Fri11242017

Last updateMon, 20 Nov 2017 3pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Tiaret CELEBRATION DU 63° ANNIVERSAIRE DU 1ER NOVEMBRE : La sûreté de wilaya rend hommage au Moudjahid Hadj Mohamed Aroussi

Régions Info

CELEBRATION DU 63° ANNIVERSAIRE DU 1ER NOVEMBRE : La sûreté de wilaya rend hommage au Moudjahid Hadj Mohamed Aroussi

En présence des représentants de la presse locale, le chef de la sûreté de wilaya le commissaire divisionnaire Belfodhil Abdelatif accompagné de son staff les officiers Zerrouki Rekia et Hiba ainsi Khaldi de la cellule de communication, a rendu la veille du 63e anniversaire du 1er Novembre 1954 un vibrant et émouvant hommage au Moudjahid de la première heure M. Hadj Mohamed Aroussi en présence de membres de sa famille. Des présents et une attestation de reconnaissance lui firent remis sous les ovations et les youyous. Durant cette rencontre conviviale, Hadj Mohamed Aroussi a fait une rétrospective de la lutte armée contre le colonialisme Français. En parfait bilingue, doublé d'une érudition à nulle autre pareille, nous a laissé pantois. Nous sommes en devoir de lui consacrer un portrait à sa juste valeur non sans se demander qu'attendent les responsables du musée d'El Moudjahid de Tiaret pour immortaliser son précieux témoignage. Le Moudjahid Aroussi Mohamed fut l'un des compagnons de Kaid Mohamed et Saim el Habib. Hadj Aroussi, alias le «Fellag», accueille la délégation policière à bras ouvert lors de ce grand événement. Devant cette créature humaine habillée d'un turban et une gandoura en soie, garde toujours la sacoche de ses archives de la guerre de libération. Aroussi a décroché son CEPE en 1941 avant de rejoindre le groupe des nationalistes après la Seconde Guerre mondiale. Un nom dont nul n'a besoin de l'adresse ou du numéro du mobile. Le «fellag» a été condamné à mort par le colonialisme. Il purge cinq années de prison ferme, comme en témoignent les documents officiels de l'armée française. Durant les 60 mois d'emprisonnement, plusieurs tentatives d'évasion avec ses compagnons ont toutes échoué, ce qui a poussé la soldatesque coloniale à le transférer d'une prison à l'autre. Parmi les condamnés, figurent Mimouni Benahmed, connu pour sa sandwicherie de la rue Emir Abdelkader et actuellement en face Belkhodja ( la routière ) Kacem Kaddour tombé au Champ d'honneur à Djaghbala (Maacem) à côté de son frère Mohamed (17 ans) et au-trait qui gardent toujours les cicatrices sur les différentes parties des corps de la torture française. L'homme au turban et en gandoura en soie n'a pas besoin de présenter un document administratif pour prouver sa qualité de Moudjahid. Son portrait a été imprimé avec la mention «Aroussi, le fellag condamné à mort», arrêté par l'armée française les armes à la main au début de l'année 1957. Hadj Mohamed Aroussi, 91 ans, encore en vie, membre de l'OCFLN, incarcéré de 1957 à 1962, raconte son incarcération se traduisant au départ par 88 jours de torture sans relâche dans les bureaux des services secrets français et 45 jours d'interrogatoires continus dans les cellules du quartier militaire français de «la Redoute» sur les hauteurs de l'ancienne Tihert avant d'être ensuite transféré vers Oran puis vers Berrouaghia où il purgera au total cinq années ferme, isolé dans une cellule de deux mètres carrés. Il garde toujours en mémoire des souvenirs et des noms de nos valeureux martyrs, comme feu Kaidi Mohamed et feu Saim Lahbib, tous deux exécutés à l'intérieur même du quartier militaire, et feu Abdelwahid ( nom de guerre donné à un ressortissant allemand, martyr de la Révolution Algérienne ayant collaboré avec lui dans les attentats contre les édifices publics et militaires français à Tiaret), tombé lui aussi au Champ d'honneur aux frontières marocaines. Après l'indépendance, Hadj Aroussi, est nommé chef du district des forestiers, à Tiaret, Mahdia et Aflou. Une indépendance bien consommée mais un avenir brisé pour le Moudjahid Aroussi, qui perd sa femme à la fleur de l'âge (30 ans), née en 1933 et décédée quelques mois après le 5 juillet 1962. De son vrai nom Oum El Djillali Khallaf, elle n'a pas eu cette chance de savourer les années de liberté de l'après-indépendance puisqu'elle décéda suite à une maladie le samedi 2 novembre 1963, jour où tout Tiaret et ses environs exalté par la fête du premier anniversaire du déclenchement de notre guerre de libération nationale. Cette courageuse femme qui affronta de 1957 à 1960 les soldats français qui n'arrêtaient pas de revenir harceler très souvent cette famille et ce, après même que son mari fut emprisonné, dans l'espoir de trouver armes, vêtements, argent ou autres effets destinés à leur acheminement vers les maquis de la région. A chaque passage de ces derniers vers ce qu'ils appelaient «Haouch el Fellagui», tout est chamboulé et mis sens dessus dessous... Elle veillait avec sa belle-mère Hadja Sadia et l'un de ses cousins Feu Hadj Dahmane Boudia résident actuellement à Mohammadia, à l'évacuation des armes et grenades. Ces deux derniers se chargèrent pour aller la nuit les enterrer près du marabout de Sidi Khaled. Malgré l'absence de son mari et ses deux frères tous emprisonnés, elle géra tant soit peu avec sa belle-mère Hadja les affaires de la famille du point de vue nourriture et scolarisation des enfants. Une fois l'indépendance acquise en 1962, elle cousu de sa main une cuissette, un maillot et un béret aux couleurs du drapeau algérien à son garçon Habib âgé ce temps là de 11 ans et l'embarqua dans un camion avec les jeunes manifestants. Son rêve, sa joie et sa fierté étaient de voir son mari libéré et de réaliser que dans la rue, les moudjahidine descendus du maquis marquaient de leur présence, la libération du pays, la vraie indépendance. Elle a eu l'honneur même de préparer le manger à une trentaine de moudjahidine descendus des maquis, conviés par les frères Aroussi à un déjeuner. Les Aroussi habitant tous ensemble un 2 pièces-cuisine en location dans un «haouch», sa femme n'hésita pas à permettre à son mari et ses deux beaux-frères de léguer l'une des deux pièces à un ami, un certain Abdelkader Lalmi, père de famille, qui était dans le besoin. Aujourd'hui elle repose au Carré des martyrs, à côté des benjamines de la Révolution. Une joie et une fierté de laisser derrière elle une Algérie libre et indépendante. Hamzaoui Benchohra

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar