Sat06242017

Last updateSat, 24 Jun 2017 4pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES Colonne 2

Sidi Bel Abbés

E.P.H de Telagh : Des départs de plusieurs spécialistes non remplacés.

Voila que la gestion du système de remplacement des médecins spécialistes après les deux années de service civil, fait des siennes et cause non seulement une vive perturbation, mais un mécontentement et une inquiétude au sein de l’EPH de Telagh situé à 50 km du chef lieu de wilaya. Cette infrastructure de santé qui jadis était l’une de celles, qui rendait d’énormes services au chef lieu de la wilaya souffre terriblement d’un manque de spécialistes à savoir 03 anesthésistes-réanimateurs, 03 gynécologues, 01 radiologue, 01 chirurgien infantile, 01 néphrologue. Ces 09 médecins spécialistes qui ont exercé pendant deux ans à l'E.P.H de Telagh, ont quitté ces derniers temps l’établissement, après achèvement de leur service civil, a-t-on appris de source concordante. Ils vont, sans nul doute, s’installer dans le secteur privé, ou il existe déjà des médecins spécialistes du secteur public concentrés dans le chef lieu proche de la faculté de médecine, possédant un nombre appréciable de spécialistes hospitalo-universitaires. Ainsi, cette insuffisance à Telagh, contraint les citoyens à faire en cas de nécessité absolue, le déplacement vers Sidi bel abbès. Une autre pilule difficile à avaler par la population en général et les malades en particulier, qui n’ont qu’un souci, celui de voir des remplaçants remédient à ce vide. La population de Telagh. estime que le secteur ne mérite pas d’être privé en personnel médical et particulièrement en spécialistes, soit en raison d’une mauvaise répartition, ou d’une omission, alors que l’EPH est non seulement important, pour une ville qui couvre médicalement plus de 20 communes, sans omettre les localités annexes qui leur sont rattachées. Les citoyens très attentifs à ce sujet, ne cachent pas leur perception pessimiste de l’évolution de cet état de chose. Ils considèrent qu’il n’y a pas assez de médecins et encore plus de certains spécialistes et que ces derniers sont mal répartis lorsque c’est nécessaire. Pourtant, le système de santé est organisé de manière à pouvoir prendre en charge les besoins de la population de façon globale, cohérente et unifiée dans le cadre de la loi sanitaire, dont les objectifs sont l’amélioration de la santé des populations, l’équité et la capacité de répondre aux attentes légitimes des citoyens. Un malade chronique, nous dira que « malgré les grands efforts déployés dans le secteur de la santé de notre pays, de nombreuses insuffisances et de fortes inégalités en matière de santé des populations et de répartition de l’offre de soins, sont une douloureuse réalité à ne pas taire ». Et le constat est réel, car lors de certaines visites officielles, des zones sous médicalisées, sont apparues, dans lesquelles les citoyens éprouvent des difficultés à accéder aux soins dans des conditions de proximité et de délais satisfaisantes, les obligeant à se rendre à Telagh ou Sidi bel abbès avec tous les frais, qu’engendrent les déplacements. Et pourtant, il semblerait de l’avis d’un responsable du secteur, qu’une nouvelle promotion de spécialistes en formation, serait en voie d’être disponible pour le terrain après affectation vers des établissements hospitaliers, en espérant que l’EPH de Telagh n’en soit pas privé. A cet effet un vibrant appel est lancé aux responsables pour solutionner cette question vitale dans les brefs délais. K.Benkhelouf

Trottoirs squattés par les cafetiers et commerçants

Devant l’absence de l’autorité chargée de la réglementation, les trottoirs, espaces publics réservés exclusivement aux piétons, sont squattés par les commerçants et patrons de café. L’occupation illicite des trottoirs destinés aux passants est très répandue, à tel point qu’ils ont été détournés de leur usage initial. Il suffit pour s’en rendre compte de faire un tour le long des artères de la ville. Des étals de marchandises, des comptoirs frigorifiques, des rôtissoirs, tables et chaises pour prendre un café, des échelles à même la chaussée pour empêcher les automobilistes de garer devant leurs locaux et le pauvre piéton se trouve privé de sa liberté de circuler. L’ APC de Sidi Bel Abbès avait donné un an aux cafés et aux restaurants pour mettre leur terrasse aux normes. Elle vient de délivrer des avertissements. Un an après que l’APC de Sidi Bel Abbès leur a demandé de se conformer au nouveau règlement sur les terrasses, cafetiers et restaurateurs du centre-ville commencent à payer l'addition. Des avertissements dont d’autres transformés en mises en demeure ont même été délivrés. « Depuis le début du mois de ramadhan, la période de concertation est terminée. C'est désormais les avertissements qui tombent sur ceux qui ne respectent pas la réglementation ».Même les services d'Urbanisme, veulent mettre un terme à l'anarchie des terrasses : « Au prétexte que Sidi Bel Abbès est une ville de l’ouest et festive, certains ne respectent pas le 1,40 mètre obligatoire de passage. On ne le tolère plus. Périmètre débordé mais aussi terrasse en dur, accessoires de restauration pas aux normes, jardinières trop hautes : des anomalies dans le collimateur de la ville qui entend faire respecter le « style des bâtiments et le confort des piétons ». Cette situation qui ne cesse de prendre de l’ampleur dans notre ville contraint les citoyens, vieillards, femmes et enfants, à faire de la gymnastique pour se frayer un chemin, un passage au risque de se faire renverser par les automobilistes. En l’espace du respect de la règlementation, le phénomène ne fait qu’empirer, fait remarquer un sexagénaire qui déplore la difficulté d’accès à certaines officines ou services publics fréquentés. Contacté à ce sujet, un élu reconnait l’existence de ce phénomène en rappelant le principe de droit qui veut que l’intérêt public prime sur l’intérêt privé. A. Hocine

Sidi Djilali : Le kiosque de l’APC laissé à l’abandon

Ce kiosque, qui est situé dans une petite placette, dans la ruelle, faisant face à la Cnasat du quartier de Sidi Djilali, a certainement été conçue au départ pour être un espace café, qui réunirait les jeunes et les plus âgés du quartier en besoin de moments d’évasion entre amis, ou qui aurait pu être aussi une crémerie qui animerait sans aucun doute, la vie des riverains de cette partie de quartier , ou un commerce, mais le voilà abandonné, loin des bonnes intentions supposées du départ, de faire vivre le quartier en meublant cette placette du vieux Sidi Djilali « Castors ». Cet état d’abandon et de délabrement inadmissible, n’a jamais été dans les intentions des pouvoirs publics, car il s’agit de somme d’argent qui ont été investie pour sa construction afin qu’il soit utile et rentable et de voir, quelque soit le motif, qui peut-être avancé dans une telle condition, l’on revient à penser, au laisser aller des uns et des autres Beaucoup de gens sont dans le besoin d’une activité dans cette partie de la ville et n’ont pas manqué d’exprimer leur désolation qu’un tel espace soit à l’abandon. De par le temps qui s’est écoulé l’on pourrait imaginer, l’existence d’une méconnaissance du patrimoine de la commune ou simplement, une mise aux oubliettes intentionnelle des dernières minutes, alors qu’il s’agit d’un bien de la commune, que l’on pourrait en faire un autre usage commercial, au lieu qu’il demeure un refuge soit pour les animaux, ou pour des délinquants. . L’on se rend compte alors, que même les délégations créées pour chaque zone, ne font pas se qu’elles devraient faire en réalité, en s’inquiétant des conditions des populations dont ils ont la responsabilité et partager les responsabilités du P/APC. R L

Le député FLN, Djahed Mohamed à Ouest-Info : " L'emploi et le logement au premier plan de notre mission "

Dans une déclaration à ouest info M Djahed Mohamed le député FLN a promis d’attaquer de front les problèmes cruciaux de l’emploi et du logement au niveau de l'assemblée populaire nationale . Fraîchement élu avec 5 autres députes FLN , un nombre qui a permis au parti de se classer 2 après Oran , l’ex vice président de la commission culturelle de l’APW que nous l'avons abordé à l'APW dira que les modalités de distribution du couffin seront , également revues de manière à permettre au vrais nécessiteux d’en bénéficier . Quant à l’ouverture d’une permanence du parti , une question que nous lui avons posé , notre interlocuteur affirme que les députés sont animés de bonne volonté pour servir les citoyens . Pour ce qui est de la cohésion entre les députés qui a fait défaut lors des mandats précédents , M. Djahed fera savoir que les députés sont engagés à maintenir leur coordination pour répondre au mieux aux préoccupations et aspirations des citoyens . S’agissant des élections, prévues dans quelques jours des présidents des commissions et les vices présidents , M Djahed reconnait que la tache n’est pas facile "nous œuvrons de concert pour arracher un poste et ce, pour défendre au mieux les intérêts du parti et des citoyens. Belhadj B

Yahia Amroun, tête de liste du parti du renouveau et du développement, opte pour une campagne de proximité

Selon la cellule de communication du parti du renouveau et du développement qui présente le jeune Yahia Amroun comme tête de liste pour les élections législatives , le choix est porté sur le travail de proximité dans les quartiers de la ville et les communes reculées de la wilaya. Ainsi la direction de la campagne du parti dirigée par Yahia Amroun , a tenu avant-hier deux meeting de proximité dans les localités de Boubarbas et Bordj Djaafar. Le candidat a rencontré les citoyens de ces deux localités pour entamer un dialogue franc et transparent notamment au sujet des préoccupations quotidiennes des jeunes. Yahia Amroun , un jeune entrepreneur qui a fait un passage comme président de l’USMBA est en mesure de comprendre les véritables problèmes des jeunes et leurs aspirations. Toujours selon le communiqué, le candidat Amroun a expliqué à son auditoire son programme et ses ambitions au cas où il serait élu à la chambre basse. R.L

Le FLN rafle la mise avec 6 députés et 2 pour le RND

Après la tenue du scrutin dans de bonnes conditions à Sidi Bel Abbès, suite à la mobilisation des services de sécurité et de l’administration, il a été enregistré un taux de participation au niveau de la wilaya de l’ordre de 42,02 % alors qu’au niveau du chef lieu le taux enregistré était faible et tournait autour de 29%. Le décompte final a donné 6 sièges au FLN et 2 sièges pour le RND. Les nouveaux députés de la wilaya de Sidi Bel Abbés sont Djahed Mohamed, Djellikh Ali, Abdellaoui Abdelkader, Benzenatti Kheira, Boukhalkhal Mohamed, Djellil Nacéra , Yahiaoui Bousmaha, Boudjerrar Khadidja.Il convient de signaler que les heureux élus à la chambre basse combinent entre 4 nouveaux et 4 anciens députés . Zebida Abdelkader

Yahia Amroun, tête de liste du parti du renouveau et du développement, opte pour une campagne de proximité

Selon la cellule de communication du parti du renouveau et du développement qui présente le jeune Yahia Amroun comme tête de liste pour les élections législatives , le choix est porté sur le travail de proximité dans les quartiers de la ville et les communes reculées de la wilaya. Ainsi la direction de la campagne du parti dirigée par Yahia Amroun , a tenu avant-hier deux meeting de proximité dans les localités de Boubarbas et Bordj Djaafar. Le candidat a rencontré les citoyens de ces deux localités pour entamer un dialogue franc et transparent notamment au sujet des préoccupations quotidiennes des jeunes. Yahia Amroun , un jeune entrepreneur qui a fait un passage comme président de l’USMBA est en mesure de comprendre les véritables problèmes des jeunes et leurs aspirations. Toujours selon le communiqué, le candidat Amroun a expliqué à son auditoire son programme et ses ambitions au cas où il serait élu à la chambre basse. R.L

Le Bâtonnat honore Hamadène Djilali

Mardi dernier, la maison des avocats a abrité un sympathique et convivial déjeuner offert ( comme il est de tradition) , par les membres du conseil de l’ordre des avocats du barreau de Sidi Bel Abbès ( qui englobe , rappelons le, aussi les avocats de Ain Témouchent) en l’honneur du bâtonnier Maitre Athmani Mohamed suite à son élection le 08 avril dernier, en sa qualité de 1er vice-président de l’union nationale des avocats algériens. Au cours de ces moments historiques, le bâtonnier Maitre Athmani avait tenu à rendre hommage et à honorer notre ami Hamadane Djilai avocat au barreau de Sidi Bel Abbès. atteint d’une maladie l’ayant contraint à se déplacer dans un fauteuil roulant. L’instant était émouvant .Toute la corporation y était là ainsi qu’un grand nombre d’invités parmi eux le directeur du quotidien Ouest-Info , Abdelaziz Houmad. Qui ne connait pas Hamadane Djilai , cet ancien syndicaliste et enseignant à l’université de la capitale de la mekerra . C’était une des figures de proue du monde syndical à Sidi Bel Abbès. Le geste du bâtonnat ne fait qu’honorer cette noble corporation en tous cas, et qui s’inscrit dans les traditions séculaires des robes noires. Tayeb El Abbassi

Une infirmière de l’EPH de psychiatrie et ses complices arrêtées dans une affaire de trafic de psychotropes.

Dans le cadre de la lutte contre la drogue et la commercialisation des psychotropes, les éléments de la BRI de la sureté de wilaya de Sidi Bel Abbés une affaire de vente de psychotropes unique dans son genre. Une infirmière de l’hôpital de psychiatrie un taxieur, un gérant de parfumerie et un intermédiaire sont impliqués dans cette affaire qui a fait l’objet de plusieurs jours d’investigation. Suite à l’exploitation d’une information relative au comportement d’un gérant d’une parfumerie située au quartier « Adda Boudjellal » à proximité d’un CEM qui s’adonnait selon la police au commerce de psychotropes, les enquêteurs ont procédé à la perquisition du magasin et du domicile du suspect. Les policiers ont réussi à mettre la main sur 386 ordonnances de l’EPH de psychiatrie et du CHU ainsi que 616 comprimés et de 5 flacons de produits psychotropes en plus de matériel qui était utilisé pour falsifier les ordonnances. Les enquêteurs ont aussi saisi un véhicule Taxi et une somme d’argent estimée à 150000 Dinars considérée comme des revenus de la vente des psychotropes. Suite à l’audition du mis en cause, les éléments de la BRI sont remontés au Taxieur qui s’occupait de la distribution et de l’intermédiaire ainsi qu’à une infirmière de l’EPH qui était impliquée pour avoir fourni des ordonnanciers officiels avec des cachets humides du service. Les trafiquants apposaient des griffes de psychiatres falsifiées pour s’approvisionner en psychotropes chez les pharmacies. Les quatre mis en cause dans cette affaire inédite seront présentés dimanche devant le procureur de la république prés du tribunal de Sidi Bel Abbés a signalé la police. R.N

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar