Thu07192018

Last updateWed, 18 Jul 2018 10pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Mostaganem MOSTAGANEM : TRANSPORT URBAIN : Le règne de la loi de la jungle

Régions Info

MOSTAGANEM : TRANSPORT URBAIN : Le règne de la loi de la jungle

Par : Habib Merouani Chaque arrêt est prolongé en attendant de nouveaux passagers qui sont considérés comme une marchandise. Selon plusieurs témoignages que nous avons recueillis dans les arrêts, la plupart des passagers en ont marre de cette situation. ‘’Un véritable calvaire ces bus ou plutôt dans ces tas de ferraille, les conducteurs oublient qu'ils ne transportent pas du bétail, mais des humains’’, indique Abdou, un jeune étudiant qui note avec amertume que ces bus passent parfois des heures dans chaque arrêt afin de charger le plus de monde possible. ‘’Un trajet de 20 minutes est fait en presque deux heures, sans compter le calvaire de la circulation’’. ‘’Et si un passager ose dire au chauffeur de démarrer, il se fait de suite lyncher par son receveur’’, poursuit-il. Walid, un fonctionnaire dans une banque trouve que le trajet en lui-même est une souffrance, ‘’Prendre le bus est une épreuve qu'on affronte tous les matins. J'arrive au boulot épuisé à cause de ce trajet’’. Il poursuit en regrettant que les agences ne disposent d'aucune commodité nécessaire pour les passagers. Une dame d'un certain âge en poursuivant qu'à l'arret deu centre ville devant le marché couvert, c'est l'anarchie totale. La loi de la jungle règne dans les arrêts de bus avec l'absence de contrôle. ‘’Aucun respect pour le citoyen qui se retrouve par obligation dans des situations pénibles, et les conducteurs se permettent de rester des heures et des heures en violant toutes les lois», explique Wafa, une stagiaire dans un établissement public.Pis encore, les conducteurs de ces bus n'ont pas subi de formation, ils ne respectent ni les horaires ni le Code de la route. Ils sont mal habillés, mal rasés, parfois même sales. Ils renvoient une mauvaise image. Ils n'inspirent pas confiance, ils ont un langage ordurier. ‘’Les chauffeurs refusent de démarrer avant que le couloir du bus ne soit plein’’. C'est pratiquement la même phrase qui se répète. Rania raconte son calvaire au quotidien avec le transport qui n'est jamais à l'heure.’’Si tu veux parler du confort, c'est une autre histoire’’. Le plus grave ce sont les week-ends. ‘’En fin de semaine, les bus sont introuvables, il faut faire une longue queue pour avoir une place dans un taxi à des prix inaccessibles’’. Le désordre, les insultes, la bousculade et l'accrochage, meublent le quotidien des usagers du transport en commun. Enfin, souvent, les passagers sont victimes de vols, d'agression physique ou verbale dans ces agences de transport en commun notamment les femmes, par les délinquants qui occupent ces endroits dont l'absence du contrôle est totale.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar