Mon12112017

Last updateSat, 09 Dec 2017 4pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO Oran Usine Renault d’Oued Tlélat : Bouchouareb n’exclut pas l’exportation de véhicules

Régions Info

Usine Renault d’Oued Tlélat : Bouchouareb n’exclut pas l’exportation de véhicules

Peu s’attendaient à ce que la proposition d’exporter des véhicules produits par le constructeur automobile Renault installé dans la zone de Oued Tlélat, puisse un jour prendre forme, alors que la question avait été soulevée tout au début lors de la convention signée entre l’Algérie et la France pour installer cette usine à Oran. Aujourd ‘hui, ce n’est plus un secret de polichinelle, puisque le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb lui-même qui en fait l’annonce, en déclarant que l’exportation d’une partie des véhicules du constructeur français Renault, fabriqués à l’usine d’Oued Tlelat est envisageable. Par envisageable, le ministre veut signifier qu’il n’est pas dans l’intérêt des deux parties, de confiner la production au seul marché algérien, pour les raisons que nul n’ignore, à savoir la politique d’austérité prônée par l’Algérie, et le risque de voir le constructeur français fermer son usine faute de rentabilité. Cette raison n’a pas été évoquée de manière explicite par le ministre ni par aucune autre partie, toutefois, elle constitue une alternative pour ne pas étouffer l’opérateur Renault, à qui la perche a été tendue lors des moments difficiles que connaissait cette marque. Mr Bouchouareb considère que l’exportation des véhicules Renault produits à Oran est tout à fait envisageable, bien qu’il faille continuer à produire pour le marché national. A priori, le taux d’intégration réalisée dans le cadre du partenariat algéro-français, et qui serait de l’ordre de 42% et 46% d’ici 2019, permettra de réaliser les perspectives de son développement y compris l’exportation devant être programmée, une fois la capacité de production serait égale ou supérieure à 100.000 véhicules, laisse-t-on entendre. D’ailleurs Mr Bouchouareb a mis l’accent sur l’importance du développement du tissu de sous-traitance pour dépasser les objectifs escomptés en la matière. Par ailleurs, Abdeslam Bouchouareb a relevé que le gouvernement continue à encourager cette filière de l’industrie mécanique, en adaptant la réglementation avec la dynamique actuelle que connaît le secteur. A ce titre, l’Algérie projette une capacité de production oscillant entre 400.000 et 500.000 véhicules par an à l’horizon 2022, selon le ministre qui a également fait état de l’importance des dossiers lancés et ceux au stade de maturation et installés. La rencontre Convention sous-traitance, co-organisée par le ministère de l’Industrie et des Mines et Renault Algérie a été marquée par la présence de plus de 200 fournisseurs dans le domaine de l’automobile, dont la moitié sont venus d’Europe et d’Asie, Corée et Japon, entre autres. I.N

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar