Bonne chance, Monsieur le Wali, Sahbi !

La mutation du wali de Sidi Bel Abbès, M. Ahmed Abdelhafidh Saci, vers la wilaya de Constantine, laisse un goût d’inachevé dans la wilaya de la Mekerra. S’il en est ainsi dans la carrière des commis de l’Etat, être là où le sens de l’Etat l’appelle, et plus particulièrement à la lumière des grands chantiers lancés par le président de la république, M Abdelmadjid Tebboune pour construire cette Algérie Nouvelle tant rêvée et tant attendue par le peuple, le départ de M. Ahmed Abdelhafidh Saci ne peut être ressenti sans un pincement au coeur par les habitants de la wilaya de Sidi Bel Abbès, et plus particulièrement par ceux qui ont travaillé avec lui, l’ont côtoyé ou rencontré, tant sa personnalité était attachante, sobre, réservée, avec un sens du devoir et de l’engagement si élevé, à la mesure de l’homme et de son parcours. Son court passage à la tête de la wilaya, sera néanmoins marquant, tant son mode de gestion des affaires de la wilaya, durant pourtant une période mouvementée de l’histoire du pays, s’était radicalement démarqué de ceux de ses prédécesseurs. Sans fioritures et sans éclats, avec un sens de l’écoute si étendu, en timonier ferme et serein, sans pour autant négliger la portée des relations humaines, M.Ahmed Abdelhafidh Saci avait, dès son installation, pris le branle-bas de combat pour la réalisation du programme de développement de la wilaya, tous secteurs confondus, ne négligeant aucun secteur aux dépens d’un autre. Avec une humilité peu coutumière et une volonté à toute épreuve, M. Ahmed Abdelhafidh Saci, n’avait pas ménagé ses efforts pour faire accélérer les cadences des projets de développement de la wilaya, en usant, à bon escient, de ses prérogatives pour faire rapidement lever les contraintes et résoudre les problèmes qui entravaient les projets. Proscrivant les visites superficielles des projets, ne tolérant aucun retard sur les délais de livraison, sans pour autant omettre de focaliser sur la qualité des travaux, et l’élimination des malfaçons, M. Ahmed Abdelhafidh Saci préférait aller au fond des choses et avait un sens marqué pour le détail, sans pour autant se départir de sa modestie quasi-légendaire. Un fils de grande tente, dirions-nous en toute sincérité en usant de cette locution si révélatrice des qualités de l’homme.

Bonne chance, Monsieur le Wali, Sahbi ! o lila mabrouka.


le 1 Fév 2020


Les commentaires sont fermés