Sun05192019

Last updateSun, 05 May 2019 11pm

Back You are here: Home

ATTAQUES RÉPÉTÉES CONTRE GAID SALAH Les masques tombent et le complot contre l’armée se profile …..

Par : KAID Omar Effectivement, c’est un complot international qui se profile à l’horizon. Dans un de ses derniers discours, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP) avait bel et bien déploré l'apparition, au début de cette nouvelle phase, de tentatives de la part de "certaines parties étrangères" d'imposer certains individus comme "représentants du peuple en vue de conduire la phase de transition, afin de mettre en exécution leurs desseins visant à déstabiliser le pays et semer la discorde entre les enfants du peuple, à travers des slogans irréalisables visant à mener le pays vers un vide constitutionnel et détruire les institutions de l'Etat. Le chef d’État –major a vu juste et savait de quoi il parlait. Vendredi dernier, de graves dérives ont semé le doute parmi les manifestants pacifiques qui ont participé aux marches. Il y a eu l’apparition et la multiplication de slogans hostiles à l’institution militaire, garante de l’indépendance de la nation, incitant à la partition du pays, et à la mise en place d’un gouvernement de trublions en dehors du cadre constitutionnel, des slogans brandis par des éléments douteux aux visées séparatistes qui ont perfidement infiltré le mouvement populaire. Des attaques mensongères déchaînées et coordonnées avec les menées sournoises orchestrées de l’extérieur du pays. Une abjecte machination, sans l’ombre d’un doute, ourdie par les ennemis de l’Algérie, les ennemis de l’intérieur et ceux de l’extérieur, ameutés comme des hyènes. Une conspiration savamment tramée et tressée, en noyautant progressivement le mouvement pacifique, et en substituant à ses revendications légitimes, dont leur concrétisation est pourtant accompagnée avec fermeté par l’ANP, des « exigences » fallacieuses et fourbes, pour déstabiliser le pays…et ouvrir la voie à tous les périls, et notamment à la dislocation du pays, et la plongée vers le chaos. Les attaques à profusion lancées contre l’ANP et son haut commandement, ne sont ni innocentes ni spontanées comme veulent le faire croire certains aventuriers et autres trublions de mauvaise foi, les virulentes charges sont intentionnellement tissées contre l’institution militaire, colonne vertébrale du pays, institution pourtant légaliste, républicaine, respectant sans l’ombre d’une hésitation, le cadre constitutionnel du pays malgré ses insuffisances. Une institution résolument républicaine, ayant éjecté de ses rangs depuis déjà des années, tous les éléments comploteurs ou putschistes. Ces mêmes piètres individus, en accointance avec de nombreux vils trublions, s’acharnent aujourd‘hui contre l’ANP, tentant délibérément de ternir sa réputation, pour accomplir leurs sombres desseins. Le peuple algérien, dans son immense majorité, n’est pas dupe, et il rejette, sans appel, ces intrigues et ces manœuvres ignobles. Comme le peuple algérien n’a pas tardé à découvrir que ces menées hostiles contre notre pays et son institution militaire, sont suscitées, soutenues et encouragées par des forces extérieures, si promptes, par ailleurs à dénoncer et à condamner toute action visant à renverser le cadre constitutionnel du pays. Ainsi, les actions d’infiltration ont été menées dans un but résolument subversif, pour déstabiliser le pays et ses institutions, et notamment l’Armée Nationale Populaire, invincible bouclier de l’indépendance de la Nation. L’ANP, qui s’est astreinte à ses missions constitutionnelles, n’a pourtant pas ménagé ses efforts pour accompagner les aspirations du mouvement pacifique. Les propositions du chef d’Etat-Major de l’ANP, le général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah, inscrites dans un cadre légal et constitutionnel, ont été renforcées par des appels clairs et sans ambiguïté, à la classe politique, pour valoriser les vertus du dialogue serein. Un dialogue ouvert permettant d’étudier toutes les propositions constructives en vue d’assurer cette période transitoire, sans violer le cadre constitutionnel du pays. A la suite de ces propositions, le mouvement populaire est ainsi appelé à plus de vigilance, de lucidité et surtout à plus de retenue pour éviter de verser dans des surenchères stériles et risquées pour l’avenir du pays, notamment quand ces attaques visent l’ANP. Il s’agit de concrétiser sur le terrain les revendications populaires par l’ouverture d’un dialogue national pacifique sur les modalités de la mise en œuvre de la période de transition avant de passer à la volonté populaire à travers les urnes, unique issue pour l’avenir du pays. Les manifestants, sont, ainsi, appelés à rejeter et à dissuader toutes les attaques lancées contre l’institution militaire, seule garante du maintien du cadre constitutionnel légitime du pays, La conjuration fomentée avec l’aide d’aventuriers sans foi ni loi, a pour but d’acculer à l’affrontement et au vide constitutionnel, et donc ouvrir la voie à l’ingérence extérieure, et au chaos, et faire plonger le pays dans la tourmente vécue par des pays voisins, Le peuple algérien doit, sans hésitation, faire preuve de discernement, de sagacité, de rassemblement et même de fusion avec l’ANP, pour faire avorter cet infâme complot, cette ignominieuse conspiration contre notre patrie. Il y va de notre avenir en tant que nation souveraine et unie sur la totalité de notre territoire.

l’adieu du cœur de Bouteflika au peuple : « Fier d’avoir servi mon pays toute ma vie »

Le président de la République sortant, Abdelaziz Bouteflika, a adressé mercredi un message au peuple algérien, lui rappelant ce qui a été réalisé durant ses mandats à la tête de l'Etat et lui demandant "pardon pour tout manquement à son égard". En voici la traduction APS: "Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux, Prière et paix sur Son messager, les siens et ses compagnons jusqu’au jour du jugement dernier, Mes chères sœurs, Mes chers frères, En quittant mes fonctions, je ne puis achever mon parcours présidentiel sans vous adresser un ultime message afin de ne pas quitter la scène politique nationale sur une séparation qui me priverait de demander pardon à ceux, parmi les enfants de ma patrie, envers lesquels j'aurais, sans le vouloir, manqué à mon devoir en dépit de mon profond attachement à être au service de tous les Algériens et Algériennes, sans distinction ni exclusive. Maintenant que j'ai mis fin à mon quatrième mandat, je quitte mes fonctions avec à l'esprit la collaboration que nous avons eue ensemble, avec dévouement et abnégation, et par laquelle nous avons ajouté des jalons à notre édifice national et réalisé quelques uns des objectifs auxquels nous aspirions en terme de dignité et de grandeur, grâce à tous ceux qui m'ont aidé parmi les enfants de notre pays. L'Algérie aura bientôt un nouveau président, et je prie Allah de guider ses pas pour poursuivre la réalisation des aspirations et attentes de ses valeureux enfants, en s'appuyant sur leur sincère dévouement et ferme détermination dans la contribution, désormais, sérieuse et tangible au parachèvement de la construction de leur pays en retroussant les manches et par la pertinence de leurs idées et leur vigilance citoyenne. En effet, malgré la conjoncture tendue depuis le 22 février, je n'ai de cesse été confiant, et je rend grâce à Allah, que le processus national ne s'arrêtera pas et que viendront ceux qui continueront sa conduite vers des horizons de progrès et de prospérité en accordant, et c'est mon vœu, une attention particulière aux jeunes et aux femmes pour leur permettre d'accéder aux fonctions politiques, parlementaires et administratives. Ma confiance est grande en leur capacité à contribuer à relever les défis qui se posent à notre nation et à construire son avenir. Mes chères sœurs, Mes chers frères, Aujourd'hui simple citoyen, il n'en demeure pas moins que je reste fier de ma contribution à ce que l'Algérie ait amorcé le 21e siècle en étant dans une situation meilleure et que je me félicite des progrès notables, réalisés dans tous les domaines, en faveur du peuple algérien qui m'a fait l'honneur d'être son président, vingt années durant. Et comme toute chose a une fin, je vous fait mes adieux même s'il n'est pas facile pour moi de vous exprimer toute la sincérité de mes sentiments. Les mots ne sauraient suffire pour dire toute ma gratitude à la majorité d'entre vous pour les mains qui m'ont été tendues et pour les signes d'affection et d'égard qui m'ont été témoignés. J'ai accepté volontairement la magistrature suprême de notre pays afin de parachever les missions qu'Allah m'a aidé à assumer depuis mon adhésion, en tant que Djoundi, à la glorieuse Armée de Libération nationale et jusqu'à la première phase Post-indépendance, mais également par fidélité au serment fait à nos vaillants Chouhada. J'ai consacré ces vingt dernières années à votre service, et Dieu est témoin de ma sincérité et de ma loyauté. Les jours et les années se sont succédé, tantôt maigres et tantôt prospères, donnant lieu aux actions qui ont été les miennes, certaines satisfaisantes et d'autres moins, le propre de l'action humaine étant qu'elle est toujours à parfaire. Rien n'étant jamais éternel dans la vie, je quitte la scène politique sans tristesse ni peur pour l'avenir de notre pays. Je demeure confiant, que vous poursuivrez, avec la nouvelle direction du pays, le processus de réforme et d'action pour garantir à notre pays davantage de prospérité et de sécurité, grâce à la vaillance, à l'ambition et à l'optimisme de notre jeunesse, le cœur battant de notre Nation. Mes chères sœurs, Mes chers frères, Vous avez été les meilleurs frères et sœurs, les meilleurs assistants et compagnons et j'ai passé, avec vous et parmi vous, les plus riches années de mon parcours au service de notre pays. Le fait de me retirer désormais chez moi n'est nullement une rupture des liens d'affection entre nous, encore moins l'oubli de mes souvenirs avec vous. Vous serez toujours au plus profond de mon cœur. Je vous remercie tous pour le plus précieux acquis de ma magistrature à la tête de notre pays, la fierté et l'honneur dont vous m'avez comblés et qui ont été mon leitmotiv pour vous servir quand j'étais en bon état et même en étant malade. L'erreur étant humaine, je vous demande pardon pour tout manquement, par une parole ou un geste, à votre égard. Je vous invite à demeurer fidèles au devoir de respect et de révérence à l'égard de ceux qui ont signé le miracle de notre libération nationale, qu'ils soient Chouhada ou Moudjahidine toujours en vie. De même que je vous exhorte à demeurer unis, à ne jamais vous diviser et à être à la hauteur de la responsabilité de préserver le message de nos vaillants Chouhada. "Il est, parmi les croyants, des hommes qui ont été sincères dans leur engagement envers Allah. certains d'entre eux ont atteint leur fin, et d'autres attendent encore, et ils n'ont varié aucunement" (verset 23, El-Ahzab). Gloire et éternité à nos Chouhada".

SIDI BEL ABBES : COMPLOT CONTRE MACHTET ATHMANE : L’innocent en prison, les criminels dehors ... Le rôle suspect de l’officier de police

Par Abdelaziz HOUMAD Innocente victime d’une justice aveugle, Athmane est arbitrairement à son 84ème jour en prison. Dans cette affaire qui s’avère être un véritable scandale judiciaire, il y a non seulement des zones d’ombre mais aussi le rôle suspect de l’officier de police de la 5ème sûreté urbaine en charge de l’enquête. Cet officier semble détenir le record national, voire mondial, en matière de rapidité et de performance fait unique dans les annales des affaires criminelles ! De grands enquêteurs Algériens de la direction générale de la Sûreté Nationale et/ou leurs homologues Français du quai des orfèvres ou Britanniques de Scotland Yard, ne pourront jamais égaler le temps du chronomètre de l’officier de la 5ème sûreté urbaine de Sidi Bel Abbès ! L’officier de la 5ème sûreté urbaine en a battu le record mondial en la matière ! puisque quelques minutes après le dépôt de plainte des deux voisins de Athmane, il arrêta Athmane, au sein même du … commissariat, venu lui aussi déposer plainte contre X concernant l’incendie criminel ayant ravagé le logement qu’il occupait. Sur le champ, l’officier lui signifia qu’il est en état d’arrestation, lui place les menottes , le jette au cachot et le présente le lendemain matin au procureur de la république ! Rien que ça ! Grave dérive de la part de cet officier qui, d’abord, en cette journée du 16 Août 2018, ne devait pas refuser le dépôt de plainte de Athmane et, en plus, n’avait aucune preuve pour pouvoir arrêter ce pauvre père de famille et le mettre au cachot ! Athmane n’a pas été arrêté en flagrant délit pour être arrêté ! Et l’officier devait accepter le dépôt de plainte de Athmane, car c’est son droit le plus absolu, et procéder par la suite à des investigations approfondies comme le veut la règle et la procédure ! Non, rien de tout ça ! Les accusations portées contre Athmane devaient obligatoirement faire l’objet d’un examen approfondi et ne pas prendre les dires des deux voisins pour argent comptant ! et aussi qu’est-ce qui a poussé l’officier en question à s’empresser pour placer au plus vite les menottes au pauvre Athmane ! Nous assistons là à un véritable scandale dans le domaine des procédures policières pour traiter aussi légèrement que ça les affaires criminelles. Une sorte de transgression des procédures d'enquête policière et des procédures y afférentes ainsi que la violation des libertés et des droits individuels consacrés par la Constitution. Nous restons convaincus que l'officier de la 5ème sûreté urbaine a provoqué une situation qui n'engage que sa propre personne. Fait curieux , quelques jours auparavant alors que nous étions à l’étranger, Athmane nous avait contacté pour nous annoncer qu’il faisait l’objet de menaces de la part de ses futurs ...accusateurs (!!)et qu’il s’est plaint au niveau du même commissariat et qu’il s’est vu refuser sa déposition?! Nous lui avons conseillé d’aller voir le chef de surêté de wilaya . Athmane est allé alors se plaindre auprès de la hiérarchie. monsieur Chorfi qui assurait l’intérim du chef de surêté de wilaya intima l’ordre alors à l’officier en question d’enregistrer le dépot de plainte de Athmane . Y-a-t-il anguille sous roche derrière ce scandale ? Y-a -t-il des sautes d'humeur personnelles dans l'arrestation arbitraire de Athmane ? et bien d'autres épineuses questions qui restent à élucider. L'avenir nous le dira. D'un autre côté, nous restons persuadés que les services de la Sûreté nationale nous ont toujours habitué à accomplir leur noble mission dignement, dans la transparence, en toute équité, en respectant les règles de procédure, telles que assignées par la Loi et la Constitution. Un paisible père de famille croupit arbitrairement derrière les barreaux, M. l'officier ! Le feuilleton continue... A H

GAID SALAH : « Application "immédiate" des articles 7, 8 et 102 de la Constitution »

Le Général de corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire a appelé mardi à "appliquer immédiatement la solution constitutionnelle", proposée par l'ANP, à travers l'application des articles 7, 8 et 102 et entamer ainsi le "processus garantissant la gestion des affaires de l’Etat dans le cadre de la légitimité constitutionnelle", indique un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). "Ainsi, nous estimons qu’il n’y a plus lieu de perdre davantage de temps et qu’il faut appliquer immédiatement la solution constitutionnelle proposée, à savoir la mise en application des articles 7, 8 et 102 et entamer le processus garantissant la gestion des affaires de l’Etat dans le cadre de la légitimité constitutionnelle", a affirmé Général de corps d’Armée qui a présidé une réunion au siège de l’Etat-Major de l’ANP avec les Commandants de Forces, les Commandants des Régions militaires, le secrétaire général du ministère de la Défense nationale et les chefs des deux départements de l’état-major de l’ANP, précise la même source. "Cette réunion s’inscrit dans le cadre du suivi des développements relatives à la proposition formulée par l’ANP visant la mise en application des articles 7, 8 et 102 de la Constitution". "Aussi notre décision est claire et irrévocable. Nous soutiendrons le peuple jusqu’à ce que ses revendications soient entièrement et totalement satisfaites", a souligné M. Gaid Salah, ajoutant qu"étant le fils du peuple et partant de la responsabilité historique qui m’incombe, je ne pourrai que m’aligner sur ce peuple dont la patience n’a que trop durer et qui a tant souffert des différentes épreuves car il est temps pour qu’il recouvre ses droits constitutionnels légitimes et sa pleine souveraineté". "Enfin, nous réitérons encore une fois que notre démarche pour trouver une solution à cette crise, émane exclusivement et strictement de notre allégeance envers la Patrie et uniquement la Patrie, car nous croyons fermement en la capacité du peuple algérien à surpasser les crises, aussi graves qu’elles puissent être, grâce à ses référents historiques et civilisationnels ainsi qu’à ses ressources humaines imprégnées de patriotisme et parce que nous sommes convaincus qu’aussi longtemps qu’une personne vive, elle est appelée à disparaitre un jour, mais la patrie vivra éternellement", a-t-il conclu. Les articles 7, 8 et 102 de la Constitution Voici ce que prévoient les articles 7, 8 et 102 de la Constitution : L'article 7: Le peuple est la source de tout pouvoir. La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple. L'article 8: Le pouvoir constituant appartient au peuple. Le peuple exerce sa souveraineté par l'intermédiaire des institutions qu'il se donne. Le peuple l'exerce aussi par voie de référendum et par l'intermédiaire de ses représentants élus. Le Président de la République peut directement recourir à l'expression de la volonté du peuple. L'article 102 concerne l'état d'empêchement du président de la République d'exercer ses fonctions. Ainsi, lorsque le président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose, à l'unanimité, au Parlement de déclarer l'état d'empêchement". Le Parlement siégeant en chambres réunies déclare l'état d'empêchement du président de la République, à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres et charge de l'intérim du Chef de l'Etat, pour une période maximale de quarante cinq (45) jours, le Président du Conseil de la nation, qui exerce ses prérogatives dans le respect des dispositions de l'article 104 de la Constitution. En cas de continuation de l'empêchement à l'expiration du délai de quarante cinq (45) jours, il est procédé à une déclaration de vacance par démission de plein droit, selon la procédure visée aux alinéas ci-dessus et selon les dispositions des alinéas suivants du présent article. Selon le même article, en cas de démission ou de décès du Président de la République, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit et constate la vacance définitive de la Présidence de la République. APS

Sidi Bel Abbes : LE CONSUL GÉNÉRAL DE FRANCE A ORAN M. CHRISTOPHE JEAN REND VISITE A OUEST INFO

M. Christophe Jean, le Consul Général de France à Oran, a été dans l'après midi du jeudi, l'hôte du quotidien national Ouest Info à Sidi Bel Abbés. Le représentant de la diplomatie française à Oran, a tenu à rendre une visite de courtoisie au siège du journal où il a été accueilli à son arrivée par le Directeur Général du quotidien, M. Houmad Abdelaziz, ainsi que tout le collectif du journal, sous les sons ambiants et festifs d'une troupe locale karkabou. Accompagné du Directeur de l'Institut Français à Tlemcen, M. Christophe Jean a été beaucoup impressionné par l'accueil qui lui a été réservé, selon ses dires. Cette rencontre s'est déroulée dans les locaux du siège du quotidien national Ouest Info de Sidi Bel Abbés, rencontre au cours de laquelle M. le Consul Général de France à Oran et le Directeur Général d'Ouest Info se sont entretenus, dans le cadre d’une visite non protocolaire, qui rentre dans un cadre beaucoup plus convivial pour ne pas faire exception aux traditionnelles visites de courtoisie entamées par les prédécesseurs de M. Christophe Jean en leurs qualités de Consuls Généraux de France à Oran. Un rituel bien honoré. Cet entretien a été notamment l’occasion d’évoquer certains points. M. Christophe Jean a profité de cette occasion pour s'enquérir du process de confection du journal dans toutes ses étapes, rédactionnel, technique et de parution où il semblait très impressionné par les efforts consentis par le collectif rédactionnel et technique du quotidien national Ouest Info. Avant de quitter le siège du journal, le Directeur Général d'Ouest Info, M. Houmad Abdelaziz a tenu à remettre au Consul Général et au Directeur de l'Institut Fançais de Tlemcen, des cadeaux symboliques représentés par les deux ouvrages édités et dont l'auteur n'est autre que M. Houmad Abdellaziz. Une collation en l'honneur du Consul Général de France et du Directeur de l'institut Francais de Tlemcen a été offerte. Très ému par l'accueil chaleureux dont il a été honoré, M. Christophe Jean dira à ce propos "Je suis très heureux d'être parmi vous, et ce ne sera pas ma dernière visite. Merci !'' K.O et A.H

Subcategories

  • Getaways

    Ut leo condimentum Donec felis vitae Nullam et volutpat tortor Cras. Nec ornare id pellentesque adipiscing dui Nam nonummy Vestibulum id quis. Et semper Nam ipsum Sed hendrerit Nunc justo Nulla mus laoreet.

  • Travel Tips

    Faucibus eget ut et habitasse tristique Nulla hac augue Sed Vestibulum. Semper libero semper vitae sed Quisque orci turpis dis tincidunt nulla. Semper Nulla nibh sociis convallis leo vel sagittis turpis Curabitur justo.

  • Business Travel

    Augue Donec sem et vestibulum Vivamus mus pretium at elit nulla. Lorem ante vitae id Suspendisse sem orci ac sodales non consequat. Augue vel orci at feugiat suscipit ut ornare porttitor tincidunt lacinia.