Sun05192019

Last updateSun, 05 May 2019 11pm

Back You are here: Home

Collectivités locales : une feuille de route pour rationaliser la consommation d’électricité

Une feuille de route a été mise en place pour rationaliser la consommation d’électricité dans les communes notamment l’éclairage public, a indiqué samedi à Alger une cadre du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. Intervenant lors d’une rencontre nationale sur le thème "les collectivités locales au cœur de la transition énergétique : opportunités et défis ", Mme Nahla Kheddache, chef de projet énergies renouvelables au ministère de l’Intérieur, a précisé que cette feuille de route comprenait plusieurs axes, dont le remplacement graduel des lampes classiques, utilisées dans l’éclairage public, par des lampes LED, considérées comme moins énergivores. Cela se fera, a-t-elle expliqué, dans le cadre d’un programme pilote qui est en cours de finalisation. Il concernera dans un premier temps 31 communes, avant d’être élargi aux différentes régions du pays. Elle a, dans ce contexte, relevé que le remplacement de 60% des lampes classiques par des lampes LED permettra de réduire le coût annuel de l’éclairage public de 8,4 milliards de da actuellement, à 5,6 milliards de dinars. La feuille de route, élaborée en collaboration avec le ministère de l’Energie, ambitionne également de développer l’utilisation de l’énergie solaire au niveau des communes notamment en ce qui concerne l’éclairage public et l’alimentation électrique des structures publiques comme les écoles, les mosquées et autres établissements. Un programme d’éclairage public autonome, étalé sur une durée de trois ans, a été introduit dans cette feuille de route, permettant une réduction de la consommation d’électricité de 61 MW/an, soit un gain équivalent à 277 millions DA, a-t-elle ajouté. Mme Kheddache a, par ailleurs, indiqué qu’une instruction a été adressée, au cours de cette année, aux quatorze wilayas côtières pour l’utilisation, durant la saison estivale, des panneaux photovoltaïques pour l’éclairage notamment des parkings des plages, espaces balnéaires et autres espaces de détente. Pour sa part, le Président-directeur général de la Société algérienne de la distribution de l’électricité et du gaz, Mourad Adjal, a indiqué que 8% de la consommation nationale en électricité revenaient aux communes. L’éclairage public, qui représente plus de 70% de la consommation des communes en électricité, occupe la première place des infrastructures et établissements énergivores tant au niveau local que national, a-t-il précisé. Selon lui, la consommation annuelle de l’électricité de wilayas comme Alger ou Oran, équivaut la production d’une centrale électrique de 130 MW. aps

SIDI BEL ABBES : FOYER DES PERSONNES AGEES : La police partage un iftar collectif avec les pensionnaires

SIDI BEL ABBES : Veillées ramadanesque : Une soirée pas comme les autres !

La première soirée ramadanesque a tenu toutes ses promesses. Malgré quelques problèmes d’ordre organisationnel elle a permis au public de Sidi Bel Abbés d’assister à une fête familiale, concocté par un groupe d’amis du Petit Paris à l’occasion de la venue d’un bélabbésien résident en Califonie (USA) depuis 1964, il s’agit de M. Dennoune Abdelkader, natif du vieux quartier de Gambetta. Laribi Farid et consort ont trouvé la formule pour égayer les invités venus assister au concert exceptionnel improvisé. En effet, c’est la cafétéria de l’aéro-club de Sidi Bel Abbés où s’est tenu cette soirée, une soirée pas comme les autres où s’est mêlé une foule de mélomanes à leur tête Mokhtar Hanitet en fredonnant des chansons du cru et les éternelles chansons des années 80/90 que le public se donna à cœur joie et reprenant en cœur (refrain) la chanson ‘‘La maladie d’Amour’’. Un public en effervescence venue faire la fête et se défouler sur les rythmes chaloupés des artistes du crus tels que Mohamed El Abbassi, Assou, Hanitet, une salle pleine à craquer où se mêle les couleurs et des youyous. Hammi le promoteur de cette soirée, prit la parole pour lire le discours de bienvenu et d’ajouter. Ne noircissons pas le tableau de cette soirée c’est en l’honneur de notre ami et frère Denoun qui est un pure produit belabbésien qui vit actuellement aux Etat Unis d’Amérique en lui offrant avant son retour aux USA cette soirée par la prestation de nos grands artistes qui s’illustrent dans le ghiwan. Quelques minutes après c’est Mohamed Bélamri, qui a évoqué, dans un bref discours, les nouveautés de cette année on disant aimez-vous les uns les autres, avant de céder la parole à Mohamed Kazzouz. D’ailleurs, certains habitués des soirées ramadanesques nous ont affirmé que jamais il n’y avait eu autant de monde durant toutes les soirées du mois sacré. Tout ce beau monde connaissait et répétait les paroles des chanteurs, une ambiance de bon enfant, les chanteurs du cru accompagnés par le son d’un harmonica qui ont offert un spectacle magique, par la beauté des textes puisés dans le folklore algérien et le répertoire typiquement oranais chantés par Assou , par l’intelligence dans les rythmes, et par un goût prononcé pour la théâtralité et le jeu de scène. Le premier réflexe des invités a été de sortir son téléphone portable et autre appareils photos pour filmer les présents. Le début de la prestation avec l’interprétation d’un titre inédit, intitulé Ya Djazair. Une chanson en hommage au 1,5 millions de chouhadas . Hanitet et Assou citeront même Warda El-Djazaïria, dans un morceau. Ils reprendront ensuite des morceaux phares de leur répertoire, notamment Ahmed Wahbi, Blaoui El Houari, Cheb Hasni ou encore Daniel Guichard Pour le final, les chanteurs ont entonné le célèbre titre,, Ya Zina diri lathey, repris notamment par les présents. Au-delà de l’aspect purement musical et de leur empreinte apparente dans la chanson Algérienne, Assou et consorts se sont distingués par des textes qui portent des revendications sociales et épousent les aspirations des jeunes (et des moins jeunes). Les chansons évoquées de par leurs sonorités et leurs choix n’ont pris aucune ride, et conservent toute leur beauté. Une beauté dans sa définition baudelairienne : moderne avec une part d’éternité. Cette éternité est ce retour au patrimoine, source intarissable de vie et de beauté et de dire ‘’Une soirée pas comme les autres’’ A. Hocine

SIDI BEL ABBES : Le wali Hachani rencontre des investisseurs : Facilitations et mesures d'accompagnement au menu

Le wali de Sidi Bel Abbés, a affiché sa complète disponibilité pour que cette région qui recèle d'importantes potentialités humaines connaisse son essor grâce à des investissements porteurs. Ainsi, il a assuré que les zones industrielles de la wilaya seront dotées des moyens nécessaires pour permettre aux investisseurs de travailler dans un climat favorable. Dans le même contexte, il s'est engagé à multiplier les efforts pour encourager la création de petites et moyennes entreprises (PME-PMI) dont le nombre n'est actuellement que de 7 entreprises pour 1500 habitants. Ce qui est au-dessous de la norme internationale de la création des PME qui est estimée à 16 entreprises pour 1000 habitants. . En effet, un programme de création de nouvelles activités économiques est mis en place par le wali de Sidi Bel Abbès Tahar Hachani accompagné d’une opération de réhabilitation de la zone industrielle, afin de permettre aux nouveaux investisseurs dans la wilaya de Sidi Bel Abbés de renforcer le potentiel industriel, notamment dans les secteurs du médicament, l’industrie et de l’agroalimentaire. C’est ce qu’a déclaré hier le chef de l’exécutif, Tahar Hachani, dans le cadre d’une rencontre avec des investisseurs et hommes d’affaires de la région, les responsables de banque et les directeurs de l’exécutif tenue au siège de la wilaya en présence d u président de l'Assemblée populaire de wilaya, Atmane Khaddar . L’occasion pour ces hommes d'affaire d’exposer, les problèmes auxquels ils font face, entre autres le manque de foncier qui, force est de le constater, est dû dans la majorité des cas, à la présence de pseudo-investisseurs qui ont bénéficié d’assiettes foncières qu’ils n’ont toujours pas exploitées, ce qui constitue un véritable frein à l’investissement. C’est le cas de plusieurs opérateurs, selon le wali de Sidi Bel Abbés, qui rechignent à investir, et ce, en dépit des mesures de facilitation et d’accompagnement accordées par les pouvoirs publics pour promouvoir le développement économique local, a-t-il ajouté. Tout en indiquant que ces derniers qui ont bénéficié de lots de terrain, ont été destinataires de mises en demeure par voie d’huissier de justice et sont appelés à lancer leurs projets. L’étape suivante, prévient-il, sera l’annulation des autorisations d’exploitation et la récupération des assiettes foncières qui seront attribuées à d’autres opérateurs économiques. Il y a lieu de souligner que l’investissement peine à décoller dans la wilaya de Sidi Bel Abbés. L’une des raisons de ces difficultés réside dans l’état des zones industrielles, le wali le déplore lors de cette rencontre, citant la dégradation de l’aménagement de la zone industrielle (routes, Téléphone, eau potable, électricité, gaz, etc.). Pour le développement économique et industriel de la capitale de la Mekerra «Nous devrions encourager ces investisseurs et ce, en créant une zone industrielle avec des conditions adéquates afin de leur permettre de travailler sereinement», dira le wali qui s'est engagé à assainir cette zone. D'après lui, cette situation chaotique est imposée par les acquéreurs de lots de terrain durant les années 1980 pour des motifs d'investissement dans cette zone. Malheureusement, ces personnes sont en train de squatter ces lots de terrain à d'autres fins. Ceci dit, le contrat signé avec ces acquéreurs a été «mal respecté». Le wali visiblement déçu, a affiché sa détermination et donna ordre à qui de droit de procéder à la récupération de ces lots de terrain. «Il est temps de faire un diagnostic et agir pour identifier les véritables créateurs de richesses. Nous voulons qu'il y ait de la richesse dans notre wilaya et nous n'allons jamais accepter cette pratique de chantage exercée par ces acquéreurs qui ont abandonné leur foncier ou ceux qui les ont transformer en lieux autres que prévus», a-t-il insisté. «Il faut encourager les jeunes entrepreneurs à investir en leur facilitant les procédures, a-t-il préconisé. Un seul dossier de présentation, c’est la carte de visite d’un investisseur très étoffée qui veut investir dans le créneau de la lumière M. Djamel Laghouati un expatrié bien ancré dans le monde de l’électrotechnique, dira que son projet va générer plus de 350 emplois. Disons-le autrement, c’est une gamme de 10 produits finis concernant les lampes, led, poteau électrique et l’éclairage public en général. Lors de la présentation de ses produits, le bureau d’étude de l’entreprise a omis de présenter l’étude socio-économique pour le wali pas de financement, pas de projet. Pas de projet, pas d’association. C’est grave dira le wali, on ne vous laisse vous lancer dans ce périlleux exercice, sans le dossier et d’autant plus c’est que 20 milliards de centimes qui sont en jeu. Le wali leur fixa un autre rendez-vous dans 15 jours. A. Hocine

SIDI BEL ABBES : Distribution du couffin de Ramadhan : Les paniers de la honte

Mercredi, des centaines de citoyens de la commune de Sidi Bel Abbés, dans les quartiers Cité Mimoun et Adda Boudjellal, bénéficiaires du couffin de ramadhan, ont dénoncé la manière employée pour distribuer ces couffins. En effet, d’habitude, c’est la commune qui achemine ces couffins vers les familles habitant les quartiers, alors que cette année, on demande à ces citoyens nécessiteux de venir la veille du mois sacré, puis le deuxième jour et hier mercredi pour disposer enfin de leurs couffins. La distribution du couffin de Ramadhan ne semble pas être maîtrisée. Des années après la mise en branle de cette opération, les scènes de délire, les actes de vol et de destruction de biens publics continuent d’accompagner cette opération. La faute incombe aux chargés de cette opération. Après des années, ils n’ont ni retenu les leçons, ni mis en place un mécanisme qui permet à cette opération de profiter aux véritables nécessiteux. C’est un véritable hallali auquel nous avons assisté hier au niveau de la crèche communale de la Cité Mimoun . Les fiers à bras, les malotrus, ceux qui ne sont pas dans le besoin profitent des largesses des pouvoirs publics au moment où les autres, les démunis, se retrouvent exclus par la faute d’une administration qui ne dispose ni du sens de l’organisation ni de celui de l’anticipation. Elle continue de reproduire chaque année, les mêmes réflexes et les mêmes procédures qui ont pourtant montré leur inefficience. Qu’auraient –ils perdu s’ils avaient établi des listes et adressé des convocations aux bénéficiaires de ce couffin ou s’ils avaient pris la peine d’assurer une livraison à domicile ? Il était question que l’opération couffin du Ramadan 2018, lors de la plénière, il y a de cela 4 semaines où le président de l’APC de la commune de Sidi Bel Abbés avait pris la décision de distribuer le couffin de Ramadan avec un listing où l’adresse est inscrite ce qu’on appelle « livraison à domicile » . L’Etat a respecté ses engagements mais la commune de Sidi Bel Abbés a failli à sa mission puisqu’elle n’a pas su se montrer à la hauteur pour mener à bien une opération pourtant instituée depuis des années.Dommage, les démunis n’ont pas obtenu l’aide qui leur était destinée, car elle a profité à d’autres. L’absence d’une gestion rationnelle de cette action de solidarité est, d’ailleurs, à l’origine d’actes qui font honte à leurs auteurs et aux responsables locaux comme cela a été le cas ,avant-hier, au stade Adda Boudjellal où les packs alimentaires ont littéralement « pillés » par des énergumènes avides de profiter de la « générosité » de l’Etat qui à ce qu’ils fassent au détriment des pauvres. Hier, encore à Haï Cité Mimoun, commune de Sidi Bel Abbés, l’annexe de l’APC où étaient entreposés les packs de denrées alimentaires du couffin de Ramadhan, a été prise d’assaut dès la première heure de la journée par des milliers de personnes, hommes et femmes, venues prendre le couffin de Ramadhan. C’était l’anarchie , pour ne pas dire la honte. La porte métallique donnant sur la cour a sauté en éclats, les chargés de la distribution ont été pris d’assaut. Face aux bousculades et au nombre important de personnes agglutinées devant les portes. Impatient de se voir délivrer son couffin. Des personnes âgées blessées si ce n’est l’intervention rapide des éléments de protection civile pour les évacuer vers le SAMU du CHU de Sidi Bel Abbés. Les dégâts ont été limités grâce à l’intervention des services de sécurité, lesquels ont pris position et remettant de l’ordre et se sont opposés à certains énergumènes qui voulaient se servir plusieurs fois. Pourtant, bien avant l’acquisition des packs, le maire nous a parlé d’une certaine organisation dans la distribution qui devait se faire selon lui, à domicile, par les propres moyens humains et matériels de la commune. Hélas, la vérité est tout autre. Sur le terrain, c’est la pagaille, en principe, des comptes doivent être demandés aux organisateurs souhaitent des personnes écœurées par ce qu’elles ont vu. Pourquoi continue-t-on à distribuer de la semoule et de l’huile et à en faire des tonnes, alors qu’un simple chèque, donné en catimini aux familles pauvres, suffirait à leur éviter de vivre de telles humiliations.Les aides directes publiques aux plus précaires durant le mois sacré ont provoqué la colère et sentiment d’humiliation, les distributions en public de l'aide sont vécues par de nombreux Algériens comme une humiliation. Ces colis comportent des denrées alimentaires, sucre, huile, semoule, céréales et légumes secs et les listes des bénéficiaires sont établies et mises à jour par la DAS, en coordination avec les APC. Rien qu’à Sidi Bel Abbés, un peu plus de 2,4 milliards de centimes ont été déboursés pour cette opération ciblant près de 23 000 familles dans le besoin. « La dignité des nécessiteux est vraiment reléguée au dernier rang. En effet, certains profitent de la misère des gens pour accaparer le couffin du pauvre sans aucun scrupule, et ce même scénario revient chaque année ». « Humiliation » Mais le pire pour les pauvres bénéficiaires de cette aide publique reste « l’humiliation » qu’ils subissent. Des images humiliantes, comme le fait d’être obligé d’attendre dans de longues queues, pendant des heures, ou bien l’attitude de certains élus ou d’autres personnes de passage pour… se prendre en selfie avec les bénéficiaires ! A. Hocine

Subcategories

  • colonne 1

    Velit consectetuer Phasellus dis nunc eget hac vestibulum mollis fames a. Auctor et Sed at sodales hendrerit pretium Nam convallis nibh et.

  • Colonne 2

    Ut Mauris elit ipsum Pellentesque nec porta ipsum massa risus nisl. At lacinia nulla porta Nam Nam porta at tristique ipsum ante. Libero euismod ac orci condimentum Vestibulum Nam et Praesent.

  • colonne 3

    Feugiat convallis turpis massa ligula sagittis enim aliquet fringilla orci pretium. Ut Aenean Vestibulum suscipit eros pede et nibh laoreet Pellentesque mus. Aliquet ultrices dictumst justo justo tortor vitae nisl nec sem.