Thu08172017

Last updateMon, 07 Aug 2017 4pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Mostaganem

Régions Info

CAMP DE VACANCES D’OUREAH : Grande veillée de la 2ème session :’’ Les enfants sont nés pour vivre heureux’’

Le centre de vacances sis à la station balnéaire de Oureah, a organisé dans la soirée du vendredi 28 juillet 2017 la grande veillée au profit des enfants de la deuxième session de colonie de vacances au titre de la saison estivale 2017. Un riche programme a été spécialement concocté pour cette soirée qui a duré tard dans la nuit, au grand bonheur des cent mômes venus des quatre coins du pays.Avant le coup d’envoi de la soirée qui a débuté vers 22 heures, le Directeur du camp de vacances M. Mounir Elaidi, ses collaborateurs et les moniteurs et monitrices du centre, ont concocté vers 20 heures 30 mn un diner spécial à l’occasion de la grande veillée synonyme de dernière nuit pour les petits colons qui devraient prendre les autocars le lendemain samedi pour rentrer chez eux après avoir passé quinze jours de détente, de bonheur et d’activités culturelles intenses. Ils doivent laisser la place aux 150 autres qui arrivent le même jour. En effet, les enfants et les invités d’honneur ont été soigneusement et gracieusement gâtés par un succulent plat aux olives avec de la viande ovine, un hors-d’œuvre des grands maitres, une chorba du terroir, de la boissons gazeuse et les fruits de saison avec en prime du bourek maison minutieusement préparé par le cuisinier en chef qui n’est autre que le cuisinier du Campus de l’université Djillali Elyabes de Sidi Bel-Abbes, M. Mohamed Kina, qui a su avec son goût raffiné de la gastronomie, fait plaisir aux enfants et aux convives. Les tables ont été soigneusement préparées, embellies par des nappes. Aussi, n’oublions pas la présence aux côtés de toute l’équipe de cuisine, le gestionnaire M. Bouanani Mohamed Sadek connu sous le sobriquet de ‘’Hamitou’’ qui a répondu à tous les besoins de cette grande veillée. Après avoir partagé le diner en plein air sous les étoiles et quelques boissons rafraîchissantes, les animateurs ont appelé tous les présents à se rendre à la place des spectacles, il s’agit d’un amphithéâtre en plein air, sorte de théâtre de verdure, pour une soirée riche en émotion et pleine de surprises. Les enfants se sont précipités sur les lieux pour prendre place, suivis des invités, des dirigeants et des travailleurs du camping. Après une allocution de bienvenue lue par une jeune fille, et des remerciements à tout ceux qui ont participé à cet évènement, le coup d’envoi de la soirée fut donné par le dynamique Mounir Elaidi où les présents ont eu droit à des opérettes admirablement exécutées. Ceci prouve, que les enfants ne viennent pas seulement pour se baigner et se reposer, mais pour aussi participer à des activités artistiques et culturelles selon un programme établi pour chaque session. Il est utile de rappeler que le camp de jeunes, organise plusieurs sessions de 15 jours chacune avec au programme : balades, travaux manuels… et surtout des sorties en plage. Le programme de la soirée a commencé aux alentours de 22 heures et il a continué tard dans la nuit avec au menu : sketchs, pièces théâtrales, contes et danses Kabyle, Chaouie, algéroise, et de bien d’autres régions de l’Algérie profonde. Les enfants applaudissaient, chantaient des refrains et riaient tout au long de la soirée. Ce qui correspond parfaitement à la devise des organisateurs. ‘’Les enfants sont nés pour vivre heureux’’. Les enfants rencontrés sur les lieux et interrogés sur ces activités et leur séjour, n’ont exprimé qu’une seule envie : revenir ! Rendez-vous donc est pris pour l’année prochaine. En fin de soirée les enfants ont été gratifiés chacun d’un cadeau symbolique. Faut-il souligner qu’avant chaque fin de session, les enfants bénéficieront d’un trousseau vestimentaire complet qu’ils emporteront avec eux.

PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT : Le wali appelle au civisme des citoyens

Le wali de Mostaganem, M Abdelwahid Temmar, lance un appel aux citoyens de la wilaya de Mostaganem à faire preuve de civisme en s’impliquant dans les opérations dans le cadre de la préservation et la protection de l’environnement pour que les communes et villages soient plus propres. Cet appel, est venu à l’occasion de la rencontre avec les journalistes, tenue en son cabinet le lundi 03 juillet 2017.‘’Partant du constat que les communes côtières accueillent le plus grand nombre de visiteurs et de touristes en cette période estivale, il est impératif que celles-ci soient entretenues par les services de l’APC, mais aussi par les citoyens qui doivent respecter les principes élémentaires d’une vie de communauté, notamment par le respect de l’environnement’’ a souligné le wali Temmar. Pour lui, ‘’la gestion des ordures requiert la contribution de tous et les autorités locales, soucieuses de la santé des citoyens, ne lésineront jamais sur les moyens pour leur offrir un environnement sain et un cadre idéal d’épanouissement. «Nous devons tous ensemble rendre nos communes, villages et plages plus propres, il faut que le citoyen y adhère. Tout ce qu’on lui demande c’est un petit geste de civisme louable de sa part’’. Et d’ajouter ‘’Si les règles d’hygiène les plus élémentaires sont bafouées, l’on doit s’attendre quelquefois à une situation désolante dont la responsabilité est imputée en premier lieu au citoyen. On attend donc un effort de la part du citoyen’’. Sur un autre volet, le wali est intervenu pour aborder la saison estivale et le ‘’Plan bleu’’ initié par le gouvernement. A ce sujet, le premier responsable de la wilaya dira : « Le Plan bleu qui vise la sécurité des biens et des personnes au niveau des plages et du littoral d’une manière générale, n’est pas un vain mot, les services de sécurité de la wilaya de Mostaganem, ont mobilisé en cette circonstance un important dispositif de sécurité pour assurer la quiétude des estivants, où il est attendu plus des centaines de milliers de visiteurs. Il est utile de rappeler que les quelque 34 plages autorisées à la baignade disposent toutes d’un poste de sécurité (police ou gendarmerie). Les effectifs et les moyens matériels de ces deux services de sécurité ont été largement renforcés, ce qui leur permet une vigilance et une anticipation sur les différents événements. Ainsi, à titre illustratif, des barrages de contrôle fixes, pour le contrôle et la sensibilisation des visiteurs, sont dressés en permanence. De même que des équipes de la voie publique motorisées et pédestres sont présentes dans les points stratégiques pour assurer la fluidité de la circulation automobile, et d’autres qui sillonnent, jour et nuit, les plages veillent au calme et à la sérénité des vacanciers. D’autres équipes de la police judiciaire, en tenues officielle ou civile, surveillent discrètement, pour contrer la petite criminalité, les lieux très fréquentés tels les espaces de loisirs et récréatifs, les stations de bus et de taxis. Le Plan bleu, qui est en fait un plan spécial de sécurité repose, ainsi, sur un travail de proximité qui vise à orienter et informer les estivants et à renforcer la prévention contre les vols, les agressions et la criminalité sur les routes, durant cette saison où le flux des visiteurs connaît son pic. Apparemment tout est mis en place par les services de sécurité à travers ce dispositif, pour que les milliers voire les millions d’estivants qui arrivent des quatre coins du pays et d’ailleurs évoluent dans des conditions exemplaires qui favorisent le bien-être et la détente. Aussi, le wali Abdelwahid Temmar a invité la presse à s’impliquer davantage dans cette campagne à l’effet de sensibiliser les citoyens et les appeler à plus de responsabilité en préservant les sites balnéaires des actes de vandalisme et de destruction, comme il a été, malheureusement signalé, dans certaines plages où les pouvoirs publics ont dû consentir des efforts considérables pour améliorer les conditions d’accueil, en mettant à la dispositions des estivants des douches, de l’éclairage et d’autres commodités nécessaires à leur repos et leur détente.

MANIFESTATION ‘’MOSTAGANEM, CAPITALE DU THÉÂTRE’’ : Plusieurs représentations théâtrales au programme

Dans le cadre de la manifestation ‘’ Mostaganem capitale du théâtre’’, plusieurs productions théâtrales sont au programme cette semaine allant du 15 au 19 mai 2017. Ainsi, tout au long de cette semaine, le public mostaganémois et les amoureux du 4ème art ne seront pas privés de leur passion dans la mesure où ils auront à assister à plusieurs représentations théâtrales des wilayas de Tlemcen et Tizi Ouzou. La journée du 15 mai sera entièrement dédiée au théâtre régional ‘’Kateb Yacine’’ de Tizi Ouzou. Des expositions-photos mettant en exergue les différentes activités du théâtre, des affiches des multiples productions théâtrales et les activités culturelles du théâtre régional ‘’Kateb Yacine’’ de Tizi Ouzou. Cinégraphie et présentation des différents habits des principales présentations théâtrales. Présentation également des différents prix et reconnaissances reçus au cours des différents festivals et manifestations culturelles. Dans la soirée, le public passionné et connaisseur de Mostaganem, aura droit à une représentation théâtrale sous le titre ‘’ Massinissa et Sophinissa’’ qui sera présentée au théâtre régional ‘’ Djilali Benabdelhalim’’ de Mostaganem. Pour ce qui est de la journée du mardi 16, les expositions au niveau du théâtre régional se poursuivront avec, à la clé, une conférence programmée en fin de matinée traitant du thème ‘’ La place du théâtre de l’enfant au niveau du théâtre algérien’’, et qui sera animée au siège de la bibliothèque principale. Dans l’après-midi, on assistera à une production théâtrale pour enfant sous le titre ‘’ La Chansonnette des oiseaux’’ au théâtre régional ‘’Djillali Benabdelhalim’’. Et à 18 heures, un One Man Show ‘’Tebka Binatna’’ de l’auteur et artiste Seddiki Walid de la coopérative ‘’El-Afssa’’ du théâtre et des métiers artistiques de la wilaya de Tlemcen, avant de clôturer cette journée par une pièce théâtrale de la troupe ‘’El-Moudja’’ de Mostaganem. Le 3ème jour soit le mercredi 17 mai, une lecture poétique à travers le langage théâtral de Noureddine Ait-Slimane de Tizi Ouzou au niveau de la maison de la culture Abderramane Ould Kaki et une pièce théâtrale sous le titre ‘’Ahitouss’’ du théâtre régional ‘’Kateb Yacine’’ de Tizi Ouzou, sont inscrits au programme du jour. La journée du jeudi 18 mai, verra la poursuite des expositions du théâtre ‘’Kateb Yacine’’ de Tizi Ouzou, avec au programme à 14h 30 mn, une conférence auniveau de la bibliothèque principale de la lecteure, sur l’écrivain du théâtre Abdellah Mohamed Ouyahia connu sous le sobriquet de ‘’ Mohya’’ du théâtre régional ‘’Kateb Yacine’’ de Tizi Ouzou. En début de soirée, le public sera convié à suivre une production théâtrale pour adultes au siège de l’association ‘’Mustapha Katrb’’ à Stidia, sous le titre ‘’Hassane El-Khawaf’’ production de l’Association culturelle ‘’ Thala’’ de la wilaya de Tizi Ouzou. La dernière journée de ce programme de la semaine, en su de l’exposition des différentes productions du théâtre régional ‘’Kateb Yacine’’ de Tizi Ouzou, au niveau du théâtre régional de Mostaganem, elle sera clôturée vers 18 heures, par une production théâtrale sous le titre ‘’Sellak El-Wahline’’ de la coopérative culturelle ‘’ Jil 2000’’ du théâtre de Tlemcen.

ABANDONNE DEPUIS SA CONSTRUCTION : Le centre culturel de la cité El-Houria, fief de la délinquance

Que peut-on dire de ce massacre qui n’a pas de nom ! Et pourtant, la presse locale n’a eu de cesse d’alerter les autorités de la wilaya, mais en vain, comme si le problème ne les concernait pas ou ne figure pas dans l’agenda des priorités ! Ce qui est navrant, souvent, on accorde de l’importance à des informations de seconde nature en leur programmant souvent des visites inopinées, mais une structure flambant neuve destinée aux jeunes et qui a coûté des milliards à l’Etat, ne vaut guère ce privilège, ne serait-ce qu’une visite-éclair ?.Ouest-Info, comme le lui dicte sa ligne éditoriale, et se faisant un devoir pour attirer l’attention des responsables, a tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises concernant l’état lamentable du centre culturel de la cité El-Houria, mais en vain, aucun écho des institutions de la République. Les riverains auraient bien souhaité voir les autorités de la wilaya se déplacer à cet endroit, comme cela a été le cas pour bien d’autres… Nous restons convaincus, que les informations que nous rapportons à l’attention des autorités de la wilaya pour y apporter les solutions appropriées sont d’une extrême importance pour les citoyens, mais hélas, elles ne sont pas traitées comme nous l’aurions souhaité ! Le centre culturel de la cité El-Houria, depuis sa réalisation, et cela remonte à des années, devait être géré par l’APC, mais sa gestion avait été transférée dans un premier temps au secteur de la Culture pour être finalement mise sous tutelle du secteur de la jeunesse et des sports. Mais aucun de ces trois organismes n’a pu le prendre convenablement en charge et de l’utiliser à bon escient en le mettant à la disposition des jeunes de la cité. Restée longtemps livrée à elle-même, la structure qui est implantée à quelques mètres du commissariat de police de la cité, a finalement été squattée par des hordes de délinquants trouvant en ce lieu, le refuge idéal pour leurs beuveries et leurs rencontres où la consommation de la drogue et de l’alcool, battent leur plein, défiant toute moralité et dans l’impunité totale. Quel gâchis !Le centre culturel qui n’a de culturel que le nom, initialement destiné aux jeunes, a été saccagé de l’intérieur, des portes fracassées sinon retirées et vendues au marché d’Ain-Sefra pour des broutilles, des vitres brisées, des murs lézardés, des écriteaux insultants et vulgaires, sur les murs et la façade, des détritus jetés à tout bout de champ, aucune protection des lieux n’est assurée, laissant ainsi libre court à tout venant de faire ce que bon lui semble.Cette situation déplorable ne va pas sans engendrer des conséquences pour les jeunes et moins jeunes qui arrivent droit sur le terrain de la délinquance, du fait que les pouvoirs publics ne semblent guère s’en inquiéter.Comble de l’ironie ! L’Etat réalise des structures à coup de milliards, pour accueillir des jeunes afin de leur éviter des tentations qui risqueraient de les mener vers l’abime, mais aussi étrangement que cela puisse paraître, ce sont les services de sécurité notamment ceux relevant de la sûreté de wilaya qui se retrouvent devant un dilemme, avec la multiplication des points noirs, transformés en fiefs du banditisme ! Rien que ça ! Comme si, ces mêmes services, avaient besoin de porter la responsabilité de l’incompétence et de la négligence des uns et des autres.A titre de rappel, aucune autorité locale, n’a pensé y faire un tour, question de s’enquérir de la situation et de prendre les mesures qui s’imposent. Bien d’autres sites ont eu le privilège de recevoir les responsables, alors que ceux-là, ne présentaient aucune priorité encore moins, une urgence dans le traitement de la chose. Peut-être, qu’aucun des habitants de la pauvre cité El-Houria, n’a pignon sur rue pour passer le message, ils sont considérés comme habitants de seconde zone, dont la cause n’est pas acquise. Aussi, la Direction de la Jeunesse et des Sports, qui a du mal à maitriser la gestion des structures relevant de ses prérogatives, qu’attend-elle pour remettre de l’ordre et reprendre les choses en main dans le but de réinstaurer l’autorité de l’Etat, qui semble bafouée et ternie par cette léthargie et ces négligences qui n’ont que trop perdurer.

LA DIRECTION DE L’ENVIRONNEMENT ANTICIPE : Lancement de l’opération de nettoyage des plages

La saison estivale approche à grands pas et nécessite dès à présent de prendre toutes les mesures concernant le nettoyage des plages de la wilaya et préparer les conditions d’accueil des estivants dont Mostaganem en accueille entre 2 et 3 millions chaque année, ce n’est pas une mince affaire. Ainsi, et conformément aux instructions du wali Abdelwahid Temmar lors des différentes réunions de préparation et d’évaluation, les services concernés mettent en œuvre le feuille de route. Dans ce contexte, la direction de l’environnement de la wilaya de Mostaganem, en collaboration avec la protection civile, et les associations activant dans le domaine, a anticipé, en lançant une vaste campagne de nettoyage des plages dans les communes côtières. L'opération a concerné, tout d’abord la plage de Sidi Mejdoub dans la commune de Mostaganem, puis récemment, le samedi dernier, la plage ‘’ les Sablettes’’ relevant de la commune de Mazagran. Le matériel de collecte et autres outils et équipements nécessaires pour cette campagne ont également été mobilisés pour faciliter la collecte des déchets durs et autres granulats de débris de maçonnerie déposés par les privés. L’opération se poursuivra jusqu’au nettoyage de toutes les plages et leur aménagement et embellissement avant le début de la saison estivale. Les autres communes devront lancer prochainement ces opérations de nettoyage des plages comme chaque année, afin de commencer une bonne saison estivale. A travers cette action, les communes entendent également faire en sorte que cet effort exceptionnel puisse servir à susciter, au sein de la population et en particulier auprès de ceux qui fréquentent assidûment les plages, une véritable conscience des enjeux liant comportements écologiques exemplaires, intérêt pour les résidents à conserver un cadre de vie harmonieux et développement du tourisme. Des gestes simples qui, couplés au nettoyage régulier des plages, permettent de profiter de plages propres et préservées. Plus de mégots ou autres saletés dans le sable, plus de déchets abandonnés sur la plage. Ceci dit, les maires concernés sont appelés à mettre en œuvre tous les moyens dont ils disposent à leur niveau pour entamer sans tarder cette opération ‘’ d’éboueurs de la mer ‘’ conformément aux directives du premier responsables de la wilaya mises en évidence lors de la première session ordinaire 2017 de l’APW tenue le 28 mars de l’année en cours’’. Aussi, il est question de l’aménagement des aires de stationnement près des plages dont les APC, ont été chargée de cette mission, comme elles ont été instruites à mettre en place des espaces destinés aux petits commerces saisonniers suivi d’un contrôle rigoureux en matière de santé et d’hygiène publiques. Des rapports circonstanciés sont adressée à l’Autorité de wilaya dont une commission chargée du suivi procèdera à des évaluations périodiques afin de combler les carences et autres insuffisances constatées avant l’ouverture officielle de la saison estivales, dont le chef de l’exécutif de la wilaya accorde une importance particulière.

COMMUNE DE SAFSAF : 10 hectares de pins d’Alep et de broussailles ravagés par le feu

Encore une fois, un des grands massifs forestiers de la wilaya, celui de Safsaf, vient d’être ravagé par le feu qui s’est déclaré intempestivement mercredi dernier. Faute humaine ou naturelle, on ne peut attester l’origine, mais il n’en demeure pas moins que la canicule qui sévit ces derniers jours dans la région et les vents chauds qui soufflent sur la région font partie indubitablement des causes de plusieurs incendies. En effet, le violent incendie s’est déclaré mercredi dernier au sein du massif forestier de la commune de Safsaf a causé la perte de dix hectares de pin d’Alep et de broussailles. Ce dernier s’est propagé à travers plus d’une dizaine de foyers suite à une hausse température et la forte vitesse des vents chauds soufflant sur la région. Seule la forte mobilisation de multiples moyens de lutte contre l’incendie de la direction de la protection civile, dont le personnel de 05 unités opérationnelles et de 08 camions anti-incendie, ainsi que la collaboration des services de la conservation des forêts, et ceux de la daïra de Bouguirat et de la commune de Safsaf, a été salutaire pour mettre fin à cet incendie ravageur. L’intervention des engins des travaux publics a été fortement bénéfique pour la création de pistes d’accès au sein de la forêt ayant permis aux camions de lutte contre le feu de se diriger sur les foyers de feux et de les attaquer de plein fouet, et également d’isoler la partie ravagée par le feu du reste du massif forestier épargné. Après de longues heures d’efforts ininterrompus à lutter contre les flammes en furie, tendant à se propager davantage vers d’autres lieux, sous des conditions climatiques des plus défavorables, dont la hausse vertigineuse de la température et le soufflement de vents très chauds, les pompiers, ont été contraints de rompre le jeûne sur place à l’heure du f’tour, et ont fini par vaincre l’incendie et le dominer totalement malgré sa violence. Des équipes sont restées sur place durant la journée du jeudi afin de surveiller le lieu et surtout parer à toute tentative de reprise des feux suite à la canicule qui sévit à travers la région. Ces feux de forêts ont causé une réduction drastique du couvert végétal sur l’ensemble du massif forestier de la wilaya, ce qui implique forcément la fragilisation du sol. Par ailleurs, la wilaya de Mostaganem étant de vocation agricole risque de voir une forte réduction de l’offre fourragère, destruction de l’habitat de la faune et une réduction calamiteuse de la biodiversité, et ce, en sus de l’enlaidissement des paysages qui en résulte.

FLN: UN MEETING DIGNE DES GRANDS PARTIS RÉPUBLICAINS : Les invités du jour font vibrer le palais des sports de Tigditt

Un événement grandiose qui rappelle aux Mostaganémois un certain mois d’Avril de l’année 2004, en plein campagne présidentielle, le passage du candidat Abdelaziz Bouteflika… De cette tribune, celui qui fut élu Président de la République, a proclamé :’’ Nous ferons de Mostaganem, la Perle de la Méditerranée’’. Le choix de ce lieu symbolique chargé d’émotions, n’est pas fortuit et la liste du FLN et les militants ne peuvent que se réjouir de ces instants de joie et de bonheur. Sans trêve ni répit, la tête de liste du parti du FLN Abdelkader Ouali n’entend en aucune manière, ralentir la cadence, il veut mener cette campagne tambours battants jusqu’au bout, allant jusqu’à deux à trois, entre meetings et sorties de proximité par jour. L’homme n’a pas le temps, il a rendez-vous avec les citoyens, avec les électeurs, il a beaucoup de choses à leur dire et à les écouter aussi. Et pour ce faire, le FLN à Mostaganem ne lésine pas sur les moyens, l’introduction de la nouvelle technologie dans la campagne digne des grands partis occidentaux, a totalement bouleversé l’échiquier politique local. L’organisation d’un meeting grandeur nature au mythique Palais des Sports de Tigditt, jeudi 20 Avril, qui a drainé des milliers de militants et de sympathisants, en est la preuve tangible de l’avance du FLN sur les autres partis politiques. Des bus arrivaient de partout déferlant des dizaines voire des centaines de personnes à la fois, perturbant bon gré mal gré la circulation urbaine. ‘’ Allah Ghaleb c’est le FLN’’. Rien à dire tout le monde acquiesce ! La popularité d’un parti ou d’une personnalité politique se distingue lors des grands rendez-vous ! Et c’est le cas du FLN à Mostaganem. Tribunes et aire de jeu de l’immense palais des sports, étaient pleines à craquer, plus de 6000 personnes sont venues apporter leur soutien à la liste du FLN conduite par l’enfant prodigue de Mostaganem ‘’Kadirou’’. A ce grand rendez-vous, ont assisté, le ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche Abdeslem Chelghoum et Mohamed Alioui Président de l’UNPA. Aussi, des invités de marque étaient présents à ce meeting aux couleurs nationales dont les Mostaganémois ne sont pas prêts d’oublier de sitôt. Les orateurs qui se sont succédés à la tribune ont su attirer à travers leurs interventions respectives, presque mécaniquement, une adhésion générale au programme proposé par le FLN dont le Ministre-Candidat Abdelkader Ouali en est, incontestablement le moteur principal, qui tire la locomotive vers la victoire de ces législatives. ‘’Abdelkader Ouali : L’Algérie et le FLN se portent à merveille’’ Animé par le dynamique Mouhafedh du FLN de Mostaganem et membre du comité central du parti Hamid Bendahmane, le meeting a pris une tout autre dimension, à la hauteur de vue de ses concepteurs. Ainsi après avoir écouté dans un silence d’église les cinq couplets de l’hymne national ‘’Kassaman’’, M. Hamid Bendahmane a dans sa courte allocution souhaité la bienvenue aux invités et aux milliers de présents avant de donner la parole M. Abdelkader Ouali tête de liste du parti. Très en verve, le ministre-candidat, a souhaité à son tour la bienvenue à ses invités et aux militants et sympathisants puis, lança :’’ Je suis très ému et très content en même temps, de voir ces milliers de gens issues de toutes les couches de la société, représentant toutes les générations dans la même enceinte. Cela me réconforte et prouve encore une fois, que l’Algérie et le FLN se portent à merveille. Votre présence en force aujourd’hui, atteste si besoin est, de votre fidélité, votre abnégation et votre Amour pour la Patrie-Mère et cela impose à ma personne de s’incliner devant vous pour toutes les leçons que vous ne cessez de nous donner en tant que fils de cette patrie et de Mostaganem, mais aussi à ceux qui veulent semer le doute et la zizanie au sein de ce glorieux Peuple’’. Et d’enchainer sous un tonnerre d’applaudissements et des youyous :’’ Je sais, nous n’avons pas à vous dicter ce que vous allez faire le 04 mai prochain, vous connaissez mieux que quiconque où se trouve votre intérêt et celui de notre pays. Le FLN a été et restera toujours à l’avant-garde, grâce à ses hommes, ses femmes et sa force de frappe, la Jeunesse. Alors, je vous demande d’aller voter massivement le 04 mai, il ne faut laisser aucune occasion aux détracteurs de l’Algérie de surfer sur l’abstention, qui n’est pas utile pour le pays. Votez et votez bien, choisissez le bon numéro qui n’est autre que le 34’’. ‘’ Abdeslem Chelghoum : Si Bouteflika a qualifié Mostaganem de ‘’Perle de la Méditerranée’’, c’est qu’elle le mérite amplement’’. Puis c’était au tour de Si Affif Abdelhamid ancien parlementaire, second sur la liste, de prendre la parole et de souhaiter la bienvenue aux invités présents et sans trader, il invita M. Abdeslem Chelghoum ministre de l’Agriculture à prendre la parole. D’emblée, le premier invité du jour a mis l’assistance plus à l’aise en tonnant:‘’ Mostaganem n’est pas à faire connaitre, sa carte de visite lui suffit largement pour imposer le respect qu’elle mérite. Mostaganem fief de la culture, de la musique et des arts, et Si Bouteflika l’a surnommée ‘’La Perle de la Méditerranée’’, c’est qu’elle le mérite et avec dignité’’. Et de continuer :’’ Mostaganem, est une wilaya historique et militante, elle a connu des centaines de batailles à travers les siècles, elle a été toujours un rempart face aux envahisseurs étrangers, et aujourd’hui, elle continue à donner à travers ses valeureux fils dont celui (braquant le regard vers la tête de liste), que vous aimez appeler ‘’Kadirou’’. ‘’ Mohamed Alioui :’’ Je salue la wilaya de Ridjal Allah Essalihine et des Moudjhidine’’ M. Mohamed Alioui Président de l’UNPA, à son tour n’a pas tari d’éloges sur les habitants de Mostaganem, leurs valeureux cavaliers et combattants, leurs ancêtres et dira à ce propos :’’ A partir de cette tribune, permettez-moi mesdames et messieurs de vous transmettre les salutations fraternelles du Secrétaire Général du parti du FLN M. Djamal Ould-Abbes et de saisir cette occasion pour saluer notre frère militant, tête de liste du FLN à Mostaganem Si Abdelkader Ouali et l’ensemble de ces colistiers’’. Plus loin, le Président de l’UNPA dira :’’ Nous avons des défis à relever et notre parti le FLN, a été toujours le porte-flambeau pour relever ses défis et Mostaganem en connait quelque chose, elle est connue à travers ses hommes, et ses femmes, qui ont combattu aux côtés de leurs frères des autres régions du pays, le colonialisme pour que vive libre et indépendante l’Algérie. Mostaganem, c’est aussi des hommes de culte et de culture qui ont su la protéger en citant ‘’Sidi Abdellah, Sidi Said, Sidi Belkacem, Sidi Lakhdar Benkhelouf’’ pour ne citer que ceux-là. Dans un élan spontané, les milliers de personnes présentes dans l’enceinte du Palais des Sports, se sont levés d’un seul geste pour applaudir la tête de liste Abdelkader Ouali et scander :’’ Nous sommes Bouteflika, nous sommes le FLN’’ et ‘’ Le 34 l’emportera’’. Un décor fabuleux, majestueux aux couleurs nationales, un événement indescriptible où se joignaient l’art et la manière où tous les ingrédients de réussite étaient présents, rien n’a été laissé au hasard. Le FLN carbure tel un bulldozer, emportant tout sur son passage, les grands moyens tant humains que matériels déployés sur le terrain à Mostaganem ne laissent apparaître aucun doute quant la victoire finale.

QUELLE ISSUE POUR LES TRAVAUX DU TRAMWAY DE LA CAPITALE DU DAHRA ? : Les déclarations du P.D.G de Métro d’Alger laissent planer le doute !

Le retrait de la société espagnole ‘’Isolux Corsàn’’ qui était chargée de la réalisation du tramway de Mostaganem pour cause de faillite, continue de faire couler beaucoup d’encre. En effet, Mise en grande difficulté financière, selon nos sources, notamment suite à une amende de l’ordre de 117 millions de dollars infligée par le Gouvernement de Bolivie, Isolux Corsàn, pour respirer mieux, a mis en branle, en avril 2017, ‘’ l’astuce des malhonnêtes’’, à savoir la procédure de faillite pour échapper à toute contrainte ou obligation de paiement.Cette mise en scène a coûté à l’Algérie des pertes considérables tant sur le plan financier que sur celui des délais d’exécution, puisque la société espagnole n’avait pas uniquement en charge le tramway de Mostaganem, mais aussi de Constantine, Ouargla et Sétif. Pour le tramway de Sidi Bel-Abbes ce sont les Turcs qui s’en sont chargés et l’inauguration expérimentale aura lieu officiellement le 04 Juillet 2017 à la grande satisfaction des Belabesiens.Si pour les chantiers des wilayas de Constantine, Sétif et Ouargla, les choses semblent aller dans le bon sens, du fait que la société espagnole qui a plié bagages pour rentrer chez elle, c’est Cosider qui a été retenue pour prendre le relais et achever les travaux pour ces trois projets. Mais celui de Mostaganem, ne figure malheureusement pas, dans cet agenda, et la situation est plus compliquée! Cette information vient des déclarations du Président Directeur Général de Métro d’Alger (EMA) Omar Hadbi, lors de la visite de travail qu’il a effectuée jeudi dernier au chantier d’extension du tramway dans la wilaya de Constantine. Interpellé par la presse, M. Hadbi a été très clair sur le calendrier des livraisons des projets en cours de réalisation. Il a affirmé que ces projets vont connaitre des retards inévitables. Le krach de la société espagnole Isolux Corsàn a tout chamboulé au passage et il est extrêmement difficile de parler aujourd’hui de livraison en bloc. Cette option est à la révision et ce sera des livraisons partielles, c’est-à-dire par tronçon. Ce qu’il faut relever dans les déclarations du Président Directeur Général de Métro d’Alger, c’est la non programmation ou la non prise en charge des travaux du tramway de Mostaganem par Cosider comme c’est la cas pour ceux de Constantine, Ouargla et Sétif, pour des raisons plus compliquées selon le même responsable, sans aller pour autant dans les détails. En précisant toutefois, que des études sont en train de se faire pour relancer le projet. Des propos pessimistes, c’est très clair. Dans nos éditions des 02 et 20 mai 2017, nous avions rapporté des informations ayant pour objet le départ des espagnols avec pour cause essentielle, la faillite de la société Isolux Corsàn, sans pour autant aller dans le cœur du problème, faute d’éléments fiables. Mais soucieux de l’importance stratégique que revêt ce projet pour Mostaganem, nous avons estimé d’informer les citoyens, premiers concernés par le problème, de toute nouvelle information qui pourrait les mettre au parfum des dernières décisions concernant le projet. Aussi, est-il utile de souligner, les efforts consentis par les autorités de la wilaya pour relancer le projet dans les meilleurs délais possibles. Une tâche pas du tout aisée avec les mesures d’austérité mises en avant. Le mission est rude et risque de ne pas aboutir de sitôt. Pour rappel, le tramway, de Sidi Belabbes sera mis en exploitation le 04 juillet prochain, celui de Ouargla en novembre de cette année et Sétif vers avril 2018, sauf pour Mostaganem, aucun calendrier n’a été retenu, tenant compte de la complexité de la situation, selon le Président Directeur Général de Métro d’Alger (EMA).

MOSTAGANEM, CAPITALE DU THÉÂTRE : Le ministre Azzeddine Mihoubi donne le coup d’envoi de la manifestation

Le ministre de la culture, M.Azzedine Mihoubi, a présidé dans la soirée du dimanche 02 avril 2017, à la salle ‘’Ryma’’ de la maison de la culture Ould Abderrahmane Kaki de Mostaganem, la cérémonie d’ouverture de la manifestation culturelle ‘’Mostaganem, capitale du théâtre’’ et ce, en présence du wali de Mostaganem M. Abdelwahid Temmar, du président de l’APW M. Bouras El Katroussi, du S.G de la wilaya M.Bachir Far, des autorités civiles et militaires, ainsi que des artistes, de M. Abdelkader Bendaâmache Commissaire Gnéral du festival National de la Chanson Chaâbie et de plusieurs Comédiens Algériens. Avant de se rendre à la salle ‘’Ryma’’, la délégation a assisté au carnaval de Mostaganem qui a eu lieu au front de mer ‘’Ahmed Benbella’’ de la Salamandre, initié par l’association culturelle El-Moudja avec la participation de 60 comédiens. Le but est, notamment, de rééditer l’idée de «théâtre de la rue». Aussi des expositions étaient au menu, une sur la chronologie du théâtre algérien et l’autre sur le «livre de théâtre». Un montage théâtral intitulé «El Menbaâ» (la source), comportant des extraits d’œuvres de grands dramaturges algériens dont Abdelkader Alloula, Ould Abderrahmane Kaki, Azzeddine Medjoubi, Mustapha Kateb et Mahieddine Bachtarzi, ont été présentés lors de cette cérémonie d’ouverture. Un hommage à des personnalités du théâtre algérien leur a été rendu à la fin de la cérémonie. Pour information, le programme de la manifestation «Mostaganem, capitale du théâtre» comporte des représentations théâtrales pour adultes et enfants, de nombreuses troupes et coopératives, des conférences et des colloques nationaux et internationaux, des Journées d’étude et des ateliers de formation seront dédiés hebdomadairement à des personnalités du quatrième art algérien. Parmi ces activités, figure la série de conférences «Kheir El-Djaliss» qui abordera, notamment, la situation du théâtre algérien, la modernité et le patrimoine dans les œuvres de Ould Abderrahmane Kaki, la littérature universelle et le théâtre, la mise en scène théâtrale, la critique théâtrale et le théâtre pour enfants. Des colloques nationaux aborderont des thèmes variés comme les contributions du théâtre amateur, du roman adapté en théâtre ou du théâtre scolaire. Une conférence sur le théâtre révolutionnaire et des journées d’étude sur la gestion du théâtre et la commercialisation des œuvres théâtrales figurent également au programme de cette manifestation. Des ateliers aborderont des thèmes en rapport (direct ou indirect) avec le 4e art dont la scénographie, l’écriture et l’adaptation théâtrale, l’expression corporelle, le maquillage, l’éclairage et la sonorisation. La manifestation «Mostaganem, capitale du théâtre» sera clôturée le 27 mars 2018 avec la reproduction et la présentation d’une pièce du regretté Ould Abderrahmane Kaki, enfant de Mostaganem. Le programme d’animation de cette manifestation, d’une durée d’une année, a été élaboré par la Direction de la culture de la wilaya de Mostaganem, en coordination avec le Théâtre régional de Mostaganem Si Djillali-Benabdelhalim et la bibliothèque principale de la lecture publique. La salle mythique ‘’Ciné-Monde’’, futur mini-opéra Avant d’assister à la cérémonie, le ministre de la culture, M. Mihoubi, a procédé dans la matinée, à l’inauguration du nouveau siège de la conservation du festival national du théâtre amateur de Mostaganem, situé au quartier Djebli Mohamed (ex mont plaisir) à proximité du siège de la cinquième sûreté urbaine. Ensuite le ministre de la Culture s’est dirigé ainsi que la délégation qui l’accompagnait, à la salle de cinéma ‘’Cheikh Hamada’’ située en plein centre ville (Boulevard Mohamed Khemisti), pour s’enquérir de visu de l’état d’avancement des travaux de réhabilitation qu avancent à une cadence appréciable. Aussi, selon le bureau d’étude chargé du suivi des travaux, la salle sera livrée dans 50 jours tout au plus. Sa réception tombera à point nommé puisqu’elle viendra renforcer le répertoire infrastructurel du secteur de la culture et sera mise à profit dans le cadre de la grande manifestation théâtrale ‘’ Mostaganem Capitale du Théâtre’’. Par ailleurs, le ministre a posé la première pierre pour le lancement des travaux de réhabilitation de la mythique salle de cinéma située au quartier la pépinière, connue sous l’appellation de Ciné-Monde puis Ciné-Afrique), elle sera baptisée du nom du défunt ‘’Mohamed Habib Hachlef’’, grand poète, parolier, producteur radio, a consacré sa vie aux arts populaires et à la musique. Au cours de sa visite des lieux, et après avoir pris connaissance de tous les aspects de celle qui fut la grande salle de spectacles, le ministre a proposé d’en faire un mini-opéra à la grande satisfaction des hommes de théâtre et de la culture. Mostaganem aura son mini-opéra, une première dans la ville de Ould Abderrahmane Kaki, Chekh Hamada, Cheikh Djillali Ain-Tedles, et bien d’autres figures culturelles… Ce n’est que justice. Mostaganem mérite bien cette distinction ou plutôt cette reconnaissance. Enfin le ministre a visité l’école des beaux arts, un joyau culturel et artistique à couper le souffle qui a été baptisé du nom du défunt artiste-peintre ‘’Mohamed Khedda’’. Dans ce contexte, il nous apparait évident et utile de reconnaitre les efforts consentis par le wali Abdelwahid Temmar pour redorer le blason de la culture à Mostaganem, perdu, faut-il le souligner, depuis des années. Si aujourd’hui, la ville du théâtre amateur, de la musique Chaâbie, de la chanson bédouine, de la poésie et de la fantasia, renait de ses cendres, c’est tout de même grâce à la volonté des hommes qui aiment cette wilaya et à leur tête le wali Temmar. Pour ce, aucune honte à dédier à ce wali, tout le mérite, pour tout ce qu’il est en train d’édifier dans la capitale des Medjahers. Des progrès palpables qui sont en train de se concrétiser dans tous les secteurs. L’image future de Mostaganem, telle que préconisée par le wali Temmar et telle que nous l’imaginions maintenant, sera une véritable vitrine de la rive sud de la Méditerranée.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar