Mon12112017

Last updateSat, 09 Dec 2017 4pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES colonne 1

Sidi Bel Abbés

Le wali poursuit l'opération d'installation des nouveaux P/APC : « Vous n’êtes pas seuls, l’Etat et l’administration sont avec vous dans vos tâches »

Le wali de Sidi Bel Abbès a poursuivi son périple marathonien où pas moins de 14 P/APC ont été installés, jeudi , les maires des communes de Tilmouni Khebage Kouider (Hamas), Belarbi, Tamart Larbi (RND), Brahim Allam (TAJ), Mostefa Ben Brahim Boumaza Mohamed (FLN), Boudjebaa El Bordj, Djeddid Mohamed (TAJ), Ain Aden, Djelloul Lenouar (FLN), Sfisef, Fethi Bouhend (TAJ), Mcid, Sahnoun Kobali (Infitah), Oued Sefioune, Douali Mohamed (FLN), Hassi Daho, Bettouchi Youb (Moustakbal), Tenira, Boudjelal Mustapha (FLN), Benachiba Chélia, Habib Nadji (RND), Sidi Ali Benyoub, Abed Ali, (FLN), Tabia, Achour Boubekeur (FLN), Boukhanifis, Zahzouh Aissa (FLN) ont été installés dans leurs fonctions de président de l’Assemblée populaire communale . Les cérémonies se sont déroulées en présence d’une foule nombreuse que les salles de délibération n’ont pu contenir. Les élus des autres formations ont pris part à la cérémonie. Avant de procéder à l'installation officielle des nouveaux premiers magistrats des communes, le wali, M. Hachani Tahar, a mis l’accent sur la nécessité de « relancer le programme de développement économique et social dans la commune ». D’autres sujets, tels que l’hygiène publique, la politique de l’emploi dans la commune et la gestion des biens communaux, ont été abordés par le wali. Ce dernier dira toutefois à l’intention des nouvelles assemblées : « Vous n’êtes pas seuls, l’Etat et l’administration sont avec vous dans vos tâches. » Le nouveau président de l’APC de Sfisef a déclaré lors de son installation : « Sfisef est un grand chantier, car les retards dans son développement économique et social sont importants. C’est pour cette raison que j’appelle les bonnes volontés et les compétences à se manifester afin de prendre part à la gestion de la collectivité dans la transparence. » Questionné sur la date d’installation de l’exécutif communal et sur sa politique d’alliance avec les autres élus, M. Bouhend a répondu : « Nous allons le faire le plus tôt possible. » Aujourd’hui, samedi Ce sera 17 autres installations des P/APC de la région Sud du chef lieu de wilaya. Le taux d’installation des P/APC a atteint les 75%. Dimanche Ce sera le tour du P/APC du chef-lieu de wilaya et du P/APW. A. Hocine

CNAS : Journée d’information et de sensibilisation au profit des employeurs

La CNAS a organisé jeudi dernier, une journée d'information et de sensibilisation en partenariat avec la Chambre du Commerce de la wilaya, au niveau de la bibliothèque Cheikh Kabbati, au profit de plus 250 employeurs invités. L’évènement a été marqué par la présence de plusieurs représentants des différents dispositifs de l Etat tel que (Anem, Cnac etc) .Cette rencontre inaugurée par le Secrétaire Général de la wilaya, a pour objectif de sensibiliser les employeurs, que le système de sécurité sociale est un système déclaratif basé sur le recouvrement des cotisations de sécurité sociale. Toutes les personnes exerçant une activité salariée, assimilée ou en formation professionnelle, doivent être obligatoirement assurés à la Sécurité sociale et bénéficieront des avantages qui en découlent. Dans son intervention d’inauguration le Directeur de la CNAS, Mr Hamel Bedreddine, a rappelé les grandes missions de la caisse de sécurité nationale et de la responsabilité qu’elle a en matière de recouvrement de toutes les cotisations de la sécurité sociales, pour le compte de la CNR, la CNAC, le FNPOS et l’OPREBAT. Ainsi, il rappela, que c’est en application des dispositions prévues par l’ordonnance 15-01 du 23 juillet 2015 de la loi de finances complémentaire, que la CNAS lance cette campagne d’information et de sensibilisation, en direction les employeurs récalcitrants, quel que soit leur secteur d’activité, afin de les inciter à procéder, obligatoirement , à l’affiliation de l’ensemble de leurs salariés à la sécurité sociale, et ce dans les dix jours qui suivent leur recrutement. Des détails ont été donné mettant à connaissance, les obligations des employeurs pour effectuer une demande d’affiliation et de procéder aux différentes opérations de déclaration et de paiement des cotisations les liant à la sécurité sociale. Des calendriers de paiement accordés aux employeurs débiteurs envers la CNAS, désireux de régulariser leur situation, à travers des exonérations des majorations et des pénalités de retard dès versement de la dernière échéance, conformément à la loi. Il a été également rappelé que la CNAS a lancé le paiement électronique (e-paiement), qui permettra aux employeurs de régler les cotisations de sécurité sociale «instantanément et en toute sécurité à travers l'échange de données informatiques» entre les deux parties. K.Benkhelouf

O.N.E.F.D ( Annexe de Sidi Belabbes ) : Les parents d'élèves interpellent le wali

De nombreux scolarisés trahis par la malchance des échecs scolaires pour moult -raisons n’ont d’autres alternatives que de se rabattre sur l’O.N.E.F.D ( office national d’enseignement et de formation à distance ) Cette option n’a pas été sans réinjecter de l’espoir chez un grand nombreux d’inscrits qui rallient quotidiennement l’annexe de Sidi Belabbes sise au niveau du quartier Sakia El Hamra ex Faubourg - Thiers jouxtant le CEM Lahmar Hadj . Cependant , il n’en demeure pas moins que la souffrance , pour beaucoup , reste édifiante par le fait que les étudiants ayant acquis le passage à l’étape supérieure où ayant réussi leurs examens respectifs, sont contraints de se déplacer au centre régional sis à Oran ( rue Chariet Ali Chérif ) pour se procurer leurs manuels scolaires ou pour valider leurs certificats de scolarité et leurs diplômes . Une peine de plus, les parents dont une partie des démunis ne cessent de s’interroger sur cette situation qui n’a que trop duré pourtant , disent ils , la ville de Sidi Belabbes , a tous les atouts pour postuler à un centre indépendant d’enseignement à distance et , alléger par là , la souffrance de plus de 10 mille inscrits annuellemen . Pour rappel , les élèves exclus de l’école avec une moyenne de 9/20 et plus trouveront refuge à l’O.N.E.F.D dont certains ont réussi meme à décrocher leur BAC . L’on enregistre également , selon nos échos , que l’annexe de l’O.N.E.F.D de Sidi Belabbes gère l’organisation de plus de 24 centres d’examen en fin d’année pour un total de plus de 400 candidats provenant des différentes contrées de la wilaya seulement du fait que cette opération est centralisée au niveau de la ville de Sidi Belabbes n’a pas été sans irriter des parents dont leurs progénitures résident loin du chef lieu de wilaya à l’exemple de Marhoum , Dhaya , Telagh , Merine , Sidi Chaib , Birelhmam , Oued Sebaa , RasElMa , Sfisef … avec le vif souhait de revoir cette organisation par un rapprochement attendu des lieux d’examen . Enfin , il est à signaler , que cette annexe opérationnelle depuis 2005 qui accueille quotidiennement plus de 300 personnes soit des mois de septembre jusqu’à novembre nonobostant la fin de l’année de l’année scolaire pour la remise des convocations ou la délivrance des diplomes , pour absence d’indications ou d’enseignes , pose énormément de difficultés de localisation .Pour ainsi déduire que cette annexe mérite amplement un siège digne d’un établissement scolaire pareil. Enfin , les autorités locales dont le wali ainsi que celles de l’éducation nationale sont exhortées à cet effet pour prêter une oreille attentive aux inscrits et leurs parents qui trouvent notamment du mal à rallier occasionnellement la ville d’Oran pour accomplir les formalités administratives exigées par l’O.N.E.F.D B. Rahmane

El Bança ,Poissonnerie, dites-vous ?

Le marché informel du poisson, fruits et légumes, présente un décor pour le moins chaotique, et ce à cause de monticules de déchets ménagers qui s'y entassent depuis des années sans être débarrassés. Le chemin qui mène vers la coupole est dans un état lamentable, avec une couche de bitume complètement usée . De part et d'autre, des amoncellements de détritus accueillent les couches d'eaux dans une atmosphère pesante et remplie de relents et d'odeurs repoussantes. À l'entrée de la poissonnerie, c'est le même chaos qui y règne. Des ramassis d'immondices jonchent les lieux. Les eaux usées verdâtres à leur tour dégoulinent par-ci ou stagnent par-là, en dégageant des odeurs pestilentielles. La poissonnerie se trouve dans un état lamentable et indescriptible. Aucun des locaux n’abritent cette activité. Lorsque l’APC de Sidi Bel Abbés a investi plus de 1,5 milliard de centimes pour le réaménagement de la poissonnerie (El Bança) pour que le poisson ne se vende plus dans la rue sous la pluie et le soleil comme c’est le cas depuis toujours. Cet espace qui abrite 22 stands pourvus d’électricité, d’eau et de toilettes qui ont été mis à la disposition des revendeurs de poisson qui faisaient étals un peu partout à travers le centre-ville et les quartiers. Les nombreux citoyens qui, malgré tout, fréquentent assidûment le marché informel ne manquent jamais l’occasion de fustiger ceux qui ont en charge la gestion de cet espace commercial et ses alentours où, depuis longtemps, l’anarchie et la saleté règnent en maîtres. Entrées obstruées par des cassiers posés à même le sol, couches de crasse recouvrant des allées désormais occupées également par les locataires qui ont déserté les espaces qui leur sont régulièrement concédés pour concurrencer ceux qui activent dans l’informel. Ici tout est permis alors que nous sommes en plein centre ville à une centaine de mètres seulement de l’Hôtel de ville et à une dizaine de mètres de la première sûreté urbaine. Si en ce moment, le poulet, la pomme et la datte sont proposés à des prix abordables pour les petites bourses, il n’en est pas de même pour le poisson, la sardine étant cédée à 350.00 dinars le kilo alors que la fine couche de glace qui la recouvre en partie est loin d’être suffisante pour préserver sa fraîcheur. A propos de la poissonnerie et une fois à l’intérieur, le visiteur qui lève la tête verra alors accrochées au plafond et aux poutres, une épaisse couche de toile d’araignée noircie par la poussière qui en dit long sur la date du dernier toilettage des lieux si toutefois il a eu lieu ces dernières années. Un marchand installé de longue date, prié de nous donner ses impressions sur l’abandon d’un espace commercial qui en principe devrait être maintenu dans un état de propreté irréprochable (la saleté d’un lieu où il passe plusieurs heures par jour ne semble pas le déranger), a eu cette surprenante réponse : «La toile d’araignée et la saleté nous y sommes habitués et il y en a tellement à travers tout le marché que nous ne les remarquons même plus». Alors que la majorité des locaux sont désespérément fermés ou carrément défoncés et détournés de leur vocation initiale (débauche, consommation de la drogue et des boissons alcoolisées, sous-location,...).C'est vraiment de l'argent jeté par la fenêtre ! estime un passant.

Que fait Sidi Bel Abbes la nuit ?

Une question qui est souvent posée. Que font les Bélabésiens quand ils ne somnolent pas tranquillement chez eux devant leurs télévisions ? Une petite balade en ville s’est imposée pour répondre à cette question. Première destination : le centre ville, naturellement. Nous fûmes surpris de trouver un désert nocturne. A part les crémeries ouvertes, au petit vichy, tous les locaux étaient fermés, les lumières éteintes, plus rien de Sidi Bel Abbes des années 80 dont mon père me vantait les mérites. Une des plus belles villes de l’Algérie, disait-il, un charme nocturne à non plus finir, de la vie, du chant, des spectacles au niveau des places de la ville, à savoir celle de Sakiat-El-Hamraa, ex Faubourg-Thiers, et celle du 1er Novembre, ex Place Carnot, et ses nombreuses salles de cinéma qui ne se désemplissaient pas, et surtout, son merveilleux théâtre, l’un des plus beaux d’Algérie, qui abritait des expositions de peintures ou de livres, ou présentait carrément des spectacles. Nombreuses sont les troupes théâtrales qui y sont passées. Aujourd’hui, hélas, les Bélabésiens ont soif de tout ça, et beaucoup de jeunes ne connaissent pas la réalité culturelle de Sidi Bel Abbes d’antan. Nous continuâmes notre route vers la belle rue de la Macta. Et là fus notre surprise lorsque nous constatâmes la présence de familles entières qui ont envahit le gazon de ce boulevard. Attablés autour d’un thermos de thé ou de café, femmes, enfants, et jeunes filles sirotaient tranquillement leur breuvage. Un peu plus loin, des jeunes gens assis à pleine terre ou sur des bancs, agrippant leurs Smartphones, appréciaient la brise nocturne. Notre périple vers Sidi Djilali fus très long vu l’embouteillage monstrueux de cette soirée. Arrivés là-bas, nous trouvâmes la place El Wiam joliment décorée par des lumières aux couleurs nationales. De nombreuses familles, attablées à une crémerie, ou assises sur des bancs publics pour celles qui ne pouvaient se le permettre vu les prix exorbitant, dégustaient leurs cornets de glace. De là, nous nous dirigeâmes vers Sidi Med Ben Ali. Un lac naturel, dont plusieurs villes Algériennes nous envient. Là aussi, beaucoup de familles autour d’un barbecue, ou qui ont carrément ramené leur diner de chez eux, passaient du bon temps, loin des bruits, de la lumière et du vacarme de la ville. Hélas, le manque de propreté se fit sentir. Des bacs à ordures qui débordent donnent l’impression de ne pas être vidés depuis l’été dernier. Les bouteilles vides et les sachets en plastique envahissent le lieu. Il est à signaler, en l'occurrence, que les éléments de la sécurité veillent religieusement à la sécurité des riverains. Cette petite tournée terminée, nous passâmes par la rocade sud de la ville, où beaucoup de voitures stationnaient au bas de la rue. Des jeunes avec leurs chaises pliantes, discutaient en jouant aux dominos ou aux jeux de cartes. La ville de Sidi Bel Abbes dispose aussi d’un jardin public dont les arbres sont plus que centenaire, et qui, désormais, n’a plus rien de public puisqu’il est devenu payant après les dernières rénovations, obligeant les habitants à le déserter malgré eux. Ce jardin dispose d’un mini Zoo dont ses singes s’amusent à sillonnaient les toits des maisons voisines, et s’attaquent aux arbres fruitiers et potagers, d’où l’intervention des pompiers pour les attraper et les ramener au Zoo, à plusieurs reprises. Zineb.C

Un promoteur « escroc » sous les verrous. : Il vend des logements LSP avec la formule du promotionnel

Le gérant de la promotion immobilière « Sarl En Nasr », Lakhdar Bouziani, a été placé sous mandat de dépôt par le procureur de la République du tribunal de première instance de Sidi Bel Abbés, La mise sous mandat de dépôt a été ordonnée lors de la comparution immédiate en audience de dimanche après-midi , où le premier responsable de ladite entreprise a été reconnu coupable d’escroquerie, de malversations et d’abus de confiance. Il est à rappeler que le procès fait suite au dépôt de plusieurs plaintes d’un collectif d’acquéreurs, contre le mis en cause pour les chefs d’accusation précités. L’affaire qui a été relatée par un organe de presse en septembre dernier se rapporte aux agissements de ce promoteur chargé de livrer depuis 2009 des appartements, alors qu’il n’était même pas en conformité avec l’administration (pas d’acte de propriété, de permis de construire, de certificat de Fonds de garantie). Entre-temps, des versements chiffrés à des dizaines de milliards ont été effectués par les clients qui ne voyaient pas la concrétisation du projet. Le même promoteur qui n’en est pas à sa première, est actuellement mis en cause dans plusieurs autres affaires similaires en instruction. Le tribunal de Sidi Bel Abbés a prononcé avant-hier le mandat de dépôt à l’encontre du promoteur « Sarl En Nasr » suite à une plainte déposée par une femme qui lui reproche de lui avoir vendu un logement LSP avec la formule du promotionnel pour un somme estimée à 850 millions. Suite au verdict du tribunal des référés annonçant le mandat de dépôt le promoteur « escroc » a été pris d’un malaise a-t-on appris de sources concordantes et il a été transféré au service pénitencier du CHU de Sidi Bel Abbés. Pour rappel , le promoteur de la « Sarl En Nasr » se trouve en conflit depuis plusieurs années avec des acquéreurs dans la formule du LSP qui ont récemment observé une grève de la faim pour protester contre de diktat de ce promoteur à qui ils ont versé des sommes d’argent importantes sans bénéficier de leurs logement qui ne sont pas encore achevés. Le promoteur décrié a selon des sources d’information crédibles enfreint les règles qui régissent le mode de construction des logements LSP en jouant sur la superficie et les matériaux utilisés dans l’aménagement des appartements. Il est allé jusqu’à construire des appartements d’une superficie de 120 mètres carrés pour appâter les acquéreurs pour ensuite les rouler dans la farine. Les acquéreurs sont entrés depuis au moins trois années dans une bataille juridique avec le promoteur en question qui est resté longtemps inébranlable pour des raisons qui demeurent mystérieuses pour les plaignants a-t-on appris de différentes sources d’information qui évoquent même des jugements de condamnation à de la prison ferme qui sont restés sans application. Les projets des 78 et 58 logement de la « Sarl En Nasr » font partie des grands points noirs de la défunte formule du logement LSP pour les innombrables mouvement de protestation et les requêtes portées par les acquéreurs auprès des pouvoirs publics qui sont restés impuissants devant le vide juridique qui entache cette formule d’accès au logement pour les fonctionnaire et les salaires moyens. Pour la première fois depuis l’éclatement de ce scandale du logement le promoteur qui a acquis une notoriété dans les médias se retrouve derrière les barreaux, il doit s’expliquer devant le tribunal de première instance pour cette accusation « d’escroquerie » suite à la plainte d’une femme qui aurait tenté de se suicider lorsqu’elle a appris que le logement qu’elle a payé en promotionnel à un prix fort était finalement un logement LSP attribué à une autre personne. Selon des indiscrétions pratiquement tous les logements de ces deux projets sont vendus plusieurs fois à différents acquéreurs. A. Hocine

Télagh : Un tournoi de foot pas comme les autres : Collecter de l’argent pour acheter le mouton de l’Aid aux démunis

La charmante ville de Telagh distante d'une cinquantaine de kms de Sidi Belabbes vit actuellement au rythme d'un alléchant tournoi de football initié conjointement par l'association ''Les Nomades" de Télagh présidée par Aliaoui , l'association de la protection de l'environnement et la promotion du tourisme et conforté par d'autres bénévoles . Cette manifestation sportive revêt un double caractère voir sportif et caritatif dont la finalité sera ponctuée par une quête qui sera destinée à l'achat des moutons de l'Aid El Adha au profit des personnes de la localité démunies financièrement . En effet , l'on a appris que ce tournoi qui sera animé par 16 clubs de Telagh , de Mérine , de Dhaya et d'autres localités limitrophes et répartis en quatre groupes, sera organisé sous forme d'un mini championnat qui aboutira à un système de coupe par voie d'une phase éliminatoire pour faire ressortir le champion symbolique car la somme collectée connaitra vraisemblablement son destinataire avant la fête de l'Aid , date de la finale de ce rendez-vous sportif qui draine quotidiennement la grande foule . Pour rappel , chaque club participera avec la somme de 15 mille DA , un montant qui sera consolidé sans doute par la participation des personnes charitables de la région dans un élan de solidarité. B.Rahmane

Commémoration du 56e anniversaire de la journée nationale de l’immigration : Recueillement et souvenir

Il y a 56 ans, le 17 octobre 1961, une manifestation est organisée à Paris pour condamner le couvre feu et la politique discriminatoire mis en Place par le préfet de police ‘’ Maurice Papon ‘’ cette initiative pacifique de contestation organisée par le front de libration nationale est réprimée dans le sang, des milliers d'algériens sont arrêtés, torturé par la police française qui n'a pas hésite dans sa folie meurtrière également à jeter des dizaines d’algériens dans la Seine. La wilaya de Sidi Bel Abbès a commémoré la 56e anniversaire de la journée nationale de l’immigration q, pour que n'oublie pas les tragiques et douloureux événements relatifs à la répression d’une manifestation pacifique organisée à ‘’Paris’’ . Sous le slogan « fidélité , leçons et considération » La journée a été marquée par le recueillement des autorités civiles et militaires au carré des martyrs. Après le dépôt de gerbes de fleurs, et de la lecture de la Fatiha, la délégation s’est dirigée chez deux Moudjahdins pour les visiter , honorer ,et les saluer pour leur combat durant la révolution algérienne . Il y a eu la visite d’une exposition, et des photos sur les moudjahidins et les martyrs de la ville organisé au niveau de la bibliothèque centrale en assistant à une conférence animé par des doctorants en histoire de l'Algérie , soulevant l’histoire de ce jour .A.B.Mounira

Trafic de voitures volées : Un réseau démantelé par les Services de la SûretéUn réseau démantelé par les Services de la Sûreté de wilaya de wilaya

Les services de police de la wilaya de Sidi Bel Abbès, ont présenté à la presse, ce dimanche 09 juillet 2017, un réseau de trafic de voitures, constitué de 10 individus, qui a été démantelé, suite à une minutieuse enquête effectuée par les éléments de la brigade économique de la Sûreté de wilaya. « Les investigations dans le cadre de cette affaire durent depuis des mois et c’est au cours du mois de ramadhan, que l’enquête a donné ses fruits. L’enquête a été lancée sur la base d'informations obtenues portant sur la « circulation à Sidi bel abbès d’un véhicule « Clio » avec des documents falsifiés».. C’est alors que ledit véhicule ayant été intercepté, les éléments de la brigade, ont abouti à l’arrestation de 10 suspects, impliqués et la récupération de 08 véhicules », précise dans son communiqué de presse le Sous Lieutenant Mekri Parmi les 10 individus arrêtés ,06 sont de Telagh et 04 de Sidi Bel Abbès. De par ce fait? des 57 dossiers de vols de voitures, 08 ont été retrouvées. Ainsi une fois les véhicules volés, les malfaiteurs trouvent la complicité d’un « prête-nom, » qui met en circulation le véhicule avec de faux papiers, après avoir poinçonné un nouveau numéro de châssis Les mis en cause seront présentés aux juridictions compétentes, pour les chefs d'inculpation de « constitution d’une association de malfaiteur », de « faux et usage de faux», « Mise en circulation de véhicule dont les normes techniques sont non conformes » et « trafic international de voiture » selon la communication de l’officier Mekri.​K.Benkhelouf

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar