Sun10222017

Last updateWed, 18 Oct 2017 4pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Mostaganem ABANDONNE DEPUIS SA CONSTRUCTION : Le centre culturel de la cité El-Houria, fief de la délinquance

Régions Info

ABANDONNE DEPUIS SA CONSTRUCTION : Le centre culturel de la cité El-Houria, fief de la délinquance

Que peut-on dire de ce massacre qui n’a pas de nom ! Et pourtant, la presse locale n’a eu de cesse d’alerter les autorités de la wilaya, mais en vain, comme si le problème ne les concernait pas ou ne figure pas dans l’agenda des priorités ! Ce qui est navrant, souvent, on accorde de l’importance à des informations de seconde nature en leur programmant souvent des visites inopinées, mais une structure flambant neuve destinée aux jeunes et qui a coûté des milliards à l’Etat, ne vaut guère ce privilège, ne serait-ce qu’une visite-éclair ?.Ouest-Info, comme le lui dicte sa ligne éditoriale, et se faisant un devoir pour attirer l’attention des responsables, a tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises concernant l’état lamentable du centre culturel de la cité El-Houria, mais en vain, aucun écho des institutions de la République. Les riverains auraient bien souhaité voir les autorités de la wilaya se déplacer à cet endroit, comme cela a été le cas pour bien d’autres… Nous restons convaincus, que les informations que nous rapportons à l’attention des autorités de la wilaya pour y apporter les solutions appropriées sont d’une extrême importance pour les citoyens, mais hélas, elles ne sont pas traitées comme nous l’aurions souhaité ! Le centre culturel de la cité El-Houria, depuis sa réalisation, et cela remonte à des années, devait être géré par l’APC, mais sa gestion avait été transférée dans un premier temps au secteur de la Culture pour être finalement mise sous tutelle du secteur de la jeunesse et des sports. Mais aucun de ces trois organismes n’a pu le prendre convenablement en charge et de l’utiliser à bon escient en le mettant à la disposition des jeunes de la cité. Restée longtemps livrée à elle-même, la structure qui est implantée à quelques mètres du commissariat de police de la cité, a finalement été squattée par des hordes de délinquants trouvant en ce lieu, le refuge idéal pour leurs beuveries et leurs rencontres où la consommation de la drogue et de l’alcool, battent leur plein, défiant toute moralité et dans l’impunité totale. Quel gâchis !Le centre culturel qui n’a de culturel que le nom, initialement destiné aux jeunes, a été saccagé de l’intérieur, des portes fracassées sinon retirées et vendues au marché d’Ain-Sefra pour des broutilles, des vitres brisées, des murs lézardés, des écriteaux insultants et vulgaires, sur les murs et la façade, des détritus jetés à tout bout de champ, aucune protection des lieux n’est assurée, laissant ainsi libre court à tout venant de faire ce que bon lui semble.Cette situation déplorable ne va pas sans engendrer des conséquences pour les jeunes et moins jeunes qui arrivent droit sur le terrain de la délinquance, du fait que les pouvoirs publics ne semblent guère s’en inquiéter.Comble de l’ironie ! L’Etat réalise des structures à coup de milliards, pour accueillir des jeunes afin de leur éviter des tentations qui risqueraient de les mener vers l’abime, mais aussi étrangement que cela puisse paraître, ce sont les services de sécurité notamment ceux relevant de la sûreté de wilaya qui se retrouvent devant un dilemme, avec la multiplication des points noirs, transformés en fiefs du banditisme ! Rien que ça ! Comme si, ces mêmes services, avaient besoin de porter la responsabilité de l’incompétence et de la négligence des uns et des autres.A titre de rappel, aucune autorité locale, n’a pensé y faire un tour, question de s’enquérir de la situation et de prendre les mesures qui s’imposent. Bien d’autres sites ont eu le privilège de recevoir les responsables, alors que ceux-là, ne présentaient aucune priorité encore moins, une urgence dans le traitement de la chose. Peut-être, qu’aucun des habitants de la pauvre cité El-Houria, n’a pignon sur rue pour passer le message, ils sont considérés comme habitants de seconde zone, dont la cause n’est pas acquise. Aussi, la Direction de la Jeunesse et des Sports, qui a du mal à maitriser la gestion des structures relevant de ses prérogatives, qu’attend-elle pour remettre de l’ordre et reprendre les choses en main dans le but de réinstaurer l’autorité de l’Etat, qui semble bafouée et ternie par cette léthargie et ces négligences qui n’ont que trop perdurer.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar