Mon11192018

Last updateSun, 18 Nov 2018 8pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES MACHTET ATHMANE VICTIME D’UN COMPLOT : La police pointée du doigt !

Sidi Bel Abbés

MACHTET ATHMANE VICTIME D’UN COMPLOT : La police pointée du doigt !

Par : Abdelaziz Houmad Selon les investigations entreprises par nos soins, le malheureux MACHTET Athmane a bel et bien été victime d’un complot et la police y est pointée du doigt. Pourtant, la police nous avait toujours habitué à mieux et nous n’avons jamais omis de souligner l’excellent labeur et les louables efforts entrepris par la grande majorité des éléments de la sûreté de wilaya de Sidi Bel Abbès. Pour en revenir au sujet de notre article, une rétrospective des faits s’impose. Tout avait commencé fin juillet / début août dernier. MACHTET Athmane occupe avec sa famille (sa femme et ses trois filles) un logement qu’il dit avoir acheté auprès d’un tiers. Puis, il fait ensuite héberger sa famille auprès des proches, le temps de peindre l’appartement. Un bon matin, la police débarque et fait irruption dans l’appartement. La police était- elle porteuse d’un mandat de perquisition délivré par le procureur de la république ? Personne ne le sait. La police emmène les deux peintres qui s’y trouvaient à l’intérieur du logement au commissariat pour audition et scella la demeure. Avisé, Athmane rejoint le commissariat et demande des explications à la police sur la violation de son domicile et sur l’embarquement des deux peintres. La police lui fait savoir qu’ils ont agi suite à une plainte déposée en ce sens. Il demande si la police était porteuse d’un mandat de perquisition. Il n’a pas de réponse à sa question. La police lui fit savoir qu’il occupe le logement en question suite à une effraction et qu’il y a une plainte en ce sens. Athmane réfute et affirme qu’il avait acheté ce dit logement. Il demande à être aussi entendu sur des menaces dont il a fait l’objet de la part de deux voisins. La police lui refuse ce droit. Athmane décide alors d’aller voir le chef de sureté de wilaya par intérim. Ce dernier ordonne à l’officier de la 5ème sûreté urbaine d’enregistrer la déposition d’Athmane. Des questions se posent alors : Pourquoi la police urbaine avait refusé la déposition d’Athmane auparavant. La police avait-elle réellement ce mandat de perquisition demandé par Athmane ? Deux jours après, soit le 11 août 2018, Athmane retourne à son domicile et démonte les scellés placés « illégalement » selon certaines indiscrétions, placés par la police. Il continua à procéder à la réfection de son appartement. Le 16 août 2018, alors qu’il logeait lui et sa famille au domicile de son employeur parti en vacances, il apprit que son logement a été incendié en début du jour par une main criminelle. Il partit sur le champ déposer plainte auprès de la police de la 5ème sûreté urbaine. Arrivé dans les locaux de la police, il se fit arrêter. Menotté sur le champ, il est jeté en cellule ! Deux témoins (les mêmes voisins qui l’avaient menacé par le passé !) l’accusent d’être l’auteur de l’incendie criminel ! Ces seules affirmations faites quelques minutes auparavant avaient suffi largement à l’officier de police d’arrêter Athmane et de le jeter en cellule ! Athmane n’avait pas été pris en flagrant délit, alors pourquoi cette arrestation ? Pourquoi l’officier de police n’avait pas daigné recevoir la déposition d’Athmane ? Dans un cadre criminel, des accusations pareilles et aussi graves nécessitent une vérification assidue de déclarations des deux voisins et exigent du temps, pour pouvoir recouper tous les éléments de l’enquête et attendre les résultats de la police scientifique. Tout ça n’a pas été fait et a été occulté par l’officier de police qui s’est empressé de jeter un innocent en cellule. C’est trop léger comme travail ! Où en sont les preuves ? Des déclarations verbales n’ont jamais constitué de preuves jusqu’à preuve du contraire ? Le lendemain vendredi 17 août 2018, Athmane est présenté au procureur de la république en compagnie des deux voisins accusateurs. Ce jour-là, c’est une brillante magistrate qui assurait l’intérim du procureur de la république. Elle libère Athamne et l’invite à faire venir ses témoins à lui. Le 02 septembre dernier, Athmane comparait de nouveau devant le procureur de la république. Il est poursuivi pour deux affaires, celle du logement qu’il occupe et celle de l’incendie criminel. Tout un beau monde est présent sauf les deux témoins à décharge d’Athmane qui n’ont pas été convoqués par la police !! Pourtant la police avait bel et bien entendu sur procès -verbal le témoignage de ces deux personnes affirmant avoir été présents lors de la transaction concernant l’achat dudit logement par Athmane ! Pourquoi la police ne les a pas convoqué ce jour- là contrairement aux témoins accusant Athmane d’effraction que la police qui avaient été quand à eux convoqués ! C’est un comportement très grave de la part de la police ! Assistons – nous là à un complot visant Athmane et pourquoi ? On lui ampute le témoignage de ses témoins concernant le dit logement et on le jette en prison pour avoir incendié son domicile et SVP sans en apporter la moindre preuve ! Nous assistons là à de graves dérapages de la part et de la police et de la justice. Il n’y a que le malade mental (et encore !) qui reste capable d’incendier son domicile ce qui n’est pas le cas de Athmane ! Comment Athmane aurait-il osé incendier son appartement où il y a tout le mobilier et les affaires de la famille ? A suivre les motivations de la police et du juge, Athmane est un fou alors ! Et dans ce cas, sa place n’est pas en prison mais dans un asile psychiatrique pour se soigner ! C’est aberrant, des témoins qui ne sont sciemment pas convoqués, point d'enquête, absence totale de preuve ect... C’est un véritable scandale et une grave erreur judiciaire auxquelles nous assistons. En attendant, le malheureux Athmane croupit depuis presque deux mois, toujours en prison victime de hogra et d’un complot ….

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar