Wed07182018

Last updateSun, 15 Jul 2018 10pm

Back You are here: Home REGIONS-INFO DJELFA:MARCHéS à BESTIAUX:Grande animation et des moutons à des prix distincts

Régions Info

DJELFA:MARCHéS à BESTIAUX:Grande animation et des moutons à des prix distincts

A quelques jours de l’Aid El Adha, une grande animation caractérise les marchés à bestiaux de Djelfa, conjuguée à la pratique de prix distincts pour le mouton du sacrifice de cette année, a-t-on constaté. La wilaya de Djelfa est annuellement le point de convergence d'un nombre considérable de citoyens et vendeurs de bétail, de tout le pays, en quête de moutons pour la fête du sacrifice. Aussi les nombreux marchés de bétail de la région, dont ceux de Hassi Bahbah, El Birine, Messaâd, Dar Echioukh, Ain Ibel et El Idrissia, ainsi que le marché hebdomadaire de la ville de Djelfa, qui se tient chaque lundi, sont ces jours ci, le théâtre d’une grande affluence, aiguisée, il est vrai, par une importante offre de moutons, proposés à des prix "quasi- stables", selon les spécialistes du domaine. Ainsi en est-il du marché hebdomadaire du chef-lieu, ou le prix d’un bélier cornu varie entre 50 et 65.000 da, au moment où le mouton dit "Thniane" (ne dépassant pas deux ans) est proposé entre 40 et 44.000 da, tandis les moutons de moins d'une année, appelés localement "Allaliche", sont cédés dans une fourchette allant de 35 000 à 45. 000 DA la tête. De nombreux maquignons, rencontrés sur place par l’APS, ont jugé ces prix "raisonnables", et à la portée de tous, "localement, cela s’entend", ont-t-ils souligné, estimant que les "prix imposés ailleurs sont le fait des intermédiaires (vendeurs saisonniers)", tout en affirmant que les prix pratiqués à Djelfa sont "régis par la règle de l’offre et de la demande, qui diffère d’un marché à un autre". D’autres maquignons locaux ont tenu à faire le récit des "difficultés rencontrées dans la préparation des bêtes du sacrifice", soulignant que l’idée selon laquelle "ils gagnent beaucoup d’argent" est "totalement fausse", car les préparatifs de la bête durent toute une année d’efforts, conjugués à la cherté des prix des fourrages, et au manque de main d’œuvre, ont-ils déploré. "Ce sont les intermédiaires qui gagnent le plus, avec la hausse des prix des bêtes, car c’est eux qui imposent la marge du gain, surtout au niveau des marchés à bestiaux des régions Nord et Est du pays, d’où ils sont issus, ceci d’autant plus que leurs gains ne sont pas tributaires des efforts d’élevage et de préparation des bêtes, tout au long de l’année", ont affirmé les éleveurs de Djelfa. Des vendeurs de bétail, dit saisonniers notamment, ont soutenu pour leur défense, que le "transport des bêtes d’un marché à un autre, est un grand risque pour notre argent", assurant qu’ils consacrent de grands efforts pour un "gain relatif", car ce "n’est pas toute l’offre qui est acquise par les citoyens". "Les rumeurs selon lesquelles nous sommes derrière la hausse des prix ne sont que pure spéculation", a affirmé l’un deux. Un citoyen, venu d’Alger, en compagnie de ses amis, pour acquérir le mouton de l’Aid, a déclaré, quant à lui avoir constaté "une stabilité des prix comparativement à l’année dernière", estimant que l’abondance de l’offre a contribué dans la "consécration d’un équilibre au niveau du marché, où chacun peut trouver chaussure à son pied".

Sidi Bel Abbès

JA Teline IV

USMBA

JA Teline IV

Equipe Nationale

JA Teline IV

Culture

JA Teline IV

Ouest-Info

Avatar