Sun06252017

Last updateSat, 24 Jun 2017 4pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES colonne 1

Sidi Bel Abbés

Le phénomène des baignades dans les jets d’eau, prend de l’ampleur : Un enfant traumatisé par 3 policiers

Avec la montée de la canicule, ces derniers jours, le phénomène des baignades d’enfants prend de l’ampleur, ce qui a fait réagir l’opinion publique sur une question de fond relative au manque cruel des bassins et piscines pour se rafraichir. Il est 14 heures en ce dernier vendredi du mois du carême, un enfant âgé à peine de 9 ans se baignait au rond point de la rocade qui donne sur le quartier Boumilk. Ses vêtements étaient entreposés sur un arbuste. Trois policiers sont arrivés à bord d’un véhicule, l’un d’eux est descendu pour prendre les vêtements de l’enfant et le véhicule est reparti laissant l’enfant traumatisé en sanglots suppliant les policiers de lui rendre ses vêtements avant de rentrer chez lui. L’un des policiers en furie, n’a rien voulu savoir menaçant même de représailles, les rares intervenants en faveur de l’enfant. Le môme a été abandonné par les policiers une seconde fois sur les lieux. Votre serviteur qui a été choqué par une scène horrible à laquelle il a assisté médusé, n’a pas échappé lui aussi aux menaces du policier. La solution était de conduire l’enfant en pleure au commissariat. En cours de route, nous découvrant que l’enfant était un élève studieux de la 5ème année primaire. Il est orphelin de père, un ancien policier décédé. Il convient de signaler que la politique du commandement de la police favorise plus l’éducation sur la répression. Une politique qui est malheureusement ternie par des policiers qui ne représentent pas dignement les valeurs d’une institution républicaine.M Delli

La CNAS lance une campagne contre le tabagisme :Le tabac tue, libérez-vous de son emprise !

« Le tabac tue, libérez-vous de son emprise » C’est le thème choisi pour la campagne nationale sur la lutte contre le tabagisme ainsi sur les risques du tabagisme durant le mois de ramadhan, organisée par la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS), lancée du 13 jusqu'au 15 du mois courant, à l'adresse des assurés sociaux et leurs ayants droits. Selon la direction de la CNAS de Sidi Bel Abbès, l'objectif de cette campagne est de réveiller la conscience des usagers et ainsi sensibiliser les personnes fumeuses sur le tabac et de les inciter à suivre des conseils des médecins relatifs à la prévention contre les complications liées à la consommation du tabac. Ces journées d’information et de sensibilisation donnent lieu à la diffusion d'affiches, de dépliants , à des stands, des supports d’information et de vulgarisation disant stop aux ravages du tabagisme, dans les centres payeurs à travers le territoire de la wilaya, auprès des praticiens de santé conventionnés et auprès les médias . Une rencontre a été organisée au niveau du siège de l’agence qui se situe à l’avenue ‘’Issat Idir ‘’, dans le même contexte. Selon l’intervention du médecin chef Belkhorissat Abdelkrim en présence du nouveau directeur de l’agence de la CNAS M.Hamel Badreddine , un sondage d’opinion étalé sur 3 jours sur le tabagisme a été lancé au niveau national au profit de plus de 36000 assurés sociaux et leur ayants droit, l’enquête a touché toutes les agences et structures de paiement de la Cnas environ 900 agences tout en utilisant des outils , des canaux électroniques de collecte de données. Les résultats de l’enquête sur l’ensemble de l a population enquêtée, révèle que la prévalence du tabagisme est de 27,66%, elle est plus élevé pour les hommes avec 25,8% , la prévalence de l’usage quotidien du tabac est de 23,5% et celle de l’usage occasionnel est de 4,1% , aussi 72,3% de la population étudiée n'est consommatrice actuels de tabac dont la consommation du tabac à fumer varie selon l’âge , et décroit avec l’évolution de ce dernier. La prévalence est la plus élevée dans le groupe d’âge des 26-35 ans pour un taux qui diminue après l’âge de 35 ans et 52,5% des fumeurs quotidiens ont un âge compris entre 26 et 45 ans et 7,1% chez les jeunes entre 16 et 25 ans . Pour conclure, l’intervenant a déclaré que le nombre moyen de cigarettes par jour est de 15,30 dans l’ensemble, la plupart des fumeurs quotidiens, 50,7%, fument entre 10 et 20 cigarettes par jour et seulement 5,6% fument 31 cigarettes ou plus par jour, à signaler que l’âge moyen de début de consommation est de 17,9 ans. « Nous espérons que les campagnes de sensibilisation et de vulgarisation seront renforcées par toutes les directions et les secteurs puisque la lutte contre le tabagisme est l’affaire de tous , en espérant qu’il aura des documentaires , des affiches , des dessins qui montrent la différence entre un corps d’une personne non fumeuse et une personne fumeuse, malheureusement la plupart des fumeurs ne savent pas que le tabac est un danger mortel pour la santé et cause beaucoup de maladies, dira le médecin chef M.Belkhorissat Abdelkrim. M.Delli

Mme Benchohra dépose plainte contre le maire Boumelik : Pour agression, coups et blessures volontaires

Mme Benchohra Amel, élue communale HMS, a déposé hier matin plainte contre le maire de Sidi Bel Abbès, Djillali Boumlik pour agression , coups et blessures volontaires . "Hier matin aux environs de 10 heures, je me suis présentée en tant qu élue, avec toutes les prérogatives que me confère la loi, au bureau du maire pour discuter, comme d'habitude sur les procédures adoptées pour l’ouverture des plis des marchés portant sur les fournitures d'un montant de 5 milliards de centimes relatif à la dotation du services des travaux et du parc communal", racontera en sanglots , Mme Benchohra, le tibia gauche ensanglanté du fait d'un violent coup de pied "donné' affirme-t-elle par le maire . L’élue Hamas, ajoute, "le maire est sorti, hors de lui, quand je lui annonçais que les 70% qu'il avait délimité pour l’octroi du projet contraste avec la loi et élimine de facto , d' autres soumissionnaires capables de faire bénéficier la commune de quelques dinars. "Là , le maire bondit de sa chaise , plante violemment son index sur mon visage et me lance en colère, "ce projet est le mien et vous n'avez pas intérêt à vous mêler de mes affaires". Perdant son sang-froid, le maire m'administra de violents coups de poings et de pieds" et d’ajouter, " j'ai réussi tout de même, à fuir de son bureau mais il m'a suivi, en courant dans le couloir et heureusement il y a eu l’intervention de Ahmed Benkratter qui s'est interposé pour arrêter le maire en furie . Elle insistera en guise de conclusion sur la divulgation des noms des entreprises avec lesquelles M Boumlik "serait de mèche durant tout le mandat" . Il s'agit, d’après elle, de" Hasni Mustapha, son frère Hasni Mohamed, sa mère Zouzah Bouaricha Nourredine et Saidi Lahcen". Belhadj B

Le ministre de la santé et de la population en visite de travail : ‘’ Le CAC a besoin de 240 milliards pour son inauguration ‘’

Hier matin, M. Mokhtar Hezbalaoui ministre de la santé et de la population était en visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel Abbés accompagné d’une forte délégation de son département. Le premier point est la visite du Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC) ex CAC. Pour ce centre de 120 lits pour un coût avoisinant les 835 milliards de centimes, le projet a démarré le 20.09.2008 avec cinq différentes entreprises de construction, au 11 juin 2017 où le taux de réalisation a atteint les 96% du projet (CET) avec étude et réalisation algérienne. Le ministre de la santé a eu à visiter les différents services à savoir le service oncologie médicale de 40 lits, doté de quatre unités, chirurgie « A » doté de vingt huit lits et quatre unités, chirurgie «B» doté de dix huit lits et trois unités, anesthésie et réanimation avec quatorze lits et trois unités, radiothérapie vingt lits et quatre unités, imagerie médicale trois unités, médecine nucléaire quatre unités, laboratoire central quatre unités, anatomie pathologie trois unités et deux unités pour la pharmacie. La formation du personnel des services de radiothérapie et médecine nucléaire (radiothérapie, physiciens et manipulateurs) sont placés en formation auprès des CLCC d’Oran et du service de médecine nucléaire au CHU de Tlemcen. Dans un point de presse au niveau de la salle de la conférence du CLCC de Sidi Bel Abbès, le ministre donna des orientations sur l’accompagnement du malade depuis sa prise en charge jusqu’à sa guérison. M. Mokhtar Hezbalaoui dira aux présents « je suis satisfait de voir un tel bijou et qui est de surcroit algérien à 100%. M.Hasbellaoui a déclaré que cette infrastructure sanitaire est réalisée selon les normes internationales et le 1er cas sera traité au mois de septembre prochain. C’est un important acquis pour la wilaya de sidi bel abbés ainsi que pour les wilayas de la région Ouest a précisé le ministre. M.Hasbellaoui a insisté sur les échanges et rencontres dans les consultations pluridisciplinaires de diagnostic précoce avec les spécialistes à fin de donner des évaluations précises et il a exhorté les médecins et les praticiens à améliorer les prestations dont l’accueil et l’orientation du patient qui sont selon lui c’est 20% du traitement. Selon la DSP de sidi bel abbés le CAC besoin une somme de 240 millions de Dinars pour les équipements et le ministre a rassuré que ce projet est inscrit dans le cadre du programme du président de la république et que tout besoin financier sera pris en charge dans les bref délais. Ce qui a rassuré aussi l’entreprise réalisatrice qui selon des indiscrétions attend toujours une enveloppe de 400 milliards. Le deuxième point n’est autre que l’hôpital (60 lits) de la commune de Tabia relevant de la daira de Sidi Ali Benyoub situé à l’ouest du chef lieu de wilaya sidi bel Abbés. L’EPH de Tabia est doté de 60 lits dont le montant en lot unique s’élève à 166 milliards de centimes, il a été inauguré par l’ancien ministre de la santé et de la population Boudiaf vers la fin de l’année 2016. L’accord de principe a été donné par le ministre pour la rallonge de 4,8 milliards de centimes pour la clôture. A. Hocine et A.B.Mounira

La journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée à la wilaya en présence du wali

C’est dans une ambiance conviviale que la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse a été organisée dans le salon d’honneur de la wilaya, en présence de Mr Hachani Tahar, wali de Sidi bel abbès, accompagné du P/APW, Berramdane Omar, du Directeur d’Ouest info, Houmad Aziz et du Bâtonnier Othmani Mohamed. A titre de rappel, il y a lieu de savoir que depuis sa proclamation, en 1993, par l’Assemblée générale des Nations unies la journée mondiale de la liberté de la presse, est célébré le 3 Mai de chaque année, de par le monde pour rappeler les principes fondamentaux de la liberté des médias et la nécessité de leur indépendance pour garantir leur rôle de « porte-voix » pour les sans voix. Un rôle fondamental pour la consolidation des processus démocratiques et donc du développement. Après l’hymne national, Mr Hachani Tahar, chef de l’exécutif, prit la parole, pour transmettre ses vœux et ses salutations à l’ensemble des journalistes de la presse écrite et audiovisuelle, comme il ne manqua pas de rendre hommage aux journalistes qui ne sont plus de ce monde. Le wali avoua travailler avec des professionnels de la plume, qui contribuent pleinement à l’émancipation de leur wilaya. En ce qui concerne cette important évènement, il a évoqué les grandes « avancées qualitatives » en matière de liberté d’expression. «La liberté de la presse écrite, audiovisuelle et sur les réseaux d’information est garantie par la Constitution dans son article 50», soulignant cependant la nécessité de respecter les constantes et les valeurs religieuses, morales et culturelles de la Nation». Il ajoutera demeurer à l’écoute de la presse et se dit très satisfait, du quotidien Ouest Info, qui ne cesse de contribuer en dénonçant se qui est nécessaire de corriger pour le développement de la wilaya. Comme, il invite les journalistes à assister à tout conseil d’exécutif, pour avoir l’information à la source. Il annoncera en outre que Sidi bel abbès va voir l’arrivée d’un certain nombre d’investisseurs, qui vont enrichir le paysage économique, comme il a signalé entre autre le projet de déviation de la rocade pour plus de fluidité. Le bâtonnier lui fut donné la parole, pour s’étendre davantage sur l’historique de la liberté de la presse, et le parcours du combattant, effectué pour que celle liberté de presse soit réelle, jusqu’à l’application de la loi 12-05. Les avancées réalisées dans le domaine de l’information ayant permis l’avènement d’une presse libre et protégée par la Constitution. Dans un autre chapitre, il rappela la nécessité aux journalistes de s’organiser et de proposer, les manquements ou les insuffisances. Comme, il ne manqua pas de signaler que certain journalistes vivent dans une précarité permanente qui paralyse leur liberté d’action. Cela rappelle que le travail des journalistes est un combat qui est livré sur plusieurs fronts. Le directeur d’Ouest Info Houmad Aziz, s’est longuement exprimé sur la liberté de presse qui doit réellement exister et les dérapages de l’autorité pénalisant très souvent les journalistes en oubliant que ce dernier est assujetti à la loi sur l’information. « Les médias ont le devoir de sauvegarder les socles des libertés d'expression » dira Mr Aziz, comme il se félicitera de l’intervention du wali et des engagements qu’il prend pour faciliter à la presse l’information, en lui ouvrant les portes du conseil de l’exécutif. D’autres intervenants, se sont succédés à travers leurs questionnements, autour de l'éthique et la déontologie, qui doivent être des notions sacrées ainsi que le développement de la wilaya et la contribution générale. La nécessaire position que doivent prendre les journalistes, pour encourager au développement de la wilaya. La célébration de cet évènement s’est terminée par une invitation à déjeuner. K.Benkhelouf

INCENDIE DE L' HORLOGE DUNE STATION DU TRAMWAY : Les deux auteurs condamnés à 3 ans de prison ferme assortie d'une amende

Arrêtés par les services de police, grâce aux cameras de la ligne du tramway , au soir de l’incendie d'une horloge des 4o autres érigées tout au long du tracé du tram , les trois mis en cause ont été condamnés à trois ans de prison ferme assortie d’une amende de 20 millions de centimes chacun . A signaler que les trois individus âgés entre 21 et 32 ans, ont mis le feu à une poubelle des services communaux, placée au dessous de l’horloge , et d les flammes se sont vite propagées pour atteindre l’appareil qui été complètement calciné . Cet acte criminel que les habitants de Benhamouda et du rocher ont énergiquement condamnés a suscité inquiétude et appréhension quant à la préservation des infrastructures du tramway . Notons à toutes fins utiles que l’ex direction des impots , sise au centre ville, sera annexé a la sûreté de wilaya aux fins d'abriter le centre des cameras de surveillance.Belhadj B

Les riverains de la trémie du « 20 Aout » en danger : Des passerelles revendiquées

Décidément tous les appels des résidents des quartiers mitoyens de la trémie du « 20 Aout » à travers des lettres et sur les réseaux sociaux sont tombés dans l’oreille d’un sourd. Depuis l’inauguration de cette trémie les riverains et les usagers de l’administration à l’image de la sureté de wilaya et la cour de justice sont exposés à des risques d’accidents mortels en dépit de la mise en place des panneaux de signalisation et des ralentisseurs. On revendique la mise en place de passerelles de sécurité sur les deux cotés afin de permettre aux passants de traverser dans la sérénité. Combien en faut il de victimes pour que les pouvoir publics soient sensibilisés sur la question s’est on interrogé. Pour rappel, on déplore au moins trois victimes depuis l’ouverture de la trémie en question à la circulation sur une double voie rapide qui n’est plus comme elle a été conçue au départ comme rocade. Plusieurs quartiers et cités avec des établissements scolaires et des administrations ont été réalisés durant les deux dernières décades, ce qui a rendu le site très fréquentés par les piétons et les véhicules de différents types et tonnages. La situation est réellement inquiétante et une solution urgente s’impose a-t-on signalé. K Ziane et Y Nouaoui.

Sit-In d’une partie des travailleurs de l’OPGI : Abdelfatah Kassoul directeur Général parle de complot

Les employés de l’office public de gestion immobilière (OPGI) de Sidi Bel Abbes se sont regroupés mardi dernier dans la cour du siège de la direction en sit in non seulement pour revendiquer le départ de leur directeur général mais aussi selon les déclarations du secrétaire général du syndicat des travailleurs et le président de la commission de participation que nous avons rencontré au siège de la direction de l’OPGI pour dénoncer la mauvaise gestion de leur établissement et les décisions arbitraires prise à l’égard des employés. A cet effet , les travailleurs accusent leur responsable de jeter de l’argent par les fenêtres citant à l’ effet, les sommes d’argent importantes versées à des entreprises privées pour l’aménagement des unités de recouvrement des loyers, de façon illégale, au moment où les mêmes travaux peuvent être effectués par les ouvriers de l’OPGI , d’’attribution des actes de location à des bénéficiaires de logements sociaux sans les occuper, et par l’occasion contestent la fermeture de l’unité de réalisation et de prestation de services (URPS) de l’OPGI et le licenciement de 75 travailleurs non seulement sans respect des clauses de la convention collective mais aussi sans la consultation des partenaires sociaux dans la prise de décisions et sans recourir à une enquête par le commissaire aux comptes, avant sa fermeture. Entre autre , les protestataires signataires de la pétition dénoncent et condamne le favoritisme dans la promotion au poste ,les sanctions qu’ils jugent injustifiées, les licenciements abusifs des travailleurs sans passer devant le conseil de discipline, les retenues sur salaire de façon illégale, ainsi que l’intimidation dont les travailleurs font sujet pour avoir refusé d’exécuter ses recommandations illégales . Les protestataires qui s’estiment victimes de la vindicte de leur direction se disent prêts à aller jusqu’au bout de leurs revendications à savoir aller vers la grève illimitée si leurs revendications ne sont pas satisfaites notamment l’envoi d’une commission d’enquête ministérielle. Le lendemain à notre arrivée sur les lieux i vers 10h00 du matin et la porte métallique d’entrée de la direction de l’administration de l’OPGI était fermée et des slogans hostiles contre le directeur général de cette institution. Des employés agglutinés en face la direction générale dont la majorité du sexe féminin, une demi-heure plus tard sentant l’arrivée du dirlo la porte a été ouverte et les écriteaux comme par hasard ont disparu !! Pour ce deuxième jour du sit-in , les travailleurs grévistes 91 signataires sur un effectif de 294 employés qui équivaut à moins de 35% de grévistes. Nous avons contacté le directeur général de l’OPGI en l'occurrence Abdelfattah Kassoul par téléphone qui nous a reçu dans son bureau pour faire la lumière sur les allégations portées contre sa personne, et a décidé d’apporter sa version des faits, « je suis consterné par ces allégations d’implication dans des actions dont je n’ai rien à avoir et que je réfute totalement » à t-il dit. Le directeur général de l’OPGI demande pour sa part à la tutelle de faire son enquête car il n’est ni de près ni de loin impliqué dans tout ce qui se dit, cette grève est illégale, je dépose plainte pour entrave à la bonne marche de l’entreprise et que justice soit rendue ! » renchérit Abdelfattah Kassoul qui promet de ne laisser personne salir son image. « Quant j’avais pris mes fonctions de D/G de l’OPGI de Sidi Bel Abbés, les 80% du personnel était des vacataires, et c’était des contrats à durée déterminé (CDD), à fin 2016 les 80% ont été régularisés et confirmés leurs postes alors qu’il y a 12.000 logements en cours, 94 employés suffisent largement pour gérer les projets. Pas plus tard que le 5 juin 2017, j’ai signé le versement de la prime qui s’élève à 7 millions de dinars et à leur verser le salaire du mois de juin avant le 20 du mois en cours pour les emplettes de l’Aïd, et voilà qu’à mon retour d’Alger (j’étais en Mission) c’est un autre son de cloche, où la section syndicale veut par tous les moyens remonter les travailleurs contre moi heureusement pas tous. Il n’y a aucun problème entre moi et la majorité des travailleurs et je réfute toutes ces allégations mensongères portées par des brebis galeuses et je lance un défi à mes détracteurs et à quiconque de prouver ma soi-disant mauvaise gestion ! Du côté disciplinaire, on me reproche d’être un haggar !! Non, jamais, au grand jamais, mon éducation me l’interdit et je ne pouvais pas me taire devant des cas d’indisicipline l’OPGI est une administration publique et est gérée par des textes et un règlement intérieur. Ce n’est pas une écurie. Certains des employés disent qu’ils font un travail (recouvrement) alors que son intitulé est celui de chargé d’étude, le ridicule ne tut pas comme si ses travailleurs de l’OPGI ne savent pas que la majorité des employés de cette entreprise sont des femmes. Le paiement des loyers des clients de l’OPGI ne suffit pas, à lui seul, pour payer les 294 employés. Le véritable problème c’est que je fais face à un complot fomenté par certains qui avaient l’habitude de faire ce qu’ils veulent au sein de l’office, ma volonté de bousculer l’ordre établi et d’assainir la gestion est inébranlable, des intérêts macabres sont menacés. Je dérange et l’heure est à la rigueur et au travail. Ca n’a pas plu à certains d’où cette agitation sordide et ce complot … » conclut Abdelfatah Kassoul A. Hocine

Le jeune écrivain Bouazza Ayoub publie ‘’le chamboulement de la nature’’

M. Bouazza Ayoub, un jeune écrivain, auteur du chamboulement de la nature, une œuvre parue récemment sur la pollution et le déséquilibre naturel. Le livre signale le déséquilibre ressenti en Algérie et donne l’alerte aux autorités compétentes, aux scientifiques et biologistes qui ont du pain sur la planche . D’autres ouvrages paraitront bientôt notamment sur les Béni Ameur des contes et poésie seront édités prochainement . L écrivain est ingénieur de profession ,technicien spécialisé en aviculture et technicien supérieur en gestion et comptabilité . Originaire de la région ( Beni Ameur ) l’auteur a passé toute sa vie à Sidi Bel Abbès au quartier Haut (Bari Alto ) Cette œuvre, aussi modeste soit elle, soulève et apporte la correction au déséquilibre de la nature constaté, et s’ajoute enfin aux productions littéraires et scientifiques de la bibliothèque locale et nationale. K.Ourrad

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar