Fri11242017

Last updateMon, 20 Nov 2017 3pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES Commémoration du 17 octobre 1961 à Paris : L'ambassadeur d' Algérie et la maire de Paris se recueillent à la mémoire des victimes

Sidi Bel Abbés

Commémoration du 17 octobre 1961 à Paris : L'ambassadeur d' Algérie et la maire de Paris se recueillent à la mémoire des victimes

A l’occasion du 56e anniversaire jour pour jour, M Abdelkader Mesdoua, ambassadeur d' Algérie en France et Anne Hidalgo, Maire de Paris ont déposé une gerbe de fleurs devant la plaque commémorative dédiée à la mémoire des Algériens tués à Paris lors de la répression d'une manifestation pacifique pour condamner le couvre-feu discriminatoire imposé par le préfet Maurice Papon..Une cérémonie qui a lieu tous les ans depuis 2001.Lors de la manifestation du mardi 17 octobre 1961 dont l'objet était de protester contre le couvre-feu décrété le 5 octobre par le préfet de police, Maurice Papon, qui exigeait des travailleurs algériens de ne plus circuler de nuit dans la capitale. Le préfet autorisait également l'interpellation de tout musulman de jour comme de nuit. A cet effet, la Fédération de France du FLN avait appelé les Algériens de la région parisienne à manifester pacifiquement, avec femmes et enfants, le 17 octobre, à 20h30 sur les Champs-Elysées, à deux pas du siège de la présidence et de l'Assemblée Nationale contre ces mesures discriminatoires. Malgré l'interdiction, les algériens des banlieues ouvrières convergent vers le centre de la capitale. Les forces de l'ordre affrontent les manifestants et les embarquent vers les commissariats pour les rouer de coups.Des manifestants sont même jetés dans la Seine. Le nombre de victimes est estimé entre 50 et 120 alors qu’ils défendaient leur droit à l’égalité et à l’indépendance, furent frappés à mort dans les rues de Paris, certains tués par balle, d’autres jetés encore vivants dans la Seine qui charriera leurs cadavres plusieurs jours durant. Cinquante-six ans après, le 17 octobre 1961, ce massacre occulté de la mémoire collective demeure tabou.En Algérie, les médias ont commencé à faire écho aux rassemblements organisés sur le pont Saint-Michel à partir des années 1980 et l’omerta était encore bien présente. Quant à la France l'ancien locataire de l'Elysée François Hollande avait ouvert la voie à un changement de paradigme "Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression, avait reconnu le chef de l’État dans un communiqué de l'Élysée. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes." Un geste important qui s’explique par un changement de génération au sein de la classe politique française. Lors de son déplacement à Alger en février 2017, Emmanuel Macron , alors simple candidat à la magistrature suprême avait qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité ». « La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes », avait-il déclaré lors d’une interview accordée à Echorouk News.Des propos qui ont immédiatement déclenché une volée de réactions dans la classe politique française. A présent, la reconnaissance du président français se fait attendre comme il avait souligné un des signataires du Collectif 17-octobre 1961 "Il ne s’est pas exprimé en tant que président de la République, mais il a dit qu’il le ferait. On attend aujourd’hui qu’il confirme ce qu’il a dit : la reconnaissance globale de la colonisation comme un fait contradictoire avec les valeurs de la République". Par conséquent, si le président Macron le seul homme politique français à date à avoir tenu une position aussi courageuse et nette sur le passé colonial de la France confirme les promesses du candidat à l'élection présidentielle, il pourrait ainsi écrire une nouvelle page de l’histoire franco-algérienne et contribuait à l'apaisement dans les relations entre les deux pays. Y.H

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar