Mon12112017

Last updateSat, 09 Dec 2017 4pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES Colonne 2

Sidi Bel Abbés

HORRIBLE DRAME A LA RUE DE LA FONTAINE : Une famille composée de 5 personnes décimée par un incendie

Le monoxyde de carbone et le feu ne pardonnent pas et continuent de faire des victimes en cette période hivernale durant laquelle le froid est dense, génère plus d’accidents d’autant que le respect du code des sécurités n’est pas respecté, l’entretien préventif est le dernier des soucis du monoxyde de carbone qui endeuillent chaque jour les familles algériennes. Durant la nuit du mercredi à jeudi, ce sont 5 membres d’une même famille, en l’occurrence la famille K. M demeurant rue de la Fontaine; qui ont trouvé la mort dans l' incendie survenu dans le logis familial exigu, 12 m2, situé sur la terrasse d'un immeuble ..Selon les indications fournies par la direction de la Protection civile de la wilaya de Sidi Bel Abbés à l’origine de cet horrible drame , le chauffage à gaz butane a pris le dessus sur cette malheureuse famille, où quatre petits innocents ont péri avec leur mère dans l'incendie provoqué par le dysfonctionnement du chauffage. Les cinq victimes ont été complètement carbonisées. Les dépouilles des victimes ont été transférées par la Protection civile à la morgue du CHU Abdelkader Hassani. La maman B. S 40 ans, K.M 8 ans, K.K 6 ans, K.M 5 ans et K.K 3 ans.. Une enquête a été ouverte par les services compétents pour déterminer les causes exactes de cet accident. A. Hocine

Le code communal et de wilaya adopté avant la fin du 1er semestre 2018

Le code communal et de wilaya adopté avant la fin du 1er semestre 2018 La loi relative au code communal et de wilaya sera adoptée avant la fin du premier semestre 2018, a annoncé dimanche à Alger le ministre de l'Intérieur, des collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui. Intervenant sur les ondes de la chaine III de la Radio nationale, le ministre a indiqué que le texte relatif à la révision du code communal et de wilaya sera adopté avant la fin du premier semestre 2018, précisant que le processus de réformes engagées par le secteur "entame sa dernière phase". Pour ce qui est de la transparence du scrutin des élections locales de jeudi prochain, M. Bedoui a affirmé que la constitution garantit l'organisation d'élections "responsables et libres" dans lesquelles le citoyen trouvera la voix qu'il aura exprimer dans l'isoloir, ajoutant que la loi organique "fait obligation à tous les intervenants dans l'opération à oeuvrer pour des élections transparentes". M. Bedoui a rappelé, dans ce sens, le rôle assigné à la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) qui accompagne les pouvoirs publics et l'administration dans le processus de vote. Il a aussi soutenu que la disposition réglementaire contenue dans la loi électorale et obligeant les partis politiques à obtenir 4% des suffrages lors des élections précédentes pour pouvoir postuler "est très positive" dans le sens ou elle a permis de voir une dynamique au sein des partis, faisant également remarquer une progression (+10%) en matière de listes déposées comparativement aux élections locales de 2012. Revenant sur la campagne électorale des élections locales, M. Bedoui a indiqué qu'elle a été une occasion pour que "les préoccupations du citoyen s'expriment dans la proximité", qualifiant cela de "très important", dans la mesure ou "le débat et l'écoute participent à ancrer la démocratie participative au niveau local", soulignant par la même occasion, que la tenue des élections sont régies par des "dates constitutionnelles", Exhortant les acteurs politiques à "une culture de respect des dates de chaque élection", M. Bedoui a rappelé que "les élections présidentielles auront lieu en 2019". A propos des préparatifs liés au déroulement du scrutin du 23 novembre, le ministre a indiqué son département est "totalement prêt" pour cette consultation, relevant que certains bureaux itinérants ont commencé déjà à se mettre en place pour permettre aux gens des zones isolées de voter. M. Bedoui a annoncé que suite à la révision annuelle du 1 au 31 octobre, le corps électoral compte 22.878.056 électeurs, précisant que ce chiffre "demeure provisoire car nécessitant sa consolidation commune par commune", promettant de "donner dans quelques jours le chiffre exact du corps électoral". Interrogeant sur la tendance à l'abstention du scrutin, M. Bedoui estimé qu'il s'agit d'un "phénomène et une réalité qui s'exprime partout à travers le monde", relevant cependant que les spécificités des élections locales, le travail de proximité accompli et les préoccupations citoyennes évoquées à cette occasion, feront que le citoyen se sentira plus concerné par le vote. aps

230 logements LPA : Les acquéreurs crient à l’arnaque

« Nos femmes et nos enfants ont souffert depuis 2009 et continuent à souffrir toujours « criaient haut et fort , hier, les acquéreurs de 230 logements sis au quartier rocher, du promoteur Tidjini au cours d’un mouvement de protestation observé devant le siège de la wilaya. Désemparés, les protestataires qui sont venus , tôt le matin , rencontrer les responsables de la wilaya et sont partis , après avoi fait le pied de grue deux heures durant , bredouilles , ne décolèrent pas, « nous avons consenti 280 millions chacun , et aujourd’hui, il nous demande de rajouter 22 millions après avoir versé 22 millions, il y a une année » fulmine de colère un jeune cadre de la CNAS. « C’est de l’arnaque pur et simple » enchaîne une sexagénaire , mère de quatre enfants et de renchérir , non sans compassion, « mes enfants ont besoin d’un toit, donnez nous nos droits s’il vous plait « . Occupants des logements, à moitié achevés, les acquéreurs à qui le promoteur refuse de délivrer le certificat de conformité que d’aucuns qualifient la pomme de discorde, pour se mettre l’abri de toutes éventualités telles que le volte face des promoteurs n’en reviennent pas . « Il nous a berné pendant des années et finalement il nous a jeté en pâture » lance un jeune père de famille. pour lui , l’Etat est complètement absent et de s'interroger « comment un promoteur fait ce qu’il veut sans que personne ne lève le petit doigt » . Les protestataires se sont séparés ,en traînant un lourd fardeau de déception , aux environ de 10heures pour se donne rendez vous demain matin.¨Par ailleurs, toutes nos tentatives de contacter le promoteur en question se sont avérées vaines. Belhadj B

Regroupement régional sur l’évaluation du programme hydro-agricole : La satisfaction des besoins hydriques au menu

La wilaya de Sidi bel abbès, a abrité jeudi dernier, une rencontre intersectorielle, qui rentre dans le cadre de la mise en œuvre des orientations issues de la réunion du Conseil Interministériel tenu le 30 octobre 2017, consacré à l’examen de la problématique de la mobilisation de la ressource en eau. Mr Hachani Tahar wali de Sidi bel abbes, a donné le coup d’envoi de la séance , après avoir exprimé sa satisfaction que la wilaya eu l’honneur d’abriter cette rencontre pour laquelle, il souhaite un vif succès Cet évènement qui a regroupé des cadres et spécialistes de la question des wilayas de l’Ouest et Nord Ouest a été animé par les secrétaires généraux des Ministères de l’Agriculture, du Développement Rural et de Pêche, des Ressources en Eau et de l’Energie. Cette rencontre a permis de regrouper les directeurs des services agricoles, les directeurs des ressources en eau, les directeurs de la pêche et des ressources halieutiques, les directeurs de l’énergie, les conservateurs des forêts et les secrétaires généraux des chambres d’agriculture des wilayas et porteront sur la présentation des bilans des wilayas, ainsi que les plans d’actions arrêtés et validés conjointement et déclinés par année (2017 à 2022). Selon le communiqué de presse, les bilans et les plans d’action qui sont présentés font ressortir - L’état d’exploitation des superficies irriguées existantes ;- L’évolution de nouvelles superficies irriguées ; - L’utilisation des eaux usées épurées en agriculture ;- L’irrigation d’appoint des céréales ;- La concession des terres agricoles (Réalisation des actions structurantes : Electrification, pistes, etc…) ; - La promotion de l’économie de l’eau au niveau des parcelles ; - L’agri-aquaculture ; - Le traitement des bassins versants. Ainsi, parmi les recommandations, la concrétisation de l’objectif stratégique d’extension des superficies irriguées à 2 millions d’ha, actuellement à 1.3 millions d’ha, s’inscrit dans le programme quinquennal du gouvernement, dont le développement agricole lui a été consacré une attention particulière et prioritaire K.Benkhelouf

Cité des Mimosas : Dépotoir à ciel ouvert ?

La négligence, le laisser-aller et l’incivisme dépassent parfois tout entendement, engendrant des décors désastreux. . Cest le cas de la cité des Mimosas, qui vit ces derniers temps sous les amas d’ordures ménagères qui s’accumulent. Un quadragénaire nous dira excédé : « Notre cité est devenue un dépotoir à ciel ouvert, même les gens qui n’y résident pas y jettent leurs déchets ménagers, c’est inadmissible ». Il est à rappeler que le comité du quartier a interpellé les autorités locales en dénonçant la situation insoutenable dans laquelle vivent ses habitants, néanmoins, rien n’est venu alléger leurs souffrances et leur calvaire : « Ce sont là des pratiques d’un autre âge. L’incivisme a atteint son paroxysme, les citoyens jettent leurs ordures n’importe où. La niche érigée à l’entrée de la cité, en face les 3 tours de lAADL du quartier Benhamouda, est devenue une décharge publique, les passants et les commerçants du coin l’ont transformée en poubelle », ironisera un septuagénaire. Pour réduire le volume de ce dépotoir et les odeurs nauséabondes qui envahissement la cité, les résidents, à défaut d’un entretien censé être la responsabilité des services de nettoyage, n’ont d’autre solution que d’y mettre le feu : « Nous avons à maintes reprises réclamé une niche digne de ce nom, des bacs, ainsi qu’une la collecte régulière des ordures, mais en vain, les responsables municipaux ne jugent pas utile de jouer leur rôle », peste un enseignant. L'APC reste indifférent aux doléances des habitants qui n'ont eu de cesse de l'alerter sur la dégradation du cadre de leur cité. Les habitants de la cité Mimosa de Sidi Djillali, sont perplexes et bien ennuyés devant l'attitude affichée par les responsables des services communaux, qui se complaisent à leur promettre monts et merveilles, mais qui finissent par ne rien faire, laissant des familles entières subir les affres d'une cité désordonnée. L'état du cadre de vie de la cité, devenue un dépotoir à ciel ouvert, a fini par faire réagir un groupe de résidents qui ont contacté notre rédaction pour secouer un peu les responsables locaux. Pareil pour la direction de l' EPIC de nettoyage de la ville de Sidi Bel Abbés qui a pourtant l'obligation de procéder au nettoyage de la cité avec l'enlèvement des déchets ménagèrs et de régler définitivement le problème de propreté. De son côté, l'APC reste indifférente aux doléances des habitants qui n'ont eu de cesse de l'alerter sur la dégradation du cadre de vie leur cité et des dangers occasionnés par la rupture des canalisations des eaux usées et d'AEP. A. Hocine

Collecte de sang organisée par la wilaya et le CHU : Mobilisation pour sauver des vies humaines

Dans le cadre des festivités du 1er novembre, les œuvres sociales des travailleurs de la wilaya ont organisé en collaboration avec le CHU de Sidi Bel Abbés une opération de collecte de sang qui sera étalée sur u6 jours et qui touchera selon les organisateurs une grande partie des communes. L’opération est placée sous le haut patronage du ministre de l’intérieur et des collectivités locales avec la supervision du wali de la wilaya de Sidi Bel Abbés. On a choisi de mettre cette campagne de collecte de sang sous le slogan « une goutte d’espoir… soulage de la douleur ». Pour le lancement de l’opération un camion aménagé avec un chapiteau, ont été installés hier à la place du 1er novembre de Sidi Bel Abbés avec une mobilisation importante du personnel médical et para médical a-t-on constaté sur les lieux en présence du secrétaire général du CHU Mr Boukhiar. La structure de collecte de sang rattachée au CHU se fixe comme objectif l’alimentation des banques de sang de toutes les structures de santé. Le plus important, a-t-on relevé, c’est qu’il n y a eu aucun décès dans les interventions chirurgicales pour manque de sang en dépit des difficultés rencontrées sur le terrain par les praticiens dans la collecte de sang. On salue au passage la contribution effective des corps constitués dans le don de sang. A ce propos, a-t-on signalé la structure de collecte de sang, dispose d’un fichier de donneurs de sang et chaque fois que l’urgence l’exige, on fait appel à ces bienfaiteurs qui répondent sans hésiter pour sauver des vies humaines surtout lorsqu’il s’agit sang rare. La campagne de collecte de sang a une double portée pour les organisateurs, il s’agit de collecter au maximum cette substance vitale et sensibiliser le grand public autour de l’impact social de l’opération et recruter de nouveaux donneurs. R.R

La CNAS lance un appel aux employeurs pour utiliser le système du « télépaiement »

Dans le cadre de la stratégie de modernisation et l’amélioration des services de la caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés, les responsables de l’agence de Sidi Bel Abbès lance un appel aux employeurs afin d’utiliser le système du télépaiement qui leur permet de faire leurs déclarations de cotisations via internet.La CNAS de sidi bel abbés informe les employeurs de la mise à disposition de ce système leur permettant de régler en ligne, les cotisations de sécurité sociale déclarés via le portail de la teledéclaration « https://teledeclaration.cnas.dz » et ce, en temps réel et en toute sécurité 24 /24h et 7/7jr sans se déplacer et sans fournir de document. Ce système a beaucoup d’avantages et offre aux employeurs trois modes de paiement, à savoir : 1 *E-paiement ou bien le paiement par carte inter bancaire CIB (paiement électronique) : c’est un mode qui permet de l’utilisation de la carte interbancaire CIB pour le paiement via internet. 2* Le paiement pour e-Banking : on peut faire le virement de compte à compte à distance via internet. 3*Le prélèvement par EDI : (Echange de données informatisé) :l’autorisation des prélèvements sur le compte des employeurs du montant des cotisations. Enfin, le télépaiement est un système simple et rapide adapté aux besoins des employeurs qui peuvent régler leurs déclarations de cotisation et respecter les échéances a distance, sans se déplacer à l’agence de la wilaya.A.B.Mounira

Saisie de 500 bouteilles de spiritueux : Les 2 commerçants illicites en prison

Cinq cent bouteilles de vin rouge ont été interceptées dans deux véhicules de type Mazda et Great Wall appartenant aux nommé G. B et N. G respectivement âgés de 31 et 28 ans, sur la RN 94 menant à Youb (wilaya de Saïda). Les deux conducteurs de véhicules n’étaient pas en possession de factures justifiant l’achat de la marchandise qui a été saisie par les services de la police judiciaire de la sûreté de wilaya. Les deux contrebandiers ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de première instance de Sidi Bel Abbés qui les a placés sous mandat de dépôt.. Il est à noter que depuis la décision de fermeture des bars et dépositaires des boissons alcoolisées durant les années 1970 par le wali de Saida, les consommateurs de ce genre de boissons se déplacent pour s'approvisionner vers les villes limitrophes, à savoir Sidi Bel-Abbès, Mascara et Oran. A. Hocine

Quel sort réserve la poste pour le courrier ?

Toutes les manœuvres se sont soldées par un échec. La première tentative de créer des centres de tris autonomes au niveau de chaque wilaya n’était en fait qu’une aventure sans vision préalable. Des postes budgétivores et une planification prévaricatrice. À peine commencée, les problèmes défilaient et le retour à l’ancienne gestion c’est avéré obligé. Le service du courrier fut de nouveau annexé aux différentes recettes principales au niveau de chaque wilaya sous la gestion du receveur principal à la seule exception de sidi bel abbés où le service de la distribution fut annexé à une recette de 1ère classe (R1), celle de Sidi Yacine, contrairement bien sûr, au statut de ce dernier et à la réglementation en vigueur. Les dirigeants ne savent plus quoi faire pour conserver un service qui n’arrive plus à subvenir à son propre fonds de gestion. Le personnel sorti en retraite n’a pu être remplacé et les facteurs sont en voie de disparition. Certaines tournées, à l’image de la wilaya de sidi bel abbés sont désertes de cet homme séculaire. Les usagers doivent aller eux même demander après leurs courriers qui n’arrivent souvent jamais à destination. La distribution manque de plusieurs facteurs et le courrier reste, sans gène, en souffrance dans les tables de tris à attendre des solutions de la hiérarchie malgré plusieurs requêtes. L’activité courrier à cesser d’assurer à la poste de solides résultats comme dans le passé, et qui permettait à l’état de ne pas toucher à la poche. Le courrier ne couvre plus les dépenses engagées dans la gestion des différents services afférents et garantir aisément des salaires au personnel affecté à gérer ces services. Les facteurs et le personnel qui sont appelés à gérer ce service demeurée sensible malgré sa marginalisation, sont confrontés à une réalité amère qui met en alerte l’autorité. Leur effectif ne repend plus à la masse de trafic. Le problème est inéluctable, il devrait dors et déjà constitué un souci pour l’autorité, car un fardeau ne pourrait que surgir, et si la poste ne peut recruter aujourd’hui pour combler un déficit urgent en personnel, demain, même le reste du personnel serait menacé ou atteint par la foudre d’une ‘’vidée automatique’’ du départ inconditionné à la retraite. Faut-il donc préservé ce service ou le préparer à l’ouverture du marché du courrier ? en ce qui concerne les colis, ça n’a pas marché. Cette position et tant d’autres ont eu un impacte sur l’équilibre du personnel et la bonne gestion de cette tranche de service. Le trafic postal devient supérieur à la main d’œuvre donnant un sale coup à la distribution souillant sérieusement, en premier temps, l’image de la poste. Le personnel recruté timidement dans le cadre de l’ANEM et qui n’est jamais retenu en est la preuve d’un égarement de la sphère décisionnelle. Apres consommation du contrat, d’autre recrus sous le même procédé embrasse la fonction de la distribution pour en fin connaitre le même sort implacable. Le secret professionnel c’est de l’histoire ancienne. En repartant bredouille, ce personnel divulgue tout secret concernant la poste salissant d’avantage une image déjà male au point. Fuite de taxe Le courrier déposé en nombre par les gros usagers sans franchise est souvent distribué sans taxe. L’on apprend que les machines à affranchir intelligentes installées au niveau des bureaux important tombent souvent en pannes enregistrant un long séjour. Le personnel en majorité sans formation ne sait pas faire la différence entre un courrier avec franchir et sans franchise postale. Ce qui augmente d’avantage cette fuite de taxe. Les états de statistiques mensuels et la 539 annuelle sont servis à la va vite, chaque mois de décembre afin de répondre aux exigences d’une hiérarchie qui est plus intriguée par le temps que par la crédibilité des chiffres. Un autre phénomène qui laisse fuir des taxes…. Etc.. Le bureau de poste de sidi Yacine déséquilibré Déjà en manque affreux d’effectif pour mettre en marche les différents guichets, assurer un système de brigade et servir au mieux une clientèle nombreuse accoutumée, voilà qu’on décide de lui rattacher de nouveau le centre de tri avec un effectif encore plus réduit et une charge qui dépasse de loin toute volonté. Plus de 07 tournées sont dépourvues de facteur, selon une source proche. Plus de 10.000 cheque sont saisis chaque semaine à l’arriver du courrier par la transaction ‘’trace mail’’ qui permet de suivre l’objet jusqu’à sa destination. Le courrier international connait aussi un même procédé avec les colis postaux. Ces mesures sécuritaires louables pour le courrier, ainsi que d’autres demandent une main d’œuvre suffisante et surtout qualifiée qui n’est malheureusement pas disponible. Même devant une volonté de fer, les réclamations se multiplient. Le courrier n’arrive plus à destination et les files d’attentes ne manquent jamais au paysage de la désolation. Le guichet affecté pour accueillir la clientèle pour différentes raisons relatives au courrier notamment la distribution des objets avisés ou encore le dépôt de réclamations ou autres prestations postales, est constamment fermé pour cause d’absence d’effectif. Selon une source, le chef d’établissement charge un facteur d’ouvrir chaque jour pendant une heure le matin au détriment de sa propre tournée. La volonté, parfois ne peut suffire. Un ras-le-bol quotidien est remarqué devant la porte d’entrée livrant aux passants une image déplorable d’une administration en détresse. Une R1 avec une charge de Hors Classe Si la constitution et le règlement intérieur de la poste prévoient que l’employé doit être rémunéré selon la tache qu’il occupe, afin de préserver les droits de chacun, la poste de sidi yacine de classe (R1), travaillant en système de brigade comme une RP ou classe supérieur, avec aussi à la charge un centre de tri d’une grande importance (plus de 40 tournées), l’on déduit aisément que le chef d’établissement est lésé de ses droits. Aucune motivation ne lui est réservée pour accomplir à merveille sa mission qui est repartie sur deux axes très important (le bureau de poste et le centre de tri). Cette position d’injustice professionnelle peut avoir un impact malveillant sur la gestion, et ainsi affecter l’accueil de la clientèle. Djilali T

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar