Sun06252017

Last updateSat, 24 Jun 2017 4pm

Back You are here: Home SIDI BEL ABBES Colonne 2 conflit entre copropriétaires au BD ZABANA : Une famille dénonce la mainmise de leur voisine sur les parties communes de la maison de maître

Sidi Bel Abbés

conflit entre copropriétaires au BD ZABANA : Une famille dénonce la mainmise de leur voisine sur les parties communes de la maison de maître

Les litiges sur les parties communes des immeubles collectifs, notamment ceux hérités de la période coloniale, sont devenus monnaie courante depuis des décennies, notamment lorsque un ou plusieurs copropriétaires s’accaparent indûment de ces espaces communs, à utiliser sans aucune restriction par l’ensemble des occupants. C’est pourtant la pénible mésaventure vécue par les héritiers de feu Sellam El Hadj, copropriétaires résidents au 16 Bd Zabana, Sidi Bel Abbès. En effet, ces derniers qui détiennent en copropriété avec une dame, une maison de maître, ont assisté, incrédules et impuissants, à l’accaparement, selon eux, par cette dernière d’une partie de la cour commune. Ne s’arrêtant pas là, leur voisine, a également, selon eux, construit de manière illicite un local, sur la partie qu’elle s’est accaparée. Et, malgré leurs multiples plaintes (selon copies des accusés de réception consultés), adressées à toutes les autorités locales, il n’a pas été mis un terme à cette spoliation et à ce déni de droit. Selon les requérants lésés, depuis des années, le wali, le chef de daira, le président de l’APC, la police d’urbanisme et même le procureur de la république, ont été interpellés sur le cas et des plaintes ont été déposées. Mais, en vain. Leur voisine continue d’occuper de manière illégale, selon eux, le local bâti illicitement sur la portion spoliée des parties communes. Alors que la réglementation est claire à ce sujet, les parties communes sont les parties des immeubles, bâtiments, maisons de maître, et des terrains affectées à l'usage ou à l'utilité de tous les copropriétaires, qui les possèdent donc dans l’indivision. Les requérants s’estiment victimes d’une grave injustice, car ils n’arrivent pas à comprendre que leur voisine, spoliatrice avérée de ces parties communes, continue de jouir, pendant des années, de l’impunité, alors qu’elle a également construit de manière illégale un local sur les lieux, objet du litige. Enfin, concernant l’autre partie au conflit, nous n’avons pas eu la version des faits de la voisine incriminée. M. M.

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar