Fri06222018

Last updateMon, 18 Jun 2018 10pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Mostaganem

Régions Info

AIN-NOUISSY ABRITE LES FESTIVITÉS DE LA JOURNÉE DU CHAHID : Le wali inaugure un centre de santé à douar Belhadj et un réservoir d’eau potable à ‘’Kahlala’’

C’est à la daïra d’Ain-Nouissy qu’est revenu l’honneur d’abriter les festivités officielles commémorant la journée du Chahid, présidées par le wali Abdelwahid Temmar, accompagné du président de l’APW M.Bouras Ketroussi, des autorités militaires et sécuritaires, des directeurs de l’exécutif, du chef de la daïra d’Ain-Nouissy, des présidents d’APC d’Ain-Nouissy et d’El-Haciane, des membres de la famille révolutionnaire, des élus nationaux des deux chambres et des représentants de la presse.Les festivités officielles commémorant la journée du Chahid viennent nous rappeler celles organisées en 2015 lors de la commémoration des massacres du 17 Octobre 1961 et dont la daïra d’Ain-Nouissy en a eu également l’honneur de les abriter. C’est en cette journée printanière du samedi 18 février 2017, symbole du sacrifice de nos glorieux martyrs, que se sont déroulées les festivités dans une ambiance digne des grandes manifestations. ,Une organisation impeccable, un cordon de sécurité efficace, assuré par la sûreté de daïra d’Ain-Nouissy et la brigade de la Gendarmerie nationale de la même localité. La délégation a été accueillie par le chef de la daïra d’Ain-Nouissy, M. Abdelaziz Bouazizi et le maire, M.Mehdi Azizi au carré des martyrs où le wali a présidé la cérémonie de recueillement et de dépôt d’une gerbe de fleurs à la mémoire des martyrs de la révolution du 1er novembre 1954. Après la levée des couleurs sous les airs de l’hymne national ‘’Kassaman’’ exécutés par la fanfare scoute du Faoudj El-Amal d’Ain-Nouissy sous la houlette de Sadek Amara, Abdelkader Smara, Djillali Laghouati et Abdellah Amara de l’Association des Anciens Scouts Musulmans, les honneurs d’un peloton d’éléments de la sûreté de daïra d’Ain-Nouissy et la lecture de la sourate El-Fatiha, un vibrant hommage a été rendu par l’mam de la Grande mosquée ‘’Emir Aek’’ d’Ain-Nouissy, aux chouhada et victimes de la répression féroce menée par la soldatesque Coloniale pendant 132 années. La délégation s’est ensuite rendue au douar ‘’Belhadj’’ à quelques encablures du chef-lieu de daïra d’Ain-Nouissy où le wali a inauguré le nouveau centre de santé baptisé en la circonstance du nom du Chahid ‘’ Mokhtar Benchaâ’’. En présence du Directeur de la santé et de la population M. Abdelghani Friha, du Directeur de l’EPSP Dr. Ghali Nefoussi et du Chef de daïra d’Ain-Nouissy M. Abdelaziz Bouazizi, le wali a inspecté les différents services du centre de santé de proximité. Après avoir écouté attentivement les explications du responsable du centre, le chef de l’exécutif a insisté sur la qualité des prestations et de prise en charge des malades. Le premier responsable de la wilaya n’a pas manqué de sensibiliser le personnel médical présent et de l’exhorter à mieux accueillir les patients. A ce titre il dira :’’ Nous ne ménagerons aucun effort pour améliorer les conditions de vie des citoyens des zones rurales en mettant à leur disposition toutes les commodités nécessaires pour améliorer leur quotidien, alors faites en sorte que cette stratégie soit mise en œuvre sur le terrain’’. Avant de quitter le douar ‘’Belhadj’’, le wali a été sollicité pour une photo-souvenir avec les habitants et les enfants du douar. La 2ème étape de la visite du wali a été le douar ‘’Kahlala’’ dans la commune d’El-Haciane où le wali a inauguré le réservoir d’Alimentation en eau potable (AEP) des douars Kahlala, Kloua et Bouhala à partir des systèmes mis en place à savoir le MAO et les stations de dessalement. La consistance physique, selon la fiche technique du projet se résume en la fourniture et la pose de canalisation en ‘’PEHD’’ différents diamètres sur 4300 M/L et la réalisation d’un réservoir surélevé d’une capacité réelle de 200 M3. Selon les explications du Directeur des Ressources en eau de la wilaya M. Moussa Labgaâ, ce réservoir qui alimentait au début les populations des trois douars suscités en plus d’une partie du douar Zorg dans la commune de Sirat, 1 sur 3 jours, est passé actuellement à une alimentation en eau potable quotidienne pour une population de 500 habitants. Sur les lieux, le wali a eu à discuter avec les représentants des habitants des trois douars qui n’ont pas caché leur satisfaction pour cet acquis et ont remercié le wali pour tous les efforts consentis en faveur des populations rurales, dont il en fait l’une des priorités de son agenda. Cette présence dans la région pour le devoir de mémoire sera mise à profit par le chef de l’exécutif de la wilaya afin d’inviter la famille révolutionnaire sous une tente plantée dans la nature au beau milieu du douar ‘’Kahlala’’ où il a présidé la cérémonie de remise de présents symboliques aux anciens Moudjahidine, veuves et enfants de chouhada. Ainsi, devant un parterre de journalistes tous médias confondus que le wali Abdelwahid Temmar et les membres de la délégation qui l’accompagnaient, ont remis des gratifications aux membres de la famille révolutionnaire. Et c’est dans une ambiance festive que le chef de l’exécutif a été invité avec ses accompagnateurs à déguster un délicieux couscous offert par la population du douar ‘’Kahlala’’. Les festivités ont pris fin vers 13 heures 30 mn.

CAP SUR LES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : Le wali explique et distribue sa feuille de route

Après la réunion avec les chefs de daïra, leurs chargés de communication et les représentants de la presse tenue en son cabinet jeudi 16 février 2017, qui a duré plus d’une heure, consacrée à la communication, le wali Abdelwahid Temmar, s’est dirigé quinze minutes plus tard vers la salle des conférences de la wilaya, pour présider cette fois, une autre réunion importante, consacrée aux préparatifs des élections législatives du 04 mai 2017, à laquelle, ont pris part les directeurs de l’exécutif, les autorités sécuritaires, les chefs de daïra, les maires et les différents responsables à l’image d’Algérie-Télécoms, Algérie-Poste, l’ADE et la Sonelgaz. Dans son intervention, le wali n’a pas tardé à entrer dans le vif du sujet en mettant en relief les différentes et nombreuses instructions émanant du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Locales relatives aux mesures à prendre dans le cadre des préparatifs des élections législatives du 04 mai 2017. Dans ce contexte, le chef de l’exécutif a rappelé à l’assistance les dispositions contenues dans la loi électorale issues, assure-t-il, de l’esprit de la nouvelle constitution décidée par Son Excellence Monsieur Le Président de la République. Aussi, il a mis en exergue la détermination et la volonté de Son Excellence Monsieur Le Président de la République de voir ces élections se dérouler dans la transparence totale. Pour ce faire, il a appelé l’ensemble des acteurs concernés notamment ceux de l’administration de faire preuve de neutralité et de ne s’immiscer dans aucune situation qui pourrait engendrer des polémiques sans fin. En ce sens, le wali a affirmé que le rôle de d’administration se confine en la préparation technique et administrative des élections par l’apport en moyens humains et matériels pour la réussite de l’opération. Aussi, il a parlé de la révision des listes électorales dont l’opération a débuté le 08 février pour se clôturer le 22 du même mois. Abordant le côté technique de l’opération de vote, le premier responsable de la wilaya a instruit les chefs de daïra et les maires pour mettre en œuvre sans tarder, tous les moyens matériels, de les vérifier et de combler les insuffisances qui pourraient en résulter des opérations de contrôle. Aussi, le wali a fait allusion au choix du personnel d’encadrement des centres et bureaux de vote. En ce sens, il a rappelé les responsables concernés d’être vigilants et rigoureux dans le choix des personnes dans le but d’éviter toute polémique. Les personnes choisies ne doivent avoir en aucun cas un penchant partisan et ne doivent avoir aucun lien avec un quelconque candidat. Concernant la permanence de la haute instance indépendante de surveillance des élections, le wali Temmar a affirmé que celle-ci a été installée au cours de la semaine écoulée et qu’elle a toute latitude d’entamer sa mission dans les limites de ce que lui confère la loi. S’agissant de la logistique pour le jour ‘’J’’, le chef de l’exécutif a exhorté les responsables locaux directement concernés par cette mission, de bien évaluer la situation, de prendre les dispositions y afférentes dès maintenant notamment en matière de restauration et de transport. Le Directeur de wilaya des transports a été appelé par le wali séance tenante, de prendre les dispositions nécessaires cette semaine. Des rapports périodiques sont à transmettre à l’Autorité de wilaya sur les dispositions prises au fur et à mesures que celles-ci avancent. Puis il donna la parole au Directeur de la Règlementation et des Affaires Générales (DRAG), lequel a axé son rapport sur la situation actuelle de l’état des préparatifs, sur le personnel d’encadrement, les moyens matériels, tels les isoloirs, les urnes, les centres de vote retenus, le nombre d’isoloirs par bureau, etc… Ensuite l’orateur a mis en relief le volet administratif de ces joutes, celui de la révision des listes électorales dont l’opération est toujours en cours et qui prendra fin le 22 février 2017, puis il a donné des chiffres précis arrêtés au 31 décembre 2016, et ce, en attendant, la clôture de l’opération de révision des listes électorales en cours dont les chiffres seront communiqués à la presse après le 22 février. En attendant, la clôture de cette révision, la wilaya de Mostaganem compte pour l’instant 645.349 inscrits, 324 centres de votes (+9 par rapport à la dernière élection), 1145 bureaux de vote (+35 par rapport à la dernière élection), 9635 encadreurs. Pour ce qui est de la campagne électorale, M. Aliane Makhlouf a indiqué que pas moins de 68 espaces pour les meetings entre salles de spectacles, salles des fêtes et autres, ont été retenus par la wilaya ainsi que 560 placards d’affichages répartis à travers les 32 communes. Reprenant la parole, le wali Abdelwahid Temmar, a rappelé aux présents l’importance de l’événement, un tournant historique dans la vie du pays, assura-t-il. De ce fait, tous les responsables à tous les niveaux de la hiérarchie sont tenus de redoubler d’efforts et de n’en ménager aucun pour la réussite de ce rendez-vous politique national, de la plus haute importance. Pour conclure, le wali a tout de même, averti, qu’aucun manquement ne sera toléré sous peine de sanctions appropriées.

LA SÛRETÉ DE WILAYA FAIT SON BILAN : Des résultats probants et un travail de proximité des plus encourageants

C’est dans une salle archicomble au siège de la Sûreté de wilaya de Mostaganem que la conférence annuelle relative aux activités de la police au titre de l’année 2016, s’est tenue ce jeudi à 10 heures. Devant un parterre de journalistes représentants la presse écrite, audiovisuelle et la radio, que le Commissaire Divisionnaire Chef de la Sûreté de wilaya de Mostaganem, a animé la conférence de presse, qui, de l’avis de tous, a été d’un très haut niveau de par la présentation d’un bilan chiffré limpide à travers un data show appuyé par les interventions des différents chefs de services de la police. Après l’hymne national et l’observation d’une minute de silence à la mémoire des Chouhada de la Glorieuse Guerre de Libération Nationale du 1er Novembre 1954, l’animateur de cette conférence en l’occurrence le lieutenant Belkacem Bachir chef de la cellule de communication, a, après avoir souhaité la bienvenue aux présents, donné la parole au chef de la sûreté de wilaya, le Commissaire Divisionnaire Samir Khellassi. Le patron de la police de la wilaya, dans un langage clair, a tenu à préciser aux journalistes que la mission de la police se veut préventive, avant toute autre considération. A ce sujet il dira :’’ Nous sommes issus du peuple et nous sommes à son service et nous nous réjouissons de la confiance placée en nous par les citoyens, démontrée à travers le travail de proximité effectué sur le terrain en coordination avec le mouvement associatif, colonne vertébrale de la société civile, et à travers les appels de secours et autres enregistrés sur les différents numéros verts mis à la disposition de la population’’. Aussi, il n’a pas manqué de relever le climat de confiance et la synergie qui existe entre la police et la presse dans le cadre de la sensibilisation et des campagnes d’information organisées en direction des citoyens, touchant à la drogue, aux fléaux sociaux, aux actions de solidarité etc… Dans son intervention, le Chef de la Sûreté de wilaya a tenu à préciser que la mission de la police dans le cadre du plan d’action mis en œuvre, s’articule sur deux axes : le Préventif et le Répressif. Mais, il s’est attardé sur le premier volet (Préventif), car pour le premier policier de la wilaya, il s’agit de faire la part des choses en axant les efforts sur le travail de proximité qui reste très important à travers les campagnes de sensibilisation, journées d’informations, et portes ouvertes, avec la participation de la presse notamment, dont le rôle en tant que partenaire incontournable dans la diffusion du message n’est plus à démontrer. Pour ce qui est du ‘’Répressif’’, les missions sont claires, elles s’articulent autour de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, le démantèlement des fiefs de la délinquance grande et petite, la drogue, les fléaux sociaux, etc… Abordant les différentes activités relevant de la Police Judiciaire, la Sécurité Publique, la Police Générale, la communication et les relations publiques, les numéros verts, ‘’Allo Chorta’’ nouveau dispositif électronique mis à la disposition des citoyens, le travail de proximité, le Chef de la Sûreté de wilaya a donné à travers une dissertation magistrale, les missions de la police en axant son intervention sur la couverture sécuritaire à travers le territoire de compétence où la sûreté de wilaya dispose actuellement de 16 entres sûretés de daïras, urbaines et extra muros sur les 32 communes soit un taux de couverture de plus de 57%, en attendant de renforcer le potentiel existant par d’autres structures dont trois sûreté urbaines extra-muros à Hadjadj, Ain Sidi Cherif, Benabdelmalek Ramdane et une nouvelle Brigade Mobile de la Police Judiciaire (BMPJ) dont le siège sera implanté à Mostaganem, mais qui aura compétence sur l’ensemble du territoire de compétence. Ce qu’il faut retenir aussi, la sûreté de wilaya de Mostaganem agit sur un territoire d’une superficie de 2268 km2 pour une population de 834.600 habitants. Ce qui n’est pas chose aisée. Les interventions des différents cadres de la police chefs de services, chacun en ce qui le concerne, ont été suivies de questions de la part des journalistes, lesquels ont soulevé, pas mal d’interrogations, qui ont trouvé les réponses appropriées. La présentation du bilan annuel chiffré de la Sûreté de wilaya fait ressortir une nette amélioration en termes d’affaires résolues. Ainsi, sur 5940 affaires enregistrées en 2016 contre 4185 en 2015, pas moins de 5197 ont été résolues soit un taux de 87,49%. Ces affaires ont vu l’implication de 6444 personnes dont 1273 ont été placées sous mandat de dépôt. A la lumière des détails de ces affaires, l’on a constaté que dans pratiquement la quasi-totalité, le taux varie entre 91 et 94% de crimes et délits résolus. Le bilan fait ressortir en matière de stupéfiants que les services concernés de la sûreté de wilaya, n’ont pas chômé en 2016 et ont du déployer des efforts considérables pour mettre hors d’état de nuire les narcotrafiquants et autres dealers. En effet, les chiffres parlent d’eux-mêmes : En 2015, le nombre d’affaires concernant la drogue était de 556. En 2016, le bilan fait état de 1438 affaires. Aussi, 131,576 kg de drogue confisqués en 2015 et 237,134 en 2016. La différence est de taille. Pour ce qui est de la Cybercriminalité, les services de police compétents ont eu à traiter 19 affaires dont 18 élucidées soit un taux de résolution de 94,73%. La violence scolaire, quoique la wilaya de Mostaganem, reste dans une certaine mesure épargnée de ce fléau social, il n’en demeure pas moins que 05 affaires ont été traitées en ce sens, et 127 autres concernant la violence faite aux femmes. Pour ce qui des autres fléaux sociaux telle la corruption, les services de la sûreté de wilaya ont eu à traiter cinq cas impliquant 06 personnes, placées en détention préventive par la justice. Concernant la sécurité publique, 60198 véhicules contrôlés en 2016, 7757 patrouilles pédestres, 7887 patrouilles mobiles et 163 opérations Radar effectuées. La même période a connu 422 accidents contre 412 en 2015. Par contre le nombre de morts a nettement diminué pour atteindre 16 contre 24 en 2015. Dans ce contexte, il y a lieu de rappeler, en tenant compte des analyses apportées par les cadres de la police, que le facteur humain reste toujours la principale cause des accidents de la route dont le taux avoisine 90%. Dans le même sillage, il est fait mention de 4855 retraits de permis de conduire. Reprenant la parole, le Chef de la Sûreté de wilaya M.Samir Khelassi, a tenu à remarquer sur la question des mouvements de protestations et autres manifestations, en soulignant plus particulièrement : ‘’ la gestion pacifique et constructive de ces mouvements sociaux, dont le but n’est autre que des revendications sociales, est notre mission. Notre devoir est d’encadrer et d’orienter si besoin est, ces mouvements, pour que la manifestation pacifique se déroule dans de bonnes conditions’’. Abordant le volet des appels téléphoniques, le conférencier fait part de 7094 appels à travers les différents numéros (1548-17-104) contre 500 appels en 2015. Cet écart positif à plus d’un titre, démontre encore une fois, l’implication du citoyen dans la préservation de la quiétude publique. En effet, selon le Chef de la Sûreté de wilaya, cet enthousiasme à s’impliquer, le citoyen démontre le degré de sa maturité en matière de culture sécuritaire. ‘’Ces résultats probants enregistrés en 2016, nous incitent à plus d’efforts et à plus de proximité et nous nous réjouissons de cette dynamique que connait la relation de confiance établie entre le citoyen et sa Police’’ a assuré le Commissaire Divisionnaire M. Samir Khellassi. Chemin faisant, le Chef de la Sûreté de wilaya a parlé d’un nouveau dispositif électronique venu renforcer les numéros verts. Il s’agit d’une nouvelle application sur Play Store ‘’Algérie police-dz’’ qui consiste à exécuter des appels électroniques via le Net appelée ‘’Allo Chorta’’. Un système plus rapide et plus efficace. Plus de 46 appels ont été déjà enregistrés à travers ce système électronique. Ceci dénote, en effet, une avancée significative dans la prise en charge aussi bien des inquiétudes citoyennes en matière de sécurité publique que des préoccupations d’ordre social. Aussi, l’apport de nouvelles technologies et leur maitrise ont permis de faire un saut qualitatif dans le traitement des affaires en un temps record. Avec le futur projet de télésurveillance qui est en étude, la police aura un autre support pour mener à bien ses missions.

LA COMMUNICATION A L’ORDRE DU JOUR : Le wali somme les chefs de daïra d’ouvrir des pages face book

L’agenda étant trop chargé par des dossiers aussi importants les uns que les autres, le wali a pu tout de même dégagé une heure de son temps pour réunir les chefs de daïra, leurs chargés de communication et les ingénieurs chargés de la création des sites et leur suivi, qui sera consacrée exclusivement à la communication. Ont participé à cette réunion les représentants des organes de presse, tous médias confondus.D’emblée, le chef de l’exécutif annonce la couleur :’’ Messieurs, la communication au niveau des daïras et des APC ne répond pas aux attentes citoyennes, elle est loin de ce que nous avons préconisé en ce sens’’. Et de continuer :’’ Nous ne comprenons pas pourquoi vous hésitez à prendre les choses en main, la démocratie est certes difficile parfois, nous en convenons, mais il va falloir s’y adapter’’. Et pour mieux cadrer ses intentions, le wali dira :’’ Nous ne vous demandons pas de gérer vous-même ce réseau de communications, mais assurez un droit de regard et répondez aux préoccupations des citoyens à travers les agents chargés de mettre à jour ce réseau’’. Aussi, très en colère contre la nonchalance de certains responsables, relevées en matière de communication, le wali Temmar a été catégorique en s’adressant aux chefs de daïra, aux présidents des APC, aux responsables des différents services et entreprises (ADE- Sonelgaz, Algérie-Télécom) : ‘’ Il est temps que vous preniez vos responsabilités et de répondre aux doléances des citoyens, il est inacceptable que pour tout problème, les citoyens s’adressent uniquement au wali, il va falloir, à ce que chaque responsable intervienne dans le cadre de ses prérogatives pour prendre en charge les préoccupations des citoyens’’. Et de renchérir :’’ Il nous est impossible d’être à l’écoute de tous, plus particulièrement pour des revendications qui relèvent des compétences des maires et des responsables à d’autres échelons’’. Aussi, le premier responsable de la wilaya, aussi direct que d’habitude, s’adressa aux jeunes cadres chargés de communication au niveau des daïras pour les sensibiliser dans le cadre de la mission qui leur est dévolue en ce sens, et de les instruire à mettre le paquet sous l’autorité de leurs responsables respectives afin d’être à l’écoute des citoyens et de lui répondre en temps réel. Concernant la Direction du logement, à un degré moins la Direction des Travaux Publics, l’Algérienne des eaux, Algérie Télécom et Sonelgaz, le wali les a instruit de créer des pages face book et de prendre en charge directement les préoccupations des citoyens chacun dans son domaine. Pour ce faire, il a chargé le responsable de la cellule de communication de la wilaya de rédiger un communiqué à l’attention des citoyens, une fois ces pages créées afin de leur permettre de s’adresser directement aux responsables concernés. En ce sens, le wali n’a pas manqué de rappeler aux présents qu’il s’agit-là d’une opération de la plus haute importance et qu’il n’est plus question de tergiverser là-dessus. Pour cela, il fixe à une semaine l’ouverture des pages face book pour l’ensemble des daïras en instruisant les chefs de daïras de lui adresser des bilans hebdomadaires sur les questions soulevées et les suites réservées. Dans son intervention, le wali a fait part à l’assistance de la création d’une page face book destinée aux préoccupations des associations. A ce titre, il dira, cette initiative nous permettra d’évaluer le travail de ces associations dont la wilaya en compte près de 2200 associations tous secteurs d’activités confondus. Selon le premier responsable de la wilaya, le but de ce nouveau mode de communication est de permettre d’une part, au mouvement associatif de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des citoyens en soulevant leurs préoccupations et en apportant les suggestions et propositions utiles dans l’intérêt général. Aussi, cette nouvelle fenêtre se veut un espace de communication, de propositions, à la seule condition que toutes les doléances doivent impérativement porter le nom de leurs auteurs. Tout ce qui est anonyme ne saurait être pris en considération. Dans un autre contexte, le wali Abdelwahid Temmar a exhorté encore une fois les chefs de daïra, à encourager la création d’associations au niveau des communes et plus particulièrement dans les douars où les populations rurales sont appelées à s’organiser pour mieux cerner leurs problèmes et permettre de dégager éventuellement les solutions appropriées. Ensuite, le wali a donné la parole aux responsables, aux chefs de cellules de communication et aux journalistes présents. Un débat fructueux s’en est suivi et des propositions ont été faites, suite à quoi, le wali a donné son accord pour certaines d’entre elles. Aussi, visiblement satisfait des interventions constructives, il a préconisé une autre réunion d’évaluation dont la date n’a pas été fixée. Pour l’information et parlant d’agenda, le wali Temmar devait présider une réunion après celle-ci, qui sera consacrée aux préparatifs des élections législatives du 04 mai 2017 dont nous y reviendrons dans notre édition de samedi prochain.

FORTES INTEMPERIES A AIN-NOUISSY : Le pont de Cheraifia submergé par les eaux

Après avoir été soulagés par la réalisation du tronçon routier d’une distance de 04 kilomètres reliant le chef-lieu de commune d’Ain-Nouissy aux douars Cheraifia et El- H’rarta par la pose de tapis, voila que les habitants de ces deux douars se trouvent confrontés à un autre problème, celui de la canalisation du pont situé à proximité du réservoir d’eau de l’ADE. En effet, à la demande des habitants concernés, l’équipe d’ouest-Info s’est déplacée sur les lieux pour constater de visu la situation catastrophique du pont totalement submergé par les eaux et dont la canalisation d’un diamètre non conforme à un tel ouvrage, carrément obstruée par des détritus et branches d’arbres. Les efforts consentis par les services de la Daïra et de la commune, ont abouti, dans un premier temps, à la réouverture de la route. Mais les pluies orageuses qui ont traversé dans la nuit du lundi à Mardi la région Ouest de la wilaya ont mis en péril des cultures envahies dans leur totalité par la gadoue transportée par les eaux qui se déversaient des hauteurs de la commune. Sur les lieux, nous avons constaté de visu, ce que nous avions appris avant de se rendre au douar Cheraifia, le diamètre des buses installés sous le pont ne sont pas conformes pour un tel ouvrage. En effet, cette canalisation réalisée en 2009, croit-on savoir, par une entreprise locale dont les compétences restent à vérifier, ne répond pas à ce genre d’ouvrage, sachant qu’il est situé en sous-bassement par rapport à une zone fortement inclinée. Selon, notre source, le diamètre utilisé est de 30 alors qu’en réalité, il fallait du diamètre 200 pour permettre en cas d’obstruction, aux ouvriers de la communes ou à défaut aux riverains de pénétrer à l’intérieur et déboucher la canalisation le plus rapidement possible afin d’éviter les débordements des eaux pluviales et par conséquent préserver l’état de la chaussée, les rives et les champs avoisinants d’une submersion par des crues. Ce manque de suivi et de rigueur de la part des responsables de la daïra et de la commune ainsi que ceux de la subdivision concernée qui étaient en poste en 2009, a conduit à cette situation catastrophique qui nécessite, selon notre source, une autre étude pour ce pont, une fois l’accalmie s’installe dans la région. L’administration ne doit plus tolérer un tel amateurisme et est appelée à éviter d’attribuer des marchés à des entreprises dont l’objectif n’est autre que le gain facile. Aujourd’hui, ce sont les habitants des douars qui payent les pots cassés d’une gestion désastreuse des élus de l’époque. Sept ans après, voila le résultat ! Catastrophique! Alors que nous filmions le décor qui s’offre à nous, nous avons été contraints d’apporter notre aide à un collecteur de lait de vache venu s’approvisionner chez son fournisseur à douar Cheraifia dont la voiture-citerne était engloutie dans la gadoue et ne pouvait ni avancer ni reculer en dépit des efforts de quelques jeunes présents. Il a fallu un camion gros tonnage dont le conducteur a eu l’amabilité de tracter le véhicule et le dégager de la boue. Alors que nous quittions la région, nous avions appris que le chef de la daïra a donné de fermes instructions à l’effet de dépêcher un engin et des ouvriers pour dégager dans un premier temps, la canalisation avant de dégager la chaussée des détritus et pierres charriés par les crues. Aussi, avant-hier vers 19 heures le tronçon reliant Mazagran à Hassi-Mameche était submergé par les eaux, laissant place à un lac où les usagers de la route notamment les automobilistes rejoignant leurs domiciles après une rude journée de travail, ont du rouler sur les œufs pour ne pas être surpris par la montée des eaux. Une zone basse qui fait des siennes à chaque saison des pluies et dont la solution pour permettre l’évacuation des eaux pluviales semble quasi impossible pour le moment. A noter par ailleurs que près de 40 familles ont été évacuées de la localité de Kouara dans la commune d’El-Haciane dont les maisons ont été totalement inondées par les eaux pluviales de ces dernières 48 heures. Pour rappel, la zone de Kouara composée essentiellement de terres incultes, est une zone inondable donc inconstructible. Mais les politiques de complaisance adoptées par les responsables au fil des années (depuis 1970) ont fait ce qu’est le spectacle désolant d’aujourd’hui.

LES HOMMES EN NOIR S’ORGANISENT : Création de l’association nationale des arbitres

Dans la soirée de jeudi dernier, et jusqu'à une heure avancée de la nuit, l’Auberge des jeunes de la Salamandre à Mostaganem, a abrité une rencontre nationale des arbitres fédéraux et internationaux de foot-ball, pour la création de l’Association Nationale des hommes en noir En effet, une quarantaine d’arbitres venus de neuf régions et d’une vingtaine de wilayas ont pris part à cet évènement, sous l’œil bienveillant du dynamique et infatigable Belbah Mohamed, cadre de l’OPGI et ex arbitre international, cheville ouvrière de cette manifestation véritable carrefour d’échanges d’idées et d’expériences, entre les chevaliers du sifflet. Lors de son intervention, le Président de séance, M. Belbah Mohamed après avoir souhaité la bienvenue aux invités tout en exprimant sa satisfaction, a tous ceux qui ont répondu à l’appel, a donné un large aperçu sur l’importance de la création d’une association nationale des arbitres, son rôle, ses objectifs, dans le domaine social, culturel, de la formation, organisationnel et des échanges. Aujourd’hui voici venu le jour pour nous organiser, afin d’être une force de proposition, et véritable partenaire avec les institutions et les instances de foot -ball dira M. Belbah Mohamed. Invité à prendre la parole, M.Zaïd Roumane président de l’association d’Alger représentant de la région Centre, a souligné que la corporation des arbitres était dans le besoin de s’organiser dans un cadre légal, pour le soutien moral d’une part, et la protection de l’arbitre d’autre part, sans pour autant s’ingérer dans le travail des institutions et des instances de la balle ronde. Par ailleurs l’ensemble des membres de l’assemblée ont intervenu tour a tour, ce qui a permis d’enrichir le débat tant bien dans la forme que dans le fond, en ce qui concerne les modalités, la composante et les objectifs. C’est en présence d’un huissier de justice, que les élections se sont déroulées conformément aux textes et à la législation en vigueur régissant les associations. Dans ce contexte Zaïd Roumane a été plébiscité Président de l’association, Belbah Mohamed 1er vice Président, 2ième vice Président Ouchène Farouk, Oukel Tahar 3ième vice Président, Hamani secrétaire général, Kadourri trésorier, Haouti responsable de la communication, alors que chaque région sera représentée par un délégué. Et c’est ainsi que l’acte de naissance de l’association nationale des arbitres, dénommée Club National des arbitres de foot- ball a été signé à Mostaganem.

LES PLUIES DILUVIENNES METTENT A NU LE BRICOLAGE : 27 communes sans eau ni électricité et 200 serres détruites

Les opérations de bricolage et l’irresponsabilité de certains maitres d’ouvrage à vouloir persister dans l’amateurisme, ont fait qu’aujourd’hui, presque la totalité des communes (27 sur 32) en sont dépourvues d’électricité et d’eau. Le manque de suivi et de contrôle a conduit la wilaya à une situation de non-droit où se bousculent opportunistes, donneurs de leçons et faiseurs de rois. Les éléments précurseurs étaient là, mais aucun plan Orsec n’a été décidé pour parer aux imprévus.Les premières communes frappées par des coupures intempestives de courant, sont Ain-Nouissy, El-Haciane, Kheireddine, Hassi Mameche, Sayada, Sidi Ali et Hadjadj, sans que les services de la Sonelgaz, comme d’habitude, ne bougent le petit doigt. Des équipes dites ‘’techniques’’ dépassées totalement par les événements, sillonnant des régions dans des voitures flambant neuves, sans aucun résultat ! La mauvaise maitrise du sujet est avérée et les citoyens se sont hélas habitués à ce genre de situation où l’anarchie et le désordre battent leur plein. Les appels incessants des citoyens mis en veilleuse et les doléances renvoyées aux calendes grecques. Une aberration qui n’a pas de nom ! Et comme tout repose en matière d’énergie électrique sur les compétences de ‘’Dame Sonelgaz’’, ce n’est pas de sitôt que le files d’attente devant les bureaux de postes, les boulangeries et autres prestataires de services, disparaitront. Comme le dit si bien l’adage populaire : A Mostaganem ‘’ Hada Houa k’Mech Eddi wella Khalli’’. Et ce n’est pas pour rien que la wilaya de Mostaganem est lanterne rouge en compagnie de Ain-Defla en matière de couverture énergétique. C’est de l’aveu même du premier responsable de la wilaya, lors de la session de clôture 2016 de l’APW. Par ailleurs, près de 27 communes sont restées sans eau. L’Algérienne des eaux de Mostaganem affirme que ces coupures sont dues essentiellement à des arrêts spontanés signalés au niveau des stations de pompage (Chlef-Dahra 1-2-3) et (Sonaghter 1-2-3). Selon toujours les responsables de l’Algérienne des eaux, la principale cause de ces arrêts, reste la coupure de courant au niveau des stations depuis samedi à 17 heures ! Rien que ça ! Les intempéries qui sévissent ces derniers jours dans la région du Dahra ont également détruit pas moins de 200 serres en plastique destinées principalement aux cultures maraichères, dans les communes de Sidi Lakhdar, Sidi Ali et Achaâcha. ‘’ L’état désastreux des routes et des regards obstrués‘’ Concernant l’état des routes de la wilaya, la situation est peu reluisante du fait que plusieurs axes routiers ont été fermés suite aux averses des deux dernières nuits où la pluviométrie a atteint 60 mm. A Ain-Nouissy, les habitants des douars H’rarta et Cheraifia vont être isolés d’un moment à l’autre si des mesures urgentes ne sont pas prises au niveau du tronçon de 04 kilomètres reliant Ain-Nouissy aux deux douars suscités. En effet, si les riverains se portent volontaires pour ouvrir la route, il n’en demeure pas moins, qu’ils ne peuvent rien faire pour curer la seule canalisation d’un diamètre très réduit du pont situé à proximité du réservoir d’eau, réalisé par un entrepreneur local. En effet, les détritus et autres objets hétéroclites charriés par les eaux ont carrément obstrué la canalisation provoquant ainsi des débordements des eaux sur la chaussée submergeant les champs avoisinants. L’amateurisme de l’entreprise n’est plus à démontrer. La RN 11 a aussi été coupée à hauteur de l’échangeur des sablettes, au niveau de l’intersection à hauteur de Sidi Ladjel, et à l’entrée du port au niveau de la façade maritime nord à Salamandre. La stagnation puis la montée des eaux pluviales au niveau du centre équestre de Sayada, ont été à l’origine de la fermeture de la RN 90 A où un automobiliste emporté par les eaux a été sauvé in extremis. Sur la RN 7, une voiture a été totalement endommagée suite à la chute d’un arbre à la sortie de la commune de Kheireddine vers Sayada. A Ouled Boughalem, une commune située à l’extrême Est du chef-lieu de wilaya, une femme de 34 ans et mère de trois enfants, a trouvé la mort dans la matinée du dimanche suite à une explosion de gaz. Par ailleurs, la montée des eaux au niveau des douars, Kerachiche dans la commune de Sayada et à Kaouara dans la commune d’El-Haciane où les responsables de la daïra ont été contraints de mobiliser de grands moyens humains et surtout matériels pour aspirer l’eau qui a submergé toute l’étendue de la zone de Kaouara à hauteur de l’intersection Mostaganem-Mohammadia-Oran sur la RN 17 A. Une zone inondable et dont les habitants font face à chaque perturbation climatique, à la montée des eaux qui, souvent coupe les axes routiers des différentes directions. Dans cette partie de la wilaya, des moyens sophistiqués sont à chaque fois utilisés pour aspirer l’eau. D’autres routes ont été coupées à Ain-Tedles, Sidi Belatar et Sid-Mejdoub. Selon les services de la météorologie, la pluviométrie a atteint ces deux derniers jours 91 mm, ce qui est exceptionnel pour la région, mais cela ne justifie pas le bâclage de certains travaux confiés à des entreprises dont la qualification est contestée à plus d’un titre. Aussi, avons-nous appris qu’un CEM dans la commune de Tazgait a été totalement submergé par les eaux, ce qui a contraint les responsables concernés de fermer l’établissement et renvoyer les élèves chez eux en attendant que la situation se normalise. Notons dans ce contexte, que la pluviométrie a atteint 58 mm ces dernières 24 heures, une moyenne en nette progression par rapport à celle de janvier qui était de 50mm. La vitesse des vents a atteint 60 km/h selon le dernier BMS (Bulletin Météorologique spécial), détruisant ainsi plus de 200 serres sur son passage et des câbles électriques de haute tension. De l’avis de tous à Mostaganem, beaucoup reste non seulement à faire mais à corriger. Encore une fois, le choix des entreprises pour des projets d’assainissement et d’aménagements urbains, a montré ses limites en laissant place à la médiocrité et à l’indifférence. Il est temps de taper sur la table ! Jusqu’à quand ce laxisme ?

ACTIONS DE SOLIDARITÉ A MAZAGRAN : Don de sang à la mosquée ‘’Aicha’’

Une campagne de don du sang, a été organisée vendredi 03 février 2017, dans la mosquée ‘’Aicha’’ à la commune de Mazagran. Une équipe du centre de transfusion sanguine de Mostaganem s’est installé sous un chapiteau devant la mosquée pour collecter du sang. La collecte de sang s’est effectuée entre les prières d’el-maghrib et d’el-icha. En outre, pour information, sur ce sujet, les savants déclarent, qu’en principe, la transfusion sanguine ne devrait pas être autorisée, et ce, pour deux raisons ; premièrement le sang, lorsqu’il sort du corps humain, est considéré comme étant impur. C’est pourquoi, il n’est pas permis de l’utiliser à quelque fin qui soit. Deuxièmement le sang est une partie de l’organisme humain. Les juristes considèrent donc que, s’il se sépare du corps, il doit être disposé avec respect, au même titre que les autres organes. L’utiliser à nouveau va à l’encontre de ce principe. Logiquement donc, la transfusion sanguine ne devrait pas être autorisée. Cependant, il faut également savoir qu’en Islam, certaines interdictions sont temporairement levées en cas de nécessité absolue. De même, beaucoup de juristes considèrent qu’il est permis d’utiliser des produits impurs en guise de traitement, à condition que l’on ait espoir que ce produit permettra de sauver la vie du malade et qu’un médecin expérimenté affirme qu’il n’existe aucune autre forme alternative de traitement. Les savants contemporains ont donc procédé par raisonnement analogique à partir de cette règle et ont autorisé la transfusion sanguine en cas de nécessité, lorsqu’il est acquis que cela permettra de sauver la vie d’un malade et qu’il n’existe aucun autre moyen de traitement. Il n’existe aucune divergence à ce sujet. L’ « Académie Islamique du Fiqh » a même publié une résolution confirmant cette permission, à la suite de sa quatrième session, qui s’est déroulée à Djeddah, du 6 au 11 Février 1988.

CONGéS DE MALADIE DE COMPLAISANCE : Après le corps médical, la Cnas sensibilise la société civile

L’Agence de wilaya de la Caisse Nationale des Assurés Sociaux (CNAS) de Mostaganem continue sur sa lancée à travers des campagnes et des journées d’information dans le but d’atteindre toutes les couches de la société pour les sensibiliser sur la lutte contre les congés de maladie et le préjudice financier considérable aux conséquences désastreuses qu’ils peuvent causer à la Cnas.L’objectif étant de mobiliser le maximum d’acteurs de la société (médecins, employeurs, opérateurs économiques, administrations publiques, mouvements associatifs, société civile, et autres partenaires sociaux), autour de cette question cruciale qui doit être bannie à tout jamais des mœurs algériennes. Ainsi, après les médecins des secteurs public et privé (voir Ouest-Info du 04 Janvier 2017), premiers concernés par la question du fait qu’ils sont les prescripteurs de ces actes médicaux, la Cnas de Mostaganem a organisé ce dimanche 22 janvier 2017, une journée d’information et de sensibilisation à l’adresse de la société civile où pas moins d’une dizaine de représentants du mouvement associatif était présente à cette rencontre dont le Président de la Fédération des Associations de quartiers de la wilaya de Mostaganem M. Mohamed Rachid, M.Idriss Bey membre actif de la société civile et président du bureau de daïra de la fédération et d’autres, qui ont répondu à l’invitation de la Direction de la Cnas de Mostaganem. Présidée par M. Hadj Réda Ouagouag Directeur de l’Agence de wilaya, assisté de Mrs ; Djillali Djeriou Sous-directeur des Prestations, du Médecin-Chef de la Cnas Docteur Hadj Habib Benhamdada, Abdelbaki Sayah Ingénieur d’Etat en Informatique au centre de calcul de la Cnas et de Mme Rahal chargée de la communication et des relations publiques, la rencontre avait essentiellement pour ordre du jour le thème central de la journée d’information, celui concernant les actes médicaux de complaisance à l’image des congés de maladie et autres arrêts de travail qui vont à l’encontre de l’éthique de la profession médicale dont les conséquences sont souvent dévastatrices pour la Cnas. Dans ce sens, M. Hadj Réda Ouagouag ne s’est pas limité à prévenir et à sensibiliser la société civile, mais il a carrément sollicité son appui en sa qualité d’acteur incontournable en la matière, pour s’impliquer pleinement en menant à son niveau des campagnes en ce sens, et d’inviter ses membres à s’imprégner des règles dont la Cnas s’inspire dans le but de mettre un terme au gaspillage, à la complaisance, au laxisme, à la nonchalance et de ce fait, revenir aux valeurs intrinsèques et aux fondements de notre société que sont le travail sérieux, la rigueur, la méthode et la perspicacité. Comme il a tenu à le répéter, M. Ouagouag, a souligné encore une fois qu’il ne tenait personne pour responsable ou accusant une partie quelconque dans cette saignée, mais a-t-il remarqué, il est temps de mettre un terme à ces pratiques d’un autre temps qui desservent non seulement la Cnas mais les fondements sur lesquels se base toute relation entre les individus, ces derniers et la société. Pour ne pas trop tarder sur les généralités et les objectifs assignés, le premier responsable de la Cnas de la wilaya de Mostaganem a donné la parole à ses cadres à l’effet d’expliquer aux membres de la société civile, toute la portée et toute l’importance que la Cnas accorde au thème de cette journée d’information avec tous les détails que cela nécessite. Ainsi, le sous-directeur des prestations a engagé avec les représentants de la société civile, un débat des plus fructueux à travers plusieurs questions soulevées par ces derniers. Aussi, la parole a été donnée à M. Abdelbaki Sayah du centre de calcul qui a donné un aperçu sur l’espace ‘’El-Hana’’ et les nouvelles dispositions prises au profit des assurés sociaux qui peuvent désormais s’informer sur leurs dossiers, il suffit seulement de demander le numéro de code personnel pour pouvoir y accéder, sans passer par un service ou intermédiaire quelconque. Une avancée technologique des plus notables qui reste à parfaire à l’avenir avec l’adhésion de tous. Quant au Docteur Hadj Habib Benhamdada Médecin-Chef de la Cnas, en sa qualité de praticien, son intervention a été axée sur l’acte médical et le médecin prescripteur en faisant lecture en cette occasion, des instructions du Directeur de la santé et de la Population de la wilaya de Mostaganem, adressées à l’ensemble des directeurs des structures hospitalières et sanitaires de la wilaya relatives au bannissement de la prescription d’actes médicaux de complaisance en mettant en exergue désormais, la responsabilité de tout un chacun pour des cas avérés. Avant de clôturer la rencontre et dans le but d’informer les présents des objectifs de cette journée d’information, le Directeur de la Cnas a chargé Mme Rahal responsable de la Communication et des relations publiques, de faire lecture de la fiche technique élaborée par les services de la Direction Générale de la Cnas, concernant les congés de maladie de complaisance et les moyens à mettre en œuvre pour lutter contre le phénomène, dont une copie a été remise aux membres de la presse invités à assister à cette rencontre.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar