Fri11242017

Last updateMon, 20 Nov 2017 3pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES colonne 1 El Bança ,Poissonnerie, dites-vous ?

Sidi Bel Abbés

El Bança ,Poissonnerie, dites-vous ?

Le marché informel du poisson, fruits et légumes, présente un décor pour le moins chaotique, et ce à cause de monticules de déchets ménagers qui s'y entassent depuis des années sans être débarrassés. Le chemin qui mène vers la coupole est dans un état lamentable, avec une couche de bitume complètement usée . De part et d'autre, des amoncellements de détritus accueillent les couches d'eaux dans une atmosphère pesante et remplie de relents et d'odeurs repoussantes. À l'entrée de la poissonnerie, c'est le même chaos qui y règne. Des ramassis d'immondices jonchent les lieux. Les eaux usées verdâtres à leur tour dégoulinent par-ci ou stagnent par-là, en dégageant des odeurs pestilentielles. La poissonnerie se trouve dans un état lamentable et indescriptible. Aucun des locaux n’abritent cette activité. Lorsque l’APC de Sidi Bel Abbés a investi plus de 1,5 milliard de centimes pour le réaménagement de la poissonnerie (El Bança) pour que le poisson ne se vende plus dans la rue sous la pluie et le soleil comme c’est le cas depuis toujours. Cet espace qui abrite 22 stands pourvus d’électricité, d’eau et de toilettes qui ont été mis à la disposition des revendeurs de poisson qui faisaient étals un peu partout à travers le centre-ville et les quartiers. Les nombreux citoyens qui, malgré tout, fréquentent assidûment le marché informel ne manquent jamais l’occasion de fustiger ceux qui ont en charge la gestion de cet espace commercial et ses alentours où, depuis longtemps, l’anarchie et la saleté règnent en maîtres. Entrées obstruées par des cassiers posés à même le sol, couches de crasse recouvrant des allées désormais occupées également par les locataires qui ont déserté les espaces qui leur sont régulièrement concédés pour concurrencer ceux qui activent dans l’informel. Ici tout est permis alors que nous sommes en plein centre ville à une centaine de mètres seulement de l’Hôtel de ville et à une dizaine de mètres de la première sûreté urbaine. Si en ce moment, le poulet, la pomme et la datte sont proposés à des prix abordables pour les petites bourses, il n’en est pas de même pour le poisson, la sardine étant cédée à 350.00 dinars le kilo alors que la fine couche de glace qui la recouvre en partie est loin d’être suffisante pour préserver sa fraîcheur. A propos de la poissonnerie et une fois à l’intérieur, le visiteur qui lève la tête verra alors accrochées au plafond et aux poutres, une épaisse couche de toile d’araignée noircie par la poussière qui en dit long sur la date du dernier toilettage des lieux si toutefois il a eu lieu ces dernières années. Un marchand installé de longue date, prié de nous donner ses impressions sur l’abandon d’un espace commercial qui en principe devrait être maintenu dans un état de propreté irréprochable (la saleté d’un lieu où il passe plusieurs heures par jour ne semble pas le déranger), a eu cette surprenante réponse : «La toile d’araignée et la saleté nous y sommes habitués et il y en a tellement à travers tout le marché que nous ne les remarquons même plus». Alors que la majorité des locaux sont désespérément fermés ou carrément défoncés et détournés de leur vocation initiale (débauche, consommation de la drogue et des boissons alcoolisées, sous-location,...).C'est vraiment de l'argent jeté par la fenêtre ! estime un passant.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar