Mon11192018

Last updateSun, 18 Nov 2018 8pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES SIDI BEL ABBES : UN MALADE MENTAL CONDAMNÉ ET JETÉ EN PRISON ! : Grave dérapage du procureur de la république !

Sidi Bel Abbés

SIDI BEL ABBES : UN MALADE MENTAL CONDAMNÉ ET JETÉ EN PRISON ! : Grave dérapage du procureur de la république !

Par : Abdelaziz Houmad C’est à un véritable et grave dérapage auquel s’est livré le procureur de la république près le tribunal de Sidi Bel Abbès et dont avait été victime le nommé B R récemment sorti d’un énième séjour effectué à l’hôpital psychiatrique du chef-lieu de la wilaya. Il est regrettable de constater qu’à un moment où le secteur de la justice opère , sous la houlette du ministre de la justice et garde des sceaux Tayeb Louh en application du programme du président de la république Abdelaziz Bouteflika , une véritable mue avec la promulgation de lois allant vers le raffermissement et la protection des droits de l’homme hissant ainsi notre pays au diapason des grandes démocraties , on assiste à de telles situations comme celle dont a été l’auteur le procureur de la république de Sidi Bel Abbès. Ceci dit il utile et juste de reconnaitre aussi que le secteur de la justice renfreme une grande majorité de magistrats compétents , integres et patriotes.Une rétrospective des faits s’impose. B R 42 ans , marié et père d’un bébé d’un an s’est retrouvé en prison au lieu d’être interné dans un hôpital psychiatrique. Le hasard a fait que B R est un ex -employé du quotidien Ouest-Info et aussi un proche parent autrement on ne serait certainement pas au courant de son malheur comme l’ont été sans aucun doute, d’autres malades mentaux. Tout a commencé après sa sortie de l’hôpital psychiatrique de la capitale de la Mekerra , un peu plus d’un mois avant son incarcération et sa condamnation à, semble-t-il , six mois de prison ! A sa sortie de l’hôpital , l'infortuné malade va vivre une terrible situation marquée notamment par l’absence de sa femme qui avait quitté le foyer avec son bébé pour retourner vivre chez ses parents . Ne supportant certainement pas ce douloureux sort et cette séparation , B R rechuta et passait des nuits , seul, dans son atelier de fortune .Selon nos informations, c’est sa mère qui, ne pouvant supporter l’état lamentable de son fils errant à longueur de journée jusqu’à des heures tardives de la nuit , a écrit au procureur afin d’autoriser la force publique à appréhender son fils B R et l’interner à l’hôpital psychiatrique . Comme il venait régulièrement au siège du journal , sa famille nous fit savoir que la police le cherchait en vain pour l'emmener à l’hôpital psychiatrique et nous demanda d’appeler la police si jamais il venait au journal . C’est ce que nous avons fait et la police finit par l’appréhender au siège du journal et l’emmener. Ces derniers faits avaient eu lieu en mai dernier et à une semaine à peu près du mois sacré du ramadhan Ses anciens camarades du journal avaient les larmes aux yeux quand ils le virent monter escortés par des policiers dans le fourgon de la sûreté. Une scène pathétique qu’ils n’oublieront jamais. Pour nous, BR avait été emmené à l’hôpital psychiatrique. Mais qu’elle a été notre surprise quand nous avons appris que B R a été emprisonné et condamné à une peine de 6 mois de prison !? et ce n’est qu’à sa sortie de prison ( après avoir purgé plus d’un mois de détention avant de bénéficier certainement de la grâce présidentielle ) que nous avions appris qu’il était incarcéré !! Nous nous sentions quelques part responsables de son malheur car nous avions pensé qu’il allait être emmené pour être interné à l’hôpital et non en prison ! Nous avons été confrontés , malgré nous, à un pénible cas de conscience. Comment alors puissions-nous, condamner et jeter un malade mental en prison et en vertu de quel texte de loi ! C’est une grave dérive judiciaire à laquelle nous assistons malheureusement. B R est un déséquilibré connu par la population et nous pourrons témoigner sur sa maladie. Il avait déjà, passé un long séjour à, l’hôpital psychiatrique de Sidi Chami ainsi que plusieurs séjours à l’hôpital psychiatrique de Sidi Bel Abbès où il était suivi depuis 2014 ( voir fac-similé de certificats médicaux ci-contre) .L'hopital psychiatrique porte aussi une lourd responsabilité en libérant un malade non encore rétabli . Pourquoi le procureur de la république n’avait pas consulté son dossier médical et à la limite ordonné une expertise psychiatrique comme l’exige la loi ? Dites-vous que c ’est le destin d’un homme qui était entre vos mains, monsieur le procureur ! Selon nos informations, la mère du malade B R avait informé le procureur de la maladie de son fils et que le procureur n’avait pas tenu compte ! Rien que ça ! Voilà donc , le procureur qui s’adjuge les prérogatives du psychiatre !! S’ il s’est avéré alors, que le procureur en avait été informé c’est plus grave encore ! Et informé ou pas, le procureur de la république devait ordonner son transfert à l’hôpital psychiatrique et non le priver de ce droit prévu par la loi .Nous assistons là à un grave dérapage de la part du procureur de la république. Comment peut-on mettre en prison un malade mental, totalement irresponsable de ses actes et pour quel grief que celui d'être agité! C’est un innocent, un malade mental qui a croupi en prison durant tout le mois de ramadhan , un véritable scandale ! il n(était même pas, assisté par un avocat, avons –nous appris.Et cerise sur le gâteau, la condamnation de ce pauvre malheureux sera porté sur son casier judiciaire . Le ministre de la justice est plus que jamais interpellé .. …

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar