Tue01162018

Last updateWed, 10 Jan 2018 3pm

Back You are here: Home ACTUALITES NATIONALES

Ouest-Info

NOURIA BENGHEBRIT : Promouvoir l'école algérienne pour assurer la réussite de l'élève

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, a affirmé lundi à Ouargla qu'un travail se fait actuellement pour promouvoir l'école algérienne dans le but d'assurer la réussite de l'élève.Présidant une rencontre avec les cadres du secteur à l'issue d'une visite à la wilaya de Ouargla, la ministre a indiqué "un travail se fait actuellement pour promouvoir l'école algérienne dans le but d'assurer la réussite de l'élève et d'en faire un espace pour son épanouissement".Mme Benghebrit a indiqué que la priorité est accordée durant l'année scolaire en cours à la dimension pédagogique et aux recommandations des conférences d'évaluation de la réforme, en focalisant sur le cycle obligatoire, notamment le primaire à travers une batterie de mesures dont l'activation du traitement pédagogique et le renforcement de la formation des principaux acteurs de l'éducation, à leur tête les inspecteurs et les enseignants, et ce, dans le cadre de la prise en charge des nouveaux programmes scolaires et le développement des activités culturelles."Nous oeuvrons en faveur d'une gestion fondée sur une vision prospective à la lumière du plan d'action mis en place par le ministère pour l'année scolaire en cours, ayant pour référence la Constitution, la loi d'orientation relative à l'éducation nationale et le programme du gouvernement", précise la ministre.Par ailleurs, Mme Benghebrit a indiqué que l'application de ce plan d'action nécessite la mobilisation de tous les acteurs dans un climat empreint de sérénité et de stabilité.Elle a souligné dans le même contexte, que le secteur connait actuellement "une stabilité" grâce aux efforts intenses dans le cadre de la concertation continue avec les partenaires sociaux couronnée par la signature de la charte de déontologie du secteur.La ministre a toutefois noté que "cette stabilité est désormais menacée, l'élève étant devenu une nouvelle fois otage des surenchères socio-professionnelles au moment ou le pays fait face à une conjoncture économique et géopolitique difficile"."La stabilité qu'a connue le secteur l'année dernière nous a permis de prendre une série de mesures s'inscrivant dans le cadre de l'optimisation de la mise en oeuvre de la reforme du système éducatif dont la mise en place d'une stratégie nationale de traitement pédagogique et de lutte contre l'échec scolaire", a-t-elle ajouté.La ministre a indiqué que l'école algérienne "fait face à des mouvements de protestation sous forme de grèves pour des revendications qui ne relèvent pas des prérogatives du secteur", ce qui, selon elle, a influé négativement sur la scolarité des élèves, estimant "il est nécessaire de se mobiliser pour atténuer les effets négatifs de ces mouvements de protestation".La ministre de l'Education nationale a tenu ensuite une réunion à huis clos avec les partenaires du secteur (syndicats et associations des parents d'élèves).La ministre a également saisi l'occasion - selon une source ayant assisté à la réunion- pour appeler les partenaires à cesser les grèves particulièrement au niveau de la wilaya de Ouargla qui enregistre -selon la ministre- un nombre IMPORTANT de grèves, ce qui influe négativement sur la scolarité des élèves.

Le Président Bouteflika nomme M Abdelwahab Derbal à la tête de la Haute instance indépendante de surveillance des élections

Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika a procédé à la nomination de M. Abdelwahab Derbal, à la tête de la Haute instance indépendante de surveillance des élections, a indiqué dimanche un communiqué de la présidence de la République. "Le président de la République à procédé à la signature du décret présidentiel portant nomination de Abdelwahab Derbal président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections", précise le communiqué. "Conformément aux dispositions de l'article 194 de la Constitution, et sur instruction de son excellence M. Abdelaziz Bouteflika, président de la République, le cabinet de la présidence a procédé par écrit, à une consultation de l'ensemble des partis politiques agréés, qui sont au nombre de 70, au sujet de la proposition de M. Abdelwahab Derbal pour la présidence de la Haute instance indépendante de surveillance des élections", a ajouté la même source. A l'issue du délai convenu, le cabinet de la présidence de la République a reçu 60 réponses dans lesquelles 47 partis politiques ont clairement annoncé leur accord à la proposition faite par le chef de l'Etat, 9 partis ont exprimé des réponses réservées, au motif qu'ils avaient demandé la mise en place d'une instance indépendante chargées de l'organisation des élections, alors que 4 partis ont émis des objections politiques sur toute la démarche suivie par les autorités nationales, selon la même source. Il ressort, ainsi, a souligné la présidence de la République, que "les réserves ou oppositions formulées par certains partis sont étrangères aux dispositions de l'article 194 de la Constitution alors que la grande majorité des formations politiques consultées adhère à la proposition soumise par le Chef de l'Etat". Le Président Bouteflika nomme M. Derbal à la tête de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (communiqué) ALGER- Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a procédé à la nomination de M. Abdelwahab Derbal, à la tête de la Haute instance indépendante de surveillance de élections, indique dimanche un communiqué de la présidence de la République, dont voici le texte intégral: "Conformément aux dispositions de l'article 194 de la constitution, et sur instruction de son excellence, M. Abdelaziz Bouteflika, président de la République, le cabinet de la présidence a procédé par écrit, à une consultation de l'ensemble des partis politiques agréés, qui sont au nombre de 70, au sujet de la proposition de M. Abdelwahab Derbal pour la présidence de la Haute instance indépendante de surveillance des élections. A l'issue du délai convenu, le cabinet de la présidence de la république a reçu 60 réponses se composant comme suit: - 47 partis politiques ont clairement annoncé leur accord à la proposition faite par le Chef de l'Etat. - 9 partis ont exprimé des réponses réservées, au motif qu'ils avaient demandé la mise en place d'une instance indépendante chargée de l'organisation des élections. - 4 partis ont émis des objections politiques sur toute la démarche suivie par les autorités nationales. Il ressort, ainsi que les réserves ou oppositions formulées par certains partis sont étrangères aux dispositions de l'article 194 de la constitution alors que la grande majorité des formations politiques consultées adhère à la proposition soumise par le Chef de l'Etat. En conséquence, M. le président de la république a procédé à la signature du décret présidentiel portant nomination de M. Abdelwahab Derbal président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections. Aps

MESSAGE du président bouteflika à l’occasion du 62 ème anniversaire du déclenchement de la révolution : «Confiant dans les capacités des Algériens et des Algériennes à relever les défis»

Le président Abdelaziz Bouteflika, "optimiste" a lancé, dans son message à l'occasion de la commémoration de la Révolution de Novembre, un appel à la mobilisation pour relever les défis sécuritaire, économique et de consolidation de la démocratie. Tout en exprimant sa conviction que l'Algérie dispose des "atouts nécessaires" pour poursuivre son développement socio-économique, le chef de l'Etat s'est également dit confiant aussi en les capacités des Algériens et des Algériennes à relever les défis. "Vous êtes un peuple respecté et admiré dans le monde pour sa capacité à résister et à relever les défis, et vous en avez administré la preuve à maintes reprises", a-t-il affirmé. Les défis évoqués par le président Bouteflika s’inscrivent dans une perspective de stabilité, condition sine qua non pour que le pays aille de l'avant dans sa marche vers le progrès économique et social. Ces défis exigent, pour être relevés, un "effort soutenu" et un "front intérieur solide" pour faire face aux "aléas de la conjoncture économique et géopolitique extérieure".  Sécurité du pays: appel à la vigilance collective Sur le plan de la sécurité, tout en rendant hommage à l'Armée nationale populaire (ANP) et aux services de sécurité pour leur professionnalisme et leur mobilisation dans la lutte contre les résidus du terrorisme et les autres fléaux, le chef de l'Etat a appelé "chaque citoyen et chaque citoyenne" à la vigilance. "Le terrorisme est un fléau en expansion dans le monde et dans notre voisinage. Les trafics d'armes et de drogues notamment, ont atteint un seuil dangereux dans notre sous-région. Notre Armée et nos corps de sécurité doivent donc pouvoir compter sur l'appui des citoyens et sur le développement de l'esprit civique dans toutes nos contrées", a souligné le président Bouteflika.  Mobilisation nationale pour poursuivre le processus de développement Le second défi est celui de la poursuite et de l'intensification du développement économique et social. Eu égard à la détérioration brutale, depuis deux années, des revenus des pays producteurs de pétrole, dont l'Algérie, le président Bouteflika en a appelé à une "mobilisation nationale pour partager l'effort...". Il a affirmé, dans ce cadre, que l'Algérie a les capacités de redresser sa situation économique et financière et que son nouveau modèle de croissance lui permettra une mise en valeur "plus intense" de ses riches potentialités pour bâtir une économie plus diversifiée. Tout en réaffirmant l'attachement de l'Etat à la justice sociale, le président Bouteflika a appelé à "accélérer et approfondir" les réformes qui ont enclenché une dynamique grâce à laquelle, a-t-il dit, "nous enregistrons, chaque jour déjà, des progrès prometteurs". Il a relevé, cependant, que le succès de la démarche de construction nationale requiert que tous les partenaires économiques et sociaux, avec lesquels le gouvernement s'est attelé au dialogue et à la concertation, concourent "tous ensemble à la préservation de la paix sociale". Le chef de l'Etat a tenu également, en cette conjoncture, a appeler les citoyens à "faire preuve de discernement face aux discours populistes ou électoralistes".  Elections: engagement à concrétiser les nouvelles garanties de transparence Le troisième défi identifié par le président de la République est celui de la stabilité politique. Dans la perspective des prochaines élections législatives et locales, il a rappelé que la mise en place de la Haute instance indépendante de surveillance des élections a été engagée. En sa qualité de garant de la Constitution, le Président s'est engagé à "veiller à la concrétisation et au respect" des nouvelles garanties de transparence édictées par la Constitution, "de sorte que la démocratie accomplisse de nouvelles avancées dans notre pays, que notre peuple s'investisse plus dans le choix de ses représentants, et que les Assemblées qui en résulteront, au niveau national et local, puissent concourir davantage au succès des réformes". A l'adresse des partis politiques, le chef de l'Etat a souligné que "le succès de la démocratie pluraliste exige la stabilité", les exhortant de ce fait à sa préservation. "C'est là une obligation pour chacun, envers le peuple source de la démocratie, et envers la Patrie unique pour tous", a-t-il affirmé.

Algérie-Mali : "Convergence totale" à poursuivre l’effort de lutte contre le terrorisme

L’Algérie et le Mali convergent à lutter contre le terrorisme pour l’instauration de la sécurité et la paix dans la région, ont indiqué jeudi à Bamako, les deux Premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Modibo Keita, en marge de la cérémonie d’ouverture de la 12e session de la Grande commission mixte de coopération algéro-malienne."Nous avons insisté sur la solidarité de l’Algérie avec le Mali et sa contribution dans la préservation de la République du Mali, la lutte contre le terrorisme et la lutte contre tout ce qui peut toucher à la sécurité régionale, et il y a une convergence totale à poursuivre cet effort", a déclaré à la presse M. Sellal.Il a souligné à cet égard, l’importance que revêt cette session qui va être couronnée par la signature de plus de neuf accords de coopération qui vont donner un nouvel élan aux relations économiques.Relavant le niveau atteint de la coopération dans certains domaines à l’instar de la coopération sécuritaire, M. Sellal a appelé à "dépasser le cap des échanges commerciaux ou le troc pour aller vers des relations économiques bâties sur le partenariat", considérant la présence d'un nombre important d'hommes d’affaires algériens au Forum économique tenu en marge de la grande commission mixte est un bon signe pour relancer la partenariat. Rappelant que l’Algérie va abriter prochainement un forum des hommes d’Affaires africains, il a estimé nécessaire de créer "ces espaces d’échanges".Pour sa part, le Premier ministre malien, Modibo Keita, a précisé que la 12e session de la Grande commission mixte se tient dans un contexte différent par rapport à toutes celles qui l’ont précédée, "un contexte marqué par l’action terroriste, par la nécessite absolue de réaliser la sécurité qui demeure la condition essentielle à tout développement", a-t-il dit, relevant que les deux pays entretiennent des "relations politiques et économiques très anciennes".Tout en indiquant que cette session s’inscrit dans une longue tradition, il a exprimé "sa fierté de nouer des relations de coopération avec l’Algérie sur les plans économique, politique, culturel et sécuritaire", qualifiant la visite du Premier ministre Abdelmalek Sellal, comme "une marque d’attention de l’Algérie".

Gaid Salah appelle à rester "fidèles" au serment des artisans de la Révolution de Novembre

Les sacrifices consentis par les artisans de la Glorieuse Révolution de Novembre méritent que "nous restions fidèles à leur serment", a affirmé le général de corps d'armée Ahmed Gaid Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), dans un ordre du jour à l'occasion du 62ème anniversaire du déclenchement de la Révolution. "Allah est Témoin de l'incommensurable déférence que nous vouons aux artisans de cette nuit bénie (du 1er Novembre 1954) et à tous ceux qui ont suivi leurs pas et que nous apprécions à leur juste valeur leurs précieux sacrifices au service de la cause de leur Nation et de leur peuple", a souligné le général de corps d'armée Gaid Salah dans ce message destinés aux éléments de l'ANP. "Ils méritent, ainsi, aujourd'hui et tous les jours que Dieu fait, que nous restions fidèles à leur serment, que nous préservions leur legs et que nous soyons sincères dans notre parole et nos actes envers cette Nation qu'ils ont protégée au prix de leur sang béni et gravé des épopées de fierté et des exploits de grandeur pour s'inscrire dans l'éternité", a-t-il ajouté. Pour Gaid Salah c'est grâce à cette nuit que "... l'Algérie a vu le jour après une sombre nuit coloniale et grâce à laquelle l'abject colonialisme français a rendu ses derniers soupirs de fiel et de rancœur. Une nuit, grâce à laquelle l'inévitable s'est produit se saisissant de cet étrange colonialisme intrus, soufflant ses entrailles et disséminant ses décombres en débris". "Une nuit (...) grâce à laquelle le soleil de l'Algérie a rayonné dans toute sa splendeur et brillé de mille éclats. Une nuit sans laquelle notre peuple n'aurait pu respirer le vent de la liberté et savourer la portée de la souveraineté", dira le Chef d'état-major de l'ANP Le ministère de la Défense nationale organisera, dans le cadre de la commémoration du 62ème anniversaire du déclenchement de la Glorieuse guerre de Libération nationale, des colloques, conférences, compétitions culturelles et sportives, des expositions de photos et des projections de films historiques sont programmés, outre la baptisation de certaines structures de l'ANP aux noms de vaillants Chouhada. Dans ce sillage, des rassemblements des personnels des structures de l'ANP seront organisés la veille du 1er Novembre, où l'emblème national sera hissé avec observation d'une minute de silence, suivie de la lecture de l'ordre du jour du général de corps d'armée, Gaid Salah. APS

Le président Bouteflika opère des changements dans l’administration locale : 177 chefs de daira mutés et une centaine de cadres promus

Après le mouvement des walis, le président Bouteflika opère un autre changement dans l’encadrement de l’administration régionale à six mois des élections législatives. Selon un communiqué de la présidence de la République, rendu public hier, un vaste mouvement a été opéré «dans le corps des chefs de daïras, des directeurs de la réglementation et des affaires générales, des directeurs de l'administration locale et des inspecteurs généraux de wilayas, conformément aux dispositions de l'article 92 de la Constitution». Des décisions de mutation à la promotion à des postes de responsabilité vacants en passant par la fin de mission, le chef de l’Etat modifie la composante de l’encadrement administratif local et régional. Pas moins de 177 chefs de daïra ont été mutés. Une centaine de cadres viennent d’être promus en qualité de chef de daïra. Il y a également la mutation de 9 directeurs de la réglementation et des affaires générales (Drag) et la nomination de 8 cadres en qualité de Drag. 11 directeurs de l’administration locale ont été mutés et 9 cadres ont été promus à ce poste de responsabilité. A cela s’ajoute la mutation de trois inspecteurs généraux de wilayas (IGW), et la promotion de 4 autres cadres. «Les promotions contenues dans ce mouvement consacrent le principe d'intégration des jeunes cadres et la promotion de la femme dans l'occupation des postes de responsabilité au sein des collectivités locales», souligne le communiqué, précisant que «ce mouvement vient en complément de celui opéré dans le corps des secrétaires généraux de wilaya». Ces changements successifs dans l’administration locale et au niveau des wilayas interviennent dans un contexte de rationalité des ressources des communes. La nouvelle politique du gouvernement, annoncée par le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, qui vise à inciter les responsables au niveau des communes, des daïras et des wilayas à trouver des sources de financements pour le développement local semble, en partie, motiver ces changements.

Les portes du parti FLN ouvertes à tous ceux qui " soutiennent" le programme du président de la République (SG)

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Tayeb Louh, a affirmé mardi à Alger que les principes du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) consacrent la "forte" volonté politique de l'Algérie de promouvoir les droits de l'Homme.En réponse aux questions des membres du Conseil de la nation lors du débat du projet de loi fixant la composition du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) et les modalités de désignation de ses membres, ainsi que les règles relatives à son organisation et à son fonctionnement, M. Louh a indiqué que les principes de ce conseil "s'inscrivent dans une vision claire et consacrent la forte volonté de l'Algérie et de ses dirigeants, à leur tête le Président de la République M. Abdelaziz Bouteflika, de promouvoir les droits de l'Homme, conformément aux principes mondialement reconnus et dans le cadre de nos références et notre culture".L'Algérie a "réalisé de grands progrés dans le domaine des droits de l'Homme" a indiqué le ministre, ajoutant que "nul ne peut être indifferent à l'égard des réalisations accomplies par l'Algérie depuis l'indépendance en matière des droits de l'Homme, tels que l'accès aux soins, au logement, à l'éducation, conformément à la constitution et à la proclamation du 1er novembre 1954 qui reconnait le caractère social de l'Etat  algérien".Concernant les missions du conseil, le ministre a indiqué que le CNDH est chargé en particulier de l'alerte précoce dans les situations de tension ou de crise pouvant entraîner des violations des droits de l'Homme et de prendre en coordination, avec les autorités compétentes, les mesures préventives nécessaires.Il s'agit aussi de détecter et d'entreprendre des investigations sur les violations des droits de l'Homme et les signaler aux autorités compétentes, en émettant des avis et des propositions appropriés, de recevoir des requêtes sur toute atteinte aux droits de l'Homme, de les étudier et d'en saisir les autorités administratives concernées, en formulant toute recommandation utile.Le CNDH a pour mission aussi la visite des lieux de détention et de garde à vue, ainsi que les structures destinées à l'accueil des personnes ayant des besoins spécifiques, d'assurer, dans le cadre de son mandat, la médiation pour améliorer les relations entre les administrations publiques et le citoyen.

suite à l’appel au rassemblement lancé par djamel ould abbès : Amar Tou à Ouest-Info : « Après le changement, nous ne contestons pas la légitimité du Xème congrès et des instances élues... »

Des coquilles techniques indépendantes de notre volonté, ont déformé le contenu de l’interview accordée à Ouest-Info par M. Amar Tou, ex membre du bureau politique du FLN et ex ministre, et publiée dans l’édition du jeudi 3 novembre 2016. L’entretien est republié ci-après dans son intégralité. «Depuis le démission surprise de Amar Saïdani du poste de secrétaire général du FLN et son remplacement par le docteur Djamel Ould Abbès, le vieux parti est au centre de toutes les discussions, notamment à la suite de l’appel au rassemblement lancé par ce dernier». Djamel Ould Abbès dont le mandat au poste de SG du FLN, va aller jusqu’à 2020, tend d’emblée la main aux cadres opposants , multiplie les contacts et reçoit beaucoup de monde dans son bureau. L’ancien ministre et ex membre du bureau politique Amar Tou est de ceux qui ont fait des propositions au nouveau secrétaire général du parti, Djamel Ould Abbès.Et contrairement à Abdelaziz Belkhadem qui parle de l’installation d’une instance provisoire chargée de diriger le parti, ce qui de facto ressemble à une remise en cause de la légitimité du Xème congrès, Tou agit sur un autre registre et reconnait la légitimité du Xème congrès du FLN. Écoutons le : Ouest-Info : Vous avez fait des propositions au nouveau secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès , pouviez-vous nous en parler ? Amar Tou : Tout d’abord, je tiens à clarifier les choses, suite à l’appel lancé par le frère secrétaire général du parti, Djamel Ould Abbès, j’ai été chargé par un groupe de cadres du parti, parmi eux d’anciens chefs de gouvernement, d’anciens ministres et des députés de faire parvenir à Djamel Ould Abbès un courrier signé par mes soins portant des propositions allant dans le sens de l’apaisement et du rassemblement… O I : Quel genre de propositions ? A T : Au fait, nous avons fait des propositions concernant la réintégration d’anciens cadres du parti injustement écartés du Comité Central (CC) et nous avons parlé de deux mécanismes pouvant permettre la réintégration de ces cadres conformément aux textes et aux statuts du parti… Le premier, c’est la convocation d’un congrès extraordinaire léger avec un seul point à l’ordre du jour : la réintégration de ces cadres au Comité Central… O I : Parler d’un congrès extraordinaire, même léger, comme vous le dites, c’est remettre en cause la légitimité du Xème congrès du parti …. ? A T : Non, pas du tout ,avec le changement opéré à la tête du parti nous ne contestons pas la légitimité du Xème congrès ainsi que celle de ses instances élues. Nous faisons preuve de réalisme. Comme nous tenons à faire savoir que nous nous démarquons des lignes prônées par M Belkhadem ou M Belayat. Ce congrès que nous proposons est léger puisqu’il comportera un seul ordre du jour : la réhabilitation des anciens membres du comité central du FLN…Et ce n’est pas nouveau dans les traditions du parti. Il y a eu par le passé un congrès similaire c’était en 1989 au VIème congrès rassembleur qui a permis la réintégration de 30 cadres du parti (parmi eux l’actuel président de la république Abdelaziz Bouteflika) injustement écartés du VIIIème congrès. La deuxième fois, c’était en 2005 après l’invalidation du IX ème congrès du parti à l’époque de Benflis… O I : Et le second mécanisme ?... A T : Le second mécanisme porte sur une disposition du comité central permettant à cette instance de délibérer en ce sens et ce sans provoquer la tenue d’un congrès extraordinaire.. O I : Vous avez eu des réponses? AT : Non, nos propositions sont récentes, nous attendons… O I : Que pensez-vous du nouveau secrétaire général Djamel Ould Abbès… ? A T : Je connais personnellement le nouveau secrétaire général du parti. Nous avons toujours entretenu et à ce jour de bonnes relations. Djamel Ould Abbès est sincère dans ses propos, il veut rassembler .Laissons lui le temps. Ce ne sera pas facile à cause des résistances internes. Mais, nous restons optimistes…. Entretien réalisé par Abdelaziz Houmad

Mohamed El Ghazi dénonce les manoeuvres des syndicats autonomes

Le ministre du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, a dénoncé, lundi 24 octobre, « les manoeuvres de mauvaise foi » des syndicats autonomes. « Le gouvernement a ouvert la porte de dialogue à l’inter syndicale, ce qui dénote la bonne foi du gouvernement d’établir un vrai dialogue transparent, mais cette partie tergiverse, et il y a des tentatives de tromper l'opinion publique.» a déploré le ministre du travail. Ce dernier accuse les syndicats autonomes qui ont appelé à la grève dans l’éducation, de pratiquer « la politique de la chaîse vide. » S'exprimant au sujet de la crise économique, Mohamed El Ghazi dira « La crise économique nous la vivons avec plus ou moins de difficultés … nous avons réalisé une croissance de plus 3%, même si elle n’est pas importante, on doit se féliciter des résultats, car cela prouve qu'il y a une politique cohérente » S’agissant du chômage, le ministre indiquera que "le taux est en baisse." Selon lui , il était de 11,2% en 2015, pour descendre à 9.9% en avril 1016. Cependant, le ministre du travail regrette la tendance des jeunes à fuir certains secteurs. « Quotidiennement il y a des milliers d’emplois qui se créent au niveau national, à Ain Timouchent par exemple, il y a 800 000 emplois dans l'agriculture, à Bouira 300 000 emplois disponibles dans le bâtiment, mais les jeunes aiment la facilité et fuient ces secteurs ». M.El Ghazi a profité de cette rencontre avec la presse, pour souligner les efforts colossaux fournis par son secteur, dans la modernisation des services, et l’amélioration des performances des prestations « le citoyen est au cœur de toute notre préoccupation, et nous faisons tout pour lui faciliter la vie",

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar