Mon10152018

Last updateWed, 10 Oct 2018 10pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES TILMOUNI : La commune oubliée…

Sidi Bel Abbés

TILMOUNI : La commune oubliée…

Reportage realiser par : Hocine Aberkane La localité de Telmouni est devenue une commune "marginalisée". Les routes de la commune de Telmouni, sont dans un état de délabrement avancé. Des nids-de-poule, des crevasses longent la chaussée en divers endroits. En fait, les routes sont recouvertes de boue en hiver, alors qu’en été, elles dégagent de la poussière à tous vents, à telle enseigne qu’il est pratiquement impossible de siroter un thé sur les terrasses, voire même à l’intérieur des cafés, sans être exposés à la poussière. Quand il pleut, c’est le cauchemar des flaques d’eau sur la route, qui vous éclaboussent à chaque passage de véhicule. S’ensuivent souvent des altercations, parfois même des disputes regrettables entre piétons et automobilistes. Partout dans les quartiers, les routes délabrées empoisonnent la vie quotidienne des citoyens. À cela s’ajoutent les récurrentes fuites d’eau émanant du réseau d’eau potable qui inondent chaque jour la rue principale du chef-lieu communal. En cette deuxième décade du 3ème millénaire, il existe encore en Algérie des communes qui traînent un grand déficit en matière de développement. C'est le cas de la commune de Telmouni, daïra de Mostapha Ben Brahim. Pour y accéder en arrivant par la RN 7 par l'ouest, il faut atteindre la limite de la zone Industrielle de Sidi Bel Abbés pour tourner ensuite à droite. A partir de là, on a devant soi, une distance de 32 km à parcourir pour visiter les 18 douars et si l'on veut gagner quelques km et quelque temps, il est toujours possible de faire un raccourci. Un raccourci ? Il est suggéré pour ceux et celles aimant des sensations fortes. Mais pour ceux et celles qui ne sont pas renseignés sur l'état de ce chemin constituant un raccourci, c'est quasi certain qu'ils sauront l'effet de l'adrénaline. Et comment ! Ce sont des pistes qui datent depuis l’ère coloniale. Leur largeur est celle d'à peine un véhicule. Si deux engins, par malheur, venaient à circuler dans deux directions différentes, ce serait l'impasse pour les deux. Un conducteur étranger à la région n'aurait jamais le courage d'y circuler à moins qu'il n'appartienne au monde des témérair. Le 1er vice-président de l’APC de Telmouni Abdelkader Boutareg nous dira « Le sol est boueux même s'il est cimenté. Il n'en demeure pas moins cependant que la présence de la presse au chef-lieu de Telmouni poussera les habitants de cette commune à braver le froid et la pluie. Jeunes gens, hommes d'âge mûr et vieux forment un rassemblement. C'est que tout le monde a quelque chose à dire. A dénoncer plutôt. Les gendarmes aussi ont été informés de la présence « d'étrangers « au chef-lieu de Telmouni. Les voilà donc eux aussi sur les lieux. Une fois informés qu'il n'est question que d'un travail journalistique et non de quelque campagne de propagande, ils se sont tenus à l'écart. Nos interlocuteurs, dont le désir de crier leur douleur est plus fort que tout, prennent, l'un après l'autre, la parole. Une commune en quête de développement. Dans la commune de Telmouni, il n'existe aucune structure pouvant symboliser le développement. L'entreprise économique, symbole d'offre d'emploi, aux jeunes, pourtant en âge de travailler, n'est qu'une simple vue de l'esprit. Juste devant nous, se trouve le centre de santé. A vrai dire, cette structure ne mérite pas l'appellation de centre de santé. A l'entrée déjà, on est accueilli par d'importantes fuites d'eau dans la salle d'eau. Les murs sont lézardés. Cela dénote que ça fait des années qu'ils ne sont pas badigeonnés. En ce qui est des éléments de soins, le seul infirmier y officiant en permanence a reconnu que les outils de soins sont extrêmement limités. Un médecin passe une ou deux fois par semaine pour consulter les malades, mais lui aussi, faute de matériel médical idoine ne peut que prescrire sur une ordonnance à son patient les médicaments à acheter dans une pharmacie. Si le patient nécessite une évacuation, c'est aux parents ou quelque âme charitable de l'évacuer vers l'hôpital. En effet, au niveau de ce centre de santé. Dans pareil cas, un médecin, aussi compétent et aussi humaniste soit-il, ne peut rien pour soulager son malade. Aucune polyclinique, les malades sont souvent orientés vers le CHU ou l’EPH de Sidi Bel Abbés. Aucune ambulance pour évacuer les patients vers les hôpitaux du chef-lieu de wilaya. C'est donc aux parents ou aux proches d'évacuer par leurs propres moyens leurs malades à partir de cette structure . Au cours d’un hiver rigoureux de 2012, une jeune femme et un garçon de 14 ans sont morts faute de prise en charge médicale. Concernant justement les routes et pistes durant les saisons hivernales, les niveleuses sont inexistantes à Telmouni. Ce sont les habitants, même grelottant de froid et aux membres engourdis, qui se mobilisent pour nettoyer les chemins à coup de pelles recouverts de neige ou de boue. Les infrastructures de jeunesse sont inexistantes. Absence des loisirs pour les jeunes, En effet, pas de vrai stade, pas de maison de jeunes, par de cybercafé, pas de bibliothèque et pas le moindre autre espace pour se cultiver l'esprit. Pourtant, une bibliothèque a été construite à un moment donné. Cependant, pour des raisons, qui restent à déterminer, elle est fermée depuis trois longues années. Le premier maire de la commune de Telmouni nous dira « Les citoyens sont mécontents du manque flagrant du réseau d’assainissement. Concernant l'AEP, la conduite existante est vétuste. Plus grave encore puisqu'à chaque fois qu'elle nécessite réparation, ce sont ces braves citoyens se portent volontaires par les cornes en effectuant les réparations eux-mêmes. A comprendre par-là, le financement de la main d'œuvre et l'achat des pièces neuves pour remplacer celles qui sont usées. L'entretien de la piste, sur toute sa longueur, relève aussi du seul apport des citoyens. Pour ce citoyen du douar Khélaifia « Le nouveau président de l'APC a toujours fait de son mieux pour répondre un peu à nos doléances, tandis que l’ancien maire c’était la sourde oreille à nos appels de détresse d'où l'obligation à parer nous-mêmes aux situations d'urgence, ont souligné à l'unanimité nos interlocuteurs. Première partie.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar