Mon06252018

Last updateSun, 24 Jun 2018 10pm

Back You are here: Home CONTRIBUTION Le Secteur Public Marchand : " Moteur" de l’économie à long terme ( i )

Life and Style

Le Secteur Public Marchand : " Moteur" de l’économie à long terme ( i )

par amar tou (économiste, ancien ministre.) A de rares exceptions, les médias publics et privés se sont saisis, de manière routinière et avec une déconcertante superficialité, du message adressé au peuple algérien par le Président de la République à l’occasion du 24 février 1999 ; telles la monotonie et la platitude réductrices de son contenu interpellateur ainsi que l’insistance sur la symbolique politico-historique, et ce, avec marginalisation relative des questions liées aux rôles qui y sont conférés aux secteurs économiques public et privé. Les toutes dernières tentatives de rattrapage de ces lacunes, à la faveur du dernier remaniement ministériel partiel, sont, malheureusement, demeurées aussi superficielles qu’évasives voire « politiciennes». Alors que le message est d’une charge exceptionnelle de "révoltes soft" : contre l’avortement du projet initial de développement, contre des jugements injustes et contre des orientations dictées et pleines de fourvoiements, à l’égard de l’économie publique et à l’égard de son secteur économique marchand-SPM en particulier, commis durant les périodes 1979-1985, 1986-1989 et 1990-1995 . Ceux-ci (économie publique et Secteur Public Marchand) furent, en premier lieu, mis en panne au service de groupes d’intérêts influents; accusés, ensuite, de stérilité dès l‘apparition des premiers signes de tarissement chez la vache à traire et survint, enfin, l’achèvement de la bête, une fois inerte son corps, sous les estocades qui lui furent assenées, deux décennies durant. Rappelant que la période 1996-1998 connut, sous affliction, l’exécution des engagements pris, avant cette période, par les gouvernements algériens avec les Institutions Financières Internationales, en tentant, tant soit peu, certainement de bonne foi, d’en limiter les dégâts.(1) La privatisation, comme Eurêka, fut, maladroitement, comprise au niveau de la mise en œuvre, comme une fin en soi, par les mimétismes économiques, en déviation par rapport à la vision du programme de 1999; n’eurent été le holà donné dans la loi de finances complémentaires de 2009 et le rétablissement, à la même année, de la disposition législative de souveraineté (51/49) dans les partenariats avec le capital étranger. Et n’eut été le sauvetage par réhabilitation du SPM dans son rôle "Majeur" en 1999 et dans son rôle "Moteur" dans la progression visionnaire spécifique qu’a apportée le message du 24 février 2018 et qui vint mettre fin au jeu sur le "clavier inventé" des amalgames et à tout "Ijtihad "intéressé. Je rappellerai que J’ai eu, déjà, à m’étaler sur ces traitements injustes, me servant des chiffres et des arrières pensées, dans des essais en arabe et en français, publiés dans des rubriques spécialisées de quotidiens algériens de réputation, sur des sites électroniques de grande écoute et sur ma page facebook, pour lesquels j’en ai reçu beaucoup de commentaires reconnaissant leur objectivité.(2) Dans mon effort de compréhension du programme électoral gagnant lors des élections présidentielles de 1999, assis sur une déclaration politique cadre en février de la même année, le candidat gagnant aurait été, selon notre hypothèse, fort prudent, tout au début de l’exercice de ses responsabilités présidentielles, au sujet du rôle qu’il fallait conférer au secteur public industriel en particulier, jugé moribond, avant cette date, aux yeux des gouvernants algériens et des institutions financières internationales et au rôle à confier au secteur privé, encore au stade des fortes douleurs d’accouchement, attiré par le bénéfice des rentes faciles à soutirer des crédits fournisseurs extérieurs qui devaient accompagner, obligatoirement, les rééchelonnements de la dette extérieure de l’Algérie et service s’y rapportant, à utiliser, exclusivement, pour l’achat de biens produits, presque totalement, dans les pays créanciers bailleurs de ces crédits. Le candidat, toujours selon mon hypothèse d’analyse, aurait opté pour la perspicacité et le réalisme dans le choix des leviers, et le pragmatisme dans la démarche, pour se prémunir contre le retour de flammes en cas d’erreur d’appréciation prospective. La formulation du volet économique dans le programme-référence de 1999, s’avéra, par conséquent, un reflet fidèle de cette perspicacité. C’est ce que je rapporterai ci-après. Ce programme reconnait, en effet, qu’à cet égard : «la relance de l’économie, si elle pourra, et devra, être progressivement soutenue, relayée et élargie par l’investissement privé, est liée, dans l’immédiat, à la restructuration et la relance du secteur public économique », et, fait déterminant, en lui reconnaissant « une capacité technique et intellectuelle appréciable et un fort potentiel de croissance et des liens industriels qui peuvent lui permettre de trouver auprès de partenaires étrangers des relais importants sur le marché international pour réaliser son potentiel d’adaptation technologique et de commerce extérieur»(3), Transparait alors de cette formulation, que les choix pour ce qui est du rôle du secteur public et celui du secteur privé dans la dynamisation à jouer dans l’économie nationale, n’étaient pas encore, nettement tranchés. Même si des traits probants de compter conjointement sur les deux secteurs avec une priorité transitoire affichée au profit du secteur public. Lui succéderait un rôle de leader permanent que jouerait le secteur privé. Ceci peut trouver son explication dans l’incertitude quant à la fiabilité des données alors disponibles, ou à la priorité stratégique accordée aux dossiers de la relance économique, de l’endettement extérieur du pays, du rétablissement de la bonne image de l’Algérie à l’étranger, du dossier sécuritaire et de la "Réconciliation Nationale", fondamentalement. Transparaissent, aussi, dans ma propre lecture de la fine formulation du texte en langue française du programme électoral de 1999, les indices d’un renvoi du traitement définitif du problème. Le facteur politique du problème, pourrait recommander, par hypothèse, une gestion qui renvoie, dos à dos, tous les antagonismes de l’époque en retenant leur souffle dans l’attente du traitement définitif, tactiquement renvoyé, toujours selon ma lecture. La politique, en effet, n’est pas un dilettantisme ou une occupation d’amateur, mais un art où, seuls peuvent exceller, ceux qui se distinguent : par leur éveil, leur perspicacité, leur abondante culture, leur génie et leur longue expérience marquée de réussite et de compétences distinctives. Le confort est que le message du Président de la République du 24 février 2018, y a pu trancher, puisqu’il est clairement souligné dans ce message que : « Le secteur public marchand doit jouer un rôle moteur dans cette dynamique. En même temps, le secteur privé devra être encouragé et bénéficier d’incitations à investir et à innover. La nouvelle loi sur la petite et moyenne entreprise va dans ce sens et met en place les dispositifs nécessaires à l’émergence d’un large tissu d’entreprises compétitives ». L’"interaction et la complémentarité" entre les deux secteurs lisibles dans le texte en arabe et "l’émulation "entre les deux secteurs dans le texte en français, placent, depuis le 24 février 2018, les deux secteurs sur des lignes parallèles, en relations d’interaction, de complémentarité, mais dans un environnement de compétitivité rigoureuse, dans l’attente d’en préciser les modalités, sans en limiter les horizons ou les durées de vie, en conférant définitivement et à long terme, le rôle « moteur » au Secteur Public Marchand. Cesseront, alors, les idées et revendications demandant, depuis la crise de 1986, la nécessité du rapetissement voire de l’effacement du secteur public économique ou de le réduire, au mieux, à servir de tremplin au secteur privé pour le propulser, progressivement, à l’effet de jouer le premier rôle dans l’économie nationale : par soumission aux recommandations-"obligations"des institutions financières internationales ou par convoitise de rentes ou par soupçon innocent de la part des gouvernants que les chantres de la spécialisation et de l’expertise en sciences économiques, ont, prétendument, encadrés.ِ Ceux-ci ne sont pas exempts de l’esprit "suiviste" ou de revanche. Ils apparurent le lendemain du décès du Président Houari Boumediene, à l’éclatement de la crise de 1986, à la survenance des évènements d’octobre 1988, à la promulgation de la Constitution de 1989 et à l’endossement, par les Gouvernements algériens, des rééchelonnements de la dette extérieure et service s’y rattachant, avec toutes leurs souffrances économiques et sociales qui continuent, à nos jours, à propager leurs ondes destructrices,. Pour couper, dans cette logique, la route à toute tentative visant à maintenir les versions qui acceptent la chose et son contraire, le message du 24 février 2018 a, selon ma lecture propre, tranché dans cette affaire. Aucun espace ne fut, par conséquent, laissé aux interprétations contradictoires. Le message présidentiel dispos, en effet: « J’ai instruit le gouvernement pour prendre la mesure des enjeux et définir les grands axes d’une action structurante à long terme en vue de moderniser le tissu industriel pour le porter aux standards internationaux de compétitivité et d’excellence technologique. Il lui revient d’agir en profondeur sur la gouvernance économique des structures de l’Etat et des entreprises publiques, de créer les conditions de la cohérence des processus industriels en encourageant les dynamiques d’intégration verticale des chaînes de valeurs, en stimulant l’innovation et en multipliant les synergies ». S’imposent, alors, deux importantes questions : . Est-ce la volonté de dépasser ce qui, en 1999, était, logiquement, un sage réalisme pour parer, à l’époque, au mal des forces en « disputes » et qui sont issues des vicissitudes nées de la gestion des affaires du pays entre 1979 et 1998, ou par nécessité raisonnable d’une traversée, sans gros risques, des « champs de mines fortement densifiés », en renvoyant à plus tard, le traitement décisif, au-delà de la neutralisation de ces forces « en disputes » ? . Ou, s’agirait-il, plutôt, d’une issue inéluctable à laquelle a conduit l’évaluation du parcours depuis 1999 où le bon palmarès surclasse les insuffisances relevées qui nécessitent un prompt redressement ? S’agissant du palmarès : j’en rappellerai les pesantes réalisations dans le domaine des infrastructures économiques de base et dans celui des infrastructures d’enseignement et celles de portée soio-culturelle dont, notamment les quatre millions de logements. C’est ce que j’ai eu, également, à publier dans de nombreux moyens médias.(4) Viennent consolider ce bilan, d’autres réalisations économiques de grande envergure stratégique dans le secteur public économique, industriel principalement. En font parie notamment, celles qui avaient été programmées en 2004 dans le cadre d’un Plan Spécial destiné à compléter, à l’échéance 2015, le tissu industriel public stratégique, en partenariat avec le capital étranger. En font partie aussi, Les réalisations en industries pétrochimiques qui sont déjà entées en exploitation, les grands projets de transformation de phosphate, de souffre, de fer programmés le long de la frontière Est du pays, l’industrie des tracteurs agricoles, le montage des géantes turbines électriques, l’industrie du fer et de l’acier, déjà entrés en production respectivement : à Constantine, à Batna et à Jijel, y compris la récupération de tout le capital du complexe sidérurgique d’El-Hajar-Annaba au profit d’une entreprise publique économique (en attente d’une mise en cohérence avec l’option choisie en matière de partenariats), l’industrie des panneaux de silicium à Alger et à Sidi-Bel-Abbès pour la production de l’énergie solaire et l’industrie d’assemblage de véhicules « Renault » à Oran comme premier pas "psychologique" de haute symbolique, sur la voie du développement d'une industrie automobile ambitieuse, si critiquée soit-elle et quoique nécessitant de profonds correctifs au niveau du cahier des charges s’y rapportant et devant notamment, préciser aussi, les objectifs d’exportation et d’intégration. Les industries militaires qui y réalisent de grandes prouesses, s’orientent, graduellement, vers la construction d’un complexe militaro-industriel à la mesure des ambitions légitimes de l’Algérie. Ce complexe militaro-industriel revêtira, par son extension aux technologies numériques et biologiques, une importance vitale pour rester collé à l’évolution scientifique, technologique et économique dans le monde. A l’instar des tendances observées dans les nations développées. Le message présidentiel du 24 février 2018, représente logiquement, par conséquent, la direction à suivre pour poursuivre le traitement du dossier « secteur public marchand ». Mais ce secteur (public marchand), en dépit de ces avancées remarquables, demeure comme plombé, interdit d’action, souffrant toujours des séquelles du bridage l’ayant accablé entre 1979 et 1998 et qui, à nos jours, produisent toujours leurs effets qui découragent les plus fermes volontés; au niveau des conduites et comportements qui travestirent les orientations des politiques officielles : au niveau de la mise en œuvre et au niveau du suivi. Telle la précipitation relevée en matière de privatisation du secteur public avant 2009, par rapport à sa nécessaire restructuration figurant, pourtant elle aussi, dans le programme électoral des présidentielles de 1999. Celui-ci ne se réalisa, en effet, qu’en 2016/2017/2018, dans son volet organique. Notamment par la création de « Groupes Publics » en remplacement des Sociétés de Gestion de Participations de l’Etat-SGP , à partir des 65 Entreprises Publique Economiques (EPE) non concernées, à l’origine, par la privatisation ; celle-ci fut, par conséquent, logiquement arrêtée, il y a sept ans. A fin juin 2017, quelques 447 moyennes Entreprises Publiques Economiques(EPE) avaient été privatisées sur les 896-882 moyennes EPE recensées et programmées à la privatisation entre 2003 et 2008. Seules 264 moyennes EPE constituaient, à fin juin 2017, le résiduel à traiter (5). La différence à été intégrée aux Groupes Publics récemment constitués dans le cadre de la restructuration de leurs portefeuilles respectifs. Cette voie devrait être poursuivie, à mon sens, pour restructurer ce résiduel (264) dans d’autres Groupes Publics homogènes, à créer ou, à défaut, pour être intégré aux Groupes Publics déjà constitués. Ces attendus auraient constitué une autre raison de poids dans le volet économique du message présidentiel du 24 février 2018, dans son volet "rôles des secteurs économiques public et privé". Cependant, le niveau d’autonomie des Groupes constitués, demeure une problématique complexe. Elle hypothèquera le niveau de leurs performances et ne manquerait pas reproduire les mêmes handicaps. Ce qui requiert l’urgence d’une révision des prérogatives du Conseil de Participations de l’Etat (CPE) au profit du renforcement de celle des Groupes, en privilégiant son contrôle à postériori à celui du contrôle à priori, actuellement exercé par ce conseil sur ces Groupes. Quant aux points d’insatisfactions, elles sont liées : (a) au retard dans la réalisation du complément stratégique qui devait être apporté au tissu industriel public ; (b) au retard mis par les petites et moyennes entreprises privées qui devaient garantir la mise en place d’une base dense de sous-traitance à même de réaliser la diversification industrielle programmée en tant qu’objectif stratégique ; (c) au retard dans la cristallisation de prémisses crédibles d’un secteur privé prêt à relayer, au besoin, le secteur public marchand et capable de jouer les premiers rôles dans l’économie nationale. La fragilité structurelle du secteur privé et la faiblesse de son potentiel de croissance, ne le qualifient pas, à présent, pour tirer l’économie nationale, en dépit de la constante progression numérique des entreprises qui le constituent. Leur nombre est passé de moins de 300000 petites et moyennes entreprises en 1999 à quelques 1060025 petites et moyennes entreprises privées (employant quelques 2600000 agents avec une moyenne de 2,46 agents par entreprise, dont presque la moitié est constituée des chefs de ces entreprises) à fin juin 2017, tel que cela est indiqué sur le tableau suivant : ( Suite dans notre édition de demain )