépaiement, sont le résultat des réflexions engagées pour mettre les demandeurs, dans les meilleures dispositions d’accueil, avec un délai de traitement de chaque dossier rapporté à trente minutes, sachant que le volume des demandes est passé entre 2012 et 2017, à 140 %. « L’objectif, est d’assurer une fluidité dès le moment du dépôt du dossier de demande de visa jusqu’à la sortie, par la mise en place de guichets traitant chacun, un aspect précis, dont principalement la vérification du dossier, avant sa validation et la finalisation du reste des procédures, dont le paiement», avait expliqué le Consul général de France à Oran. Pour la directrice général de TLS Contact Algérie, nombre de mesures d’informations utiles sont désormais à la portée du demandeur de visa, lesquelles pourraient lui épargner de passer par les offices intermédiaires qui proposent moyennant finance, de leur obtenir des rendez-vous, d’autant plus que les rendez-vous mis en ligne quotidiennement selon les instructions et les disponibilités des Consulats, sont gratuits. Ces pratiques, pourraient porter préjudice au demandeur de visa, avisera Mr Sabrina. L’espace premium Une visite guidée au profit des journalistes a été organisée jeudi au niveau du nouveau siège de TLS Contact d’Oran, par le Consul général de France à Oran, Mr Christophe Jean qu’accompagnaient la directrice générale de TLS Contact et la directrice du centre d’Oran. La visite a été mise à profit pour un échange de questions réponses entre le diplomate français et les journalistes, lequel échange a porté essentiellement sur les nouvelles mesures introduites par les services consulaires français pour la prise en charge et le suivi des dossiers de demandeurs de visas, selon des procédés fluidifiés, dont particulièrement, le raccourcissement du temps de traitement du client rapporté à 30 minutes. Des explications ont été fournies aux journalistes sur les différentes étapes que doit parcourir le demandeur de visa. Sur la question afférente aux difficultés d’accès au site numérique pour la prise de rendez-vous, Mr Christophe Jean répondra que le premier problème est lié essentiellement à la connexion. Ensuite, il y a le nombre impressionnant de demandeurs qui se connectent lors d’une même tranche horaire ainsi qu’aux téléchargements. Il faut savoir que le nombre des demandeurs a augmenté de 140 % en l’espace de 05 ans. Dans l’espace premium, dernière étape de cette visite guidée, le diplomate français expliquera qu’il s’agit d’une prestation mise au service des demandeurs de visas ayant une contrainte de temps ou désirant tout simplement pour une raison ou autre, choisir ce mode de service pour déposer sa demande. En effet, l’espace était luxuriant, sans que cela ne diminue en rien, la qualité de l’espace classique. Les quelques demandeurs rencontrés au niveau du centre, ont salué la nouvelle mise en place, tout autant que le nouveau cadre, spacieux, élégant et offrant un maximum de confort, qui tranche drastiquement avec l’ancienne. Mr Christophe Jean, confiera que « le souci de ses services consulaires est de fournir un niveau de prestations de qualité qui réunit, temps, confort et fluidité, sans perdre en volume de traitement/jour des demandes de visa », pour conclure que « plusieurs centaines de dossiers sont traités quotidiennement ».

ORAN : Le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, au "forum d'El Djoumhouria" : « La liberté de la presse est une "réalité incontestable" en Algérie »

Le ministre de la Communication, Djamel Kaouane a affirmé, jeudi à Oran, que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika veille sur la liberté d’expression en tant que garant et que la liberté de la presse est une "réalité incontestable" en Algérie, consacrée quotidiennement. Mr Kaouane a souligné lors du "Forum d'El Djoumhouria", à l’occasion du 55e anniversaire de la parution du premier numéro de ce journal (ex La République) édité à Oran, que "le président de la République, Abdelaziz Bouteflika qui a été, des années durant, le garant de la liberté de la presse, a porté cette garantie jusque dans la Constitution, en temps qu’il continue de porter une vision pour l’ensemble de la corporation à qui il entend donner les moyens de s’organiser et de s’autoréguler à travers l’autorité de régulation. Une autorité à laquelle les journalistes professionnels seuls pourront donner sa raison d’être, et qui pourront également solliciter le fonds d’aide à la presse écrite". Dans une communication sur le thème "la presse algérienne face aux défis du numérique", le ministre a déclaré que "l’Algérie n’est pas en reste dans ce mouvement inéluctable vers les lendemains digitaux, dont l'horloge est à la fois au temps des transformations et de leurs défis technologiques, et au temps de la préservation des acquis humains pour aller vers ce devenir imparable avec plus d’équité et de cohésion". "Soutenir donc aujourd’hui que le passage au numérique est un défi pour la presse n’est plus une vue de l’esprit, mais un constat né du réel, qui impose sa transition comme une étape incontournable dans le devenir de la corporation", a ajouté le ministre. M. Kaouane a aussi souligné que "cette étape est un tournant que la presse algérienne peut négocier avec plus de sérénité que ses sœurs dans le monde, car elle a pour elle le bienveillant soutien des pouvoirs publics, qui lui permet de vivre une étape hybride à la fois numérique et de papier, cela même si, dans cette tourmente, il y a eu, depuis 2014, plus de 60 titres qui ont dû fermer pour raisons économiques". "Malgré ces soubresauts, il se passera encore un peu de temps avant que le papier ne devienne en Algérie un vecteur d’information inopérant et non viable, mais il est évident que nous sommes déjà dans l’ère technologique qui prépare à la disparition du support papier", a-t-il encore déclaré. Et d'ajouter "il s’agit, bien évidemment, du devenir de la corporation qui doit, du fait de ces mutations, prendre conscience des risques qui pèsent sur ses acquis éthiques et professionnels, sans lesquels, dans la cacophonie de la sphère numérique et des réseaux sociaux, elle n’arriverait guère à marquer sa différence fondatrice et fondamentale, qui en fait un médiateur crédible et donc incontournable de l’information, l’information juste, sourcée et fondée". Le ministre a encore affirmé "malgré ces défis et ces contraintes, j’ai la conviction que le journalisme a devant lui un avenir radieux et demeure au centre de toutes ces mutations et il ne tient qu’aux journalistes de préserver ce métier et lui donner ses lettres de noblesse". Sur un autre plan, M. Kaouane a souligné "le modèle de soutien par la publicité institutionnelle a montré ses limites et pointe la nécessité, pour les éditeurs, de rechercher et d’imaginer des solutions et des alternatives à la manne publicitaire publique, dont je tiens à rappeler, encore une fois, qu’elle ne représentait, à ses forts moments, que 20% de l’ensemble de la publicité disponible en Algérie". "Au jour d‘aujourd’hui, cette manne a reculé, en quatre années, de plus de 60%", a-t-il ajouté. En réponse à une question sur la parcimonie de la publicité que connaissent les entreprises de presse privée, le ministre a indiqué que cette parcimonie n’est pas seulement limitée aux journaux privés et que "les quotidiens publics en sont les plus touchés", signalant, dans ce même cadre, que la grande majorité sont des journaux privés et, bien entendu, 80 à 90% de la publicité publique va vers les journaux privés. De son côté, le Directeur général du journal "El Djoumhouria", Bouziane Benachour a donné un aperçu général sur les différentes étapes que cette publication a connu et les défis auxquels elle a fait face, depuis sa création, le 19 mars 1963, sous le titre "La République" en langue française à l’époque, ainsi que ses réalisations dans le domaine de l’information au service de la société et au diapason du développement. Porte ouverte aux chaines de télévision privées Le ministre de la Communication, Djamel Kaaouane a annoncé, jeudi à Oran, que la porte est "ouverte" aux chaines de télévision privées désirant diffuser leurs programmes sur le satellite algérien "Alcomsat 1". Dans ce cadre, le ministre a souligné au "Forum d'El Djoumhouria", à l’occasion de la célébration du 55ème anniversaire de la parution du premier numéro de ce quotidien (ex La République) édité à Oran, que "la porte est ouverte aux chaines privées désirant diffuser sur le satellite Alcomsat 1, qui a d’énormes capacités et constitue un acquis pour l’Algérie". A ce propos, M. Kaouane a annoncé que les chaines de télévision publiques et plus de 50 radios et le fil d'Algérie presse service (APS) diffuseront sur ce satellite. Le ministre a fait savoir que les tests de diffusion directe des programmes de télévision et de radio, effectués il y a deux jours sur ce satellite ont été "concluants". Au sujet de l’autorité de régulation de la presse écrite, M. Kaouane a souligné que son installation se fera dans "les brefs délais", signalant que l’étude des textes portant sur la création de cette instance a été achevée. Le ministre de la Communication a animé, lors de ce forum, une communication sur le thème "La presse algérienne devant les défis du numérique" en présence de représentants médias publics et privés. r.n

« TLS Contact » d’Oran : Inauguration du nouveau siège en présence du Consul général de France à Oran

Le nouveau siège TLS Contact d’Oran, sera inauguré aujourd’hui à Oran, en présence du Consul général de France à Oran, Mr Christophe Jean et d’un certains nombre de responsables locaux et de gens de la presse, invités à l’occasion, a annoncé un communiqué des services de l’institution diplomatique française. Le nouveau centre de réception des demandeurs de visas (TLS Contact) pour la circonscription d’Oran est ainsi domicilié à l’Immeuble «Les Aurès» au quartier «USTO» dans la commune de Bir El Djir, (entre le rond-point de Sonatrach et le rond-point de l’EHU à proximité de l’hôpital régional de la Sûreté nationale). D’autre part, il y a lieu de rappeler que le consulat général de France à Oran a annoncé de nouvelles procédures de facilitation qui rentrent en application à partir du 4 avril et concernant la prise de rendez-vous de visa par le biais du centre «TLS Contact». Le rendez-vous pris sur le site de TLS Contact est notifié au demandeur par mail à l’adresse électronique utilisée lors de l’inscription ainsi que par SMS. Il ne sera validé qu’après le prépaiement des frais de services. Le prépaiement des frais d’un montant de 3.600 DA doit être impérativement effectué dans les trois jours ouvrables qui suivent la prise de rendez-vous. A défaut, il sera annulé. Le prépaiement des frais se fera au niveau du bureau «TLS Contact» d’Oran du dimanche au jeudi de 8 à 16 heures. Aussi, dans le cadre des nouvelles procédures, ce prépaiement se fera prochainement dans les bureaux d’Algérie Poste (CCP). La non-présentation au rendez-vous ne donnera droit à aucun remboursement, sauf en cas de force majeure dûment justifiée. A noter que les frais de prestations de TLS Contact pour les tarifs de base vont également baisser de 3.850 à 3.600 DA. Un centre d’appel de TLS contact sera ouvert de 8h30 à 16h30 sans interruption avec messagerie vocale 24h/24, destiné à fournir des informations sur les procédures de demande de visa. Par contre, la prise de rendez-vous ne se fera pas le biais de ce centre d’appel. En outre, un comptoir de dépôt rapide pour les demandeurs exonérés de biométrie sera aménagé dans le cadre des mesures de facilitation. Selon ce qui est rapporté, l’ouverture de ce nouveau centre TLS Contact, permettra d’une part, d’améliorer les conditions d’accueil des demandeurs de visas pour la France. De l’autre, assurer un service de qualité aux citoyens algériens tout en accompagnant l’accroissement du nombre de demandes de visas pour la France, par la multiplication du nombre de guichets d’accueil des demandeurs de visas et de parachèvement des procédures de demande afin accueillir les demandeurs à l’intérieur du centre et éviter les files d’attente à l’extérieur du centre. Autre mesure escomptée par les demandeurs de visas, est la durée de traitement du dossier de demande, qui serait apportée à 30 minutes incluant toutes les procédures auxquelles sont soumis ces derniers. enfin, il ya lieu de signaler que le site du consulat général est le suivant https://oran.consulfrance.org/ et celui du prestataire «TLS Contact»: https://fr.tlscontact.com/dz/orn/index.php Karim Bennacef

Brahmi Khaled Bakhti, maire de Boutlélis : « Nous avons adressé à la wilaya la liste des besoins en logements »

Par : Karim Bennacef S’exprimant sur les besoins en matières de logements dans sa commune, qui fait face à une forte demande citoyenne, avec pas moins de 4 mille demandes de logements déposées auprès de ses services, le maire de la commune de Boutlélis, Mr Brahmi Khaled Bakhti a fait savoir que les programmes dont a bénéficié sa localité ces dernières années, soit 700 logements sociaux, dont 300 ont été achevés et 400 en cours de réalisation, sont insuffisants pour satisfaire la population locale. A cet effet, il a affirmé avoir émis la liste des besoins aux pouvoirs publics et qui consisteraient en un quota supplémentaire de 1500 logements sociaux, un autre de 500 logements AADL et enfin 400 unités de type LPA, afin de répondre aux préoccupations de ses concitoyens et surtout faire face à la grogne des citoyens, comme cela avait été le cas en 2017, lors de la distribution des 700 logements sociaux. Une grogne manifestée par les exclus de la liste des bénéficiaires et caractérisée par l’introduction de pas moins de 1400 recours, a confié le maire de cette commune. C’est pour dire, la forte pression en matière de revendication sociale de la population locale qui estime avoir été lésée en matière de logements. Toutefois, dans son appel lancé aux pouvoirs publics, le maire de Boutlélis, atteste que les assiettes foncières urbanisables sont largement disponibles dans sa commune, pour peu que ces derniers (pouvoirs publics).

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar